accueilauteurassociationlexiqueouvragesassociationliensliens

Notre site gratuit "http://lexiqueprovencal.com" de l'association "l'Espai Miejournau" propose un lexique occitan de Provence, des extraits d'un roman dans lequel l'auteur Pierre Dominique Testa y décrit la vie d'une famille à Allauch entre 1890 et 1995, des poèmes que les internautes peuvent envoyer pour lecture publique, ainsi que des liens de sites en langue d'Oc ou sur la langue l'oc,  couplés d'adresses inévitables.

M. DIOULOUFET LEIS MAGNANS 1819

LEIS MAGNANS.

CHANT PREMIER.

FINQU’ARO (1), eici sus ma simplo muzetto,
Dins leis vallouns, en gardan meis troupeous,
Prochi d'un riaou (2), coucat dessus l'herbetto,
Per escoutoun (3) n'avènt que leis oousseou,
N'aviou cantat que ma pastoureletto,
Lou gai printems, nouestr’ hieli (4), et meis agneous;
Siou couneissut tout beou just au villagi;
Moun flageoulet, meis pichounos cançouns
N'an pas passa fouèro (5) nouestreis vallouns:
Mais de voular un pan plus haut m'assagi,
Voou m'arrisquar d'escalar l'Helicoun;
Muso, au secours, et tu, bèl Apoulloun!
Pousso m'un pau, se noun perdi couragi,
Senso encalar (6), pouedi pas far lou viagi.
Hui, (7) voou cantar, mais quasi en tremoulant,
Aqueou bestiari (8) apellat lou Magnan,
Au mourro (9) negre, à l'esquino blanquetto,
D'eici, d'eilà, toujours arpategeant (10);

(1) Jusqu'a présent.
(2) Ruisseau.
(3) Celui qui écoute,
(4) Lis. L'auteur a chanté le premier en Provence, le retour des Bourbons, en français
et en provençal.
(5) Hors, dehors.
(6) Rester court.
(7) Aujourd'hui.
(8) Petit animal, insecte.
(9) Museau.
(10) Portant ses pattes d'un côté et de l’autre.

Que se nourris d'uno fueilho verdetto,
Et fa un trabailh tant beou, tant marveillous
Qu'eis paires-grans (1) semblet miraculous.
Iou cantarai la milhouro manièro
De l'espelir (2), puis de lou bèn menar,
Et restarai dedins la magnanièro (3)
Jusqu'au moument que foou descoucounar (4):
Oui, me veires dins aqueou jour de festo,
Prendre un courchoun (5) eis dansos, au plesir…
Tout es finit; adounc (6), filhos, nous resto
Que de cantar et de nous divertir.
Deis fleleiris (7) engaubiado (8) Deèsso,
Sagi Pallas (*), vène aussi m'enpegnar (9);
Sies pas de troou: boutto (10), vène, eiço prèsso,
Car dins meis vers voou toutaro parlar
D'un fiou (11) que fa la plus poulido pèço,
Coumo jamai degun (12) poou trabailhar:
Meme Arachne (13) soou pas tant bèn fielar.
Aquesteis chants soun pas fach per Lutèço (14)
Aqui jamai se descoucounara,
Et ma muzetto ansin pan l'interèsso;
Ges de journau me la critiquara;
Entendrien pas soulament soun lengagi,
Plus poulidet que soun parlar farot (15)

(1) Grands-pères.
(2) Éclore.
(3) Lieu où l'on élève les Vers-à-soie.
(4) Détacher les cocons des rameaux.
(5) Quignon de pain, v. t.
(6) Alors.
(7) Fileuses.
(8) Adroite
(*) Déesse qui présidoit aux arts.
(9) Pousser.
(10) Allons.
(11) Fil.
(12) Personne.
(13) Voy. la Fable.
(14) Paris.
(15) Élégant.

A fach l’empèri avant lou franciot (1).
Mais bastidano (2) et filho de villagi,
Prouvençau aimablo, à l'esprit gai,
Qu'amas l'amour quand es moudèste et sagi,
E me la danso autant que lou trabai;
M’entendres proun (3), iou n'en voueli pas mai;
Se leis liçouns qu'eici vous dounarai,
Vous fan aver de coucouns davantagi,
Et s'approubas ansin aquest'ooubragi,
Siou bèn pagat, aurai proun fach de bru,
Et me crèirai digne de l'Institu.
Coumencem dounc, enreguem (4) la matièro,
Per tirar drech tracem bèn nouestre plan;
Parlem d'abord deis granos doou Magnan:
Mesfisas-vous d'uno grano estrangièro,
Signes segur d'aquelo que croumpas,
Et garo à vous, garo se vous troumpas;
Tout vèn d'aqui: se la grano es marrido
Per av'estat dins uno chambro humido,
S'au fugueiroun lou germe s'es brulat,
Se parpailhouns (5) an pas bèn accoublat,
N'en aures beou, fremos, courre bourrido (6),
Perdès lou temps, per rèn vous fatiguas,
Vouestreis Magnans vous reussiran pas.
Foou qu'au cop d'huilh la grano sié cendrado (7),
Puis, en paquets d'uno ounço separado,

(1) Le français.
(2) Campagnarde.
(3) Assez.
(4) Sillonons, traçons.
(5) Papillons.
(6) Façon de parler proverbiale; se fatiguer.
(7) Couleur cendrée.,

Dedins l'estiou, tenès-la fresquament,
Mais dins l'hiver tant si pau caudament.
Vous cargues pas d'uno grano jaunasso
L'y a rèn dedins, jamai n'espelirié,
Et se qu'aucun per cas v'en semoundié (1)
Digas de noun, et fès-li la grimaço,
Car perdrias tout, de vautre s'en ririé
Lou laire.... (2), enca d'aquo se truffarié (3).
Perque voudrias, fremos, croumpar de granos?
Avès de mans, et fès-la, cadenoun (4),
Risquares pas que vous fagoun leis banos (5),
Espragnares tambèn (6) lou panouchoun (7);
Mais de la faire, es pas rèn bagatèllo,
Lou parpailhoun foou suivre eme attentien;
Parlem un pau de sa resurrectien
Qu'es de la nouestro uno imagi fidèllo.
Quand lou matin au beou souleou levant
De soun toumbeou veires vouestre Magnan
Ressuscitar, prendre vido nouvèllo,
Et tout galoys (8) sourtir de soun coucoun,
Batènt de l'alo et dejà parpailhoun;
Mecouneissènt sa premièro oourigino,
Changeant de noum et de viesti (9) et de mino,
Coumo tant d'autre... et fasèn lou poumpous,
Sus quauquarèn bouttas (10) tout pèlo-mèlo;

(1) Vous en offroit.
(2) Le larron.
(3) S'en moqueroit.
(4) Juron.
(5) Cornes.
(6) Aussi-bien.
(7) Bourse, l'argent que la femme met en réserve.
(8) Joyeux; dérivé du grec.
(9) Vêtemens.
(10) Mettez.

Sourtènt de l'huou es d'abord amourous,
Bèn leou vesès au tour de la fumello
Virar (1) lou mascle et piey (2) la caressant,
Mesclar (3) seis corps, après se maridant;
Neissoun dirias que per aquelo affaire,
Mangeoun plus rèn, eleis n'an se (4) ni fam;
Tambèn pereou leis paoures! viscoun gaire,
Et seis amours finissoun leou (5), pecaire (6)!
Car, sus lou soir leis desmaridares,
Sus un estras (7) la maire bouttares,
Vous fara d'huous, certo! uno bènhuranço (8)!
Au galinier (9) lou mascle gittares,
Et puis sa fremo, après sa delivranço.
Ansin finis l'amour et l'allianço
Deis parpailhouns.... Ah! tout passo es verai,
Amour, plesir, coumo roso de mai;
Tout luse un temps, luse… mai duro gaire.
Aussi jamai leis poulits parpailhouns,
Barjoularan (10) ni veiran seis pichouns,
Aqui toujours lou tendre noum de paire
Es incounut coumo aqueou de la maire.
Coumo se vis enco deis oousselouns,
Nourrissoun pas sa pichoto familho,
L'escauffoun pas, li fan ges de poutouns (11)
Leissoun lou souin à quaouquo jouino filho.

(1) Tourner.
(2) Ensuite.
(3) Mêler.
(4) Soif, ni faim.
(5) Bientôt.
(6) Hélas! le pauvret.
(7) Chiffon.
(8) En quantité, une bénédiction.
(9) Poulailler.
(10) Caresser, promener.
(11) Petits baisers.

Dès houro (1) au mai veires qu'eleis viouran,
Cado (2) minuto es per eleis un an;
Vivèn-ti mai?... la mouert bèn leou nous butto (3)
Coumo un huilhaou (4) tambèn touteis passam,
Un an per n'autre es coumo uno minuto,
Vaqui, iou cresi, en ce que differam:
Regardas dounc s'entre l'home ou la bruto
Sarié lou cas de far tant de sagan (5)
S'uno autro vido au ciel n'esperaviam?
Aqui dessus voueli pas mai m'estèndre.
La grano es facho, es en coulour de cendre.
Fem l'espelir, veici lou principau.
Soutto lou teoule au plus haut de l'houstau,
Un gabinori (6) agues aqui de resto,
Et per aquo fès-lou faire prepau:
Qu'uno lucarno, ou bèn un pichoun trau
Siègué au planchier, perdessus vouestro testo,
Aqui dessous arrangeas lou fugoun (7)
Ounte countas brular vouestre carboun.
Sus vouestre fuech sigues toujours allerto,
Et que lou fum s'en vagué per amoun (8):
Leissas aussi vouestro pouerto duberto;
Tres peds de haut pendès un gourbilhoun
Mettès dedins de pailho un pan menudo,
Et puis dessus bouttas un linge blanc,
Après, la grano aqui bèn estendudo,

(1) Dix heures.
(2) Chaque.
(3) Pousser rudement.
(4) Eclair.
(5) Bruit, vacarme.
(6) Petit cabinet.
(7) Foyer.
(8) Par en haut.

D’un det d'espes (1); abras (2) auparavant
Vouestre carboun; la calour respendudo
Seze degrés (3) d'abord deou vous marquar,
A vingt et huech, la fares puis mountar.
Tenès damen (4) la pichouno planchetto
Ounte lusis (5) la poulido canetto (6)
Facho de veire, et ounte uno liquour,
Seloun lon caud que l'y a dins la chambretto,
Haussant, beissant, va, revèn tour-à-tour.
Ah! vouestre sang, amourouso filhetto,
Fa ansin tambèn au soufle de l'amour;
Et bèn souvent vouestro gauto (7) roussetto,
Es d'aqueou dieou thermoumetro vivent.
De temps en temps Babé, Louisetto ou Jeano,
Mountas amoun per virar vouestro grano,
Et quand veires que tout eiço s'en vent (8),
Bourras lou fuech per lou curun (9) que resto,
Tant que pourres que tout caminé egau (10);
Lou trop darrier vendra mau à prepau,
Derrangeo tout, et n'es que troublo-festo.
Foou que d'abord dins lou septième jour
Vegues changear la grano de coulour,
Lou lendeman coumenço l'espelido (11)
Et dins douis jours foou que siègue finido.
Mais cependant senso tant de countour,

(1) D'un doigt d'épaisseur.
(2) Allumez.
(3) Seize degrés.
(4) Regardez souvent.
(5) Où luit.
(6) Petite canne, le tube.
(7) Joue vermeille.
(8) Presque tout éclos.
(9) Gravois, t. de maçon; ici, ce qui reste à éclore.
(10) Que tout marche également.
(11) Éclosion.

Tambèn ruissis uno jouino filhetto,
Dedins soun sen, escoundedou (1) d'amour,
En l'y tenènt la grano bèn caudetto,
La fa espelir, noun au fuech doou carboun,
Mais au blanquet, au poulit fugueiroun.
Mais avant tout uno bravo fremetto
Va far benir la grano au capelan;
L'offro au Seignour et surtout à Mario,
Reino doou ciel, et maire doou Messio;
Ello, à ginous se boutto en esperan,
Preguo de couer... et la grano plaçado
Dessus l'autat, lou Prètro de sa man
Li douno adounc uno santo rousado,
Seguido aussi de sa benedictien,
Demando à Dieou sa santo proutectien,
Que vengue bèn, que siègue preservado
Deis marrits temps, doou frech et de tout mau,
Et deis cops d'huil de l'esprit infernau (2).
Vengues jamai frernos à l'espelido,
Que quand la fueilho es à plen espandido,
Et qu'a passat la blancado (3) et leis fres:
Que crebo-couer, per aver trop leou mes,
S'attroubavias vouestro fueilho rimado (4);
Que n'aguessias ni peçu (5) ni pougnado

(1) Cachette.
(2) Le Magnanier ou le chef de l'atelier, comme les bergers des anciens Romains,
attache une influence funeste aux regards envieux. Nescio quis teneros oculus mihi
fascinat agnos. Virg.
(3) Gelée blanche.
(4) Brûlée par la gelée.
(5) Pincée.

Per espouscar (1) dins vouestreis massapans!... (2)
Rèn autre poou nourrir vouestreis Magnans;
Aqueou malhur boutto de fremo en peno,
Jusqu'à plourar coumo uno Magdaleno;
De veire adounc soun bestiari patir,
Et d'aver rèn per lou pouscitier nourrir!...
Li pourgirien (3) ah! de soun sang pecaire
Bèn voulountiers, s'aquo poudié se faire.
Parlem un pau d'aquel hurous païs
Qu'an pas besoun de fuech, de magnanièro,
Car leis Magnans dreque (4) soun espelis,
Restoun à l'air, vivoun à la manièro
Deis animaus que lou bon Dieou nourris;
Dedins leis champs van sarquar sa pasturo,
Siègoun la lei de la boueno naturo,
Sus l'amourie leis vias touteis quilhats (5)
Fan seis beous nis pertout esparpailhats (6)
Et leis coucouns fan plegar (7) leis branquettos.
Et per leis gèns après soun rabailhats (8)
Coumo dirias eici leis ooulivettos.
Qu'aquo es poulit, nous dien, Prouvençalettos,
De veire ansin floutar dedins lou jour,
(Suis l'aubre, helas! souto louquau Pyramo
Eme Thysbe, qu'avien qu'un couer, qu'uno amo,
Soun mouerts ensèm, et per lou meme amour),
De pavailhouns et de touto coulour,

(1) Étendre, éparpiller.
(2) Petite boite.
(3) Donné.
(4) Aussitôt que.
(5) Perchés,
(6) Répandus ça et là
(7) Plier.
(8) Ramassés.

Dedins leis airs fasèn la balançado,
Coumo lou voou de Zephir la bouffado (1):
Se leis Magnans dins vouestre tarradout (2),
Venien ansin; que de peno espragnado!...
(Mais, pouedoun pas venir ansin pertout);
Qu'amarias faire aquesto rabailhado (3)
Plus voulountiers, enca, que l'endumiado (4)!
Iou cresi bèn qu'avant que lou coucoun
Siègue fourmat lou pichot oousseloun,
Qu'es groumandoun d'aqueou tèndre bestiari;
I'agasso (5) atou lou darbous (6) et lou gari
N'en an pittat (7) bèn segur mai que d'un:
Dieu, es verai, que l'y a toujours quauqu'un
Per leis gardar: la recolto, ma fisto (8),
Demando bèn de l'aver sous la visto (9);
Mais, pusque eiço se poou pas pratiquar
Aussoulament dedins vouestre tarraire (10),
N'en parlera plus, vous fariou delequar (11),
Countinuguem tout ce que devès faire.
V’autres mettès vouestro grano espelir
Que quand veires dins lou champ espandir,
Rosos, muguets et la marguaridetto,
La bello flous (12) qu'à la Franço fa gau (13)...
Et qu'amo tant sur tout lou Prouvençau.
Quand entendres lou soir soutto l'oumbretto,

(1) Souffle.
(2) Terroir.
(3) Cueillette.
(4) Vendange.
(5) La Pie.
(6) Rat de champ.
(7) Becquetter.
(8) Ma foi.
(9) Sous la vue.
(10) Terroir.
(11) Délecter.
(12) Le lis.
(13) Fait joie.

Leis pastrilhouns cantar, faire l'amour,
Et festegear lou printems de retour,
Et que la fueilho es dejà un pau groussetto.
Diguem un mot de la bravo filhetto
Que menara leis Magnans finqu'au bout,
Car foou quauquun que s'avise doou tout:
Quello ague ges (1) en testo d'amouretto;
Lou pichot dieou per fes, piègi qu'un loup,
Dememourié (2) souvent jouino testetto:
Que siègue atou sur ello bèn proupretto,
Et que se lave avant de coumençar,
Farié pas mau de s'anar counfessar,
Dis un autour qu'a trattat la matièro;
Qu'ague toujours uno bravo manièro
Surtout jamai ges de marrido ooudour,
Ges de tabac, fouero la tabatièro,
Sageo, moudèsto et galoyo (3) à soun tour;
Que siègue aussi vestido à la laugièro,
Afin qu'intran dedins la magnanièro,
pousque jugear doou degre de calour,
Coumo sentèm la bounasso doou jour,
Quand pounchegeam (4) de l'èstro (5) à la carrièro (6).
Cantem eici per la fin d'aquest Chant,
Ce qu'autreifes es istat lou Magnan,
Cade animau, nous dis fouert bèn Oouvido,
Tout coumo l'home aguet l'amo et la vido;
Fougueroun gèns avant d'estre animau.

(1) Point-du-tout.
(2) Ote la mémoire.
(3) Diminutif de gaie.
(4) Se montrer à peine
(5) Fenêtre.
(6) Rue.

Doou roussignoou que plouro enca soun mau,
Touteis Sabèm la pitouyable histori;
Et mai que d'un retèn dins sa memori,
Ce qu'ero adounc (1) et l'agasso et lou gau (2),
Loup et pardrix calandro, dindouletto (3)
Et la machouetto (4) et finquo lou rigau (5);
Tout es ista moussus ou damisellos,
Es quauque dieou, deèsso ou lou destin,
Que li levant seis formos naturèllos,
Per de resouns leis changeroun ansin.
Hai!... que veiriam mai de bestis nouvèllos,
Se Jupiter, aro (6), en paupan (7) degun,
Vestissié mai leis amos immourtèllos,
Selon lou goust, leis passiens de cadun!...
Veiriam segur, mai d'uno drolo mino.
Leissem aquo, parlem de l'ourigino,
De l'animau que fièlo lou coucoun:
Ero autreifes un poulit pastrilhoun,
Lou bouen ami de Pâris (8), quand gardavo,
Mais trop curiou, car vouguet saupre un jour
Coumo Paphos, Venus se coumpourtavo,
(Eou per aqui souvent tourdouregeavo) (9).
Lou berigaud (10), ah! faguet un beou tour,
Remouchinat (11) per Venus et l'Amour,
Fouguet punit; Muso, conto la cavo.
Un jour gardant eis couelos de Paphos,

(1) Alors.
(2) La pie et le coq.
(3) Hirondelle.
(4) Chouette.
(5) Rouge-gorge.
(6) Maintenant.
(7) Ne ménageant personne.
(8) Le berger Pâris, fils de Priam.
(9) Rodoit.
(10) Niais, simple.
(11) Rebroué.

Soun escabouet (1), qu'èro pas deis plus gros,
Trobo l’Amour coucat dins un bouscagi,
Dourmènt, rounflant, amagat (2) dins de flous:
Avié levat de soun poulit visagi
Tout à-la-fes catiou (3), malin et doux,
Soun bandoulet (4), l'avié boutat de caire,
Et soun carquois, soun arc et soun flambeou,
Ah! que de maus que tout aquo poou faire!...
Tout es gittat à bel-aime (5) autour d'eou.
Quo fa Bombis (6)? es lou noum que pourtavo
Lou pastrilhoun: bèn daise (7) s'avancet,
Coumo un minet (8), tout beou just (9) halenavo,
Raubo à l'Amour tout ce qu'aqui troubet.
Avié sa tailho et quasi soun coursagi,
Et puis patuant (10) vite d'aquest bouscagi,
Lou pastoureou d'eiço se vestisset,
Et tout farot (11), Cupidoun engaugnet (12).
Bèn engeourgiat (13), risèn doou badinagi,
Parte, et s'en va caussigar (14) l'hurous soou (15)
Deis juechs badins, deis plesirs, touis pau-vau (16)...
Per estre un pau au fèt d'aqueou meinagi.
Dedins un riaou que fa cent virovoou (17)
Ounte veirias au found uno esplingolo; (18),

(1) Troupeau.
(2) Bloti.
(3) Rusé, espiègle.
(4) Petit bandeau.
(5) Sans choix.
(6) Nom latin du Ver-à-soie.
(7) Doucement.
(8) Jeune chat.
(9) Respirant à peine.
(10) Partant à la hâte.
(11) Fier.
(12) Contrefit.
(13) Bien acoutré.
(14) Fouler.
(15) Le sol.
(16) Petits vaurien.
(17) Contours.
(18) Épingle.

Riaou plus lusènt enca que lou Pactolo (1),
Quand l'y a dedins la maire de l'amour;
Dessouto un nerto (2) empachant lou grand jour,
Luech tapissat de flours de touto espèço,
Prenié leis bans (3) la bellasso deèsso;
Leis Grâcis soun touis tres à soun entour.
Tout es levat; Venus sur la verduro,
Avié estendut sa poulido centuro:
Ello èro aqui, senso viesti ni far;
Tallo sourtet deis oundos de la mar,
Esbarlugant (4) leis gèns et la naturo.
Jamai degun èro intrat finqu'eilà,
Pas meme Mars, car l'endrech respectavo:
L'Amour soulet, quand li plait, eou l'y va.
Lou fouligau (5), dins l'aiguo gaffouilhavo (6),
Piey, lou catiou, que sarquo qu'à jugar
Contro seis suers (7) la li fasié espouscar (8),
Venus, après, dins lou riaou lou lavavo.
Bombis parei, vèn de galapachoun (9),
Mais l'entrevian cresoun qu'es Cupidoun,
Se gènoun pas, se lavoun, puis sourteroun,
Et davant eou, librament s'alisqueroun (10);
Fougue temouin de touteis seis appas,
Et de foulies qu'eici se disoun pas.
Grâcis, Venus, quand soun à l'escoundudo (11),
Chantilhoun, rièn (12) et se permettoun tout;

(1) Fleuve de Lydie dont le sable étoit d'or.
(2) Myrthe.
(3) Bains.
(4) Eblouissant.
(5) Folâtre.
(6) Barbotoit dans l'eau.
(7) Sœurs.
(8) Ici, c'est faire jaillir.
(9) En tapinois.
(10) S'adonisèrent.
(11) En cachette.
(12) Plaisentent.

Bombis voulènt faire Amour finqu'au bout,
Prend doou carquois mo flècho pounchudo,
Teso (1) soun arc, et grego (2) sus Cypris.
Coumo la man doou pastrilhoun Bombis,
A tirar l'arc noun èro accoustumado,
Manquo Venus, mais la flècho daurado,
Zèsto, en siblant va piquar per-eilà
Dessus lou couer de la pauro Aglaïa.
Faguet un quiou...(3), car, fouguet bèn blessado,
Et quauque temps la blessuro saunet,
Puis de la man l'Amour-fèr (4) menacet.
Entandooumen (5) Cupidoun se reveilho,
Douerme pas trop dessus la memo ooureilho;
Bado (6), s'estiro (7), et fretto seis huilhouns (8),
Gittant toujours beluguos (9) et pounchouns:
Sarquo pertout ce qu'a mes à soun caire (10),
A beou virar, nouestre pichot cassaire (11),
Trobo plus rèn... ah! s'en rouigo (12) leis poungs.
O! que sagan!... (13) retourno vers sa maire,
Bramant (14), plourant, demandant soun flambeou,
Soun beou carquois, soun arc et soun bendeou,
Ah! se rescontri, entr'eou disié, lou laire
Que m'a tout pres, lou couneissirai leou,

(1) Tend.
(2) Mot usité parmi les enfans, en Provence avant de lancer une pierre ou toute autre
chose.
(3) Cri.
(4) Faux. On appèle en Provence, un Abbé fer, celui qui n'en porte que l'habit. (5) (5)
Cependant.
(6) Il baille.
(7) S'allonge.
(8) Ses petits yeux.
(9) Etincelles et traits.
(10) Côté.
(11) Petit chasseur.
(12) Il se ronge les poings.
(13) Vacarme.
(14) Criant.

Pagara tout, eme iou aura à faire...
En arribant, leis tres Grâcis, Venus,
Tout à un coou lou recouneissoun plus,
Car, lou cresien aqui despuis miech-houro (1);
Mais, s'avisant qu'èro lou beou pichoun,
Qu'es bèn l'Amour, et qu'eissegeo (2), et que plouro,
Courroun dessus l'autre fau Cupidoun,
En li levant lou bendeou de sa testo;
Vegueroun leou qu'èro qu’un pastrilhoun,
Et pas un dieou... Cadun se facho et pesto;
Leis Grâcis soun rougeos coumo lou fuech:
Mais Aglaïa surtout se crès pardudo,
Quand soou qu'es pas Amour que la pougnudo (3),
Ah!... poudié pas mastegar (4) aquest juech.
Dessus Bombis Amour sauto eme lagno,
Li lèvo tout, destapo (5) la magagno,
Et lou chaupino (6) aqui bèn voulentier:
Entremoulit (7), nouestre paure bargier,
S'encafournet (8) d'intre d'uno baragno (9),
Et s'amaguet au ped d'un amourier.
Mais, frouncissènt (10) un pau soun beou visagi,
Venus diguet: — Pastoureou trop curiou,
Pusqu'as augeat raubar tout à moun fiou
Et penetrar dins moun sacrat bouscagi;
Qu'as vis ce qu'es pas permes à tout dieou,

(1) Demi-heure.
(2) Gémit.
(3) Piquée.
(4) Mâcher.
(5) Découvre la fourberie.
(6) Chiffone, dépouille.
(7) Tout tremblant.
(8) Se cacher, se fourrer.
(9) Haie.
(10) Ridant.

Foou que sus tu me revengi en Deèsso,
Grand Jupiter, segur m'exauçaras.
Li veiras plus (1), et te tirassaras (2);
Puis fielaras per leis Grâcis, sans-cesso,
Per attapar (3) tout ce qu'as vis d'appas:
Parlaras plus (4), afin que digues pas
Ce qu'as mirat sus aquestou rivagi:
Te nourriras d'aqueou meme fuilhagi,
Que pouerto l'aubre ounte sies amagat;
N'en tiraras un beou fiou renoumat,
Parie de l'or, que te coundamni à faire:
Jouiras pas doou tèndre noum de paire;
Per un moument leis alos te vendran,
Pusque l'Amour as vougut countrefaire;
Mais sus leis flous noun voulestregearan (5),
Toun beou trabailh te servira de gaire »
Et sus la terro eou sera ressarcat (6),
Que quand l’Amour en quu li as tout bousquat (7)
De toun beou fiou voudra faire de tramo;
Et moun espous Vulcain, auparavant
T'estouffara (8) de sa mourtèllo flammo.

(1) Le Ver-à-Soie ne voit pas. Vid. L’histoire naturelle de cet insecte.
(2) Tu ramperas.
(3) Couvrir.
(4) Il ne fait aucune espèce de cri.
(5) Ne voltigeront point; en effet, ce papillon ne peut voler.
(6) Vid. l'épisode du 3e Chant, où l'Amour enseigne le premier à Psyché l'art de filer
le cocon.
(7) Enlevé.
(3) C'est sur le feu et dans une bassine d'eau presque bouillante, que la soie s'enlève du cocon; ainsi le Ver-à-Soie meurt par le feu. Tout ce que Vènus dit ici, correspond exactement au travail et à la métamorphose de cet insecte.
A tous curious avis dorenavant.

Ansin parlet la maire toujours bèllo,
Et tout d'un coou Bombis fouguet Magnan;
Eriam adounc dins la sesoun nouvèllo,
Dejà la fueilho espandissié pertout,
Vite escalet per amoun sus un brout.
Bèn leou se vis, vaneguan de tout caire,
Ourdir sa tèlo et coumençar à faire
Aquel huou d'or, que cantarem au bout.

FIN DOOU CHANT PREMIER.
*

*
Uno flour vèn d'espeli (Pierre Dominique Testa du 1.6.1982)