auteurauteurassociationlexiqueouvragesassociationliensliens

Dans cette rubrique, des poèmes sont offerts à la lecture des internautes.


Margarido 1861.

PREFACE

Pourquoi les auteurs tiennent-ils tant aux préfaces, et pourquoi les lecteurs y tiennent-ils si peu?
Grave problème! Nous avons essayé ailleurs de le résoudre. Mais qu'importe la solution? Le fait est
là. Tout livre a sa préface; et plus qu'un autre, celui-ci a besoin de quelques explications préalables.
Ce n'est pas, en effet, chose commune que la publication d'un poème en vers provençaux avec
traduction française en regard. Cette innovation fut tentée, il y a quelques années, par un jeune poète
d'Arles, Frédéric Mistral. Mirèio eut un succès retentissant, un succès légitime. Ce fut comme la
révélation d’un monde inconnu; et la presse entière, M. de Lamartine en tête, salua le hardi poète qui
venait, dans une langue harmonieuse, de peindre à grands traits les moeurs, les traditions, les usages
de notre vieille Provence bien-aimée.
Mais la Provence se divise en deux parties très-distinctes: l'une, amollie par le contact d'éléments
étrangers; tendre, passionnée, superstitieuse, presque italienne: c'est la Provence qui a pour capitale
la noble cité des papes; c'est la Provence de Pétrarque; c'est la Provence que Frédéric Mistral a
chantée.
L'autre a conservé plus intacte son ancienne et originale physionomie; sa langue est plus énergique,
plus sonore; ses allures sont plus
viriles: c'est la Provence orientale, la Provence volcanique, aux sites abruptes et tourmentés, aux
paysages grandioses, aux torrents écumeux. Le poète de Margarido fait aujourd'hui pour cette
Provence, pour cette mère robuste et bienfaisante, pour ses moeurs, pour ses traditions, ce que
Frédéric Mistral a fait pour le Comtat: il la révèle, il la chante avec amour; et, dans un poétique récit
plein de grâce exquise et de sentiments délicats, il rassemble avec art tous les traits de cette
physionomie douce et forte à la fois.
Pourquoi ne l'avouerions-nous pas? Nous n'avons pu nous défendre d'une émotion profonde en
lisant ce poème qui ressuscitait tout-à-coup les joies de notre enfance, les enthousiasmes de notre
jeunesse; qui ranimait, par tous les prestiges de la poésie, un passé, hélas! déjà bien loin de nous.
Marius Trussy est à la fois poète et coloriste. Il émeut, il charme; mais il peint aussi, avec une verve
entraînante. Nos beaux paysages, les aspects grandioses et sublimes de la Provence, il les fait passer
sous nos yeux, il les féconde de son souffle. Je ne crois pas que jamais l'amour du sol natal ait inspiré
des accents plus doux et plus pénétrants, des tendresses plus profondes. L'Ode à la Provence, qui
ouvre le volume, est un chant admirable, un cri du coeur qui fera tressaillir bien des coeurs; tous ceux
qui souffrent de ce mal qu'on ne peut définir, auquel la science a donné un nom barbare, et que le
peuple appelle très-logiquement: Mal du pays.
Pauvre poète! avant de parler de son oeuvre, de cette Marguerite qui sera bientôt populaire, parce
qu'elle est un type de grâce charmante et naïve, d'exquise pureté, parce qu'elle est la Virginie
provençale; avant de parler de l'oeuvre, qu'on me permette de dire quelques mots sur l'auteur.

Marius Trussy, — comme ce nom sent bien le terroir! — Marius Trussy est né à Lorgues ( Var ).
Les événements de la vie, les tempêtes politiques dont sa famille eut particulièrement à souffrir,
l'emportèrent, bien jeune, loin du pays qu'il aimait avec passion. Que de misères! que de luttes! que
d’infortunes! C'est toute une Odyssée que la vie de Marius Trussy. Il me l'a contée simplement,
sans haines, sans colères; et, plus d'une fois, j’ai senti mon coeur se gonfler en l'écoutant. Il est peu
d’existences humaines qui aient été soumises à de plus cruelles épreuves. Son talent poétique
s'éveilla, ainsi qu'il le dit lui-même, au bruit des coups dont la destinée le frappait.
Après de nombreux essais qu'il nous communiqua et qui nous frappèrent par leur originalité, il
exposa un jour devant nous le plan du poème que, depuis longtemps il avait conçu, et dont il avait
seulement écrit quelques parties.
Je l'engageai vivement à continuer, et c'est à la suite d'un rude et patient travail de deux années qu'il
offre aujourd'hui au public cet enfant de sa prédilection, cette Margarido qui, je le répète, parce que
c'est ma profonde conviction, va devenir dans la littérature provençale, un type analogue à celui que
le génie de Bernardin de Saint-Pierre a créé et immortalisé. Margarido sera la Virginie de la Provence,
comme la Mirèio de Frédéric Mistral en est l'Atala.
L'action du poème est à la fois très-simple et très-mouvementée. L'amour de deux enfants
grandissant ensemble sous ce beau ciel, en présence d’une nature splendide, fournit au poète des
développements à travers lesquels l'attention et l'intérêt ne faiblissent jamais. Légendes, paysages,
traditions, coutumes, toute la Provence est là, debout, vivante, et surtout aimée, aimée avec passion.
Je ne veux point analyser froidement et en vile prose ce poème que vous allez lire, que liront avec
plaisir ceux-là même qui ne sont point familiarisés avec cette belle et harmonieuse langue provençale.
Je préfère vous parler de cette langue elle-même, de cette glorieuse vaincue, destinée à mourir, et qui,
avant de succomber, comme pour attester sa puissance, crée en quelques années deux grands
poèmes, deux chefs-d'oeuvre, Mirèio et Margarido.
A un certain point de vue, au point de vue privé, pour ainsi dire, il est regrettable de voir des
hommes d'imagination et de talent, des poètes de la force de Mistral et Trussy, Jasmin, Roumanille,
Bénédit, Anselme Mathieu, Dauphin et tant d'autres, — car elle est nombreuse la pléiade de nos
poètes méridionaux, — il est regrettable, disons-nous, que des hommes de cette trempe écrivent
leurs poèmes, leurs chansons, dans une langue de moins en moins parlée, et que chaque jour enferme
dans un cercle plus étroit. Déjà, les poètes provençaux sont obligés de placer une traduction
française en regard de leur texte. Cette traduction est indispensable pour que leurs oeuvres puissent
être lues à Paris et dans le reste de la France. Bientôt cette traduction sera indispensable aussi aux
Provençaux eux-mêmes qui se déshabituent, de plus en plus, de la langue maternelle, que, d’ailleurs,
n'écrivent jamais ceux qui la parlent et la lisent le mieux.
Nos poètes, je le sais, nos Félibres, nos troubadours obéissent à un sentiment respectable; ils aiment
cette langue riche et imagée; ils l'aiment, et dans l'espoir de la ranimer, de prolonger son existence, ils
lui sacrifient généreusement leur propre gloire et leur popularité. La plupart de ceux qui sont
inconnus aujourd'hui en dehors de leur localité, seraient célèbres maintenant, s'ils avaient traduit en
français les sentiments généreux, tendres, passionnés, qu'ils ont exprimés en vers provençaux.
Il faut bien leur tenir compte de ce sacrifice; il faut les louer sans réserve; mais il faut aussi que leurs
succès, si légitimes qu'ils soient, ne nous fassent pas illusion sur la vitalité de la langue qu'ils parlent
et écrivent avec un charme souverain.
Oui, cette vieille et belle langue provençale se meurt, malgré les efforts dévoués de ses plus fervents
adorateurs. Les fils la parlent moins purement, moins fréquemment que les pères; et les petits-fils ne
la comprendront plus dans un temps plus ou moins prochain.
Cetle tendance fatale, ce résultat inévitable donnent plus d'importance et plus d'intérêt encore aux
efforts, aux tentatives de nos poètes méridionaux pour conserver, non seulement les traditions
provençales, mais encore la langue qui a été la langue de notre patrie; la langue que le Dante et
Pétrarque ont parlée, qui a enfanté d'impérissables monuments littéraires, et qui, à travers les
révolutions politiques, s'est conservée intacte et pure de tout mélange.
Nous avons lu des extraits du poème burlesque de Jauffret-Rudel (*), poète provençal du XIIIe
siècle qui, au dire d'Estienne Pasquier, se prit d'une belle passion pour une sultane de Tripoli qu'il
n'avait jamais vue. Emporté par la passion, le poète partit de Saint-Tropez, sur une tartane qui fut
assaillie par une tempête furieuse. Il arriva à Tripoli, vit la sultane et expira. La langue de Jauffret-
Rudel est à peu de choses près celle de Marius Trussy; c'est la même richesse, la même vigueur
d'expressions, le même tour imagé; je dirais même volontiers: la même latinité.
Margarido est écrite en pur provençal; tellement pur que les oreilles habituées aux idiomes francisés
que l'on parle maintenant dans presque toutes nos villes du Midi, auront plus d'une fois besoin de
recourir à la traduction littérale pour avoir le sens des tournures elliptiques de vieux mots que les
citadins ont désappris, et dont les campagnards ont seuls gardé le secret. Nul ne possède mieux que
Marius Trussy le mecanisme de la langue; il en sait toutes les tendresses et toutes les vigueurs; il
pense et écrit en provençal avec une netteté remarquable.
Déjà, avant que le livre n'ait paru, on a reproché à l'auteur d'avoir admis l'hiatus dans son vers. Une
note placée à la fin de ce volume répond à ce reproche que je veux relever ici.
Et d'abord, vouloir assujettir la prosodie provençale, qui est l'italienne, aux exigences de la prosodie
française, est un grave contre-sens, une hérésie.
Or, la prosodie italienne ne repousse pas l'hiatus.
Imbus de ce principe fondamental, nos gracieux poètes avignonnais, les Roumanille, les Mistral, et
tant d'autres qui font aujourd'hui autorité, se préoccupent-ils de ce heurt de deux voyelles qu'on
nomme hiatus? — Pas le moins du monde. —
Leur vers, cependant, n'est-il pas suffisamment harmonieux?
Mais, je vais plus loin:
Pourquoi l'hiatus est-il proscrit? — Parce qu'il choque l'oreille. — Mais lorsque l'oreille n'est point
blessée, l'hiatus doit donc être permis. Or, dans la langue provençale il est des hiatus qui charment au
lieu de choquer. Pourquoi se priver d'un élément de force ou de grâce, quand on l'a sous la main, en
vue d'une règle imaginaire qui, après tout, si elle existait, exclurait presque le tiers des Provençaux de
l'agape poétique?
Comment, en effet, traduire en vers, sans hiatus, lou siou homé, lou siou enfan, la siou espazo, lei
siou ami, lei siou énémi, etc., etc., et tant d'autres locutions inhérentes au langage presque italien de
tout l'est du Var?...
Prenant donc le vers cité par Marius Trussy pour exemple:
Foou estré' un paou dé sén pèr parla coum' aco!
J'avoue que l'hiatus de foou estré n'offense pas du tout mon oreille. Au surplus, ainsi que le dit
l'auteur dans sa note, ils sont si clairsemés dans Margarido, que nous serions fort embarrassé d'en
citer d'autres.
Et puisque j'ai parlé des notes que Marius Trussy a groupées à la fin de son volume, il me sera bien
permis d'appeler sur elles l'attention des lecteurs. Elles sont écrites en français, et en très-bon
français. L'auteur s'y justifie avec une verve toute méridionale, des reproches qui pourraient lui être
adressés. Il en est une surtout que je recommande; elle a pour titre: les Jurons. Elle a été écrite à la
suite d'observations qui nous furent suggérées par la première lecture du manuscrit. Nous trouvions
que l'auteur fesait trop crûment parler ses personnages: le célèbre Tron dé Diou revenait assez
souvent; Marius Trussy a élagué çà et là, mais il a cru devoir maintenir ces jurons inoffensifs partout
où l'énergie du discours avait besoin de ce corollaire. Je dis jurons inoffensifs, parce qu'en effet la
plupart de ces expressions, d'un usage si commun dans le Midi, n'ont rien d'impie ni de
blasphématoire. Ainsi qu'il le dit lui-même, l'auteur a voulu peindre non une Provence, non des
Provençaux de convention, mais la vraie Provence, le Provençal pur sang. Il ne pouvait pas plus
mettre des manchettes à la langue, que des effets de neige dans ses paysages. Les personnages du
poème parlent le provençal, et laissent échapper les exclamations qui tiennent une si grande place
dans la langue, comme les Romains d'Horace et de Virgile jurent par Bacchus, par Jupiter et par
Hercule. A vrai dire, nous n'y voyons pas grand mal.
Somme toute, quittant les détails pour considérer dans son ensemble l'oeuvre qui va subir le jugement
du public, nous sommes surtout frappé du caractère virilement littéraire de cette difficile entreprise,
vaillamment menée à bonne fin.
La Provence peut disparaître sous l'action de la civilisation moderne: Les chemins de fer, le drainage,
l'irrigation, les sociétés agricoles peuvent modifier et même changer entièrement son aspect; on peut
parler le plus pur français dans ces contrées à demi-sauvages ou, aujourd'hui encore, un habitant du
Nord, un Franciot, est considéré comme un étranger; la Provence sous ses deux grands aspects, la
Provence masculine et la Provence féminine, la Provence proprement dite et le Comtat-Venaissin,
vivront éternellement dans ces deux personnifications charmantes: Mirèio et Margarido.
Comme Frédéric Mistral, Marius Trussy a attaché son nom à un poème qui restera, et il peut dire,
lui aussi: Exegi monumentum.
Nous croyons pouvoir sans témérité prédire un très-légitime succès à Margarido. Ce n'est pas
seulement en Provence qu'on voudra lire ces vers vigoureusement accentués, c'est à Paris, c'est dans
le monde des lettrés de tous pays que la jeune héroïne provençale sera accueillie avec empressement.
Indépendamment du charme poétique, il y a dans ce poème une science archéologique, il y a des
tableaux peints de main de maître qui suffiraient à assurer le succès de Margarido, et qui deviendront
un des éléments indispensables à l'histoire de notre belle et toujours bien chère Provence.

LOUIS JOURDAN
Paris, 22 juillet 1861.

ODO A LA PROUVENÇO
Nouasto Mairé.
Nos dulcia linquimus arva!
Virgile, Buc.

Salu Prouvènço, bouano mairé;
Ei doou dé l'avéni, dé chavano gounfla,
Couro su tei ginous mi bressavés, pécairé,
Ensoucitous, sounjavi gairé!
Tan nourrissiou d'espouar quan tétavi toun la!
Mai qué despartido funèsto,
Qué sounbré jou lusé couro si sian quita!
Qué d'hivèr, despui lor, an casca sus ma tèsto
Sei glaço, sei nèou, sei tenpèsto!
Et pui tan d'aoutrei flèou qu'aviou pa mérita!
Bacéla doou trèn dé la vido,
Susan souto moun fai, mai sènso estré abatu,
Et lou fron haout et fièr, pamén parpèlo humido,
Pantayan à teis espérido,
Ai toujou laoura dré, toujou digné dé tu!
Sènso cessa, din ma pensado,
Louchan contro lou sor et sei coou de mistraou,
Véou tei bèous oourizoun, tei coualo enbaoucémado,
En blo d'azur amoulounado,
Mi lusèn, din lou luèn en magiqué miraou!
Aquelei réflè, din moun amo,
Giétoun à plenei man dé bèn dous avéni!
Qué, maougra lei courrèn dé la vido et sei lamo,
Moun batèou, fèn forço dé ramo,
Su d'élei pouarto dré!... mai qué tardo à véni!…
Mai qué tardo ma desbarcado!
Qué lei roco à flour d'aigo, et milo aoutrei déngié,
M'enpachoun d'abourda ma terro désirado;
Et ma barco à mita négado
Si lasso dé fa' scalo oou péhis estrangié.
Per you, mairé, sies uno Angèlo
Qu'émé d'hué caressan proumétèn dé m'eima,
Fièro d'avè' ncheina moun amo à sei courdèlo,
Mai cessan pa d'èstré cruèlo,
Dins un brazié d'amour mi leisso counsuma.
Et mi mouari dé lénguitudo;
Pèrqué siou foual dé tu! pèrqué t'eimi' nca mai
Qu'aquélo Angèlo; foussé enca sa servitudo
Fouaço mén désavianto et rudo!
Mairé, soufri, va vés; plégui souto lou fai!
Et ma vido descounsoulado
Répasso, en si bressan, lei risèn souvéni
Deis aoubré toujou vèr, dei fouan et dei cascado,
Dé ma Prouvènço tan eimado!
Espéran moun ésil qué siégué lèou féni!...
Mai, din l'espéro lou tèn passo!
Lei sero et lei matin fujoun coumo d'uyaou;
Tout aco fa lou tèn qué courré din l'espaço,
Et sènso cor, mènbré ni fâço,
Nou pousso' mé soun dai, su lou tèrmé fataou!
Lou tèn es uno béndéléto
Que leis houro en courrèn, coumo un lon cabudéou,
Viroun su ma mémouaro, envésiblo gazéto,
Mounté coumo su' no paléto,
A torgé encoulourado, enbibi moun pincèou.
Et lou jou, la Mélancoulio,
Mi tèn, mairé; et ti véou' mé teis aoubré flouri,
Teis Eidèn, tei sentour, ta poulido ooucélio,
Et toun béou ciel blu d'Italio!
Et voudriou su ta faoudo alor ana mouri!
Et lou séro, la gènto Fado
Qué rèsto à moun cabé; qué li dién Souvéni,
Mi toucan su lou fron, dé sa bléto encantado,
Fa parti coumo uno muscado
Moun Lorgué dé mount' es; et mi lou fa véni:
Qué chalé! vaouti lei carrièro,
Lei pra, lei vigno ounté, davan d'èstré fourniou,
Courrèn coumo dé garri' scapa dei ratièro,
Fasian l'escolo bouissounièro,
Si vioutan su lei baouco et su lei roumaniou!
Et pui, lou souan cascan seis alo,
Aquéou panoourama si bressan su moun couar,
A soun tour lou pantai, su la terro natalo,
Mi fa veiré din sei dédalo
Leis ami d'eilavaou qué soun pancaro mouar!
Aquélei qué la tounbo clavo,
Fascinan meis espri, lou pantai bèn souvèn,
Coumo si dei décré doou destin si trufavo,
Révioutan dé blanqueis espavo,
Leis ami qué soun mouar mi lei mouastro vivèn!
Pui couro pounchéjo l'aoubéto,
Bèn luén dé tu, Prouvènço, alor durbi leis hué!...
Et moun amo véan plu seis ami, la paouréto,
Désaviado d'èstré souléto,
Si plouro; qué voudrié qué faguessé' nca nué!
Ensin, pamén, ma vido passo,
L'hui dé l'amo entrista, vira su lou tablèou
D'aquélei souvéni, qué, mi chanjan dé plaço,
M'enpouartoun à travè l'espaço
Et mi jouncoun dé flou lou camin doou toumbèou!...
Dins esto néblouso countrado
Vés, mairé, soun mei doou, néga din lei pantai
Qué, m'escoundèn Pari, mi brèssoun en pensado,
Proché dei ribo parfumado
D'Argèn, ei flo tan pur qu'uno eigagno dé Mai!
Ou su la roco nudo et griso,
Niou d'aiglo et dé faoucoun, pourtan coumo drapèou,
Su lou cimoun qué sublo oou méndré alen dé briso,
Quaouqu'antico tourré d'agliso
Ou rouino d'armitagé on rouino dé castèou:
Ou din lei séouvo ténébrouso,
Dé pin toujou braman, et d'éouvé toujou vèr,
Enmènsei salo verdo, et longuei counto ounbrouso,
Mounté lei Fado vapoourouso
Eis homé oou tèn passa ténién palai dubèr:
Ou bèn, proché l'unblo bastido
Doou peisan oou bra négré et resti doou souléou;
Esclaou toujou susan pèr derraba sa vido,
Din la terro pèr èou fouillido,
Pécairé! en espéran qué s'aclapé su d'éou!...
O, mairé; ensin ma vido passo,
L'hui dé l'amo entrista, vira su lou tablèou
D'aquelei souvéni qué, mi chanjan dé plaço,
M'enpouartoun à travè l'espaço
Et mi jouncoun dé flou lou camin doou toumbèou!
Ah! mai' quélei flou soun passido;
Ai bèou leis abuoura dé mei larmo, et souvèn!
L'a déjà troou dé tèn, mairé, qué soun cuillido;
Et sé soun enca' n paou flourido,
Déjà la pâlo Mouar lei frôlo dé soun vèn!...
Talo uno lèbré din la vigno,
Su lei pa doou cassaire et lou japa dei can,
Lançado à gran galò, traço uno courbo ligno,
Et lou cassaire qué la guigno
L'espéro oou jas, aprè sa cousso à travèr camp:
Taou voudriou qué moun sor fouguéssé!
L'a troou de tèn qué viri aoutou doou proumié jas;
Sérié tèn ou jamai qué moun tour s'acabéssé,
Quan mémé la mouar m'espéréssé
A moun proumié lança; qué siou rudamén las!…
Sé pèr tu, mairé, un fugaou brillo
Din moun amo; ma Muso a qu'un paouré calén!
Maougra' co va canta la pu bèlo dei fillo;
Soustèn la sé lou soou resquillo;
O, pèr canta Garido, abraso soun alén!
Sabés? ta fillo Margarido
Dins un oustaou dooura récébé pa lou jou;
Dins aqueleis oustaou, ta raço enbastardido
Cueillé plu lei flou dé la vido
Coumo, doou tèn passa, leis enfan doou miéjou.
Pérqué ta faço bénésido
Aro trèvo à l'escar dei vilo et dei castèou;
Qué tronés plu qu'ei séouvo et din l'unblo bastido;
Coumo es aqui qué s'es flourido,
Ta fillo; mi la foou pèr ourna mei tablèou:
Naïvo, bèlo, eimanto et puro,
Pèr canta seis amour ai prés qu'un galooubé,
Pipèou doou Prouvençaou; qué sa richo naturo,
Méspréso l'ar et la paruro:
Enéo’ a pa la vouas doou pastré Mélibé!
Ta lengo d'or touto souléto,
Sènso ar, n'a ségu proun pèr diré sei bèouta;
Hunblo et chasto coumo es la flou dé viouléto,
M'en vaou din tei farigouléto,
Souto d'un roumaniou, li dreissa soun aouta.
Adiou, Mairé! din ma pénsado
Reinés toujou bèn bèlo, et toujou reinaras;
Jusquo qué dé ma vido, en paou pèrtou vaoutado,
La tramo sié touto fiélado,
Séras toujou ma reino, et mi counsoularas.
PRELOGO.
I
Coumo!... sabès pa' quélo histouaro?...
Disié lou viei Mèstré Grégouaro
A’ n’ un jouvèn bloundin, passan oou Tourouné;
Eici, couro fèn lei véyado,
Es tan countado et récountado
Qué cadun soou din la Countrado
La fin dé Dido et Choua quan soun houro souné.
Aousès pa, damoun su la coualo,
Aquéou bru plentiou qué dévalo?
Un lon gémissamen... uno mourènto voua,
Que dirias un pacién qu'enplouro
Soun pardoun à la darniéro houro?...
Es uno amo en péno qué plouro!
Aco ‘s Jaqué, l’avaré; es lou paire dé Choua!...
Qué lou pairé dé la pichoto
Ero Toni lou Patrioto,
Coumo li dian eici; lou pu millou garçoun
Qu'agué viscu dessu la terro;
Un qu'èro ei pountoun d'Anglétèrro
Di qu'es mouar preisounié de guèrro.
Parté, l'a quaranto an, quan vendra la meissoun.
Ero foual d'uno dé mei nèço;
Lou toti' agué la maladrèsso
Dé si marida' m'élo un an davan lou tèn;
Aourié fagu veiré la vido
Qué fé, couro végué espelido
Sa gento fillo Margarido!
S’es jamai vis oou moundé un Mourtaou pu countèn.
Mai qu’es lou bouanhu su la terro?
L’a dé vérai qué la misèro:
Sian hérous qu'en pantai; la vido es un tourmén!
Su quaouqu' espouar qué l'on si foundé,
Qué siégué en visto ou qué s'escoundé,
Cadun a dins aquestou moudé,
Crous su crous et misèro et désencantamén!
A péno Toni fougué pairé
Qué, subissèn lou sor, pécairé!
Lou malhu n'in douné, tounbé d'èstré sourda;
Parté, si plouran, l'amo tristo,
Un bèou jou dé San-Jan-Batisto,
Et sa frémo l'a plu révisto,
Qué jamai soun coungié li fouguet acourda.
Et qu'èro un rudé batayairé;
Perqué gagné dins uno afairé
Un bèou sabré d'hounou; qu'èro alor brégadié
Deis ussar, quatriémé dé l'armo;
Sa létro n'arribé dé Parmo;
Sa paouro frémo toujou' n larmo,
Nuech et jou souspiravo et toujou l'atendié!
Et tounbé bèn din sa débino
Qu'avié n' amigo pèr vésino
Qu'èro Néno doou Jaqué, et la mairé dé Choua;
Lei doui bastidoun si toucavoun,
Et toui douas énsèn vésinavoun;
Et mémé, ralamen, s'eimavoun
Enca mai qué doui sorre; èroun toujou toui doua.
Lei Pichoun tétavoun encaro
Qué Babèou, d'aquélo bagaro,
Pèr régréou dé soun doou dugué pèrdré soun la;
Néno douné lou sén à Dido;
D'aquéou moumén dién qué sa vido
Oou sor dé Choua fouguet unido;
Ségu qué lou bouan Diou véngué sé n'en méla.
Din lou mémé brès lei couchavoun;
L'èroun pas pu lèou, s'enbrassavoun,
Et s'endourmién ensin; falié pa lei bressa;
Et sé la nué Dido plouravo,
Choua, pu viei d'un an, li parlavo,
Et la pichoto si teisavo,
Et pui si rendourmién si ténèn enbrassa.
Et bèou qu’èroun!... Qué, lei coumairé
Eroun coumo géloua dei mairé;
Cado pastado eici, l'avié lou fougaçoun
Dé dré pèr Choua' mé Margarido;
L'avié pa' n traou, pa' no bastido,
Mounté si féssé' no partido
Qué si gardessoun pa la par dei doui pichoun
II
Vivitur parvo benè…
Horace ( ad Grosphum. )
Dins eicestou pouli masagé,
Cadun a sa par d'hérétagé;
Pa fouaço, mai cadun eici fa cé qué déou:
Pèrqué, couro la vido es rudo,
Diou Mando oou paouré, d'abitudo,
Un vésin qué li presto ajudo,
Un assèti dé peiro et sa par dé souléou:
Eici n'en foou pa mai pèr viouré;
Dégun soou ni légi ni' scriouré;
Cadun si pouarto bèn et tou lou moundé viou:
Voui, cadun riégèn soun arairé,
Fa sa régo drécho, pécairé,
Tou daisé; et s'enquiétan pa gairé
D'avé soun troua dé pan, pèr couro fara niou.
Mai Jaqué avié' no caouvo en tèsto,
Lou malérous! et tan funèsto
Qué frémo, enfan, Garido, et sa mairé tanbèn,
Qu'èroun la flou de sa bastido,
Uno fés l'afairé counplido,
Li sacrifiguéroun sa vido!...
Jaqué èro mai qué foual pèr s'aquista dé bèn.
Foou qué vou digui' quélo histouaro.
Tan ancrado din ma mémouaro,
Qué véou Garido et Choua din toutei mei pantai:
Déman dématin à l'aoubéto,
Couro oousirés la cansounéto
Dé la matinalo loouvéto,
Vénès souto aquest’ eouvé, et vou la countarai.
III
Aro, anés veiré la ribiéro
Mounté s'avenco touto entiéro
Dins un gran soutarén; qu'élo mémo en tounban,
Rouigan ei roco s’es taillado;
Et qué fa courré soun aigado
En varayan, ensin tapado,
Mai d’un quardouro luén, anan su Vidoouban:
Souto un eouvé, faouto dé tèndo,
Aqui légirés la Légèndo
Qué vèn dé pairé en fiou, dé Moussu Déloouran,
Lou tan gai castélén dei Croto;
Aquéou sengulié patrioto,
Qu'a viscu coumo lei machoto
En fèn doou jou sa nué, proché trento an duran.
Es eou mémé qué l’a countado
A l’avuglé que l'a rimado;
Satan, aqui si vés vénèn fairé soun bèou;
( Mounté s'entraouco pa lou Diablé! )
Veirés lou réci mémourablé
Deis obro d'aquéou misérablé;
Et pèr lou fa fugi cé qué fé san Miquèou.
Veirés coumo fougué trooucado,
Dins uno roco aqui plantado,
La capèlo, en un jou, senso oouti ni martèou;
Qu’es San-Miquèou-dé-souto-terro;
Capèlo encaro touto entiéro,
Qué, mémé, sa pouarto es badiéro
Su l'avén esfrayan dei sounbré Tounbarèou.
Et pui, s’avès bouano mémouaro,
Couro vou countarai l'histouaro
Dé Dido et Choua, veirés qué seis angé Gabriel
Nou mandéroun Frairé Polito,
Qu'es nouasté sant homé d'Armito,
Pèr nou diré, en fèn sa vésito,
Mounté leis avié vis s'énaoura din lou Ciel.
IV
Et lou Jouvèn à tèsto bloundo,
D'Argèn, séguèn lei fresqueis oundo,
Lou vésié s'estiran coumo uno longo sèr,
A l'esquino touarto, lusènto
D'un milién dé bélugo ardènto;
Bèlo aigo lenpido et courrènto
Qué toutaro huerlara din seis avén d'infèr.
Et s'aousié, lon dé la Ribiéro
Lei charrado dei bugadiéro
Et lou bru de sei masso et sei longuei cansoun;
Et s'aousié tanbèn, din la coualo,
Lou cascarélun dei cigalo;
Et pui, din l'aigo qué rigoualo
Courrié su lei mousquéto un mouloun de peissoun.
Viran en l'èr, la couguillado,
A pèrto dé visto énaourado
Sublavo, en viroulan, soun aoubado oou houan Diou;
Et s'aousié trounan din la Counbo
La ribiéro d'Argèn qué tounbo
Din sei préfoundei catacounbo,
Mounté si soun counpli tan dé fè mystériou!
Et lou Jouvèn à tèsto bloundo
Véan quéleis aigo fériboundo
Si toursèn din l'avén, et dé rabi’ scuman,
Mu, su lou bor, lei countenplavo;
Qué tou soun cor n'en trémoulavo
Et qué sa testo n'en viravo!
Et pui, fé dooutrés pa, sa Légèndo à la man.
Et, s’assétan dessouto un rouré,
Ligé, vésèn l'aigo qué courré,
Et l'aigo qué s'avénco, et lei milo ooucéloun,
Patouyéjan din l'aigo frésco,
Ou carégnan din lei lanbrésco,
Su la Cascado gigantésco,
Qué huerlo coumo un ours trévan din lou Valoun.
FIN DOOU PRELOGO.
LEGENDO DEI TOUNBAREOU D'ARGEN, DEIS ARMETO,
ET DE SAN-MIQUEOU-SOUTO-TERRO.
Proché doou boua d'Estroou, mounté fasié pa bouan,
L'a pèraqui trento an, s'einana fairé un souan,
A mén d'avé' n paou troou dé loui d'or din sa bousso,
La ribiéro d'Argèn, enterrounpé sa cousso,
Dé plen saou, bruscamén, coumo un coou de mistraou;
Tounbo, huerlo et s'avénco adavaou dins un traou;
Pui, courré cin cèn pa, souto uno fresco voûto
Facho din lou roucas… Pèr ana’ qui dessouto,
Foou l'ana dé san-frès; que, s'érias enpéga
N'en sourtirias, ségu, qu'apré v'estré néga.
Vésiten dounco ensèn l'humido catacounbo;
Restés pa troou dé tèn mounté la raisso tounbo,
Qué la testo pourrié, presso doou virovoou,
V'éntira dins un traou qué bramo à fairé poou!
Pu luén ( vaou vou counta dé caouvo rémarcablo )
Si vés d'estrangé cor, dé mouastré dé la Fablo,
Dé pei coumo de buou, qué vou grignoun lei dèn;
Es d'elei, si creirié, qué vèn lou noum d'Argèn;
Qué nouastei reiré an més su d'aquélo ribiéro;
Tan, coumo argèn brillan, lusoun din la sourniéro.
Aquidin l'a dé tou; l'a dé tèsto dé mouar,
Dé fédo, dé ménoun, dé cabro, amai dé pouar;
Si vés, proché doou traou qu'en parlavian toutaro,
Un panié dé limasso, en peiro, caouvo raro!
Aquéou lai poplé bramo et huerlo sènso fin;
L'on si creirié tounba dins un raou dé réquin,
S'avan si sabié pa qué tout aco' s dé roco.
La ribiéro a tou fa; si soou pa' n qualo époco.
’Quidin s'atrovo atou dé bestialun vivèn.
Un buouvoli tan gro qu'un dindas, m'en souvèn,
A moun cairé souflan coumo uno amo enfarnalo,
Mi fouité su lou mourré un soulidé coou d'alo;
Pui s'enparté quiélan, eilavaou din la nué,
Gitan d'aquélei cri coumo s'en aousé enlué;
Et pui dé longuei ser en sublan s'esquillavoun,
Tanbèn n'en rélusié din l'aigo qué nédavoun;
Qué bestiaou, Santo Crous, qué varayo aquidin!
Pèr paou fougués poourous, Diou v’en gardé en camin;
Qué tounbarias d'esfrai, rèn qu'à veiré sei goulo,
Viscouso dé bavun, badan, jamai sadoulo;
Hérousamen si soou qué fan pa gés dé maou,
Perqué couro vou vén, s’estrémoun din dé traou.
Atou si vés aqui voulétan, estraviado,
Dé jou coumo dé nué tan dé ratopénado
Qué, sé soun, coumo dien, lei mousco dé l'infèr,
Ségu qu'aco' s un traou qué trèvo Lucifèr!
Nouastei tayoun n'an di qué dins aquélei croto,
Puplado dé lanbèr, dé sèr et dé machoto,
Oou coou dé miéjanué, la nué doou jou dei Mouar,
S'aousé jusqu'oou matin, dé chan dé désespouar,
Dé plou, dé juramen, dé larmo, dé prièro;
Enfin tou lou plagnun qu'enfantoun lei misèro!
Escoutas bèn eisso, v'en prègui, meis enfan!
Ero lou réndévous dé tou lei révénan
Dé Lorgué, Vidoouban, et sei dooutrés bourgado!…
Quiélavoun aquidin coumo d'amo danado,
Qu lou Dies iroe, qu lou De Profundis,
Qu dé sac... qu dé noun... et tou cé qué si dis
Din nouasté bèou péhi, couro sian en dérouto!
Dei préfoun Tounbarèou, gangaçavo la voûto!...
Toutei gitavoun pa dé cri dé désespouar;
Mai l'avié bèn un cèn d'aquélei paourei mouar,
Qu'en anan pèr sarca lou viouré deis Arméto,
Avien rèn atrouba, ni pan, ni fougacéto,
Ni figo, ni rasin, su lou lié dei pichoun!
N'a que soun tan grouman d'aquélei foutissoun,
Qué si soucitoun bèn qué leis Arméto quiéloun!
Mai fassoun d'atencien oou coutoun qué si fiéloun;
Leis Arméto eirmoun bèn qu li pouarto respè;
Mai saboun bèn, atou, véni grata lei pè
Dé qu li fa lenguéto!... ensin, garo dessouto!
Es doun, qu'aquestei mouar s'èroun més en dérouto;
Aco' s clar; quan l'on soou qué lou viouré es dégu,
S'entourna, senso avé ni manja ni bégu,
Es pa gairé amusan! — Doun, trenblavo la voûto!
Amoulouna, pa luen, Satan èro à l'escouto:
Lou fénas espinchavo oou foun dei Tounbarèou,
Leis amo que pourrié rébuta san Miquèou;
Perqu'eici, san Miquèou, va juga'n sartèn rôlé.
Doun qué nouastré Satan, èro escoundu, lou drôle,
En si lican lei brégo, et durben d'hué plounba,
Su nouastei révénan qué fasien soun saba.
— Tron dé l'èr! si disié: foudrié bèn dès dougéno
Oou men, d'estei maoudi, pèr mi paga mei péno!...
Tou leis an foou véni m'entroouca ei Tounbarèou,
Et quita moun Infer, fassé lai, fassé bèou,
You Satan, you l'Espri, l'Arcangé dei Ténèbré,
Mi foudrié tou leis an courré coumo uno lèbré
Pèr avé, coumo dien, lei miéto... lou rébu
D'un san Miquèou?… Viedai! sian doun plu Berzébu?…
Vaou li juga lou tour, tron dé l’èr!... you vaou faire,
Avan qué sié vengu, mei pichoteis afairé!… —
Aco di, prén sa priso, et coumo uu généraou,
Estournigo, si mouco, et souarté dé soun traou...
D'un lanpéja d'uyaou, leis amo si chutéroun!
Lei plagné, lei juroun, lei prièro cesséroun!
Argèn, qu va creirié? pensan à san Miquèou,
D'uno man arresté sei bruyan Toumbarèou!…
Et Satan parlé' nsin, d'uno vouas fourmidablo,
Emé d'hué foudréjan uno flamo esfrayablo:
— Salu, paoureis amo danado,
Despui tan dé ten coundanado
A vou plagné, à gémi pèr démanda pardoun!
Es lou bouan Diou qué vou rébuto;
Vou prégas!... Eou vou persécuto!
Barguignén pa d'uno minuto,
Séguè mi din l'Infèr, vou cargarai de doun!
Vénès resta din moun Enpiré,
Paoureis amo din lou martiré,
Lou Ciel, va vésès bèn, si duerbé pa pèr vou!
You, ma pouarto es jamai clavado;
Es un largé pati qué bado;
Arribas dounco, amo danado,
Vou counblarai dé doun qué vou sénblaran dou!
You v'ésclafirai dé richesso;
V'acablarai dé mei largesso.
Arméto, anen, vénès! séguè-mi din l'Infèr!
Aqui, doou matin jusqu'oou séro,
Dégun soufré ni désespéro!
Ranja-vou souto ma bandiéro,
Vénès, sérès héroua, fé dé you, Lucifer! —
— Es doun qué pouas nou faire quiti
Dé nouastei crimé et desmeriti,
Diguet uno amo en péno, arregardan Satan;
You qu'ai raouba touto ma vido,
Founça dé pouarto dé bastido,
Enfin ména vido abrutido,
Mi fas graci d'aco?... digué lou maoufatan. —
— Mai, qué l'a doun dé tan blamablé,
Din tout aco'?... digué lou Diablé;
Paouro amo, vés doun pa qu'es lou Diou qué ti tèn,
Qué, din sa cabocho enfarnalo,
Es caouso dé tan d'escandalo?...
Qué, s'avié fa lei par égalo,
L'aourié-ti dé voulu?... Digo, paoure einoucèn! —
— You, suivan l'ancieno método,
M'an rounpu leis ouas su la rodo,
Pèr avé tua!.., faguet un aoutré révénan;
Estèn viou, mi siou leissa diré
Qué, sé m'aviés, mi fariés couiré
Dins un gran peiroou!... sènso riré,
Satan, es ti vérai?... digué lou maoufatan. —
MARGARIDO
CHAN PROUMIE.
I
N'avès proumés, mèstré Grégouaro,
Dé nou diré, en charran, l'histouaro
Dé Margarido et Choua, qu'avèn vis enfantoun;
N'avès mes aco din la tèsto;
Séra pèr naoutro un jou dé fèsto;
Et pusqu'avèn dé tèn dé rèsto,
Charra nou dounco en paou d'aquélei doui pichoun.
RECI.
— Eisso' s doou tèn qu'avian en Franço
Un homé dé grando vaillanço,
Qué l'univèr alor trémoulavo à soun noun:
Lou Bouanapar, figuro antico,
Couro su la terro Italico,
Généraou dé la Républico,
Séménavo la glouaro à gran coou dé canoun.
Despui dous an, Toni, à la guerro,
Avié vis toutéi lei misèro;
Pécairé! avié sufèr touto sorto dé maou!
La paouro Babèu si plouravo;
Oou bouan Diou si récoumendavo;
Et, quan va poudié, li mandavo
Lou paou d'argèn qu'avié, couro èro à l'espitaou.
Avié déjà cin coou dé balo;
Dins uno afairé généralo
Agantet un drapèou; mai lou pagué bèn chier:
Su lou mourré, trés coou de sabre;
Dooutrés balo din lou cadabré;
Foulié qué foussé fa dé mabré,
Pèr révéni d’aquélo!... et n'èro pa maou fier!
Fasié' n gro tèn dé sécaresso;
Ero un dimengè aprè la messo,
Qué Babèou récébé la létro dé Tounin.
Qué guignoun! vénié dé la vilo,
Et si fasié pa maou dé bilo!
Mai tout aco, péno énutilo;
Poudié pa dévina cé qué l'avié dédin.
Sabès qué din nouastei masagé
Dégun dé naoutré es din l'usagé
D'estudia din lei libré à légi lou papié;
Encaro, eisso va vou surpréndré,
Eici, dégun pourrié counpréndré
Lou Francés; qué dien, pèr l'apréndré,
Foou passa mai dé tèn qué pèr un bouan mestié.
Mai, pamén, la véguéri riré;
L'avié' no crous qué voulié diré:
— Tan qué veiras la crous, es qué mi pouarti bèn. —
Et la paouro Babèu plouravo,
Risié, prégavo, souspiravo;
En si languissèn, espéravo
Lou dimengé vénèn, que li senblavo luèn!
Qué sa sémano èro lougado,
Pèr ana fairé la bugado
Dé mèstré Majuroun, aquéou gro meinagié,
Qu'a prés à rendo Vignooubiéro;
Doun qué dé la sémano entiéro,
Babèou si trouvan bugadiéro,
Fougué, duran siei jou, coumo su d'un brasié.
Babèou, couro anavo en journado,
Madaléno, sa canbarado,
Gardavo Margarido, et Choua, qu'èro bèn gèn,
Coumo èro déjà' n paou grandéto,
Fasién ensenblé la goustéto;
La leissavo jamai souléto,
Fouguéssé luen doou pous!... Oh! la gardavo bèn!
Manjavo qu'a soun escudèlo;
Dejà l'atrouvavo tan bèlo,
Qué couro èro pa' m' éou, fasié qué trépigna.
La pichouno, tanbèn l'eimavo;
A tou moumén lou caressavo,
Et Madaléno si pensavo:
— Dido et Choua, bèn ségu, soun pèr si carégna!
Enfin véngué' quéou san dimengé!
Couro agué bèn pléga soun liengé,
Tou dé gran dématin, parté nouasto Babèou;
A péno sé la couguillado
Sublavo à Diou sei viroulado,
Qué Babèou fasié soun intrado
A Lorgué, din l'oustaou doou noutari Gamèou.
Qué, pér lou paga dé sei péno,
D'uno toupino dé tapéno,
Pécairé, èro cargado, et n'in fasié présèn.
La vèyo, leis avié sarcado
En fasèn séca sa bugado,
Tavoou lei baouco séménado
Dé la man doou bouan Diou, din lei lono d'Argèn.
Es aqui qu’apréngué l'histouaro,
Tan doou drapèou, qué dé la glouaro
Dé soun Toni!... Pécairé! élo vésié pa' nsin!
La paouro frémo desaviado
Vésié rèn qué sa pèou trooucado,
Et sei brégo tout estrassado!
Quan vendra, si disié, sénblara plu Tounin!
Et s'envengué' mé l'amo en péno,
Proché sa bouano Madaléno;
Et plouréroun toui douas, en bressan lei pichoun.
Quan regardavo Margarido,
Tan mignounéto et tan poulido,
Babèou èro à mita garido;
Et lei mairé disién: — Mai qué bèous angéloun!
II
Despui quaouqué tèn, Jaqué anavo
A la vilo, et s'en rétournavo
Tou sounbré et pensatiou. — Ségu qu'a quaoucarèn!
Disién lei gèn doou vésinagé;
Jaqué fa bèn souvèn lou viagé
De Lorgué eici! — Din lou masagé
Aco fasié charra; — perqu'ensin soun lei gèn:
Pèr paou qu'un homé agué d'afairé,
Pan! lei platino dei coumairé
Charroun, charroun!... Saché cé qué dién à la fin,
D'un angé foudrié la mémouaro.
Aprè tou, véas, aquésto histouaro,
Sé vou plai miés, estou grimouaro,
Poou si passa d'aco. — Charras, charras, vésin!
You, sabiou dé qué réviravo;
Cadé coou qué mi réscountravo,
Jaqué disié bounjou; si toucavian la man;
Pui, charravian dé la récloto,
Doou vin qu'avié més din sa croto,
Dé l'enfan et dé la pichoto...
Patin, coufin... Vésès, èro assas bouan enfan.
Tout en manéjan soun eissado,
Nouasté Jaqué, avié la pensado
Dé fairé soun camin, en s'aquistan dé bèn;
Lou siou, toucavo uno pinédo,
Qué, s'avié agu proun dé mounédo,
L'aourié crounpado, et dooutrés fédo,
Pèr lei peissé dessu; mai faoutavo l'argèn!
Es doun, qué s'anavo à la vilo,
Fasié pa dé courso énutilo,
Lou Jaqué; èro engaoubia!… S'èro més oou moulin,
Mestré dé ban, et pui peisseiré;
Qué fasié plési dé lou veiré;
Qué, sé l'aguessoun vougu creiré,
Aourié tou révira, dé tan qu'èro malin.
S'avién bèn counprés, d'avanturo,
Soun ideio su la moouturo,
Su' no moouto d'ooulivo, oourié trouva, ségu,
En l'esquichan din soun entèndré,
Lou mouyèn dé li faire rèndré
Un coou mai!... Poudès bèn v'atèndré,
Qué lei moounié disién: — Aquél homé a bégu!...
Mai moussu Gamèou, lou noutari,
Pui soun cousin, l'apouticari,
Qu'an un moulin à sang, li diguéroun alor:
— Jaqué, sé vouas fairé uno afairé,
Ti crounpan toun ségrè, coupairé,
Quiengé cèn fran?... — Aco' s troou gairé,
M’en foou cèn loui, digué. — Vagué pèr cèn loui d'or! —
Débado, qué bèn très sémano,
Véja, renpli la damajano,
Que dién, ana, véni, Jaqué fasié qu'aco.
Et lei fumèlo n'on charravoun;
Mai, doou diablé sé si doutavoun
Qué Jaqué, quan lou rescountravoun,
Poudié doou Tourouné, si diré lou coco!…
Mai moussu Gamèou, lou noutari,
Et soun cousin, l'apouticari,
Avan dé li douna cé qu'èro counvengu,
Vouguéroun lou métré à l'esprovo;
Et Jaqué li douné la provo
Qué sa método, touto novo,
Valié bèn cèn loui d'or.... Tou fougué mantengu.
Sigué dins un moulin à rodo
Qu'assayeroun d'esto método;
Aguéssias vis lou Jaqué, émé seis escourtin,
Emé sa palo dé peisseiré!
Qué rayoou d'oli!.. falié veiré?
Sènso escaouda!.. qu poucrié creiré?...
Pa mai, rèn qu'en pressan!... coum' eis aoutrei moulin.
Grignoun?... trissa, més en poudréto,
Et se coumo dé luménéto!
D'oli d’infèr?... pa pèr fa couiré un darnaga!...
... Aqui, l'aguét uno restido,
Qué jamai s'es vis de la vido,
Din la vilo ou din lei bastido,
Uno restido ensin!... Jaqué fougué paga.
Viédai! li parla dé pinédo,
Ni mai de crounpa quaouquei fédo,
S'agéssié plu d'aco!... Jaqué èro gros moussu!
Bélèou, pantayavo un meinagé,
Dindiéro, pastré, gèn à gagé;
Ooulivié, vigno, pasturagé!
La pinédo?... cèn loui l'avién’ scupi dessu!
Néno et Babèou si régardéroun;
Sènso rèn diré, si plouréroun!...
Oh! lei frémo, an beou diré, an quaoucarèn dé Diou!
Dévinoun, sènso èstré sourciéro;
Vésoun clar dins uno sourniéro;
L'aourié pa pu gro qu'uno niéro,
Dé grabugi din l'èr!... si va sèntoun, vou diou!
Néno préngué Margaridéto,
Beisé sei gaouto rédounéto;
Babèou préngué l'enfan, lou sèrré din sei bra;
Din lou tèn qué lei caressavoun,
Lei chin dei bastidoun plouravoun!
Voui, jusqu'ei chin, qué dévinavoun
Qué l'avié quaoucarèn qu'èro désénpara!
Pui, lei pichoun, ensèn sourtéroun;
Toui douas, lei mairé, alor creidéroun:
— Gar'oou pous! Choua, lou pous! — Mairé, n'agués pa poou
Digué Choua, dé sa vouas candido,
Tan qué mi soourés émé Dido,
Lou pous mi veira dé la vido.
Va véas, lou foutissoun èro gèn coumo un soou.
Jaqué, crounpé dé bèn d'agliso;
Li disiou: — Fas uno bestiso;
Crésés qué durara toujou, lou Bouanapar?
Aco séra qu'un fué dé paillo;
Crégné ni balo ni mitraillo;
Sé périssé din la bataillo,
Lei mouiné révéndran, pèr répréndré sa par. —
Mi respoundé: — Siés un plouraire!
Jamai si veira' co, coupaire. —
— Mai, métén qué vénguéssé? — Eh bèn! véguén alor,
Tei mouiné nou farién-ti pèndré?...
Es qu'és naoutré qué fasèn vèndré
Lei vigno qué foudrié li rèndré?...
Davan, déourien-ti pa mi counta cèn loui d'or? —
Es pamén vérai!... mi soungéri;
Et, su d'aco, m'en révénguéri;
Mai, qu'afron es aco, dé téni d'aquéou bèn!
L'armito, couro fa sa roundo,
Passo davan, si ségno et groundo;
Mai, jamai dé sei santeis oundo,
Voudra lei bénési!... Qu soou? bésai fa bèn!
Pécairé! pèr quista sa vido,
Intrara din chaco bastido,
Et soun aigo ségnado espèrjara l'oustaou.
Mai doou diablé, sé li véas fairé
Un pas, pèr fa la mémo afairé,
Din lei bastido dei crounpairé
D'aquélei bèn!... Viédai, creirié tounba malaou!
Jusqu'ei crous qué gardoun lei vigno;
Voui, lou bouas, éou mémé, s'endigno
Dé garda' quélei bèn; dién qué sèntoun l'infèr!
Din la sémano dé l'ooutavo,
Un matin qué Jaquo laouravo,
Végué sa crous qué boulégavo!...
Es-ti bouan signé aco, diga-mi, tron dé l'ér?
III
Enfin, lou passo din la vido;
Jaqué vivié din sa bastido,
Et si parlavo plu d'aquélei bèn maoudi.
Despui lou matin jusqu'oou séro,
En vendumi coumo en tèn d'iéro,
Poudié marcha la tèsto fiéro;
Quan Jaqué avié parla, tout alor èro di.
Soun ancien bastidoun toucavo
Lou nouvèou bèn qué curtivavo;
Doun nouastei doui pichoun, èroun toujou vésin;
Maougra' co, Néno si danavo,
Pèrqué soun Choua si charpinavo,
Quan lou matin si resveillavo
Et qué troubavo pa sa Garido oou jardin!…
Avié noou-dès an, la filléto,
Qué Babèou crounpé' no cabréto,
Pèr donna quaoucarèn à fairé à soun anjoun;
Pui, Dido eimavo lou latagé,
La brousso ooutan que lou froumagé;
Et pui, din soun enfantillagé,
Voulié avé' no cabréto!... oh! n'avié bèn manjoun!
Es doun qué nouasto Garidéto,
Cadé matin, avan l'aoubéto,
Si lévavo, et fasié sourti dé l'establoun
Sa cabréto mignouno et fino,
Tan foualo coumo uno mounino,
Qué li fasié cèn gèntei mino,
Et qué meinavo peissé, adaou din lou valoun.
Li metié d'abor sa sounayo;
Pui s'enfielavoun su la drayo
Qué méno mounté véas lei baoumo d'eilamoun:
En grignoutan quaouqueis agréno,
La fasié peissé sènso péno;
Pui, quan vésié sei pouço pléno,
S'en vénién, toutei douas, countento oou bastidoun.
Mai Choua li falié sa Garido!...
Tou lei matin fasié' no vido,
Qu'oourias di qué l'oustaou li tounbavo dessu!...
Quan Garido s'èro énvéngudo,
Et qué sa cabro èro mousudo,
Avié bèou, coumo d’abitudo,
Dé véni lou trouva!… fougnavo, lou moussu!…
Mai paouc à paou' co si passavo;
Lou foutissoun la caressavo;
Pui, s'anavoun juga souto quaouqu'amourié,
Ou bèn souto d'uno figuiéro,
Et touto la jornado entiéro
Restavoun ensèn;... dé maniéro
Que, jusqu'à l'endéman, l'avié paillo oou paillié.
Lei léndéman, va sènso diré,
Choua grignavo dé piré en piré;
Tan qué lou paouré enfan prénié lou malaoutun;
Néno sabié plu coumo fairé;
Diré cé qu'en pensavo oou pairé?...
D'aco si soucitavo gairé
Pèr li révira eisso, véas, èro pa tout un!
Lou surorgien, moussu Balisto,
Véan la paouro Néno tan tristo,
Li digué: — Vai, ma bouano, espéré-mi deman,
As pa bésoun dé fa noouvéno;
O, dé gran matin, Madaléno,
L’anarai, ti fassés plu péno;
Quan ti diou, qué ségu, garirai toun enfan!
Et l'éndéman, moussu Balisto,
Qu'a tan dé talèn et dé visto,
Diguet à Jaqué: — Vé, pèr gari toun pichoun,
Qué plouré, qué cridé, qué réné,
Foou que lei matin si prouméné;
Et sé li fa plési, qué méné
Uno cabréto ém’ èou, peissé din lou valoun. —
Qué lou fué grègou mi counsumé,
Sé, métré d'oli dins un lumé
Fé pa lou mémé éfè qué l'eigagno à l'enfan!
Sei gaouto si resboundisséroun;
Seis frésco coulou révenguéroun;
Et Jaqué et Nèno si diguéroun:
— D'aquéou moussu Balisto!... Es pa gro cépandan!
— Sié gran ou gro, paou m'en souciti;
You régardi qué sei mériti
Din tout eisso, fé Jaqué, anén! dijoou qué vèn,
Préndras d'ooulivo et dé tapéno,
Dé qué fa doui toupino pléno
Et quan lei li dounaras, Néno,
Diras bèn gramaci, pèrqué siou bèn countèn.
IV
UNO CHARRADO ENTRE DOUI FIELOUSO.
.... Æquabat semper opus dens.
Catule. ( Arg. )
Néno et Babèou, un jou fiélavoun,
Dé caouvo et d'aoutro ensèn charravoun,
Assetado, toui douas, souto d'un mingranié;
Lei pichoun, souto la figuiéro,
Jugavoun ensèn à la fiéro;
Dido fasié la jardiniéro:
Vendié à Choua dé pébroun qu'avié din soun panié.
Lei doui fus ensènblé viravoun,
Lei doui man sénèco tiravoun
Doou poucé et dé doui dé, bagna, toui trés égaou,
Lou canébé dé sei coulougno,
Qué si fiélavo entré seis ougno,
Coumo quan l'aragno bésougno
Su sa télo trooucado, apédaçan un traou.
Ensin s'alongo et si rémouco
Dei dé, dei dèn et dé la bouco,
Lou fiou gairé toursu, propé'et sènso escaloun,
Qué s'estiro en fino aguyado,
Bagnado, tirado, virado,
Pèr l'enbooubina su la fuado,
Couro dé la fiélouso, aflouro lei taloun.
Doui fumélo ensin assétado,
Si poou pa nounbra lei charrado
Facho à tor à travèr, et lei lardoun pounchu
Qu'eimaginoun et qué lénguétoun;
Lou paouré diablé qué vargétoun,
Quan doui fiélouso sé li métoun,
Poou diré, en lei quitan: - Aro siou bèn ounchu! ”
D'aquest' houro, lei doui coumairé,
Charravoun ensèn d'aoutro afairé;
Néno avié més lei lengo à l’endré dei pichoun;
Babèou, pécairé, suspiravo;
Qu soou l'avéni! si pensavo;
Et tranquilo, pamén, fiélavo
Soun canébé entourca souto doou capouchoun.
— Voudriés pa creiré, disié Néno,
Coumo lou pichoun èro en péno,
En si véan oou miraou leis hué céoucla dé blu;
Souvèn la nué n’en pantayavo;
Si viravo, si dévagavo:
Hérousamen, Jaqué rounflavo!...
Choua disié: — Qué siou lai!… Dido m'eimara plu!
Babèou digué, touto esbooubido:
— Jaqué eimo doun plu nouasto Dido? —
— Eto, sé l'eimo enca!... Mai counprénés, Babèou,
Entèndré un enfan d'aquel iagé
Déjà parla de carégnagé,
Maougra qué siégué en badinagé,
Jaqué pourrié pensa qu'aco' s un paou troou lèou.
— Es qué véou pa qué Jaqué réno?
Babèou diguet à Madaléno;
Despui lei cèn loui d'or, couro prén lou pichoun
Li parlo-ti dé Margarido?
Li sènblo doun plu tan poulido,
Despui qu'a crounpa sa bastido?...
D'aquéou Jaqué!... Vaqui coumo leis homé soun!...
— Osso! fé Néno, un paou counfuso,
Et sarcan, pèr trouva' n' escuso,
Crésés pa' co, Babèou, Jaqué l'eimo toujou;
Véguérés pa, l'aoutré jou, coumo
L'enbrassé, li douné' no poumo? —
— Lou jou dé la letro dé Roumo?...
Fé Babèou. — Eh bèn, o! ti parli d'aquéou jou. -
— Es vérai, Néno, qué véguéri
Quan l'enbrassé; mai mi penséri
Qué la létro qué dian, parlavo dé loui d'or!… —
Alor, Néno, escaoudan sa fuado,
Li digué: Siés uno fadado,
As souvèn dé laidei pensado;
Vé, parlèn plu d'aco, qué sérian pa d'acor...
Vaqui qué lei pichoun sourtéroun
Dé la figuiéro, et s'encourréroun
Un davan un darrié: jugavoun, sèntès bèn;
— Choua, garo oou pous!... cridé la mairé:
Lou pous èro la grosso afairé,
Coumo vésès… lou calégnairé
Cridé: — Sian émé Dido, agués pa poou dé rèn: —
— Ah! mai qu'es drolo, ma pichouno,
Digué Babèou; couro s'adouno
A fairé la titè, li métè rèn qu'un noun!…
Es toujou Souazo!... mai lou piré,
Sé coumo élo voulias pa diré,
Ségu l’oourié pa dé qué riré.....
Li foou rèn qué Françouazo! Oh! d'aquélei pichoun!
— Sabés bèn, lei margaridéto,
Aquélei bèsti poulidéto,
Qué, su lei roumaniou, si n'en vés quénounsai?
Fé Néno... Quan Cholla n'a quaoucuno,
Li proumétrias uno fourtuno,
Pèr n'esquicha soulamén qu'uno,
Vou sooutarié dessu... bramarié coumo un ai. —
— Escouto' n paou, Néno!... qu crido?...
Vouas juga qué Choua baté Dido!... —
Néno s'encourré alor en cridan: — Choua!… Choua!... Choua!…
Ah! foutissoun, disié la mairé,
Es émé you, qu'oouras à fairé!... —
— Maougrabiou sié dei calégnairé!...
Qué Babèou gamouniavo, en couifan sa fiéloua.
— Tanoun! qué l'avié pa picado;
Es la pichouno qu'èro envéado...
Disié Néno, en vénèn... plouravo pa, ti diou;
Es lou niou qu’an trouva divèndré;
Et Dido voulié gairé entèndré
Qu'èro pa tèn dé lou décèndré;
Leis uou soun pa' spéli;... sérié gasta lou niou.
— Gouadai! coumo as fiéla, pichouno!
Déjà doui fuado?... O la capouno!
You qu’ai panca fiéla la mita dé ma coua!... —
— Assavai, galégés pa, Néno,
Aco' s dé fuado à la dougéno;
Sé vouliés, sériés gairé en péno,
D’en fiéla mai qu'aco;... pui, n'a pancaro doua!...
Couro si fougué ressétado,
Néno, préngué l'escaou, la fuado,
Pèr féni soun escagno, oou cairé dé Babèou;
Lei flou doou mingranié’ spandido,
Et sa verduro tan poulido,
Su Néno et la mairé dé Dido,
A bèleimé, fasién un bèn pouli tablèou.
S'oousié, tanbèn, uno ooucélio,
Gazouyan sei mélancoulio;
Qué chalé qu'es d'oousi lou charrun d'ooucéloun,
Couro cantoun seis amouréto!
Ou bèn, veiré su lei flouréto
Lei parpayoun et lei moungéto,
Graciousei flou-voulanto, ournan nouastei valoun!
Ooucéloun, flou, moungéto, ounbragé,
Oou printèn, dins estou masagé,
Vou brèssoun, ralamèn; et vou fan pantaya
Ei délici dé l'aoutro vido,
Qué l'aspè calmé dèi bastido,
Su d'aquélo terro espandido,
Coumo uno enmènso flou, vèn encaro esgaya!
Es dins aquéou cadré, qué Néno
Emé Babèou, tou d'uno aléno,
Charravoun d'ooucéloun, dé pichoun, dé fourniou,
D'espaou, de teisseiran, dé télo;
Enfin dei milo kérïélo
Qu'uno coumairé, couro fiélo,
Pantayo din sa testo, en enfuadan soun fiou.
— Ti souvèn dé la Francioto,
Qu'avié d'hué coumo lei machoto,
Qué passé l'a trés més? — Qué buvié dé vin? — Jus!
Oh! l'aouriou bèn douna' no mougno:
Creiries-ti qu'avié pa vargougno
Dé mésprésa nouastei coulougno,
Pèr vanta sei roudé?... Vé, rèn passo lou fus!
Ah! coumo sérién énpruntado,
Emé sei francioutado,
Toutaquélei titè qué Bouanapar n'adus,
S'en marchan, falié qué fiéléssoun
Emé sei roudé!... qué pourtéssoun
Un fai su la tèsto!... et qué féssoun
Doui lègo coumo aco!... Vé, rèn passo lou fus!
Pui, s'amoulan pèr aoutro caouvo,
Lei léngo féroun uno paouvo;
Néno avié desgancha l'escagno dé l'escaou;
Aciounado, Babèou fiélavo;
Néno, din sa tèsto, countavo
Sé l'escagno qué suspésavo
Courrié fouaço dé télo, ou quan farié d'espaou.
Su d'aco, lei pichoun passéroun
Couasto à couasto, et pui s'encourréroun.
— Choua! prénguén gardo oou pous! — qué li cridé Babèou;
— Anan pa' qui, fé La filléto;
M'en vaou pèr mousé ma cabréto,
Choua vaou pa qué siégui souléto. —
— Bèn! diguéroun lei mairé, anén et vénguén léou. —
Toutei douas, aro an la coulougno;
Charroun, charroun, fan dé bésougno;
Lou fus va, coou su coou, ribéja sei taloun;
Uno man mousé l'aoutro viro;
La lengo bagno; la dèn tiro
Lei brutisso; et lou fus entiro
En tourbinan, lou flou qué crocho oou mouscouloun.
Pui, la man drecho prén la fuado,
Et booubino ooutou l'aguyado,
En desgajan lou fiou doou cro doou mouscouloun;
Couro es rémés, lou fus réviro;
La man gaoucho rémousé et tiro
Lou canébé; et lou fiou s'entiro,
Ranpan dré dei coulougno, et pui tounbo d'aploun.
Et toujou lou fiou s'enfuadavo,
Et toujou la lenguéto anavo:
Miraclé, oh! bèn ségu, qu'aguéssoun pa encapa
Quaouqu' histouaro doou vésinagé;
Mai Babèou mounto à l'abourdagé;
Es qué foou pa qué si soulagé?...
Sé viravo pa' nsin sérian bèn atrapa!...
— A prépaou, Néno? tanto Viano,
En réfrescan sa damajano,
A la fouan doou couvèn, l'a routo estou matin!...—
— Ero doun Viano qué quiélavo? —
— O, soun viei gangan la picavo. —
— Et pa' n' homé qué l'enpachavo? —
— Tanoun! èroun soulé, l'avié gés dé vésin:
Ero oou moumén d'ana' à la vigno. —
— Pica'no frémo, aco v'endigno!
Vé, Babèou, sé jamai Jaqué m'en fasié ooutan!… —
— Mai siés pa Viano, Madaléno;
La dourgo vesso, couro es pléno;
Viano réjoun cé qué séméno... —
— Babèou! pica sa frémo, aco' s d'un maoufatan! —
— Sé sabiés coumo es desgaoubiado!...
Oou four, la sémano passado,
A perdu, dé sa faouto, uno tiéro dé pan. —
— Qu'es aco?... dins uno pastado,
L'a gaoubiado ni desgaoubiado;
Vé, qu pasto et fa la bugado,
Tou l'arribo, Babèou, mai d'uno fés din l'an!... —
Anavo pica su vounjouro,
Dé sorto qu'anavo estré l'ouro
D'ana si métré à taoulo et manja lei fayoou;
Jaqué avié doui fés subla Néno;
Es doun qu'entendéroun l'entiéno
Jus oou moumén qu'èroun en véno
Dé rémoula sei léngo, et charra coumo foou.
V
— Anén, Babèou, vai quèrré Dido;
You vaou fairé uno aigo-boulido,
La soupo aco’ s troou lon: Vai quèrré lei pichoun,
Et si dinarén en famillo;
Si va régala nouasto fillo!
Elo qu'eimo tan lei lentillo,
N'a' n' oulo su lou fué que bouillé à gro bouilloun.
Jaqué, d'uno siéto dé figo
Boudénflo coumo dé boufigo,
Fé lei frés doou déssèr; èro dé figuei-flou,
Qu'eici li dian dé barjansoto:
Choua s'en chalavo; et la pichoto,
N'èro ralamén casi soto;
Counprénès, èroun gèn, lei sarvién dé soun gous.
— Pèr san Farruou!... qué maravillo,
Aro Choua manjo dé léntillo!
Digué Jaqué, estouna… Mai qué gèn foutissoun! —
Néno digué: — Leis enfan chaujoun;
Encui, séra d'eisso qué manjoun;
Déman, d'un aoutré pla s'arranjoun;
Aco vèn doou bouan Diou: leis a fa coumo soun. —
— Chulou!… qu'entèndi?… lou chin réno!—
— Es quaoucun qué vèn,... digué Néno.
Et, la man su leis hué, pèr para lou souléou,
Ané veiré qu's qu'arribavo;
Pèrqué, couro lou chin japavo,
Bèn ségu jamai si trounpavo:
Ero quaouqu'estrangié qué séntié pa luén d'éou.
La taoulado fasié l'escouto...
— Vés doun dégun su nouasto routo,
Diguè Jaqué;... lou chin, pamén, èro pa mu?… —
— Un sourda vèn d'aquestou cairé,
Digué Néno.... Ségu, pécaire!
Qué lou camin qué vèn dé fairé
L'a goousi sei soulié; qué sènblo ana pè nu! —
— Un sourda? — Bèn o! digué Néno;
S'es arresta pèr préndré aléno;
Vé, si touarco lou fron. — Babèou plugué leis huè!...
Davan d'élo, couro passavo
Un paouré sourda, lei plugavo;
Et, lou couar sarra, si plouravo!
Vésié Toni pèrtou!... mai lou trouvavo enlué!...
— Bravé sourda, sigués tranquilé!
Vança-vou, lou chin es doucilé;
Vou mourdra pa; vénès. — Avès un bouan pourtié,
Fé lou sourda;... l'oustaou, la vigno,
Garda lou bèn es sa counsigno,
Coumo oou sourda si batré en ligno;
Leissa lou doun japa; lou chin fa soun mestié.
Es qué rèsto pa' eici, ma tanto,
Vouasto canbarado ou sarvanto,
La frémo d'un sourda, qué s'apèlo Tounin? —
— Moun Diou! fé Babèou;... dé nouvèlo
Dé Toni!... Soun-ti laido, ou bèlo!!... —
Et doou coou, la paouro fumèlo,
Sa tèsto s'afeissé coumo oou jou dé sa fin!...
Capité bèn qué Madaléno
Avié' no bouteilléto pléno
Dé vinaigré qu'eici dian dei quatré voulu,
Qu'èro bénési d'un armito;
Vé li fé respira désuito:
Et la tressuzou, sènso suito,
S'enparté tou d'un tèn; et Babèou soufré plu.
Pui si rémétéroun à taoulo;
Jaqué alor prénèn la paraoulo:
— Anèn, digué, ségu l'a mai quaouqué drapèou
Méla, d'azar, din la nouvèlo;
Qué, Toni, quan si l'apountélo,
Lei pouargé, nou dién, pa maou bèlo! —
Lou sourda sourisèn, parlé’ nsin à Babèou:
— Voui, v'aduési dé sei nouvèlo,
Qué soun pu lèou laido qué bèlo;
Pamén, l'a pa dé qué si fa dé marri sang;
Lou bravé Toni a fa sei provo;
Poou bèn si fairé uno pèou novo,
Din lou péhi mounté s'atrovo;
Aro qu'es preisounié, s'espoousara pa tan!... —
— Preisounié!... moun Diou, de la vido
Reveira plu sa Margarido!
Babèou disié en plouran. — Leisso diré, Babèou,
Digué Néno, mén afétado;
Quan li seras bèn désaviado,
Es qué séras pus avançado?
Toni s'envéndra-ti ni pu tar ni pu lèou? —
— Es doun prés preisounié dé guerro;
Amén d'estré eici, su la terro
Poudié pa miés tounba pèr avé mén dé maou:
Sabès qu'a quatorgé blessuro? —
— Si soou qu'a la coudéno duro,
Digué Jaqué; mai d'avanturo,
Mount' és soun capitani? — A fa lei très badaou! —
— Mouar!!... qué lou trondédiou lou curé!
Vinto-cin fès et qu'aco duré!...
Fé Jaqué; Toni di qu'avié tou soun argèn! —
— Vérai? — Té, sé vouas pa mi creiré,
Sa létro, qué ti farén veiré,
Di soun noun: Moussu dé San-Peyré! —
— Eh bèn! fé lou sourda, poudès li diré amen! —
— D'aquèou Toni, sènso sarvèlo!
Mai mount'avié doun sei parpèlo?
Fé Jaqué; ooutan pensa d'escoundré soun argèn
Oou foun d'uno pocho trooucado!...
Tron dé l'èr! qu poou, din l'armado,
Pèr uno souléto jornado,
Respouandré dé sa pèou!... fé Jaqué entré sei den:
Prén la sartan, fai la méléto,
Néno!.. Babèou, pouargé' no siéto!...
Et tu, sètéti' qui, digué Jaqué oou sourda.
Lou sourda s'assèto;... et Garido,
Sènso douté de poou sésido,
Courré à Jaqué touto blémido;
Et Jaqué li digué:
Marius TRUSSY Paris 1861: Hooumagé ei bravèi gèn de Sorgué, ma vilo natalo et sa lu ! Paris, 19 dé mars 1861.

:: LES POÈMES ::

A Ounour à la Fino e à Cesar. (Pierre Dominique Testa lou 12 de nouvembre 2007.)
A Fine Gabriel, appelé Fine César … (Pierre dominique Testa, le 12.11.1989)
A vous ma Fine César (Pierre DominiqueTesta, le 17.6.1991.)
A BAGATOUNI ! : LOU BAL (Valèri Bernard)
A Dominique mon épouse bien-aimée. (Pierre Dominique Testa, le 27.12.1988.)
À douze ans - À douge an (Pierre (Pèire) VIRION - mai 2009)
À Flassans (Pierre VIRION (janvier 2009))
A Grégoire VII. (Pierre DominiqueTesta, le 4 mai 1985 .)
A la bello Bouscarlo, Christine Le Merò d’Alau (Pierre DominiqueTesta lou 4.5.1986 .)
a l'ostau de la vielha (Joan Glaudi Puech)
A Madame Elise Achard, née Reynaud en 1899, à Aspremont, qui vécut à St Pierre d'Argençon où toute sa vie, elle garda ses moutons. (Pierre Dominique Testa, le 18.4.1986.)
A Marie Castelin, née à Allauch en 1892, l'amie et voisine de Marie Ferraud de la rue Lisette . (Pierre Dominique Testa, le 18.1.1986)
A Marie-Jeanne Limousin, née Michel en Mai 1910 à Allauch, dit " la Fiòli ". (Pierre Dominique Testa, le 15.2.1986 .)
A mon neveu Christophe Dupaigne (Pierre DominiqueTesta, le 15.6.1986.)
A Segne Gàrdy, nouest' amable proufessour de literaturo. (Pierre Dominique Testa emé Rita Mazaudier e Lilian Olivier de Rouërgue.)
A Segne GARDY, proufessour d'Occitan à la facurta de letro Paul Valery de Mountpelié. (Pierre Dominique Testa, le 16 12 2005 à Mountpelié, entàntou lou cous de literaturo óucitano de Moussu Segne Gardy, sus l'obro d'Augié Gaillard de Rabastèns au tèms de la refouarmo, que Lilian Olivier de Roudes en Rouergue mi pourgè soun vièi libre pèr )
a toi ma mère (Patrick coquillat)
A touèi leis ensignaire oucitan de Mountpelié (Pierre Dominique Testa, lou 8 de setèmbre de 2003 .)
Aà Mon grand-père, Francis Eymery, né en 1907. (Pierre DominiqueTesta, le 29 11 1986 )
Acènt dóu Miejour (Pierre Dominique Testa, lou 13 de jun 2013.)
Adelimen. (Pierre Dominique Testa lou 6 9 2005 8H.)
AGRIOTAS E POUMETAS (Jousè TELLIER)
Alino Bernardac. (Pierre Dominique Testa, lou 17 febrié 2010, en gramacimen dei vut de Carèmo d’Alino Bernadac.)
Amelié (Pierre Dominique Testa lou 3 de Febrié 2008. )
Amitié ? (Pierre Dominique Testa. Ce Soir 11.11 2007, pour Pauline et Cathy de St Victor. )
Amour emmène-moi ... (Pierre Dominique Testa le 19.9.1985)
Angoisse d'un soir . (Pierre DominiqueTesta le 28 mars 1985 .)
Anniversaire de ma mère. (Pierre Dominique Testa, le 9 juillet 2010 pour les 80 de ma mère, née en 1930. )
Anniversàri dei trent'an de Lilian Olivier de La Bastide en Rouërgue. (Pierre Dominique Testa, lou 4.7.2008)
au cafè de Carmen (puech jean claude)
Au vielh castèu (Joan Glaudi Puech de Ménerbes.)
Aubèta (joan claudi Puech)
aucèu dins lou cèu. (Pierre Dominique Testa le 16 12 2006 à Barbaraou . )
Aurélie Soldaïni, bon anniversaire pour tes 30 ans. (Pierre Dominique Testa, pour les 30 ans de ma nièce Aurélie Soldaïni, le 19 décembre 2010.)
Aurelìo G. dou Plan de Cuco. (Pierre Dominique Testa le 10.11.2007 )
Avé Maria (Pierre Dominique Testa, le 11.9.1989.)
Avé Maria, Avé Maria .... (Pierre Dominique Testa le 31 Juillet 2006 .)
Bèla amiga (Joan Glaudi Puech)
Bèu tems. (Pierre Dominique Testa, lou 1 4 2015.)
Bonjour en touti ( La pastresso espeiandrado ) (Frédéric Mistral, le 2 janvier 1851. ( avant la mise en place de la graphie « mistralienne » ))
Boueno annado 2011. (Pierre Dominique Testa lou 1.1.2011.)
Bouen' annado 2009. (Pierre Dominique Testa, lou 31.12.2008. )
Bouen' annado 2012, Maryse Garcian d'Allauch. (Pierre dominique Testa, lou 10 de janvié 2012. )
Bouen' annado 2014. (Pierre Dominique Testa, lou 1 janvier 2014.)
Boues dins Garlaban. (Pierre Dominique Testa, lou 11.10.2008.)
Bourroulo de Curat ! (Pierre Dominique Testa, lou 2.1.2012.)
Brago... (Pierre Dominique Testa, lou 23 de setèmbre 2015)
Brise d'Amour. (Pierre Dominique Testa le 7.7.2010. Brise d’amour. )
Camille. (Pierre Dominique Testa, Lundi 19 1 2004, 11 heures .)
Candelouso à St Vitour. (Pierre Dominique Testa, lou 12 1 2008.)
Canta.... (Pierre Dominique Testa, lou 3 de janvié 2017.)
Cap d'an 2014... (Pierre Dominique Testa, lou 30.12.2014.)
Carce. (Pierre Dominique Testa, le 27.1.2009. )
Carriera Arnaud Danièu. (Joan-Glaudi Puech de Menerbes. )
CHICHOIS .... N° 1 ..... (G. Benedit ... 1855 ... )
Chichois ( en entier ) vers en provençal marseillais.1879. (Bénédit Gustave. )
Cigalo. (Pierre Dominique Testa, lou 30 de jun 2010. )
Cigalo... (Pierre Dominique Testa, lou 3 aout 2015.)
Climatico ! (Pierre Dominique Testa, lou 5 de janvié 2015. )
Comte d'à rebous. (Pierre Dominique Testa, lou 13 d’avoust 2008.)
Còrsou. (Pierre Dominique Testa, le 9.4.2008.)
Couers e couar... (Pierre Dominique Testa, lou 9.9.2017)
Coulòqui Max Rouquette d'abriéu à Mountpelié. (Pierre Dominique Testa., lou 4.4.2008.)
Coumboscuro deis Arneodo. (Pierre Dominique Testa lou 31.1.1993 .)
Coumo la fum (Martine Gonfalone, 5/12/2007.)
Couralo Sant Sebastian d'Alau. (Pierre Dominique Testa, lou 3.1.2009. )
Crimis Propre Ficcion ... ( p 83 ) (Florian Vernet, Crimis Propre Ficcion, IEO 2001. )
Dai... (Pierre Dominique Testa, lou 22 de mai 2015.)
Dangié dangié ... (Pierre Dominique Testa, lou 18.10.2009. )
Daréire l'ourisount (Péire Roux de Santo Lucìo de Coumboscuro, dins vau Grana, valado prouvençalo d'Itàli. ( Aquesto pouesié fuguè facho pèr un escoulan de la pichoto escolo de mountagno pèr un drole dóu vilajoun entre leis annado 2000 e 2004, recampa dins uno antoulougio es)
Darrièro nuech. (Pierre Dominique Testa, lou 14 de mai 0h10. )
De Lorraine à Provence (Pierre VIRION (janvier 2009))
Dèco d'amour. (Pierre Dominique Testa, lou 22 9 2009.)
Dedicàci de « Fino e Cesar », A Dono Rousèto Bileras, (Pierre Dominique Testa, 25.3.2012. )
Degai. (Pierre Dominique Testa, lou 25.1.2009.)
Délire d'un soir, à Valérie, de St Pierre d'Argençon (Pierre Dominique Testa, le 29.7.1988.)
Demòni... (Pierre Dominique Testa, lou jour de Pasco 31.3.2013. « Diabolicus…. »)
Départ de Marie-louise Michel, née à Allauch en 1920. (Pierre Dominique Testa, le 10.8.2008.)
Depremido. (Pierre Dominique Testa, lou 25.10.2010.)
Dernier voyage de Thibault et d'Eliot. (Pierre Dominique Testa. Le 8.11.2009. A mes cousins, les jumeaux Thibault et Eliot Guimbergue-Bagard de Clermont-Ferrand, partis trop tôt pour le Ciel le 4 juillet 2009.)
Désiré SUOU de Villecroso dins Var. (Pierre Dominique Testa, lou 13.10.2009.)
Despartido d’Óulivié Billet. (Pierre Dominique Testa, lou 8 de desembre 2014.)
Diéu. (texte de Frère Danick Labinal, franciscain à Brives, traduit par Pierre Dominique Testa, le 29 mars 2012. )
Dins quàuquei jour... (Pierre Dominique Testa, lou 13 d’avoust 2008.)
Divino Pouesié. (Pierre Dominique Testa, lou 22.10.2010. A Jean Claude Foret, autour oucitan e proufessour de literaturo à la facurta Paul Valery de Mountpelié. )
Dono Gorlié de Castèu-goumbert. (Pierre Dominique Testa, lou 6 novembre 2013. A Dono Gorlier, lachièro à Castèu-goumbert.)
Dos ivers. (Poésie envoyée par : mo@, le 6.12.2007. )
Dùbi... (Pierre Dominique Testa, lou 28 d'abriéu 2015 .)
Eiguiero : à n'uno chatouno d'Eiguiero en guierdoun de soun retra (Baroun Guillibert, lou chapòli di poutoun, dins la revisto " escolo de lar " du 21 décembre 1902)
Ela (Joan-Glaudi Puech, pouèto de Menerbes.)
En Chino 1 (Pierre Dominique Testa, lou 12 de setèmbre 2013.)
En Chino 10 ... (Pierre Dominique Testa, lou 15 juillet 2017.)
En Chino 2 (Pierre Dominique Testa, lou 14 11 2015)
En Chino 3.... (Pierre Dominique Testa, lou 20.12.2015.)
En Chino 4. (Pierre Dominique Testa)
En Chino 5. (Pierre Dominique Testa; lou 8 de jun 2016.)
En Chino 6 (Pierre Dominique Testa, lou 20 d’Outobre 2016.)
En Chino 7. (Pierre Dominique Testa, lou 7 de janvié 2017)
En Chino 8. (Pierre Dominique Testa, lou 4 de febrié 2017.)
En Chino 9 (Pierre Dominique Testa, lou 9 abriéu 2017)
Enchâtrat. (Pierre Dominique Testa lou Dimènche 27 d'Avoust 2006)
Esperanço de Printems. (Pierre Dominique Testa, lou 5.4.2008.)
Espèro de printèms. (Pierre Dominique Testa, lou 17 de mai 2010. )
Espèro d’amour. (Pierre Dominique Testa, lou 13.3.2010.)
F.rançois de Montsabert : départ (Pierre DominiqueTesta, le 22.11.1990.)
Fabienne Girard de St Pierre d'Argençon. (Pierre Dominique Testa, le 27.12.2007 )
Fai de nèu (Joan Glaudi Puech)
Felibre faus (Pierre Dominique Testa, lou 9.2.2008)
Fèsto de la Musico 2010 pèr la Glèiso d'Alau. (Pierre Dominique Testa, lou 8 de mai 2010. )
Fête des mères (Pierre DominiqueTesta le 3 Juin 1993.)
Fifi et Belé, Rose et Antoinette Mouren, nées en 1893 et 1888, à Marseille sur la Corniche. (Pierre Dominique Testa le 24.12.1987.)
Fin de mai 2011. (Pierre Dominique Testa, lou 30 mai 2011.)
Finimound à ma Fiholo Louise Longeon d'Eyguières. (Pierre Dominique Testa, le 23.12.2007.)
Fragileta (Martine Gonfalone)
Franciscan. (Pierre Dominique Testa, lou 20.9.2008)
Freduro (Pierre Dominique Testa lou 21 de febrié 2015.)
Frumo.... (Pierre Dominique Testa, lou 1 de setèmbre 2012. )
Garlaban... (Pierre Dominique Testa, lou 26 d’abriéu 2015.)
Gast ! (Pierre Dominique Testa, lou 16 de Julié 2014. )
Gèu dins Garlaban. (Pierre Dominique Testa, lou 19 desembre 2009, que defouero faguè -7° dins Garlaban. )
Gramaci à l'istourian Reinié Merle. (Pierre Dominique Testa, lou 9.2.2010 A l’istourian Segne Reinié Merle que mi mandè sèis astruch pèr lou trabai de ma tèsi de lengo d’O, que soustenguèri lou 11 desèmbre 2009 à la facurta Paul Valery de Mountpelié sus Désiré Suou de Villecroze dins Var.)
Groussié, groussié ..... (Pierre Dominique Testa, lou 29 mai 2013.)
Homélie en vers du P.Mauvaisin. ( Marseille St Valentin 2011 ) (Père Rémy de Mauvaisin+)
Hommage à René Roig, un ami disparu en avril 2003. (Yves La Macchia)
Hugues Madesclaire : Adiéu . (Pierre Dominique Testa, lou 24.4.2010. En memòri de Hugues Madesclaire trouba lou 21.4.2010 escoutela au siéu dins la clastro de Santo Margarido, parròqui de Marsiho. )
Hymne d'Amour (Pierre Dominique Testa le 5.3.1996 retour de St Véran. )
I a pron (Auban BERTERO)
Incèns... (Pierre Dominique Testa, lou 16 de mai 2015.)
Istòri marsihès ( CIEL d'Oc ) (autour descounoueissu)
Iver 2010. (Pierre Dominique Testa, lou 20.3.2010. )
Jacky Ilouze. (Pierre Dominique Testa, le 15.11.1987)
Jaque Figon (Pierre Dominique Testa le 7.8.1984)
Jaque Miranne E Nanci (Pierre Dominique Testa, le 15.12.1985)
Jas (Pierre Dominique Testa, lou 31.1.2008.)
Jauffre (Puech Joan Glaudi)
Jauffre (Joan-Glaudi Puech de Menerbes. )
Je t'aime. (Pierre Dominique Testa, pour mon amour le 6.10.2009.)
Jeanne Négrel d'Allauch : ' iaià ". (Pierre Dominique Testa, le 9 Mai 2008.)
Jubilé de Monsieur Louis Ardisonne. (Pierre DominiqueTesta, le 4.5.1991.)
Julié matinié... (PierreDominique Testa, lou 6 juillet 2010. )
J'étais un vieux célibataire (Pierre VIRION (décembre 2008))
KTO d'Allauch ! (Pierre Dominique Testa, lou 13.12.2010. A mèis ami KTO qu’an fougna la Messo de Miejo-nue.)
La band' à Sant Ro. (Pierre Dominique Testa, lou 30.10.2010. A Antoine.)
LA BORGARIÁ (Henri VALEZ)
LA BOURGARIE (Henri VALEZ)
La Cabano. (Pierre Dominique Testa, lou 23.8.2014. )
La Cigalo e la Fournigo. ( archiéu CIEL d'Oc. ) (Marius Bourrelly, à Marseille 1872 chez Gueidon. )
La coumunioun di Sant (Frédéric Mistral, Arles Abriéu 1858 )
La daoio. (Pierre Dominique Testa, lou 20 de setèmbre 2009.)
La dicha de la figuiera. ( N°20 ) (Philippe Gardy, 2002 Trabucaire. )
la fac de letro de Mountpelié (Pierre Dominique Testa lou 20 d'Avoust 2005)
LA FOURNIGO ET LOU GRIET (Marius Decard. )
La fre 2012. (Pierre Dominique Testa, lou 13 de febrié 2012. Uno fre de loup -10 !)
la lèbre d'argent (joan claudi puech)
La Mère Sartòri, dit Magali. (Pierre Dominique Testa, le 4.7.1989,)
La Mort de Tante Augusta. (Pierre Dominique Testa, le 17.1.1987)
La nuèch ( pouesié deis escoulan deis escolo de Coumboscuro ... ) (Liliano Menardo de l'escolo de Coumboscuro en Itàli prouvençalo de la val Grana.)
La pèira d'asard (Jean-Claude Forêt 1990. )
La regènto de moun cor (Massilia Sound System)
La Rèino Sabo. rouman. ( Archiéu CIEL d'Oc ) (Jóusè BOURRILLY)
LA REVOUIRO DE LA JUSTICI (MARIUS DECARD 1875 ( lengo d'O de Marsiho, grafìo founetico. ))
La SCIATIQUE (Henri VALEZ )
La source de l'Amitié (25.01.2008) ; en réponse, par courriel, à l'éloge d'un ami sur l'hospitalité de votre humble rimeur... (Yves La Macchia)
La Terra deis autres (Claude Barsotti. )
La Vièio… (Pierre Dominique Testa, lou 20.1.2011. )
Languitudo de la fac de Mountpelié (Pierre Dominique Testa, lou 4 de julié 2010. A touei leis estudaire de la fac de Mountpelié qu’an chausi la lengo d’Oc pèr sèis estùdi en 2010. )
Le berger. (Pierre Dominique Testa, pour Pierre B le 3 1 2005 )
Le dernier Poilu (Pierre VIRION)
Le jour de la communion d'Aurélie, ma nièce. (Pierre Dominique Testa, le 22.9.1990,)
Le Matin (Henri VALEZ)
LE PEINTRE (Henri Valez )
Le Temps du Bonheur (Yves La Macchia)
Le vieux Massot. de St Pierre d'Argençon en 05, né en 1889. (Pierre DominiqueTesta, le 12.7.1987.)
Légende de Saint Christophe. (Pierre Dominique Testa de St Victor, le 1.3.2008, sous la statue de St Christophe dans l’église de la Palud à Marseille.)
Lei 4 Sant de glaço de Prouvenço. (Pierre Dominique Testa lou 21.1.2011.)
Lei beatitudo segound Sant Matiéu Cap 8. (Pierre Dominique Testa, lou 8 aout 2016 à la demande du Vicaire Général le révérend Père Pierre Brunet.)
Lei Capelan. (Pierre Dominique Testa, lou 11.2.2010. En oumenàgi à touei lei Capelan que m’an abari.)
LÈI DOUEI GOURNAOUX (J.H.D de Marseille. 1844.)
Lei faus bourgès. (Pierre Dominique Testa, lou 27 desembre 2013.)
Lei Garcin de St pierre d'Argençoun (Pierre Dominique Testa , lou 22.112007)
Lei mot groussié !!! (Pierre Dominique Testa, lou 30.5.2013.)
Lei mouart. (Pierre Dominique Testa, lou 2 de nouvèmbre 2014.)
Lei Pèro de Timon-David. (Pierre Dominique Testa, lou 16.3.2010. )
lei pichots conius gris (joan glaudi puech)
LEI PLAINTO DE MISE MARIO ( archiéu CIEL d'Oc ) (BACIGALUPO J. A. Marseille – 1855 Typographie et Lithographie Arnaud et )
Lei " Pelerin d'Oc " de Mountpelié (Pierre DominiqueTesta lou Dissate 30 12 2006, adematin 7H30 à Barbaraou, que Jerèmio Bucchièri e Matiéu touei dous de Mountpelié, escoulaire à "Paul Valery", mi venguèron vèire pèr vesita Marsiho . )
Leis oousseous sount de besti !… ( archiéu CIEL D'Oc ) (ALFRED CHAILAN. ( lengo d'O maritimo de Marsiho ))
leis uelhs verds (joan glaudi puech)
Lengo e tripaio (Pierre Dominique Testa, lou 22.9.2008.)
Léonie Monge, née en 1881 à Allauch , qui me parlait patois. Pour Rosette Monge, sa belle-fille.. (Pierre Dominique Testa le 9 Mai 1986,)
LES GARRABIERS EN FLORS ( archiéu CIEL D'Oc ) (Laurent RUFFIE)
Lettre de Martine Gonfalone à « lexiqueprovencal.com » (Martine Gonfalone de Barjols en 83 et Patrick Simon de Montréal. )
Li Saladello. ( archiéu CIEL d'Oc ) (Mèste Eisseto ( né en 1831 à Manduel ). )
Lilian Olivié bouen anniversàri. (Pierre Dominique Testa, lou 13 juillet 2008. En recouard di douei jour de l’anniversàri de Lilian Olivier de Teulière en Rouërgue, amèu de la Bastido pròchi Vilofranco.)
Lingo de Barrouiho ( pèço de tiatre ) (Pila Louis, Marseille 1911. )
LO PENHEIRE (Henri Valez)
Lo lume (Joan-Glaudi Puech. )
Lo slam dau Mossur de Morela (joan claudi Puech)
Lou Calen, Touloun 1908. ( lengo d'O vareso ) (Pèire FONTAN)
Lou darrié pelous (Pèire VIRION)
Lou paisan au tiatre. (Fortuné CHAILAN ( Lengo d'O de Marsiho ))
Lou Pastre. (Pierre Dominique Testa lou 24 de decèmbre 2004 , pour Pierre B .)
Lou Rabayaire de Martegalado ( Occitan maritime de Marseille ) (Marius FERAUD )
Lou Sermou dal curat de Cucugna ( archiéu CIEL d'OC ) (ACHILLE MIR ( Lengo d'O de Carcassouno ) )
Loueiso Lonjon... (Pierre Dominique Testa, lou 9 juillet 2016. Pèr ma fiholo, Loueiso Lonjon d’Eyguières, Priéuresso de nouesto Rèino d’Arle.)
Louis Ardisonne. (Pierre Dominique Testa le 22 avril 1994 .)
Louise Lonjon d'Eyguières. (Pierre Dominique Testa, lou 4 de janvié 2009. A ma fiholo Louise Lonjon d’Eyguières. )
Louise Michel de Tite-tite. (Pierre Dominique Testa, St Rock lou 26 de Setèmbre de 2003 )
Lous Cants de l'Aubo (ARNAVIELLE Albert - )
Lune triste. (Pierre Dominique Testa, le 13.9 .2008.)
Luno. (Pierre Dominique Testa, lou 30 d’avoust 2016.)
L'Abat Marcel Petit de Rafèlo lès-Arles. (Pierre Dominique Testa lou 4 d'Avoust 2005 )
L'amandier . (Pierre Dominique Testa, le 26.2.1992.)
L'ami. (Pierre Dominique Testa, lou 28.4.2009.)
L'ATLANTIDO DE MOSSEN JACINTO VERDAGUER ( REVIRADO EN PROUVENÇAU PER JAN MONNE Majourau dóu Felibrige, Chivalié de l’Ordre Reiau de la Courouno-de-Roumanìo 1888) (Verdaguer. )
l'aucèu lou gaudre e leis estello. (Pierre Dominique Testa lou 11 de Setèmbre de 2003)
L'autbois (joan Glaudi Puech)
L'autbois (seguida) (joan Glaudi Puech)
l'enfant do païs (albert tosan)
L'èstre e l'avé ! (Pierre Dominique Testa, lou 30 janvier 2013, pour l’anniversaire de mon épouse.)
L'Issole en colère (L'Issolo en coulèro) (Pierre (Pèire) VIRION)
L'Or di Cevèno : Cant II Magalouno. (Leoun Teissier. )
L'usino. (Pierre Dominique Testa lou 13.5.2009, le beau jour de ND de Fatima. )
L’abet . (Prosper Estieu, recueil « Las Oras Cantairas », 1931 chez Privat-Didier, Ecrit en graphie classique, dite graphie normalisée, ou graphie occitane.)
L’ase Bortomieu (Joan-Glaudi Puech de Ménerbes.)
L’aveni dóu Moulin d'Auguste Chauvet de Comps sur Artuby (Josette Chauvet du Moulin de Comps sur Artuby. Draguignan pour la chandeleur )
L’estraç ( un troues dou libre ...) (Claudi Barsòtti, ( p 192 IEO 2002 ))
Ma grand. (Pierre Dominique Testa, lou 2 de nouvèmbre 2014.)
Madalèno de Sant Vitour. (Pierre Dominique Testa, lou 29 de nouvèmbre 2007.)
Mai Mounte vas ? (Pierre Dominique Testa lou 1.9.2008.)
Majourau. (Pierre Dominique Testa lou 18.2.2008.)
Mar. (Joan-Glaudi Puech de Ménerbes.)
Marcel Cazeau de Mouriés, lou baile pastre deis Aupiho. (Pierre Dominique Testa lou 26.3.2008. Pouèmo pèr Segne Marcel Cazeau de Mouriés, lou baile pastre deis Aupiho. )
Margarido 1861. (Marius TRUSSY Paris 1861: Hooumagé ei bravèi gèn de Sorgué, ma vilo natalo et sa lu ! Paris, 19 dé mars 1861.)
Marie-Jeanne Eymery a 99 ans. (Pierre Dominique Testa, le 13 juin 2010, pour les 99 ans de ma tante Marie-Jeanne Eymery, née Aillaud à Allauch en 1911, et qui a sauvé ses amis juifs, la famille Cohen, de la folie meurtrière nazie entre 1942 et 1945 en les cachant dans les combles de l’)
Marijano Fiòli d'Allauch ( 1910-2009 ) (Pierre Dominique Testa, lou 5.11.2009, lou jour de la mouart d’aquesto que m’abariguè emé tant d’amour, Marie-jeanne Limousin, nado Michel en mai 1910, que disian « Tata Fiòli ». )
Marseille (Saint Martin Clément)
Mas de la Bastido à Pichàuris (Pierre Dominique Testa, le 8 Juillet 1991.)
Mas dei Courbet, à Boulèno. (Pierre Dominique Testa, lou 29.3.2008.)
Masquèto. (Pierre Dominique Testa, lou 8.1.2011. )
Mastramale. (Joan-Glaudi Puech de Menerbes.)
Mau-couar. (Pierre Dominique Testa, le 3.9.2009.)
Mei cinquant 'an !!! (Pierre Dominique Testa lou dimar 22 de setèmbre, après la repeticien qu’avèn agu dins la Glèiso d’Alau. )
Mentino ........... Pouèmo prouvençau en douge cant, à Marsiho 1907 (Jan Monné )
Mès de Marìo, A Sebastien mon fils. (Pierre Dominique Testa, le 13.5.1987.)
Mes frères étoillés. (Pierre Dominique Testa le 14 3 2006.)
Messa en Lenga d’Òc 1972 ( grafia classica ) (L'Eglise)
Messe de Minuit 1985 à Allauch. (Pierre Dominique Testa, le 23.12.1985. )
Messo de Miejo-nuech 2008 à Allauch. (Pierre Dominique Testa, lou 23 de desembre 2008. )
Mèstre de la Naturo. (PierreDominique Testa, lou 6 juillet 2010. )
Migraire...d'Eritrio... (Pierre Dominique Testa, lou 14.6 2015.)
Migrant. (Pierre Dominique Testa, lou 4 de novembre 2016.)
Minoutòri.... (Pierre Dominique Testa, lou 4 de desembre 2015. )
Misèri (Pierre Dominique Testa, lou Dimenche 27.1.2008.)
MISSAU E RITUAU EN LENGO NOSTRO (L'Eglise)
Mon épouse bien-aimée. (Pierre Dominique Testa, le 27.12.1988.)
Mouart. (Pierre Dominique Testa, lou 20 de janvié 2009.)
Mouié.... (Pierre Dominique Testa, lou 5 d’avoust 2015.)
Moun amigo la Mouart. (Pierre Dominique Testa, lou 11.9.2010. )
Moun fraire Jorgi... (Pierre Dominique Testa, lou 29 de desembre 2016 )
Mounastèri... (Pierre Dominique Testa, lou 13 de juin 2015.)
Muertre d'enfant eis Americo. (Pierre Dominique Testa, lou 16.12.2012, après lou fusihamen bestiassas de mai de 20 enfantoun e de sèis istitutour en Americo. )
ND du Castèu, d'Alau. (Pierre Dominique Testa, à moun frère George Testa, lou 7.9.2008)
Nèblo (Martino Gonfalone, lou 8 de decèmbre 2007)
Neissènço de moun fiéu. (Pierre Dominique Testa, lou 1 de Jun 2011, Neissènço de moun fiéu Sébastian lou 1.6.1982. )
Nèu à Allauch dins Garlaban. (Pierre Dominique Testa, lou 9.1.2009. A Sebastien mon fils. )
Nouesto Damo dou Castèu d'Alau. (Pierre Dominique Testa, lou 10.9.2010, Preguièro à Nouesto Damo dóu Castèu d’Alau. )
Nouesto Damo dóu Rousàri (Pierre Dominique Testa, lou 15 d’avoust 2010.)
Nouvè 2009 à Alau. (Pierre Dominique Testa, lou 26.12.2009. La pluèio de brefounié calè just pèr Descento e pèr la durado de la Messo de Miejo-nuech … ! )
Nouvé 2010 à Alau. (Pierre Dominique Testa, lou 24.12. 2010.)
Nouvé 2013. (Pierre Dominique Testa, lou 11 de desembre 2013.)
Nouvè 2016 dins Alau.... (Pierre Dominique Testa, lou 24 de désembre 2016.)
Nouvé Nouvé 2007. (Pierre Dominique Testa lou 21 décembre 2007.)
O Divin Creaire (inconnu)
Obro de Batiste ARTOU (Modeste Touar) archiéu dou CIEL d’Oc – Mai 2006 (BAtisto ARTOU ( Modeste TOUAR ) )
Obro Prouvençalo de Clouvis Hugues ( 1851-1907 ) (Clouvis Hugues )
Ode à Claire (Yves La Macchia)
Odieux odieux ! (Pierre Dominique Testa le 23.9.2008.)
Odo à Mirabèu ( archiéu CIEL d'Oc ) (F. Martelly : )
Ooo Tu... (Pierre Dominique Testa, lou 19 de juin 2017. )
Ounour à la Fino e à Cesar. (Pierre Dominique Testa lou 12 de nouvembre 2007.)
Ouro...l'Ouro que tugo... (Pierre Dominique Testa, lou 25 de julié 2015.)
Ourtanso. (Pierre Dominique Testa, lou 3 de mai 2015.)
Oustau d'Alau...à Marie-thérèse Guien. (Pierre Dominique Testa, lou 11 mars 2015.)
Pantai de Coulombino (Martine Gonfalone, 26 février 2008)
Pantai.... (Pierre Dominique Testa lou 6 de febrié 2015.)
Papo Clemènt V (Clovis Hugues. )
Paradis. (Pierre Dominique Testa lou 29.12.2007. Pèr lei parrouquian de la Trinita, carrièro de la Palud à Marseille, enciano abadié dei Trinitàri. )
Pas grand Chose. (Pierre Dominique Testa, matin du 15.9.2008)
Pasco 2017.... (Pierre Dominique Testa, lou 16 d’abriéu 2017, Sant jour de PASCO.)
Pasco... (Pierre Dominique Testa, lou 5 avril 2015.)
Pastre à Barbaraou... (Pierre Dominique Testa, lou 29 11 2012.)
Pastriho à Barbaraou... (Pierre Dominique Testa, lou 11 de janvié 2014.)
Paul Caire d'Eyguièro festèjo sèi 80 an. (Pierre Dominique Testa lou 3 de julié 2010. Pèr lei 80 de Paul Caire d’Eyguièro. )
Pecaire... (Pierre Dominique Testa lou 10 de janvié 2015.)
Peço d’artifìci (Martine Gonfalone)
Pèr Alìci Zachéo (Pierre Dominique Testa le 13.5.1985)
Pèr Pèire Raimoundo d’Allauch né en 1914, qu’a mantengu 80 an de tèms la Prouvenço drecho e fiero de sa culturo e de sa lengo. (Pierre Dominique Testa, lou 15 juillet 2008. )
Philippe Martel (Pierre Dominique Testa, lou 29 de setèmbre 2016.)
Pierre Bello, troubaire marsihès 1853. (Pierre Bellot, 1853.)
Pluèio dins Garlaban. (Pierre Dominique Testa, lou 8 d’outobre 2008.)
Pluèio novo... (Pierre Dominique Testa, lou 1 avril 2017.)
Pluèio... (Pierre Dominique Testa, lou 24 jun 2015. Pèr lou jour de Sant Jan.)
Poème pour Anne-Marie Conscience Berne de Plan de Cuques. (Pierre Dominique Testa le 6.4.1990.)
Pouesié de Jousé Diouloufet 1771-1840. (Diouloufet.)
Pour ma Mère. (Pierre DominiqueTesta, le 29.5.1987)
Pour Marie-Paule, Nicolas et Aurélie, ma sœur, neveu et nièce. (Pierre Dominique Testa, le 7.12.1991.)
Pour "la quarantaine" d'une Amie (Yves La Macchia)
Preguièro à Sant Jóusé, (Pierre Dominique Testa, lou 16 avril 2017.)
Prière à Marie. (Pierre Dominique Testa, le 16.7.1991.)
Prière du matin . (Pierre Dominique Testa, Montpellier le 20 1 2004,.)
Prière du soir. (Pierre Dominique Testa le 3.3.2005)
Prière Scout - Preguiero Escout. (Chantée par le groupe Scout d’Europe de l’Abbaye de Saint Victor le 11 Novembre à 9H )
Primo... (Pierre Dominique Testa, lou 1 4 2015.)
Printemps ... A ma maire . (Pierre DominiqueTesta, le 10.3.1985.)
Printèms 2008. (Pierre Dominique Testa, lou 30.3.2008.)
Printems à Alau. (Pierre Dominique Testa, lou 5.4.2008.)
Pròche la Bocariá ( Barcelona ) (Joan-Glaudi Puech de Ménerbes.)
Protopoèmes. (Alban Bertero.)
Prouvèrbi pèr Sebastien, moun fiéu. (Pierre DOminique Testa lou 14.2.1989)
que dire des jours (gef)
Rampau 2008. (Pierre Dominique Testa, lou 25.3.2008. )
Rassa Rasseje : Aurillac 1978. (Pierre Miremont d'Aurillac. )
Retour de ski. (Pierre Dominique Testa le 8.2.2011. Retour de Ski.)
Rêve triste pour Jacky (Pierre Dominique Testa le 5.5.1988.)
Rois Mages. (Pierre Dominique Testa, le 1 décembre 2007.)
Roussignóu... (Pierre Dominique Testa, lou 10 de mai 2015. )
Route vers ND de Fatima. (Pierre Dominique Testa le .5.1994)
Sa Voix. (Pierre Dominique Testa le 24.6.1986)
Sacha Barra, neissènço d'un cousin miéu à Barjòu. (Pierre Testa, lou 25.1.2010. Pèr Sacha Barra de Barjòu, un nouvèu pichoun cepoun pèr nouesto famiho.)
Salutation au jeune poète François-Xavier Rigaud. (Pierre Dominique Testa, le 27.1.2010. François-Xavier Rigaud d'Allauch m’a offert et dédicacé son premier recueil de poésies. )
Sant Jan à Allauch... (Pierre Dominique Testa, lou bèu jour de Sant Jan 2015, 24 de jun.)
Sant Medard...e... Sant Barnabèu ! (Pierre Dominique Testa, lou 8 de jun 2015.)
Sant Pastre en français de frédéric Mistral. (Pierre DominiqueTesta le 3 Juillet 2003, Texte de F. Mistral, traduit et arrangé.)
Santo Presènci. (Pierre Dominique Testa, lou 28.9.2009.)
Sapiènci (Martine Gonfalone, 27 février 2008)
Sasons (Joan-glaudi Puech de Ménerbes. )
Sebastian e Laurie. (Pierre Dominique Testa, lou 30.12.2010. A moun fiéu Sebastian neissu en 1982, à sa nouvièto Laurie, que soun eisila pèr soun trabai dins leis uba de la Chino desempuei doues annado.)
Secaresso de 2016. (Pierre Dominique Testa, lou 3 de julié 2016.)
Secarèsso de printèms. (Pierre Dominique Testa, lou 7 mai 2011. )
Secaresso... (Pierre Dominique Testa, lou 11 d’avoust 2015. )
Segne Martel e lei Felibre. (Pierre Dominique Testa, lou 26.8.2010. En gramacimen dóu mandadis de Philippe Martel, moun direitour de tèsi, que mi pourgè soun libras sus lei Felibre en aquesto fin d’avoust 2010.)
Sentido Santo. (Pierre Dominique Testa, lou 21 de nouvèmbre 2009.)
Sìes Tu, de ROUSARI DE PASSIOUN de Coumboscuro (Sergio Arneodo, de Sancto Lucio de Coumboscuro, Itàli Prouvençalo 2000. )
Silènci... (Pierre Dominique Testa, lou 14.3.2015.)
Sivan, mèstre d'estello. (Pierre Dominnique Testa le 22.12.2007.)
Solitude à Hyères. (Pierre Dominique Testa, le 2.5.2002)
Solitude. (Pierre Dominique Teste, à Allauch le 31.7.2010. )
Soulèso pèr Candelouso. (Pierre Dominique Testa, lou 2.2.2015 jour de Candelouso.)
Soun vouiàgi. (Pierre Dominique Testa à Barbaraou lou 16 12 2006 .)
Sounado... (Pierre Dominique Testa, lou 10 d’abriéu de 2015. )
Souvenirs d'enfance (Joëlle MAILHOT)
Souvet galoi pèr Nouve 2013. (Pierre Dominique Testa, lou 24 de desembre 2013.)
St Valentin 2011-1981. (Pierre Dominique Testa, le 14.2.2011. A mon amour d’épouse pour nos 30 ans de mariage. )
Subre la mòrt de Frederic Mistral. (Prosper Estieu 1914. Recueil « Las Oras cantairas », 1931 chez Privat-Didier.)
Tambourinaire. (Pierre Dominique Testa lou 24 de Decèmbre 2005 .)
Tanto Chailano, née à Allauch en 1889. (Pierre Dominique Testa lou 16.12.2007.)
Té tu Té iéu. ( archiéu C.I.E.L. D'Oc ) (Robèrt Lafont)
Terro maire. (Martine Gonfalone, le 14.11.2007. )
Toi... (Pierre Dominique Testa le 9.9.2010.)
Tota la sabla de la mar. ( p 11 ) (Max Rouquette, Montpellier)
Tour de Franço 2015....à Gap... (Pierre Dominique Testa, lou 21 de juilié 2015. )
Tren à Sant Carle. (Pierre Dominique Testa le 1.10.2009.)
Tres aucèu. (Pierre Dominique Testa le 16 12 2006 à Barbaraou . )
TRÒCES CAUSITS (LA FARA-ALÈS ( lengo d'O dei Cevèno ) )
Un Loupin... de A.L Granier 1855. (A.L.Granier. 1855. Marseille)
Un ventàs. (Joan-Glaudi Puech de Ménerbes.)
Unique. (Pierre Dominique Testa le 9.9.2010.)
Uno flour vèn d'espeli (Pierre Dominique Testa du 1.6.1982)
Varbau. (Pierre Dominique Testa, lou 13.11.2008 en remembre d’un varbau !)
VERITABLES SOOUCISSOTS D’ARLE (Baptistin ESTAY Marseille, le 16 janvier 1852.)
Viens dans ma belle Provence (LYS CLAIRE)
Vierge du Manteau. (Pierre Dominique Testa, Allauch le 24.12.2006 à 19h20.)
Visiteur. (Pierre Dominique Testa le 24 MAI 2005 )
Vóucan d'Islando. (Pierre Dominique Testa, lou 17 de mai 2010. )
Voues e Crous (Pierre Dominique Testa, lou 17.10.2008, )
Voues. (Pierre Dominique Testa, le 5.3.2007.)
Vounvre Sant. (Pierre Dominique Testa, lou 17.11.2011. Pèr Bernat e Angèlo Perronne dou Lougis Nòu à Allauch. )
VOYAGE DU PATRON SEOUCLET A PARIS ( 1861 ) (Edouard BOUGRAIN, de Barjols. Brignoles – 1861 Imprimerie de Perreymond-Dufort et Vian)
Voyage en train entre Aachen et Bruxelles . (Pierre Dominique Testa, le 11.9.1989.)
voyage en voilier à Porquerolles. (Pierre DominiqueTesta lou 15 Juillet 1987 )
Vut 2013. (Pierre Dominique Testa lou 1 janvié de 2013.)
Vut de bouen' annado 2017. (Pierre Dominique Testa, lou 1 de janvier 2017.)
Vut pèr 2015. (Pierre Dominique Testa, lou 1 de janvié 2015.)
" Mystère des Saints Innocents " (Pierre Dominique Testa le 11 1 2006 .)

Chaque visiteur peut nous envoyer un texte de sa composition, quelque soit le dialecte, quelle que soit la forme poétique, le registre, et la graphie. Il lui suffira de le saisir ci-dessous.

Nous nous réservons le droit de ne pas mettre en ligne tout texte trop long, ainsi que tout texte hors des limites de la décence ouverte au public.

titre
texte
auteur
e.mail
1 + 1 ?