accueilauteurassociationlexiqueouvragesassociationliensliens

Notre site gratuit "http://lexiqueprovencal.com" de l'association "l'Espai Miejournau" propose un lexique occitan de Provence, des extraits d'un roman dans lequel l'auteur Pierre Dominique Testa y décrit la vie d'une famille à Allauch entre 1890 et 1995, des poèmes que les internautes peuvent envoyer pour lecture publique, ainsi que des liens de sites en langue d'Oc ou sur la langue l'oc,  couplés d'adresses inévitables.

LETRO D'ALBERT ARNAVIELLE 1864

SUS LA TOUMBO DE MATIÉU LACROIX
TROUBAIRE MASSOU mort à la Grand'Coumbo, lou 13 de Nouvembre de 1864

I

— O Mort, retèn lous cops de toun bras esclapaire!
Quouro de proios prou toun ventre auras sadoul?
Encaro plouravian, coumo on plouro soun paire
Quand mouris, plouravian Jansemin e Reboul,
E, quitant Nime, Agen, ta daio à la Grand'Coumbo
Aviè causi quaucus per traire dins la toumbo…
Ai! dins nosto amo as mes l'emboul!

Ploura, toujour ploura, mès coumo pourren faire?
Avian deja pas pus de lagremos dins l'iuèl
Après la mort de dous; toun det qu'es escrafaire
Es vengu fa parti lou pus jouine dau fièl!
— Oh! si, per tu, Matiéu, uno lagremo encaro
Vendra dau founs dau cor nous bagna nosto caro:
Plouraren l'ange qu'es au ciel!

II

Es mort lou bon Matiéu! Encaro iér cantavo,
Embé sa douço voués que toutes aimavian;
Lou pople encaro ièr per cami l'arrestavo,
E pièi, à soun entour, toutes escoutavian.
Alor el nous disiè toujour de bonos causos
Qu'auriéu touca de cors autant dus que de lausos;
Esmouguts, risian, plouravian!

— Mès coumo l'aucelet piéutant subre la branco,
Qu'un cassaire bestiòu fai peri sens resou,
La daio t'a pica que toun amo tant blanco
Aviè pas acaba de canto sa cansou!...
Aro que siès au cièl, as res perdu dau change:
Cantaves estent ome, aro que siès un ange,
N'en cantaras que mièl, crei-z-hou!

Nous souvendren toujour de ta vouès douço e primo
Que coulavo planet sus un champ de doulou;
De ta houqueto en fiò s'escapavo la rimo
Qu'entre que sourtissiè se chanjavo en gros plou.
Ansindo lou rajòu, gisclant de la founteto
Dins un prat tout flouri, laisso aqui'no gouteto
Penjado au bord de cado flou. —

III

Mès respeten de Diéu la divino justiço;
Clenen toujour lou front quand lou malur nous vèn...
L'umanita dequ'es? Uno grando bastissso;
Diéu, soun massou, ié fai tout ço que ié counvèn.
E s'avès fa lou be, pas res avès à cregne,
Segu que sès, alor, qu'amoundaut lou grand Segne
De vostos obros se souvèn.

— E tu qu'aviès douna ta vido embé toun amo
A la véuso, à l'efant qu'es sens paire, sans pan,
Quand dau paure, l'ivèr, vesiès lou fiò sens flamo,
A la porto dau riche anaves fa: pan-pan!
Uno fes dins l'oustau, cantaves, e l'aumorno
Desnousavo à ta vouès lous gros lians de sa corno
E te disiè: — Paro ta man!

Pièi, en sourtent d'aqui, disiès à la soufrenço
— Vai-t'en! — E davans tu fugissièu lous soucits;
A lous qu'avièu besoun, sens ges de preferenço,
Dounaves refusant lou mendre gramecis:
— Merci! perqué? disiès. Oh! laissas-me, pecaire!... —
E per d'autres malurs, devers quauque autre caire,
Tant-lèu tourna ta vouès s'ausis.....

IV

Sourti dan paure pople, aima d'el coumo un fraire,
Ères soun grand pouèto, el t'aviè courouna...
De glòrio, de fourtuno ères pas esperaire:
Cantaves per canta, dounaves per douna;
Mès mai que tu cresiès èrou grands tous merites,
E, s'un jour toun païs te fai ço qu'amerites,
Ome inmourtal saras souna.

Mes, digo, dequé-z-es la glòrio que lous omes
Estacou sus un noum? Diéu recoumpenso mièl.
— Glòrio, pousterita, de quinte noum qu'hou nomes,
Mourtal, acò van pa 'no plaço dins lou cièl.
Oi, siègues riche, urous e grand, e mai, noun save!
A dequé sert acò, se, per èstre pas brave,
Pièi Diéu t'escrafe de soun fièl! —

V

Oh! l'autres savèn bé que siès embé lous anges!
Que deves èstre urous de veire toun manit!
Lou beves de tous iuèls de tous poutous lou manges;
Mès souvent, dins ta joio, un regret dèu veni,
Quand, espinchant de-bas, veses ta Françouneto
Que, véuso de Matiéu e de sa cansouneto,
N'a ‘nca lou cor estavani.

— N'agues pas làgui, vai, te counsoularen feno!
S'as perdu toun Matiéu, lou paure, soun efant,
Vendra souvent vers tu er adouci ta peno,
Coumo anavo vers el quand mourrissiè de fam...
En veguent ta doulou foundre en plèjo de perlos,
Jalous, lèu secara, sus tas roujos pauperlos
Un plou per cade tros de pan!

VI

— Quand intrères Matiéu, dins la noblo assemblado,
Crentous, escaiuerna, vesiès que revoulun;
Mès Diéu te devistè dins touto la mesclado:
Meteguè, de sas mans, subre toun front un lum.
Toun fil quitè per tu l’issam d’anges blagaires,
E’nsen dounès à Diéu, tous dets espessugaires
Un dous acord, el un perfum.

Quand aguère fini ta visto èro treboubo;
Cridères: — Ounte soun lous fraires de moun sòu? —
Tres t'avièu counegu, dau mitan de la foulo,
Au timbre de ta vouès… Avièu pres toun draiòu.
Èro, embé Jansemin, Reboul, pièi la fanfaro
Sounè per t'anouncia noste marqués La Faro,
Lou gaboi cantaire raiòu.

E, vous tenguent la man, dins un caire dau temple,
Preparès vosto vouès per coumença 'n accord;
Alor cantès ensen — oh! quante bèl eisemple! —
Un cant en lengo d'O qu'anavo drech au cor.
Cantès quau sap lou tems, e sens faire uno fauto;
D'unes fasièu la basso e d'autres la mai nauto...
Oh! l'armounious quatuor!

VIII

Oh! nautres qu'as laissa, tristes subre la terro,
Gardan toun souveni, te plouraren toujour...
Lou paure pregara davans la porto ounte èro
Lou que i'aviè douna sous cants e soun amour;
E toutes lous efants de la negre Grand'Coumbo,
Quand vendran a passa devers toun umble toumbo
Plouraran sus toun darriè jour.

E iéu, toun jouine ami, saves coumo t'aimave!
Es tu que m'as après d'escriéure un pau de biais.
Quand ère qu'un efant, que m'ausiès que bramave:
— Escouto, me disiès, e dis coume dirai.
Qu'es bèu noste parla! Vai, es pas mort encaro!
Que l'encante ta vouès au soun de la titaro;
Agues pas pòu, t'ajudarai! —

Aro que sièi tout soul, farai la mèmo causo...
Nautres poudèn mouri, la lengo restara.
Vole veni souvent ounte toun cors repauso,
Pièi, d'à ginouls aqui, moun amo cantara.
E per m'ausi, d'amount, iéu te veirai descendre;
— Gramecis, moun efant!... — me diras, e ta cendre
Dau plesi n'en trefoulira!

ALBERT ARNAVIELLE.
Nouvembre 1864.
*

*
Lino drecho pèr leis eleicien 2020 ! (Pierre Dominique Testa, lou 14.03.2020.)