auteurauteurassociationlexiqueouvragesassociationliensliens

Dans cette rubrique, des poèmes sont offerts à la lecture des internautes.


Li Saladello. ( archiéu CIEL d'Oc )

PRÉFACE

Dans l’ombre, depuis bien des années déjà sommeillaient ces vers charmants, faits
d’esquise simplicité et de sensibilité délicate. . Et voici qu’ils s’enfuient aujourd’hui, au
grand soleil de la publicité, comme de gais oiseaux, heureux de prendre, enfin, leur
liberté sous un ciel de printemps
Nous qui aidâmes à cette fuite, nous voici ému de ce brusque départ; « Qui sait ce
que le public réserve à ce petit livre de notre cher félibre arlésien ? nous
d e m a n d o n s-nous avec inquiétude. Ces vers plairont-ils à tous ? Vous charmeront-i l s ,
belles filles d’Arles que Meste Eyssette aime tant ? Auront-ils toutes vos sympathies,
Félibres ardents, poètes, admirateurs de notre belle langue.
Nous ne savons: il est si difficile, à l’heure actuelle, de conquérir tous les suffrages.
Pour « arriver », de nos jours, pour rendre ses rimes populaires, il ne suffit pas de forger
de beaux vers, il faut, autour de son oeuvre, faire du bruit, savoir “jouer de la grosse
caisse” et le brave «Troubaire » du Mas deVerd n’a jamais su manier cet instrument là.
Néanmoins, nous croyons que son modeste volume sera lu et aimé.
C’est de si bonne grâce qu’il offre à tous sa “gerbe de Saladelles.”
Cette gerbe! Comme il l’a faite avec amour, au jour le jour suivant l’heure, cueillant
de ci, de là avec la passion touchante d’un enfant qui cherche des fleurs pour en faire un
bouquet de fête ! C`était son rêve — et quel rêve fut caressé avec plus d’espérance de
pouvoir mêler un jour, au parfum des « Flour de sàuvi », au charme pénétrant des
“Cant dóu terraire” I’odeur quelque peu sauvage des saladelles et la saveur de ses rimes
“pacanes.” Le rêve est devenu réalité; le poète peut être content; les heures des rêves
qu’il vola à l’existence pratique n’ont pas été vécues en vain.
Nous contenterons-nous de parler ici uniquement du poète ? Non et puisqu’elle nous
est offerte, nous ne voulons pas laisser passer l’occasion de jeter un peu de lumière sur la
vie entière du Félibre, cette vie si simple, si honnête, passée presque entière dans les
champs, avec, pour seule distraction des vers!.....
Que sa modestie ne s’effarouche pas ! C’est très simplement que nous allons conter
cette existence.
Meste Eyssette est né le 4 Février 1831 à Manduel, joli petit village se chauffant au
bon soleil de Provence, entre les vignobles Nimois, vastes et parfumés dont rêva sans fin
« le petit chose » et les oliviers tordus et poudreux de Bellegarde que nous a chantés
Baptiste Bonnet en des pages inoubliables!
Ses parents, honnêtes fermiers, dont l’unique gloire consistait à bien gérer leur
propriété, le mirent à l’école des frères, à Nîmes.
Chaque matin, I’enfant partait pour se rendre à la ville et chemin faisant s’arrêtait à
la boulangerie qui se trouvait sur sa route pour acheter une miche de pain frais. — “Vas
à l’escolo, pichot, tu vas à l’école, petit” — lui criait familièrement le boulanger dès
qu’il l’apercevait au loin.
— “Eh ! tant bèn, i’anen! Eh ! Tout de même nous y allons, répliquait le petit
Eyssette, indifférent. Qu’il eut été fier s’il avait connu alors toute la gloire de son
interlocuteur qui n’était autre que le poète-boulanger Reboul.
A treize ans, il fallut dire adieu aux livres si captivants, aux humbles frères, si bons !
Dès lors commence pour lui une vie de travail sévère et pénible peut être, mais
vivifiante et consolante. C’est la vie aux champs, la vie libre au grand air pur, sous le
soleil et le ciel bleu; ce sont les heures passées à rêver, à chanter tout en labourant, à
écouter, le soir, dans la paix qui tombe sur la terre, et loin de la banalité tumultueuse des
villes, à écouter quoi ? mais un rien qui forme un tout ravissant — un rien qui, de simple
et ignorante, tend une âme songeuse et poète... des vieux airs du pays fredonnés par les
filles, des cahottements de charrettes, des tintements de sonnailles, des plaintes de
grillons, tout cela arrivant à travers le bleu du soir qui s’allonge en tremblant!
Le poète délicat qui chantera en strophes charmantes “Li gràndi santo” se forme, à
l’école de la nature. De tout ce qu’il voit, de tout ce qu’il entend il ne retient que la note
simple et rustique.
Mais voici les vingt ans qui sonnent, I’horizon de la vie s’élargit, I’intelligence, plus
vive, s’éveille, l’amour aussi, mon Dieu ! il est bien permis d’aimer à vingt ans, surtout
lorsqu’on est poète. Notre félibre se donne cette permission « de tout son coeur » si nous
pouvons nous exprimer ainsi et bientôt son foyer est fondé, mais où donc construire le
nid pour la nichée à venir ?
Arles est là-bas, non loin de la “Provence des pierres, dans la Provence des roseaux”
avec sa Camargue et sa Crau, ses troupeaux et ses quelques vignes .
Le poète y arrive, laisse sa muse à la porte pour le quart d’heure, s’occupe de
vignobles, de labours, et finalement devient régisseur du Mas de Verd, place qu’il a
conservée pendant quarante-sept ans !
Cela, nous ne l`apprenons à personne. Qui ne connaît le « bayle » du Mas du Verd,
en Arles et aux environs ?
Demandez donc un peu à quelque vrai provencal, à quelque « pacan» de notre terroir.
— Quel est donc ce Mèste Eisseto, — « Es lou baile dóu Mas de Verd, c’est le bayle
du Mas de Verd, vous répondra-t-il aussitôt !»
Le Mas de Verd ! presque toute la vie du poète s’y est écoulée, c’est là qu’il sut se
réserver, au milieu de ses occupations multiples des heures bénies qu’il consacrait à la
poésie et à l’art.
« Tu qu’au Mas de Verd te trufes di vilo, adores toun Diéu, fas travaia lou paure
mounde, o paire « amourous d i ràfi.... »
« Toi qui, au Mas deVerd, te moques des villes, adores ton Dieu, fais travailler le
pauvre monde, o père amoureux des paysans. .. » lui dit Baptiste Bonnet. L’ é c r i v a i n
délicat du “valet de ferme” est pu ajouter — et c’eut été compléter sa pensée. — « Toi
qui chantes, en des vers charmants, Arles et ses filles, ta Camargue et tes grandes Saintes
Maries.... »
Car Meste Eyssette chante et rêve au Mas de Verd et la vie pratique n’étouffe pas en
son âme les rêves charmants que sa muse lui inspire; félibre de la première heure, il
publie ses poésies, au jour le jour dans divers journaux provencaux «lou Gau, I’Aiòli,
I’Armana Prouvençau », devient baile du Gau ne se contente pas de cela et se fait
homme d’action pour aider de tout son coeur au triomphe de la «Cause» ne manque
jamais une « felibrejado » se constitue le défenseur du nos vieilles traditions et de nos
coutumes. — Le maître fait appel à son dévouement pour la création à Arles du
«Muséon Arlaten. »
Le voici de nouveau sur la brèche, mais il n’est pas seul. . . d’autres dévouements se
joignent au sien et en passant, nous, admirateurs passionnés de notre pays, nous
remercions de toute notre âme ceux qui contribuèrent à la fondation de cette oeuvre si
belle, vivante résurrection de notre passé.
II
Li Saladello! quel joli mot que celui-là - il y en a tant de jolis dans notre langue, —
rien qu’en le prononçant nous avons la vision lointaine de plantes d’un vert sombre,
découpées comme une dentelle, et une odeur de choses salées, un parfum étrange flotte
autour de nous.... Petites fleurs, modestes, se cachant le long de nos étangs paisibles de
Camargue!
C’est bien leur nom qu’il convenait d’inscrire en tête de ce volume dont chaque
feuillet, lui aussi, a son parfum, dont chaque vers a sa simplicité !
Et quelle simplicité! Elle est exquise ! comme nous l’avons dit au commencement de
cette préface.
De nos jours, alors que tant d’oeuvres, à force d’être travaillées, deviennent bizarres
et même incompréhensibles, on est tout heureux d’en trouver une qui conserve dans son
fond comme dans sa forme une fraîcheur, et une naïveté non voulues. On en ressent une
joie soudaine, la même joie que l’on éprouve en apercevant, parmi des figures «
poseuses » et revèches, un visage ami qui vous sourit avec bonté.
Ses sujets d’inspiration ? Meste Eyssette ne va pas les chercher bien loin ! Il chantera
les Saintes Maries, la Camargue et ses taureaux, Arles et ses Alyscamps, tout ce qui
poétise notre terroir, tout ce qui l’environne et l’émotionne et ceia non pas avec de
grandes phrases sonores mais avec les mots qui lui viennent naturellement aux lèvres,
les mots qu’il emploie chaque jour en causant avec les paysans. Comme à Charles Rieu,
cette simplicité lui a réussi et son livre en vaut bien d’autres.
“Aux chansons rosses du boulevard nous opposons les « Chants du terroir. disait M.
Elzéard Rougier. Nous y opposerons aussi « Les Saladelles.»
On pourrait dire encore bien des choses sur ce petit volume, mais notre intention
n’étant point de faire ici de la critique, nous nous arrêterons, non sans avoir, toutefois,
remercié Meste Eyssette de I’honneur qu’il nous a fait en nous proposant d’écrire cette
préface.

PAUL GRANIER.
*
Dedicàci
A Moussu lou Marqués de Cabriero (1)

Vous, que di Santo sias vesin, (2)
Dins voste Castèu d’Astouin,
Assoustas li sàni pensado
D’un recit de nòsti vihado.
Voste Mas, qu’oumbrejon li pin
S’atrovo just sus moun camin;
De voste noum l’escandihado,
D’ardènto fe pèr Diéu signado,
Vous fan, de dre, noble peirin
De moun obro de pelerin.
Lou sant Evesque, voste fraire,
A passeja ‘queste ferraire;
Ié sameno encaro à l’entour
Tout l’engèni de soun amour;
L’ai entendu dins la capello,
Quand n’en lausavo, subre-bello,
Li dos amigo dóu bon Diéu,
Em’un parla tant agradiéu
Que se sentié dins l’assistanço
Un estàsi de benuranco,
E nous semblavo en l’escoutant
Qu’i santo toucavian la man.
Que la siéuno me benesigue
E que de longo mai flourigue,
Dins noste miejour catouli,
La fe que fai tout trefouli!
(1) Frère de Monseigneur de Cabrières, évêque de Montpellier.
Un miracle i gràndi santo
La fe sauvo l’amo.
Autour di joio britanico (1)
Leissen chauma nòsti critico;
Felibre de la vilo e felibre di mas,
Canten nosto bello Prouvènço.
Iéu, de la fe de sa Jouvènço.
Vole remembra li cresènço
E de si roumavage espandi lou soulas.
Pèr ana ‘n d’aquéu que vous parle,
Fau quatre bònis ouro d’Arle.
Mirèio i’a fini soun bèu pantai d’amour
E, pèr li dos sànti Marìo,
Li patrouno de mi dos fiho,
Se moun estrambord s’escampiho,
Es que dins noste oustau lis amaren toujour.
Dos gràndi santo messagiero
Que nous pourterias, li proumiero,
L’ardènto fe dóu Crist en travessant la mar,
Disès au vènt que vous butavo
De m’ajuda, se pèr entravo,
Uno auro folo m’alassavo
E venié m’aqueira dins un triste relarg.
Santo, vous adurrai li joio,
Car, se vène jouga l’anchoio
Emé de fin bouvié que sus iéu an lou pas,
Es que me fai gau de retraire,
Mai noun fugue qu’un labouraire,
L’amour e la fe d’uno maire
Que d’amoundaut me dis: Courage, gagnaras.
E vous cante, sànti cresènço,
Ounour, glòri de la Prouvènço
Que la Crous a ‘ndrudi bèn mai que lou soulèu!
Dous bèus astre de nòsti plano,
Fasès lusi moun enversano;
Pèr vous soulo moun cor tresano,
En cantant lou païs qu’avès fa subre-bèu.

(1) Cette pièce fut couronnce aux jeux floraux de Cannes en avril 1879. Cette pièce
ayant été composée à l’occasion des jeux floraux tenus à Cannes pour le centenaire de
Lord Brougham, I’auteur à dû faire mention de ces jeux littéraires en l’honneur du
ministre anglais.

II
Sus uno carreto tendado
E coume de figo esquichado,
Cinq femo e sièis enfant ensèmble avien parti,
Embessounado dins si manto,
En pelerin, i gràndi Santo,
De longo la bouco parlanto,
Dóu tibanèu roulant languissien de sourti.
En travès l’isclo de Camargo,
Qu’entre li dous Rose s’alargo,
Disien en badaiant tóuti li noum di mas;
E lou carretié i’esplicavo
Comme vai qu’ansin s’apelavo
Lou tenamen que despassavo
Pèr la vintiemo fes! Èro encaro jouinas,
E meme avans soun mariage,
Que di santo fasié lou viage;
Di gardian Camarguen sabié tóuti li noum;
En fasènt vèire li cabano
Parlavo de Jaque Servano (1)
E dis autre que, pèr li bano,
Agantavon un biòu sèns fèrri dins lou roun.
— « Anen, fasès dounc un pau courre! »
Disien, en aubourant si mourre,
Lis enfant agrouva dedins li coutihoun.
— « Oh! i’arribaren proun à l’ouro!
Dis lau carretié que s’aubouro,
«Me sèmble que vèse li tourro,
Dins lis aubre ramu, dóu castèu d’Avignoun?»
— «Vous que sabès tant bèn la routo,
Aro que tóuti fan l’escouto,
Déurias bèn nous counta ‘n ist6ri dóu païs »
Ié dis ’no jouino pelerino
Que se toursié dóu mau d’esquino.
- «Es verai, faguè sa vesino,
Tant bèn dedins vint an n’en dèu avedre vist.
- « Ma fisto, d’abord quë sias lasso
De faire ana vòsti lengasso,
Voulès, dis l’ome alor, que iéu prèngue lou le?
Vague! se i’a pas ges d’oustacle;
Vous countarai un grand miracle .
E crese, sènso èstre un ouracle,
Que se siéu esmougu, lou sarai pas soulet:
« S’atrouvavo l’an de la guerro.
Oh! que de plour! que de misero!
Tóuti li jóuini gènt foro de sis oustau
Avien passa Calendo e Pasco,
Lou carnavas fuguè sèns masco;
Li Prussian, mai que la Tarasco,
Fasien mouri de gènt dins un chaple mourtau.
Aquelo annado, li carreto
Carguèron jusquo sus li freto.
Tout de long dóu camin, que gème, que soucit!
- An, tourno lèu, ouro benido,
Disien li maire adoulentido,
Ounte, la guerro bèn fenido,
I Santo revendren pourta nòsti merci.
Ah! pecaire! iéu sarai morto !
Marmoutejavo la mens forto;
Lou veirai jamai plus l’enfant de moun amour!
Èro tant mistoulin, pecaire!
Que quand embrassè soun vièi paire,
Coume à iéu, nous disié: ma maire,
Aguès siuen dis enfant, car m’en vau pèr toujour!
- Mai, vosto crous fugue escrasanto,
Noun doutès dóu poudé di santo,
A la vièio disien: Cresès! car Diéu nous dis,
Que nous fara sourti di mouto.
E se li gràndi Santo escouto.
Quau vous a pas di que pèr routo
S’en revèn voste fiéu, sauva dóu chapladis.
Dóu mai moun parla l’amistavo
E dóu mai se despoutentavo,
Si lagremo sèns fin nous fasien tresana,
Fau dire qu’em’ elo enmenavo
Dous enfantounet que baisavo;
Lou jouine tout escas parlavo,
E ié disié: ma grand, moun papo ! ounte es ana ?
Se l’avias visto à la capello,
Pauro maire, quand lis estello
Di cierge alumina pèr lou Magnificat!
Qu’aquéu trelus di candeleto,
De crid que dounon la trarmbleto,
Que vous sentès dos arcaneto;
E que lou vogue o noun lou plus dur es touca!
Se l’avias visto ageinouiado,
Emé si dos man aubourado:
- « Gràndi Santo, — crida — Rendès-me moun enfant.
Lou paire d’aquéli dous ange,
Lou gagnaire dóu pan que mange!»
Aurias senti quicon d’estrange
Vous barrula lou cor, e de plour tremoulant,
Aurias espincha vers la porto
Pèr vèire s’uno fe tant forto
Adusié pas subran lou sóudart demanda.
Mai, li refrin e li cantico
Fasien trambla la glèiso antico;
Di Santo la voues serafico
Noun aviè respoundu que venien i’ajuda.
Plan-plan, li caisso davalavon,
Tóuti li malurous cridavon;
D’un vènt paradisen sentias li frejoulun,
L’alen dóu bon Diéu refrescavo,
L’umano calour qu’estoufavo
E mai-que-mai tout s’enauravo
I cant entremescla de joio e de plagnun
Dins iéu disiéu: qu’es consoulanto
Nostro cresènço i gràndi Santo,
E coume se ressènt qu’es éli qu’an adu
Sus li ribo de nosto Franço
La fe, l’amour e l’esperanço,
Sabès qu’en li pregant jamais rèn n’es perdu !
D’aquéu moumen la Capitalo
Se clinavo souto li balo;
Paris alumina pèr lou fiò di canon,
De sis enfant vesié lou chaple;
Nautre esperavian un miracle:
Que diferènci d’espetacle,
Entre l’obro de Diéu e l’obro dóu demoun !
I santo, uno auro celestialo
Nous enaussavo sus sis alo.
Eila lis assassin à cha cop de fusiéu,
Couchavon li paure martire,
Qu’à si bourrèu semblavon dire
En mourissènt em’un sourire:
Nous tuas, e pamens pèr vàutri pregan Diéu !
Mai, pecaire! en clinant la tèsto,
La tristo maire, de la fèsto,
S’entournavo en sousclant. Li drole, plus countènt,
Mastegavon de gimbeleto,
E trigoussa pèr la carreto,
S’endourmissien sus sa mameto:
L’ivèr, sus si geinoun, bressavo lou printèms.
Tres mes, tres long mes se passèron;
Ni letro, ni sóudart venguèron;
La vièio, dis enfant alestissié lou dòu.
Un vèspre Iou tèms uiaussavo,
Dedins l’oustau tout tremoulavo, .
E quand lou tron s’aboulegavo,
Emai preguèsson Diéu n’èron mort de la pòu.
Pamens, d’uno voues tresananto,
Un enfant dis: I gràndi Santo,
Ma grand, quand l’autro fes i’anen tant esmougu,
Disias que paron dóu tounerro,
E fan retourna de la guerro
Tout aquéli que l’on espèro,
Coume vai que mon paire es panca revengu?
Uno flamejado escarlato,
Coume un cop de canoun esclato,
La porto en trantaiant soulo se durbiguè.
Amoulouna dedins un caire,
Sènso plus saupre coume faire,
Res n’avié vist intra lou paire
Qu’au mitan de l’oustan tout d’un cop pareiguè.
Atupido, d’estrambord mudo,
La maire, en elo revengudo
Se viro.. vèi soun fiéu e noun pòu plus parla;
S’apielo contro la muraio,
Regardo un tablèu e trantaio,
Mai lis enfant tóutis en aio
Au coui dóu revenant avien lèu escala.
Tóuti vers un rustique image,
A geinoun porton sis óumage.
Oh, dis en lou fissant la maire, touto en plour:
Es éli! O! ‘s lou vint-e-quatre
Qu’à Paris venias de vous batre,
Que sus dous cènt resterias quatre.
Quatre! e lis autre tres soun panca de retour.
O ! gramaci, sànti Patrouno !
Que noste amour vous envirouno !
Gramaci, redisien tóuti quatre à geinoun.
Assoustas aro la nisado
Contro touto malemparado.
E zóu ! tourna-mai de brassado;
De deforo poudias entendre li poutoun !
Proche dóu lié mounte plouravo
Lou vièi dóu plesi qu’esprouvavo,
Venguèron un pèr un embrassa lou malaut.
— «Mi bèus enfant, dis e s’aubouro,
Bèn aro, pòu veni moun ouro,
Pèr qu’eici lou bonur se fourro:
Iéu vau jougne li santo e ma fiho amoundaut.»
Bèn qu’anèsse plan la miouleto,
Tambèn marchavo la carreto,
Lis erso de la mar se vesien bluieja;
E sus lis estang, la capello,
Coume uno barco emé sa velo
Emé si muraio roussello,
Dins li rai dóu soulèu se vesié pouncheja.
Li gabian dins l’aire voulavon
E li camarguen regardavon,
Passa tant de carreto e tant de carretoun.
Qu’aquéu desert reprenié vido,
E li tamarisso flourido
Largavon si sentour umido
Au nas di pelerin que fasien espinchoun.
Mai endourmido qu’esmougudo,
Li femo qu’avien resta mudo
Tout lou tèms dóu recit que l’ome avié counta,
Dins lou silènci dis engano
E la grandour d’aquelo plano
Di santo entendènt li campano,
Tóuti d’un meme acord se meton à canta:
VERS LA MAR
« Vers la mar que nous encanto,
Gràndi Santo,
Adusès vòsti secour,
Patrouno di travaiaire,
De tout caire
Vous carrejan noste amour. »
« Noun, jamai lou paure óublido
Dins sa vido
Qu’escoutas ço que vous dis;
Coume un rasin sus sa souco,
Dins sa bouco,
Voste bèu noum s’espandis »
« La mar que vous poutounejo,
Douno envejo
De vous revèire souvènt;
Car dessus soun aigo amaro
Sèmblo encaro
Que vosto barco revèn. »
Adusès à la Prouvènço
Li cresènço
Dóu Diéu que porto la pas;
Lou Rose que vous espèro
Sus si terro
Vous reçaup entre si bras.»
« Vòsti mantèu fan la velo;
Que sias bello
Drecho sus voste radèu
Lou vènt d’en bas vous descargo
En Camargo
Bèn liuen de vòsti bourrèu. »
« De l’en aut de vòsti tourre
Vesès courre
Tout lou miejour Catouli;
Es l’antico fe de Franço
Que s’avanço
Vers lou brès ounte a ‘speli.
(1) Ce Jacques Servane était d’une force si grande, qu’il osait se mesurer avec un
taureau; il lui saisissait les cornes et le renversait dans l’arène sans le secours du trident.

I SANTO

Gràndi Santo
Tout s’aplanto
Quand vous cantan
E qu’escoutan.
A nòsti cant
Venès douna la man
Vàutri sias li dos estello
Que lou crist faguè veni,
Emé l’aubo clarinello
Que la fe fasié lusi.
Gràndi Santo etc...
Vàutri sias lis iroundello
Que, mau-grat lou marrit tèms,
Travessas la mar crudèlo,
Pèr adurre lou printèms.
Gràndi santo etc...
Vàutri sias li dous bèus astre
Qu’an lou Rose pèr mirau;
Sias lis ensigne di pastre,
Sias lou soulas di malaut.
Gràndi santo etc...
Sias li flour apoustoulico
Que la mar nous aduguè;
Prefum de fe catoulico
Que tant liuen s’espandiguè.
Gràndi santo etc...
Vàutri sias li voues requisto
Que dins noste bèu païs
Coume d’autre Jan-Batisto
Predicas la lèi dóu Crist.
Gràndi santo etc...
Sias dessus lou toumple aiguèstre
Lou retra dóu grand veissèu
Que lou Papo, pilot mèstre
Tèn d’ament coume se déu.
Gràndi santo etc...
Sias lou rai, bèlli princesso,
Que Diéu tèn toujour lusènt
A travès la nèblo espesso
E lou giscle maufasènt.
Gràndi Santo etc...
Vàutri sias li bèlli Rèino
Qu’à geinoun venèn prega,
Quand l’auvàri sarro e gèino
Noste cor estoumaga
Gràndi Santo etc...
Gràndi Santo, sias encaro
Lou flambèu de noste amour,
Lou charme que nous aparo
Dóu verin e di doulour.
Gràndi Santo etc...
Sias l’ournamen di muraio
Dins nòsti pàuris oustau;
Vers vàutri tout se rambaio
Entre que fai un uiau.
Gràndi Santo etc...
Sias amigo di pescaire
Quand bèn liuen s’en van cala;
Sabès dire i vènt trounaire:
Leissas clafi si fielat
Gràndi santo etc...
Ah ! pèr que sias de la sorto
La man drecho dóu bon Diéu,
Durbissès d’en-aut li porto,
Quand en bas diren: adiéu !
Gràndi Santo etc. .
MAS DE VERD, 4 de mai 1874.

LA CROUS DI SANTO

Tant que lou soulèu brihara
La Prouvènço t’aubourara,
E la mar bluio emé respèt,
Beisara ti pèd.
Auran bèu nous critica
I santo vendren cerca
Lou triounfle de la Crous
Qu’assousto li malurous !
Tant que lou etc...
Li gènt paure e li marcant
- Eici mesclaran si cant
E li santo en Paradis
Respoundran i cantadis
Tant que lou etc...
Li pescaire, li Pelot
Li gardian, li matelot,
Dins l’azur d’aquest païs
Vendran pèr redire au Crist:
Tant que lou etc...
Que nous enchau di revèst.
S’uno souleiado après
Largo si rai li pu clar
Sus la Crous e, sus la mar.
Tant que lou etc....
Li rasin se passiran,
Li palun se secaran,
Mai la Fe di Catouli
Jamai pourra s’esvali.
Tant que lou etc...
Dins li plano de la Crau
Sus li lanço e li destrau
Lou Labarum pareiguè
E lou chaple finiguè.
Tant que lou etc...
Bello crous de Coustantin
Qu’es toujour bèu toun destin
Mé lou sang de Jèsus-Crist
Dessus toun blasoun escri!
Tant que lou etc...
Ti rai de counsoulacioun
Bèn mai que lis invencioun
Avans coume après la mort
Fan clareja noste sort
Tant que lou etc...
Vàutri que la sagatas
Quand de l’iro sarés las,
Sus d’aqueste ribeirés
Drecho la retroubarés:
Tant que lou etc...
E tu, Fiho de Clouvis,
Franço dóu grand Sant-Louvis,
Mostro sus terro e sus mar
La Crous sus tis estendart:
Tant que lou etc...

LA PLAJO

A ma pichote fiho Antonia, I’an de sa 1re Coumunioun.

Balanço-te sus l’aigo bluio
Barco qu’adus lou vènt d’en bas !
A toun entour sauton li gruio;
Mai di mountiho de sablas
Vesèn gounfla dos làrgi manto,
Que fan velo vers lou desert
Mounte esperan li gràndi santo
Sus la plajo, li bras dubert.
Es sus lou cresten dis oundado,
Entre la mar e lou cèu blu
Que s’espasson nòsti pensado,
Que velèjon nòsti salut,
E quand lis erso caressanto
Brèsson noste pantai dins l’èr
Entre-vesèn li gràndi santo
Qu’eici ’speran à bras dubert.
Sus lis estang e l’aigo amaro
Voulastrejas, vòu de gablan
Aguès pas pòu dóu fum di garo,
Restas lis ami di gardian;
Sus nosto glèiso roussejanto
Passejas-vous l’estiéu, l’ivèr;
Sias toujour li pijoun di santo
Qu’eici ’spèran à bras dubert.
Flourissès, clot de tamarisso,
Tresanas, sagno di palun,
Roussignòu, d’uno cantadisso
Amourtissès li revoulun
Dóu mistrau que seco li planto
E rènd mourtinous ço qu’es verd,
Qu’en mar rebute pas li santo
Qu’eici ’speran à bras dubert.
E tus, alenado divino,
Que fas greia li tradicioun
Dóu Crist que dins la Palestino
Samenè si benedicioun,
Fai resta toujour miraclanto
La plajo ounte li capoun-fèr
Roudèjon pivelant li santo
Qu’eici ’speran à bras dubert
Aperalin dins lis oundado
Un lume briho ! es Faraman:
Que s’en tire liuen la barcado
En quau venèn douna la man.
Amaiso-te, mar arrouganto
Car toun escumo eici se perd.
Arribon nòsti bèlli santo
Qu’esperavian à bras dubert.
Se s’ennèblo nosto planeto,
Urousamen qu’eici lusis
Lou dous trelus di candeleto
Qu’escandihon la fe dóu Crist.
Que dins lis engano brulanto,
La vièio danse emé li serp:
Vers la Crous e li gràndi santo
Auren toujour li bras dubert.

LI DOS MAIRE

Maire inchaiènto, m’ounte vas
Ansin, touto apensamentido ?
De l’enfant que t’es mort, ai-las !
Cerques lou cros dins l’erbo umido.
Es peralin, I’atrouvaras,
Em’un bouquet de flour passido
Qu’uno crous tèn entre si bras,
Pèr li respousc touto ensalido.
Lou remord de soun abandoun
Te n’en fai demanda perdoun
An paure agnèu qu’es dins la terro
As resoun, car d’eilamoundaut
Es éu qu’assousto toun oustau
Contro lou vice e la misero.
___________
Tu que de roso li man pleno
Au cementèri, chasque jour,
T’en vas emé l’amo sereno
Escoundre un cros souto li flour
Dins l’azur, toun regard permeno.
Crèses qu’au celestiau sejour,
O maire doulènto, à ti peno
Vai respondre un murmur d’amour.
As resoun! car d’aquesto vido
De treboulun touto clafido
Qu’enneblisson nòsti destin,
Podes vèire, bonur estrange
Ti bèus enfant qu’emé lis ange
Dóu cèu passejon li camin.
Pèr lou jour di mort.

BEBE

L’avien sourti de sa bressolo,
E frisa coume un angeloun,
Un bèl enfant, dins sa carriolo
Balancavo un pichot baloun.
Sa maire-grand lou regardavo.
Emé si besicle à la man;
Pièi, tèms en tèms lou perboucavo,
Es ié disènt: « Où est maman ?
Maman! pecaire ! à la roubino
Passavo au saboun li banèu;
E soun nistoun fasié tampino
Coume fan, au cas, lis agnèu.
Èro coumpres que se lagnavo,
Rès que de l’entèndre rena;
Pamens, lou teta que belavo,
Mamé poudié pas ié douna!
Tout d’un cop, coume uno luseto,
Lou soulèu fai belugueja
Un di dous vèire di luneto,
Qu’au plafous vai pampaieja!
«Vè, moun sang, alor dis la vièio:
«Aquelo estello en plen miejour! »
E, galoio de soun idèio,
A l’astre fai faire lou tour.
Lou permeno sus li muraio,
Lou fai lambreja sus lou brès;
E bébé, countent, s’esparpaio
Mourrejo pèr ié courre après.
«Vaqui li trelus de la vido! »
— Disié grand-maire en eissejant.
« Vaqui di glòri la lusido
Que jouine e vièi acoussejan.
Paure bébé ! vai, podes courre,
« Tout relènt, tout espaventa:
« Que de fès picaras de mourre
« Quand creiras de lis aganta... »
Mai un crid de joio trafuro
Tout l’oustau; e, plen d’estrambord,
L’amour d’uno autro creaturo
Boumbis dis entraio que sort.
Adiéu, baloun, adiéu, estello,
Bébé venié de devista
Sa maire emé sa canestello,
Si banèu blanc e soun teta !
Pèr li dous èstre, que delice !
Urouso maire, urous nistoun !
En revenge dóu sacrifice,
Que de la, pièi, que de poutoun !
La vièio fretè si besicle
Que si lagremo avien nebla
E m’escriguè: « fai un article
Sus lou bonur qu’ai countempla ! »

MOURALO

Vàutri que cercas ço que briho
Pèr countonta vòsti plesi.
Óublidès pas qu’es en famiho
Que longo-mai podon lusi !

D’EN ARLE A PARIS

A mi bràvi soci: Maritan e Servino.
Alor, es bèn verai qu’en pleno capitalo
Tu, moun brave Fermin e l’ami Louvis Rous
Gai coume dous grignoun qu’an ges de martingalo
Au païs Arlaten, lambrejas tóuti dous.
Parlas di vièis ami; parlas di jóuini chato,
E tout esbalauvi dóu trin di gros coutau,
Un souveni, pèr fes, dins un souspir s’amato
En sounjant i parènt qu’avès leiss’ à l’oustau.
Vous entende charra, Maritan e Servino,
Quand di rimo voulès alesti li taioun
Dire: « paure de iéu, coume es dins la debino »
« L’escolo que pèr tèms ié disien... dóu Lioun,
Aro soun cabiscòu viro, vai à la casso;
Inchaiènto, sa muso à peno ié sourris
Regardo au miraiet s’uno alauseto passo;
« O garço, ié dis, tu, veiras jamai Paris !
Ah ! s’un jour retournas coume li dindouleto,
Dirai à Bourdeloun que cale si fielat:
E, se iéu, au mirau manque lis alauseto
Trouvaren proun quaucun pèr vous apivela !
Souto nosto cèu blu, m’ounte tout se miraio,
Siéu jalous d’engabia li felibre d’elèi
Qu’an teta lou bon la d’Arle e de Trenco-taio..
E s’en van à Paris ! sacre couquin de lèi !
Fau vers li miejournau que Paris s’escambarlo
Ié prestan nòsti biòu, nous mando Coquelin;
Arle vai à Paris e Paris vèn en Arle
Mai, gardo l’oupera.. se nous leisso.. Belin.
— Restas, mi bèus ami, mandadou de l’Idèio
D’uno fraternita que bèlo l’Infini
E, se li Parisen en fa fèsto à Mirèio,
Nàutri nous gouspihan... en badant “Hernani”.

A PÈIRE PICHOT

Dóu vièi pople Arlaten, famiho de felibre,
Pèr toun paire e pèr tu, qu’avès fa tant de libre,
O Pichot, vogues bèn aculi nòsti flour.
Sias eisila de nosto vilo,
Mai, se vuei, i’a Cènt an, s’en parlara dins milo,
Di savènt dóu plan de la Cour.
« Siéu Arlaten, vous dise, e noun pas un Arlèri! »
Qu’aquéu lamp de soun cor, dóu brès au çementèri,
Escri sus d’uno font, s’estampe à soun toumbèu!
Car sus nous autre vounvounejo
Un revoulun, un vènt d’amour que cansounejo:
Chasco aucèu trovo soun nis bèu!
Brave Amadiéu Pichot, se fau dins l’autre mounde
Qu’à ti glòri d’en bas un autre rai s’apounde
Pèr mai escandiha tis obro e ti vertu,
Vendran i « Chiche » faire escorno
Li paure, i pèd de Diéu, en ié moustrant l’óumorno
Que toun enfant i’a fa pèr tu.
E nautre sian vengu, Felibre e Felibresso,
Vous courouna d’ounour, e faire la proumesso
Que jamai leissaren passi dins un cantoun
Nosto galanto parladuro,
Pas mai que lis ajust e la gènto couifuro
Que fan sourgenta li poutoun.

LA FARANDOULO

A moun ami Miquèu Pic.
Gai Prouvençau, vèngue de tambourin
Tóustis ensèn faren la Farandoulo.
Rèn de tant bon pèr nega lou chagrin
Que d’entrechau sus l’er d’aquest refrin:
Ah! se voulien, li pople de la terro
Nous segui dins noste «En avans!»
Mandarian lèu li cercaire de guerro
Rascla de cano e mouse de tavan.
A Barbentano
Soun li pu crano
Pèr tornba just n’i’a jamai un que cano;
A Barbentano
Sias espanta,
Vous gouspihas de li vèire sauta.
D’aquelo d’Arle
Que se n’en parle!
Quand jogon l’èr, fau que tout s’escambarle,
N’aquelo d’Arle,
D’un soul acord,
Ié semoundèn uno medaio d’or,
Li de Maiano
Res lis engano;
Soun escoulan dóu Rèi de nòsti plano;
Li de Maiano
Soun Majourau
De l’enavans de noste grand Mistrau.
Tóutis en aio,
Bèn presso en taio,
A Tarascoun, lou païs de Jarjaio,
Tóutis en aio
A Tarascoun
Li Fiho la fan coume li garçoun!
Dedins Bèu-Caire
Se la fan gaire;
Dison que se fai proun de l’autre caire;
Dedins Bèu-Caire,
Mai Espagnòu,
Arnon bèn miés faire courre li biòu.
S’un jour de fiero,
La Canebiero
Vesié farandoula pèr sa carriero,
O Quinto fiero !
Li tambourin
Farien gounfla tóuti li tartarin.
La Capitalo
Que se regalo
En escoutant lou cant de la Cigalo,
La Capitalo
De ma cansoun
I deputa semoundra la leiçoun
Tóutis en foulo,
De nosto boulo,
Pople venès faire la farandoulo
Tóutis en foulo, :
Venès deman
Li Prouvençau vous dounaran la man.
MAS DE VERD, lou jour de l’esclùssi.

LIS ALISCAMP

A Moussu Revoil,
Majourau di mounumen dóu Miéjour.

De qu’es, alin dins li piboulo
M’ounte la Durènço s’escoulo,
.Aquéu clouchié fenestreja,
Plus bas que li grand chaminèio
Que l’envirouton de tubèio
Sèns lou faire mai negreja ?
De que soun tout’ aquéli pielo
Qu’à la filado fan barrielo
En d’un draiòu tout soulournbrous,
M’ounte, la niue, lis amourous
E dins lou plen jour, li touristo,
S’en van, emé de porto-visto,
Per s’espaça chascun soun goust ?
Ço qu’es, aurias peno à lou crèire;
Estrangié que venès lou vèire
E ié rescountras un acamp
De trimard que ié fan boucan .
Aquelo glèiso, aquéli lauso
Ounte lou vièi passat repauso
Arlaten ! es lis aliscamp !
Es acò, lou vièi çementèri.
Dóu tèms qu’Arle tenié l’empèri
Di vivènt autant que di mort,
E que soun Rose èro lou port
Di miravihouso tartano
Qu’à l’oumbro de si verd platano
Adusien si caisso e soun or!
Se, dins un tèms, èron sutile;
Aro, aqui mai, dormon tranquilè
Li Couse d’Arle, respeta,
Que, dins lou Miejour empesta
Em’uno carita sublimo
Au pople dounèron la dimo
D’un tresor de fraternita !
Ai-las ! Aquéli grand’rouïno
Que nèblo lou fum di machino,
Après tant de celebrita
Fau li vèire pereclita,
De tóuti li.caire esquichado
Pèr uno industrìo afamado
Que cerco à lis escamouta!
Verai, qu’à l’ouro que vous parle,
Li çementèri soun en Arle
Double comme li testamen:
Ancian e nouvèu mounumen,
M’ounte la Camardo rousigo,
Souto li flour e lis ourtigo,
Li vitimo de si tourrnen.
Mai, se moun cor se desacato
Pèr esbramassa li pirato
Que noun respeton li toumbèu,
Felibre ! larguen lou flambèu
Que dins la mort e dins la vido
Dèu esclaira de si lusido
Tout ço qu’es sant, tout ço qu’es bèu!
MAS DE VERD, l2 d’abriéu. 1894.
A LA SORRE VINCÈN
Es anado vers Diéu, a leissa soun escolo,
N’a proun fa de “soupeto” i nistoun di bressolo,
La sor qu’i pàuri gènt dounè tant de bouioun
Que disié: «Segnour ! m’ounte pèsque ?»
Elo que tout-d’un-tèms sougnavo l’archevesque.
E li chato di terraioun
De Sant-Vincèn-de-Pau s’èro facho la fiho,
Mai lou pople Arlaten restavo sa famiho.
Partié, lou front cubert en d’alo d’angeloun
E dins la turno di doulènto
Anavo semena, ‘mé sa caro risènto,
L’argènt quista dins li saloun.
Quaranto an de soulas marcon sa bello vido.
Quand n’avié plus d’argènt fasié d’aigo-boulido.
Dins la bourso di damo e lou pouchoun di gros
Culissié pèr lis ourfanello
Que iuei porton de flour à pleno canestello
Pèr n’en cacalucha soun cros.
Au siècle dis arlèri, au siècle di reclamo,
Ah ! fau bèn qu’un païs sente boumbi soun amo
Per rèndre tant d’ounour, en fasènt sis adiéu
A n’uno mourgo tant moudèsto
Que n’avié couneigu li plesi d’uno fèsto
Qu’entre li paure e lou bon Diéu.
Poudias parti matin, glenairo afeciounado,
E, lou vèspre, pourta voste fai de manado:
Lou soucit dis enfant vous tenié pas en l’èr;
Es sor Vincèn que li gardavo
Dóu tèms qu’à la calour la maireto acampavo
Proun de gran pèr passa l’ivèr.
Mai, tranquilisas-vous, supourtas vòsti peno;
La maire que plouras a leissa de sa meno,
Se clino d’amoundaut pèr dire: Amour e pas.
Elo vòu, de soun eiretage
Qu’es tout de carita n’en faire lou partage
Emé si sorre d’eicabas.
Arle, tu qu’as tant vist passa d’epidemìo,
Que dins toun espitau mostres l’academìo,
Di nòbli bienfatour que comtes à cha cènt,
A coustat di figuro mudo,
Qu’au jour dóu dijòu sant, tout arlaten saludo
Estampo-ié la sor Vincènt !
Cantas-ié si “requiem” dins aquelo capello
Qu’atrouvavo jamai proun grando ni proun bello;
Aro que dins soun plen soun amo s’espandis,
La benurouso vous escouto
E risènto respond i cant de soun absòuto:
— «Ah ! se vesias lou paradis !»

MAS DE VERD.
A FRANCÉS COPPÉE

Souto noste cèu blu, proche la mar sereno
Vènes reviscoula ta santa que s’abeno;
O Coppée, as vougu qu’armouniousamen
Li flot vèngon bressa ti nòbli sentimen.
Lou soulèu qu’i prefum embandis sis estreno
N’a larga dint ti cant, n’en metra dins ti veno
E toun cor qu’es clafi de dous trefoulimen
A Cano dèu trouva tout soun countentamen
Escouto li jouvènt emé li vièii barbo
Remembrant ti cap-d’obro, en t’adusènt la garbo
Di vot que de soun cor Diéu a fa ‘scandiha. .
Urous de souveta, longo-mai, brave Mèstre
Que noste bèu païs mantèngue toun bèn-èstre
E te gandigue au tiéu mai qu’escarabiha I
MAS DE VERD, lou…
A LA PAURO BREMOUNDO
An fini, ti doulour, trop gènto félibresso;
Entendras plus gemi ti gènt ni tis enfant.
T’avié tant altera di cor la secaresso
Que di sourgènt d’en-aut aviés set, aviés fam ?
Dóu bonur d’eiça-bas n’as vist que li proumesso;
Court fuguè lou printèms. Un estiéu barbelant
Passiguè di boutoun l’esclat de la jouinesso
E la flour a toumba sus lou sòu trop brulant.
Aviés cerca lou fres au mas de Darbousiho
Pèr reprene au fougau de ta bravo famiho
La santa ! mai, pèr fes ausiés dins un cantoun
Souscla ti bràvi vièi, e ta gènto chatouno,
E dins li fernimen que la mort amoulouno:
« O ma maire, disiés, aguès siuen de Martoun !»

COUMPLIMEN DE NOÇO

A Madamo e Moussu Mollard.

Ah! pèr de que t’en vas! O gènto dindouleto
Qu’anavian esmougu vèire voulastreja,
Coume un pantai d’amour, que nous fasié lingueto
Quand dins nòsti jardin te veniés passeja.
M’ounte van t’engabia li jalóusi babeto,
Aro que vint printèms t’avien poutouneja!
Tu que d’uno Venus pourtaves li friseto
Qu’un escultour d’elèi soul pourrié fusteja.
O benurous jouvènt, en quau lou cèu te douno;
Roso à ti jóuinis an, saras roso à l’autouno
Pèr l ome qu’a coumpres tout l’aflat d’uno flour.
Aquéu que t’a culi dessus la canestello,
Dóu jardin Arlaten m’ounte ères la plus bello
Segur te bressara sus soun cor nuech e jour!

A LA RÈINO DÓU FELIBRIGE

Coumplimen de noço manda pèr l’Escolo dóu Lioun

Arle fai quasimen tintèino
E si felibre li proumié
Soun jalous de vèire sa Rèino
Se marida dins Sant-Roumié.
Arle n’es dounc plus capitalo !
Nous sian di, si vièi troubadour,
Pèr que li noço prouvençalo
S’esmarron meme di faus-bourg.
Pamens, sian fiéu de l’encountrado
Qu’a Mistral pèr gouvernamen.
Es bèn lou mens, o rèino astrado
Qu’Arle vous mande un coumplimen.
Soubeirano, à voste coursage
Metès la pervenco, la flour
Que douno à voste maridage
Lou Trelus dis us dóu miejour.
Dedins la glèiso, à la coumuno
S’entendra noste dous parla,
E, crentouso, entendrés tout-d’uno
Dire: « Qu’es bello ! Espinchas-la »
Ah ! segur vous trouvaran bello,
Acò déurié res estouna,
Quand à l’autar de Santo Estello
Tóuti vous avian courouna.
Se l’arangié n’a lou prestige
Di proumesso de l’aveni
La pervenco dóu Felibrige
S’amerito un dous souveni.
Acò ‘s la flour qu’Arle vous mando,
Diéu n’en mantengue la frescour
E jamai li guespo gourmando
Macaran si gènti coulour.
LI COURSO DE BIÒU
à Louvis Bon.
Alerto ! es sus pèd lou Miejour
Soun soulèu caufo li batèsto,
E soun vin desbondo toujour
Pèr encascavela li tèsto.
Li biòu, lis Areno... li flour
Soun lou trelus de nòsti fèsto,
Que lou Nord garde si frejour:
Nàutri jougan de noste rèsto.
Res, voulèn èstre li foutrau,
Car la nèblo emé lou Mistrau
An pas li mèmi maniganço.
En Prouvènço coume à Paris
Sian en coumbour pèr noste nis,
Mai, tóuti, cantan pèr la Franço !

RESPONSO
A L’ARLATENCO QUE M’A ESCRI

Emai ma tèsto se desplume
Sènte moun cor enfestouli,
Quand uno Arlatenco en coustume
Me bresso de soun parauli.
Ah ! Rousoun, picon sus l’enclume,
Se se creson de desmouli
Lis Areno emé Sant-Trefume,
Li Mirèio e li Magali.
Bèlli chato, dounas eisèmple;
De la bèuta gardas lou tèmple;
Di Felibre charmas lou goust !
Se li damo vous fan lingueto
Disès-ié: tengueto, tengueto !
Sian fiho d’Arle, clinas-vous !

I CIGALIÉ E I FELIBRE DE PARIS

En travès dóu Miejour que pèr vàutre s’estrasso,
Dins Arle coumtavias faire uno cambo lasso.
O bràvi Cigalié, toumbas mal à prepaus,
Se vous cresès eici d’atrouba lou repaus.
S’èro Amadiéu Pichot que parlèsse à ma plaço
Vous dirié que venès cerca de nis d’agasso;
Car se de l’aveni relucas li fanau,
Sauprés que se dor gaire encò di Miejournau.
E vous lou prouvaren, car se iéu me desbauche,
Iéu, paure gènt de mas, iéu, à parla tant gauche,
Pèr auboura moun got à la Fraternita.
Es qu’Arle vòu resta la Roumo di Felibre,
En cantant li vertu que fan li pople libre,
L’afecioun dóu travai, l’amour de la bèuta !

GAU E SÀLI

Après la découverte d’un
cimetière gaulois près de Castelet.

Arlaten ! soun aqui li cros de nòsti rèire !
Èro tèms, bèus ami, que venguessian li vèire,
Pèr qu’au founs d’un roucas restèsse pas soulet
Dins li ferigoulo di colo,
Aquéu pople enterra souto li clapeirolo
Di vièi dolmen de Castelet.
Soun aqui, li tribu de la Pèiro-Plantado,
Que despièi milanto an suporton l’espouscado
Di gravo dóu camin, di nèblo dóu vènt-larg,
Endourmido souto li graso
Qu’escoundon li brisun de jouièu e d’espaso,
Di gènt palunen dóu grand-clar
Paure! Couneissien pas li diamant ni la sedo;
Mai lou pèis dis estang, lis escabot de fedo
Poudien li sustanta, que n’avien pas besoun
D’avé d’orfèbre à Coutignargue,
Li dono d’aquéu tèms, se fasien, long di pargue,
De coulas de cacalausoun !
O chato, que restas la lus de la Prouvènço !
Dins voste fougnadou fasès la diferènço
Entre vòsti beloio e la simplecita
Qu’èro lou verai dóu benèstre,
Dóu tèms que lou bonur tenié dins lou campèstre
Li joio que nous an quita !
Saluden lou trelus que d’eici se destaco
— Se lou moust dóu bon vin sort de la bono raco
La leissen pas mousi dedins soun boulidou,
E sieguen fièr d’aquelo souco
Qu’a douna li rasin que fan tant bono bouco
En restant dins soun terradou !

A DOS CHATO..
QU’ÈRON TROP BELLO !

Quand dins li prat de Crau la daio se desbrido
Segan, emé lou fen, li blànqui margarido,
Qu’ai-las! van se passi dedins un fenassié,
Coume tout ço qu’es bèu, de nòsti davancié.
Se vèi, au segound tai, tourna-mai reflourido
L’estello dóu gazoun que largo si lusido;
Car véuso de si flour, l’erbo se passirié,
E li margarideto amon li pradarié.
Coume éli revenès, chato qu’avès dins l’amo
L’estranjo fantasié de vous abiha ‘n damo !
Margarido de Faust, Mirèio di prat verd,
D’un bal vosto bèuta n’a pas besoun di lume.
Dis ajust arlaten gardas lou bèu coustume
E l’amour vous fara.... l’estello de si vers.

FREDERI MISTRAL A L’ACADÈMI

Ié vagues pas !
Oh! noun, ié vagues pas! auriés lèu la fangalo
S’entendiés plus canta roussignòu ni cigalo;
S’en plaço dóu soulèu qu’embaumo li meloun
Te falié respira la nèblo di saloun.
Eila, de que fariés ? Dins la grand capitalo
Se quauque Francihot te disié : Fai ta malo !
I Quaranto, segur, virariés li taloun,
E d’ome coume tu n’en an pas de mouloun.
Eici, siés noste rèi. La Prouvènço t’adoro.
Ta Mirèio sarié soulo dins lis en foro;
Emé toun àbi vert, en van t’esperarié.
E nautre, gènt de mas, dins l’esclùssi de l’Astre
Qu’a fa lusi si rai, sus la tèsto di pastre
T’ou demande, o Mistral! quau nous esclararié ?

JANO D’ARC

A moun ami L. Foucard.

Vierge, que dins li bos, timido pastourello
Escoutaves lou Diéu dis amo sounjarello
O Jano ! Clino-te, qu’entendras en retour
La Franço qu’à ti pèd carrejo soun amour.
Veiras, dins aquest mes, mounte tout li rastello,
De flour sus toun autar à pleno canestello
E de faioun Françès de tóuti li coulour
Balançant dins l’azur lou simbèu dis ounour.
Martiro ! dóu brasié quand s’envoulè toun amo
Quand ta bouco à mita rousigado di flamo
Jitè lou darrié crid de ta Fé, de tis an,
Afourtissiés deja que religioun, famiho
Entretenien l’amour sacra de la Patrìo
Emé... mens d’avoucat e mai de païsan!

FRATERNITA DI TRAVAIAIRE

Se venien d’asseta darrié d’un garbeiroun
Tóuti li meissounié d’uno chourmo galoio
Lou baile èro au mitan, éli fasien lou round,
En esperant chascun sa cebo e soun anchoio.
Lou travai à la fam douno un cop d’esperoun:
E, pamens, un jouvènt que la fre desmemoio
Assajavo de mordre un moussèu de touroun
Que soun gousié trop se dins sa pocho ramboio
— Tè, vejaqui moun iòu, dis lou baile au febrous,
L’ourdinàri vòu rèn pèr li qu’an lou degoust
Car eici, dins lou mas, sèmblo toujour divèndre.
O gramaci ! respond lou segaire esmougu
Vous privas de voste iòu, pèr iéu, un paure gu;
Que lou bon Diéu vous doune un biòu pèr vous lou rèndre !

CRISTÒU COULOUMB

Au brave Mèstre Felibre: René MONTAL.

Vaqui quatre cènts an, o courajous marin
Que d’un mounde nouvèu fasiés la descuberto,
E qu’un iòu te servié pèr muda lou verin
Di jalous qu’envers tu, tenien la tèsto alerto.
Retournaves carga de glòri e de flourin.
D’un coumèrci gigant la draio èro duberto
Mai, l’envejo despièi fielo toujour soun trin;
Aro es entre nacioun que cercan nosto perto.
Vos pas, fièr ginouvés, que saludèn toun noum!
Quand sus terro e sus mar s’alestis de canoun
Pèr qu’entre pople, ai! las! la poudro nous mourfounde.
Ah! que n’aurian besoun d’un ome proun adré
Que pèr l’umanita farié teni l’iòu dre
En destouscant la pas que chamon li dous mounde.

PAURE CAR FRAIRE !

Brave fraire Siniéus, ! l’as quita noste mounde
M’ounte faudra qu’un jour la drechiero s’escounde;
M’ounte i’a rèn que l’or que doune la valour
E de gros entrigant qu’aganton lis ounour.
Dor en pas! Sus toun cros a giscla lou desbounde
De la sourço dóu bèn que fau gue nous inounde
Car lou pople Arlaten qu’es fièr de sa grandour
Fraire, t’a coumoula de lagremo e de flour.
Finiran, li voulur e li tiran dóu Juste
Que s’espèron de crous, de riban e de buste,
Pèr li recoumpensa de tout lou mau que fan!
E viéura, la vertu, pecaire!, abandounado,
Que languis vers lou cèu de prene sa voulado
Pèr dire: Au mens, aqui; mourirai pas de fam !
*
Marseille. - Imprimerie Marseillaise, rue Sainte, 39
Ruat, Libraire Prouvençau
54, carriero Paradis
1901
Mèste Eisseto ( né en 1831 à Manduel ).

:: LES POÈMES ::

A Ounour à la Fino e à Cesar. (Pierre Dominique Testa lou 12 de nouvembre 2007.)
A Fine Gabriel, appelé Fine César … (Pierre dominique Testa, le 12.11.1989)
A vous ma Fine César (Pierre DominiqueTesta, le 17.6.1991.)
A BAGATOUNI ! : LOU BAL (Valèri Bernard)
A Dominique mon épouse bien-aimée. (Pierre Dominique Testa, le 27.12.1988.)
À douze ans - À douge an (Pierre (Pèire) VIRION - mai 2009)
À Flassans (Pierre VIRION (janvier 2009))
A Grégoire VII. (Pierre DominiqueTesta, le 4 mai 1985 .)
A la bello Bouscarlo, Christine Le Merò d’Alau (Pierre DominiqueTesta lou 4.5.1986 .)
a l'ostau de la vielha (Joan Glaudi Puech)
A Madame Elise Achard, née Reynaud en 1899, à Aspremont, qui vécut à St Pierre d'Argençon où toute sa vie, elle garda ses moutons. (Pierre Dominique Testa, le 18.4.1986.)
A Marie Castelin, née à Allauch en 1892, l'amie et voisine de Marie Ferraud de la rue Lisette . (Pierre Dominique Testa, le 18.1.1986)
A Marie-Jeanne Limousin, née Michel en Mai 1910 à Allauch, dit " la Fiòli ". (Pierre Dominique Testa, le 15.2.1986 .)
A mon neveu Christophe Dupaigne (Pierre DominiqueTesta, le 15.6.1986.)
A Segne Gàrdy, nouest' amable proufessour de literaturo. (Pierre Dominique Testa emé Rita Mazaudier e Lilian Olivier de Rouërgue.)
A Segne GARDY, proufessour d'Occitan à la facurta de letro Paul Valery de Mountpelié. (Pierre Dominique Testa, le 16 12 2005 à Mountpelié, entàntou lou cous de literaturo óucitano de Moussu Segne Gardy, sus l'obro d'Augié Gaillard de Rabastèns au tèms de la refouarmo, que Lilian Olivier de Roudes en Rouergue mi pourgè soun vièi libre pèr )
a toi ma mère (Patrick coquillat)
A touèi leis ensignaire oucitan de Mountpelié (Pierre Dominique Testa, lou 8 de setèmbre de 2003 .)
Aà Mon grand-père, Francis Eymery, né en 1907. (Pierre DominiqueTesta, le 29 11 1986 )
Acènt dóu Miejour (Pierre Dominique Testa, lou 13 de jun 2013.)
Adelimen. (Pierre Dominique Testa lou 6 9 2005 8H.)
AGRIOTAS E POUMETAS (Jousè TELLIER)
Alino Bernardac. (Pierre Dominique Testa, lou 17 febrié 2010, en gramacimen dei vut de Carèmo d’Alino Bernadac.)
Amelié (Pierre Dominique Testa lou 3 de Febrié 2008. )
Amitié ? (Pierre Dominique Testa. Ce Soir 11.11 2007, pour Pauline et Cathy de St Victor. )
Amour emmène-moi ... (Pierre Dominique Testa le 19.9.1985)
Angoisse d'un soir . (Pierre DominiqueTesta le 28 mars 1985 .)
Anniversaire de ma mère. (Pierre Dominique Testa, le 9 juillet 2010 pour les 80 de ma mère, née en 1930. )
Anniversàri dei trent'an de Lilian Olivier de La Bastide en Rouërgue. (Pierre Dominique Testa, lou 4.7.2008)
Anniversàri...d'Oulivié... (Pierre Dominique Testa, lou 16 de nouvèmbre 2017…Tres an deja !)
au cafè de Carmen (puech jean claude)
Au vielh castèu (Joan Glaudi Puech de Ménerbes.)
Aubèta (joan claudi Puech)
aucèu dins lou cèu. (Pierre Dominique Testa le 16 12 2006 à Barbaraou . )
Aurélie Soldaïni, bon anniversaire pour tes 30 ans. (Pierre Dominique Testa, pour les 30 ans de ma nièce Aurélie Soldaïni, le 19 décembre 2010.)
Aurelìo G. dou Plan de Cuco. (Pierre Dominique Testa le 10.11.2007 )
Avé Maria (Pierre Dominique Testa, le 11.9.1989.)
Avé Maria, Avé Maria .... (Pierre Dominique Testa le 31 Juillet 2006 .)
Bèla amiga (Joan Glaudi Puech)
Bèu tems. (Pierre Dominique Testa, lou 1 4 2015.)
Bonjour en touti ( La pastresso espeiandrado ) (Frédéric Mistral, le 2 janvier 1851. ( avant la mise en place de la graphie « mistralienne » ))
Boueno annado 2011. (Pierre Dominique Testa lou 1.1.2011.)
Bouen' annado 2009. (Pierre Dominique Testa, lou 31.12.2008. )
Bouen' annado 2012, Maryse Garcian d'Allauch. (Pierre dominique Testa, lou 10 de janvié 2012. )
Bouen' annado 2014. (Pierre Dominique Testa, lou 1 janvier 2014.)
Boues dins Garlaban. (Pierre Dominique Testa, lou 11.10.2008.)
Bourroulo de Curat ! (Pierre Dominique Testa, lou 2.1.2012.)
Brago... (Pierre Dominique Testa, lou 23 de setèmbre 2015)
Brise d'Amour. (Pierre Dominique Testa le 7.7.2010. Brise d’amour. )
Camille. (Pierre Dominique Testa, Lundi 19 1 2004, 11 heures .)
Candelouso à St Vitour. (Pierre Dominique Testa, lou 12 1 2008.)
Canta.... (Pierre Dominique Testa, lou 3 de janvié 2017.)
Cap d'an 2014... (Pierre Dominique Testa, lou 30.12.2014.)
Carce. (Pierre Dominique Testa, le 27.1.2009. )
Carriera Arnaud Danièu. (Joan-Glaudi Puech de Menerbes. )
CHICHOIS .... N° 1 ..... (G. Benedit ... 1855 ... )
Chichois ( en entier ) vers en provençal marseillais.1879. (Bénédit Gustave. )
Chino 12...assai.... (Pierre Dominique Testa, lou 19 de nouvèmbre 2017…)
Cigalo. (Pierre Dominique Testa, lou 30 de jun 2010. )
Cigalo... (Pierre Dominique Testa, lou 3 aout 2015.)
Climatico ! (Pierre Dominique Testa, lou 5 de janvié 2015. )
Comte d'à rebous. (Pierre Dominique Testa, lou 13 d’avoust 2008.)
Còrsou. (Pierre Dominique Testa, le 9.4.2008.)
Couers e couar... (Pierre Dominique Testa, lou 9.9.2017)
Coulòqui Max Rouquette d'abriéu à Mountpelié. (Pierre Dominique Testa., lou 4.4.2008.)
Coumboscuro deis Arneodo. (Pierre Dominique Testa lou 31.1.1993 .)
Coumo la fum (Martine Gonfalone, 5/12/2007.)
Couralo Sant Sebastian d'Alau. (Pierre Dominique Testa, lou 3.1.2009. )
Crimis Propre Ficcion ... ( p 83 ) (Florian Vernet, Crimis Propre Ficcion, IEO 2001. )
Dai... (Pierre Dominique Testa, lou 22 de mai 2015.)
Dangié dangié ... (Pierre Dominique Testa, lou 18.10.2009. )
Daréire l'ourisount (Péire Roux de Santo Lucìo de Coumboscuro, dins vau Grana, valado prouvençalo d'Itàli. ( Aquesto pouesié fuguè facho pèr un escoulan de la pichoto escolo de mountagno pèr un drole dóu vilajoun entre leis annado 2000 e 2004, recampa dins uno antoulougio es)
Darrié jour... (Pierre Dominique Testa, lou 28.10.2017)
Darrièro nuech. (Pierre Dominique Testa, lou 14 de mai 0h10. )
De Lorraine à Provence (Pierre VIRION (janvier 2009))
Dèco d'amour. (Pierre Dominique Testa, lou 22 9 2009.)
Dedicàci de « Fino e Cesar », A Dono Rousèto Bileras, (Pierre Dominique Testa, 25.3.2012. )
Degai. (Pierre Dominique Testa, lou 25.1.2009.)
Délire d'un soir, à Valérie, de St Pierre d'Argençon (Pierre Dominique Testa, le 29.7.1988.)
Demòni... (Pierre Dominique Testa, lou jour de Pasco 31.3.2013. « Diabolicus…. »)
Départ de Marie-louise Michel, née à Allauch en 1920. (Pierre Dominique Testa, le 10.8.2008.)
Depremido. (Pierre Dominique Testa, lou 25.10.2010.)
Dernier voyage de Thibault et d'Eliot. (Pierre Dominique Testa. Le 8.11.2009. A mes cousins, les jumeaux Thibault et Eliot Guimbergue-Bagard de Clermont-Ferrand, partis trop tôt pour le Ciel le 4 juillet 2009.)
Désiré SUOU de Villecroso dins Var. (Pierre Dominique Testa, lou 13.10.2009.)
Despartènço de ma grand à 110 an. (Pierre Dominique Testa, lou 28 aout 2017.)
Despartido d’Óulivié Billet. (Pierre Dominique Testa, lou 8 de desembre 2014.)
Diéu. (texte de Frère Danick Labinal, franciscain à Brives, traduit par Pierre Dominique Testa, le 29 mars 2012. )
Dins quàuquei jour... (Pierre Dominique Testa, lou 13 d’avoust 2008.)
Divino Pouesié. (Pierre Dominique Testa, lou 22.10.2010. A Jean Claude Foret, autour oucitan e proufessour de literaturo à la facurta Paul Valery de Mountpelié. )
Dono Gorlié de Castèu-goumbert. (Pierre Dominique Testa, lou 6 novembre 2013. A Dono Gorlier, lachièro à Castèu-goumbert.)
Dos ivers. (Poésie envoyée par : mo@, le 6.12.2007. )
Dùbi... (Pierre Dominique Testa, lou 28 d'abriéu 2015 .)
Eiguiero : à n'uno chatouno d'Eiguiero en guierdoun de soun retra (Baroun Guillibert, lou chapòli di poutoun, dins la revisto " escolo de lar " du 21 décembre 1902)
Ela (Joan-Glaudi Puech, pouèto de Menerbes.)
En Chino 1 (Pierre Dominique Testa, lou 12 de setèmbre 2013.)
En Chino 10 ... (Pierre Dominique Testa, lou 15 juillet 2017.)
En Chino 11. (Pierre Dominique Testa, lou 11.11.2017. )
En Chino 2 (Pierre Dominique Testa, lou 14 11 2015)
En Chino 3.... (Pierre Dominique Testa, lou 20.12.2015.)
En Chino 4. (Pierre Dominique Testa)
En Chino 5. (Pierre Dominique Testa; lou 8 de jun 2016.)
En Chino 6 (Pierre Dominique Testa, lou 20 d’Outobre 2016.)
En Chino 7. (Pierre Dominique Testa, lou 7 de janvié 2017)
En Chino 8. (Pierre Dominique Testa, lou 4 de febrié 2017.)
En Chino 9 (Pierre Dominique Testa, lou 9 abriéu 2017)
Enchâtrat. (Pierre Dominique Testa lou Dimènche 27 d'Avoust 2006)
Esperanço de Printems. (Pierre Dominique Testa, lou 5.4.2008.)
Espèro de printèms. (Pierre Dominique Testa, lou 17 de mai 2010. )
Espèro d’amour. (Pierre Dominique Testa, lou 13.3.2010.)
F.rançois de Montsabert : départ (Pierre DominiqueTesta, le 22.11.1990.)
Fabienne Girard de St Pierre d'Argençon. (Pierre Dominique Testa, le 27.12.2007 )
Fai de nèu (Joan Glaudi Puech)
Felibre faus (Pierre Dominique Testa, lou 9.2.2008)
Fèsto de la Musico 2010 pèr la Glèiso d'Alau. (Pierre Dominique Testa, lou 8 de mai 2010. )
Fête des mères (Pierre DominiqueTesta le 3 Juin 1993.)
Fifi et Belé, Rose et Antoinette Mouren, nées en 1893 et 1888, à Marseille sur la Corniche. (Pierre Dominique Testa le 24.12.1987.)
Fin de mai 2011. (Pierre Dominique Testa, lou 30 mai 2011.)
Finimound à ma Fiholo Louise Longeon d'Eyguières. (Pierre Dominique Testa, le 23.12.2007.)
Fragileta (Martine Gonfalone)
Franciscan. (Pierre Dominique Testa, lou 20.9.2008)
Freduro (Pierre Dominique Testa lou 21 de febrié 2015.)
Frumo.... (Pierre Dominique Testa, lou 1 de setèmbre 2012. )
Garlaban... (Pierre Dominique Testa, lou 26 d’abriéu 2015.)
Gast ! (Pierre Dominique Testa, lou 16 de Julié 2014. )
Gèu dins Garlaban. (Pierre Dominique Testa, lou 19 desembre 2009, que defouero faguè -7° dins Garlaban. )
Gramaci à l'istourian Reinié Merle. (Pierre Dominique Testa, lou 9.2.2010 A l’istourian Segne Reinié Merle que mi mandè sèis astruch pèr lou trabai de ma tèsi de lengo d’O, que soustenguèri lou 11 desèmbre 2009 à la facurta Paul Valery de Mountpelié sus Désiré Suou de Villecroze dins Var.)
Groussié, groussié ..... (Pierre Dominique Testa, lou 29 mai 2013.)
Homélie en vers du P.Mauvaisin. ( Marseille St Valentin 2011 ) (Père Rémy de Mauvaisin+)
Hommage à René Roig, un ami disparu en avril 2003. (Yves La Macchia)
Hugues Madesclaire : Adiéu . (Pierre Dominique Testa, lou 24.4.2010. En memòri de Hugues Madesclaire trouba lou 21.4.2010 escoutela au siéu dins la clastro de Santo Margarido, parròqui de Marsiho. )
Hymne d'Amour (Pierre Dominique Testa le 5.3.1996 retour de St Véran. )
I a pron (Auban BERTERO)
Incèns... (Pierre Dominique Testa, lou 16 de mai 2015.)
Istòri marsihès ( CIEL d'Oc ) (autour descounoueissu)
Iver 2010. (Pierre Dominique Testa, lou 20.3.2010. )
Jacky Ilouze. (Pierre Dominique Testa, le 15.11.1987)
Jaque Figon (Pierre Dominique Testa le 7.8.1984)
Jaque Miranne E Nanci (Pierre Dominique Testa, le 15.12.1985)
Jas (Pierre Dominique Testa, lou 31.1.2008.)
Jauffre (Puech Joan Glaudi)
Jauffre (Joan-Glaudi Puech de Menerbes. )
Je t'aime. (Pierre Dominique Testa, pour mon amour le 6.10.2009.)
Jeanne Négrel d'Allauch : ' iaià ". (Pierre Dominique Testa, le 9 Mai 2008.)
Jubilé de Monsieur Louis Ardisonne. (Pierre DominiqueTesta, le 4.5.1991.)
Julié matinié... (PierreDominique Testa, lou 6 juillet 2010. )
J'étais un vieux célibataire (Pierre VIRION (décembre 2008))
KTO d'Allauch ! (Pierre Dominique Testa, lou 13.12.2010. A mèis ami KTO qu’an fougna la Messo de Miejo-nue.)
La band' à Sant Ro. (Pierre Dominique Testa, lou 30.10.2010. A Antoine.)
LA BORGARIÁ (Henri VALEZ)
LA BOURGARIE (Henri VALEZ)
La Cabano. (Pierre Dominique Testa, lou 23.8.2014. )
La Cigalo e la Fournigo. ( archiéu CIEL d'Oc. ) (Marius Bourrelly, à Marseille 1872 chez Gueidon. )
La coumunioun di Sant (Frédéric Mistral, Arles Abriéu 1858 )
La daoio. (Pierre Dominique Testa, lou 20 de setèmbre 2009.)
La dicha de la figuiera. ( N°20 ) (Philippe Gardy, 2002 Trabucaire. )
la fac de letro de Mountpelié (Pierre Dominique Testa lou 20 d'Avoust 2005)
LA FOURNIGO ET LOU GRIET (Marius Decard. )
La fre 2012. (Pierre Dominique Testa, lou 13 de febrié 2012. Uno fre de loup -10 !)
la lèbre d'argent (joan claudi puech)
La Mère Sartòri, dit Magali. (Pierre Dominique Testa, le 4.7.1989,)
La Mort de Tante Augusta. (Pierre Dominique Testa, le 17.1.1987)
La nuèch ( pouesié deis escoulan deis escolo de Coumboscuro ... ) (Liliano Menardo de l'escolo de Coumboscuro en Itàli prouvençalo de la val Grana.)
La pèira d'asard (Jean-Claude Forêt 1990. )
La regènto de moun cor (Massilia Sound System)
La Rèino Sabo. rouman. ( Archiéu CIEL d'Oc ) (Jóusè BOURRILLY)
LA REVOUIRO DE LA JUSTICI (MARIUS DECARD 1875 ( lengo d'O de Marsiho, grafìo founetico. ))
La SCIATIQUE (Henri VALEZ )
La source de l'Amitié (25.01.2008) ; en réponse, par courriel, à l'éloge d'un ami sur l'hospitalité de votre humble rimeur... (Yves La Macchia)
La Terra deis autres (Claude Barsotti. )
La Vièio… (Pierre Dominique Testa, lou 20.1.2011. )
Languitudo de la fac de Mountpelié (Pierre Dominique Testa, lou 4 de julié 2010. A touei leis estudaire de la fac de Mountpelié qu’an chausi la lengo d’Oc pèr sèis estùdi en 2010. )
Le berger. (Pierre Dominique Testa, pour Pierre B le 3 1 2005 )
Le dernier Poilu (Pierre VIRION)
Le jour de la communion d'Aurélie, ma nièce. (Pierre Dominique Testa, le 22.9.1990,)
Le Matin (Henri VALEZ)
LE PEINTRE (Henri Valez )
Le Temps du Bonheur (Yves La Macchia)
Le vieux Massot. de St Pierre d'Argençon en 05, né en 1889. (Pierre DominiqueTesta, le 12.7.1987.)
Légende de Saint Christophe. (Pierre Dominique Testa de St Victor, le 1.3.2008, sous la statue de St Christophe dans l’église de la Palud à Marseille.)
Lei 4 Sant de glaço de Prouvenço. (Pierre Dominique Testa lou 21.1.2011.)
Lei beatitudo segound Sant Matiéu Cap 8. (Pierre Dominique Testa, lou 8 aout 2016 à la demande du Vicaire Général le révérend Père Pierre Brunet.)
Lei bourdiho. (Pierre Dominique Testa, lou 30.10.2017. )
Lei Capelan. (Pierre Dominique Testa, lou 11.2.2010. En oumenàgi à touei lei Capelan que m’an abari.)
LÈI DOUEI GOURNAOUX (J.H.D de Marseille. 1844.)
Lei faus bourgès. (Pierre Dominique Testa, lou 27 desembre 2013.)
Lei Garcin de St pierre d'Argençoun (Pierre Dominique Testa , lou 22.112007)
Lei mot groussié !!! (Pierre Dominique Testa, lou 30.5.2013.)
Lei mouart. (Pierre Dominique Testa, lou 2 de nouvèmbre 2014.)
Lei Pèro de Timon-David. (Pierre Dominique Testa, lou 16.3.2010. )
lei pichots conius gris (joan glaudi puech)
LEI PLAINTO DE MISE MARIO ( archiéu CIEL d'Oc ) (BACIGALUPO J. A. Marseille – 1855 Typographie et Lithographie Arnaud et )
Lei " Pelerin d'Oc " de Mountpelié (Pierre DominiqueTesta lou Dissate 30 12 2006, adematin 7H30 à Barbaraou, que Jerèmio Bucchièri e Matiéu touei dous de Mountpelié, escoulaire à "Paul Valery", mi venguèron vèire pèr vesita Marsiho . )
Leis oousseous sount de besti !… ( archiéu CIEL D'Oc ) (ALFRED CHAILAN. ( lengo d'O maritimo de Marsiho ))
leis uelhs verds (joan glaudi puech)
Lengo e tripaio (Pierre Dominique Testa, lou 22.9.2008.)
Léonie Monge, née en 1881 à Allauch , qui me parlait patois. Pour Rosette Monge, sa belle-fille.. (Pierre Dominique Testa le 9 Mai 1986,)
LES GARRABIERS EN FLORS ( archiéu CIEL D'Oc ) (Laurent RUFFIE)
Lettre de Martine Gonfalone à « lexiqueprovencal.com » (Martine Gonfalone de Barjols en 83 et Patrick Simon de Montréal. )
Li Saladello. ( archiéu CIEL d'Oc ) (Mèste Eisseto ( né en 1831 à Manduel ). )
Lilian Olivié bouen anniversàri. (Pierre Dominique Testa, lou 13 juillet 2008. En recouard di douei jour de l’anniversàri de Lilian Olivier de Teulière en Rouërgue, amèu de la Bastido pròchi Vilofranco.)
Lingo de Barrouiho ( pèço de tiatre ) (Pila Louis, Marseille 1911. )
LO PENHEIRE (Henri Valez)
Lo lume (Joan-Glaudi Puech. )
Lo slam dau Mossur de Morela (joan claudi Puech)
Lou Calen, Touloun 1908. ( lengo d'O vareso ) (Pèire FONTAN)
Lou darrié pelous (Pèire VIRION)
Lou paisan au tiatre. (Fortuné CHAILAN ( Lengo d'O de Marsiho ))
Lou Pastre. (Pierre Dominique Testa lou 24 de decèmbre 2004 , pour Pierre B .)
Lou Rabayaire de Martegalado ( Occitan maritime de Marseille ) (Marius FERAUD )
Lou Sermou dal curat de Cucugna ( archiéu CIEL d'OC ) (ACHILLE MIR ( Lengo d'O de Carcassouno ) )
Loueiso Lonjon... (Pierre Dominique Testa, lou 9 juillet 2016. Pèr ma fiholo, Loueiso Lonjon d’Eyguières, Priéuresso de nouesto Rèino d’Arle.)
Louis Ardisonne. (Pierre Dominique Testa le 22 avril 1994 .)
Louise Lonjon d'Eyguières. (Pierre Dominique Testa, lou 4 de janvié 2009. A ma fiholo Louise Lonjon d’Eyguières. )
Louise Michel de Tite-tite. (Pierre Dominique Testa, St Rock lou 26 de Setèmbre de 2003 )
Lous Cants de l'Aubo (ARNAVIELLE Albert - )
Lune triste. (Pierre Dominique Testa, le 13.9 .2008.)
Luno. (Pierre Dominique Testa, lou 30 d’avoust 2016.)
L'Abat Marcel Petit de Rafèlo lès-Arles. (Pierre Dominique Testa lou 4 d'Avoust 2005 )
L'amandier . (Pierre Dominique Testa, le 26.2.1992.)
L'ami. (Pierre Dominique Testa, lou 28.4.2009.)
L'ATLANTIDO DE MOSSEN JACINTO VERDAGUER ( REVIRADO EN PROUVENÇAU PER JAN MONNE Majourau dóu Felibrige, Chivalié de l’Ordre Reiau de la Courouno-de-Roumanìo 1888) (Verdaguer. )
l'aucèu lou gaudre e leis estello. (Pierre Dominique Testa lou 11 de Setèmbre de 2003)
L'autbois (joan Glaudi Puech)
L'autbois (seguida) (joan Glaudi Puech)
l'enfant do païs (albert tosan)
L'èstre e l'avé ! (Pierre Dominique Testa, lou 30 janvier 2013, pour l’anniversaire de mon épouse.)
L'Issole en colère (L'Issolo en coulèro) (Pierre (Pèire) VIRION)
L'Or di Cevèno : Cant II Magalouno. (Leoun Teissier. )
L'usino. (Pierre Dominique Testa lou 13.5.2009, le beau jour de ND de Fatima. )
L’abet . (Prosper Estieu, recueil « Las Oras Cantairas », 1931 chez Privat-Didier, Ecrit en graphie classique, dite graphie normalisée, ou graphie occitane.)
L’ase Bortomieu (Joan-Glaudi Puech de Ménerbes.)
L’aveni dóu Moulin d'Auguste Chauvet de Comps sur Artuby (Josette Chauvet du Moulin de Comps sur Artuby. Draguignan pour la chandeleur )
L’estraç ( un troues dou libre ...) (Claudi Barsòtti, ( p 192 IEO 2002 ))
Ma grand. (Pierre Dominique Testa, lou 2 de nouvèmbre 2014.)
Madalèno de Sant Vitour. (Pierre Dominique Testa, lou 29 de nouvèmbre 2007.)
Mai Mounte vas ? (Pierre Dominique Testa lou 1.9.2008.)
Majourau. (Pierre Dominique Testa lou 18.2.2008.)
Mar. (Joan-Glaudi Puech de Ménerbes.)
Marcel Cazeau de Mouriés, lou baile pastre deis Aupiho. (Pierre Dominique Testa lou 26.3.2008. Pouèmo pèr Segne Marcel Cazeau de Mouriés, lou baile pastre deis Aupiho. )
Margarido 1861. (Marius TRUSSY Paris 1861: Hooumagé ei bravèi gèn de Sorgué, ma vilo natalo et sa lu ! Paris, 19 dé mars 1861.)
Marie-Jeanne Eymery a 99 ans. (Pierre Dominique Testa, le 13 juin 2010, pour les 99 ans de ma tante Marie-Jeanne Eymery, née Aillaud à Allauch en 1911, et qui a sauvé ses amis juifs, la famille Cohen, de la folie meurtrière nazie entre 1942 et 1945 en les cachant dans les combles de l’)
Marijano Fiòli d'Allauch ( 1910-2009 ) (Pierre Dominique Testa, lou 5.11.2009, lou jour de la mouart d’aquesto que m’abariguè emé tant d’amour, Marie-jeanne Limousin, nado Michel en mai 1910, que disian « Tata Fiòli ». )
Marseille (Saint Martin Clément)
Mas de la Bastido à Pichàuris (Pierre Dominique Testa, le 8 Juillet 1991.)
Mas dei Courbet, à Boulèno. (Pierre Dominique Testa, lou 29.3.2008.)
Masquèto. (Pierre Dominique Testa, lou 8.1.2011. )
Mastramale. (Joan-Glaudi Puech de Menerbes.)
Mau-couar. (Pierre Dominique Testa, le 3.9.2009.)
Mei cinquant 'an !!! (Pierre Dominique Testa lou dimar 22 de setèmbre, après la repeticien qu’avèn agu dins la Glèiso d’Alau. )
Mentino ........... Pouèmo prouvençau en douge cant, à Marsiho 1907 (Jan Monné )
Mès de Marìo, A Sebastien mon fils. (Pierre Dominique Testa, le 13.5.1987.)
Mes frères étoillés. (Pierre Dominique Testa le 14 3 2006.)
Messa en Lenga d’Òc 1972 ( grafia classica ) (L'Eglise)
Messe de Minuit 1985 à Allauch. (Pierre Dominique Testa, le 23.12.1985. )
Messo de Miejo-nuech 2008 à Allauch. (Pierre Dominique Testa, lou 23 de desembre 2008. )
Mèstre de la Naturo. (PierreDominique Testa, lou 6 juillet 2010. )
Migraire...d'Eritrio... (Pierre Dominique Testa, lou 14.6 2015.)
Migrant. (Pierre Dominique Testa, lou 4 de novembre 2016.)
Minoutòri.... (Pierre Dominique Testa, lou 4 de desembre 2015. )
Misèri (Pierre Dominique Testa, lou Dimenche 27.1.2008.)
MISSAU E RITUAU EN LENGO NOSTRO (L'Eglise)
Mon épouse bien-aimée. (Pierre Dominique Testa, le 27.12.1988.)
Mouart dei pastre.... (Pierre Dominique Testa, lou 2 novembre 2017. )
Mouart. (Pierre Dominique Testa, lou 20 de janvié 2009.)
Mouié.... (Pierre Dominique Testa, lou 5 d’avoust 2015.)
Moun amigo la Mouart. (Pierre Dominique Testa, lou 11.9.2010. )
Moun fraire Jorgi... (Pierre Dominique Testa, lou 29 de desembre 2016 )
Mounastèri... (Pierre Dominique Testa, lou 13 de juin 2015.)
Muertre d'enfant eis Americo. (Pierre Dominique Testa, lou 16.12.2012, après lou fusihamen bestiassas de mai de 20 enfantoun e de sèis istitutour en Americo. )
ND du Castèu, d'Alau. (Pierre Dominique Testa, à moun frère George Testa, lou 7.9.2008)
Nèblo (Martino Gonfalone, lou 8 de decèmbre 2007)
Neissènço de moun fiéu. (Pierre Dominique Testa, lou 1 de Jun 2011, Neissènço de moun fiéu Sébastian lou 1.6.1982. )
Nèu à Allauch dins Garlaban. (Pierre Dominique Testa, lou 9.1.2009. A Sebastien mon fils. )
Nouesto Damo dou Castèu d'Alau. (Pierre Dominique Testa, lou 10.9.2010, Preguièro à Nouesto Damo dóu Castèu d’Alau. )
Nouesto Damo dóu Rousàri (Pierre Dominique Testa, lou 15 d’avoust 2010.)
Nouvè 2009 à Alau. (Pierre Dominique Testa, lou 26.12.2009. La pluèio de brefounié calè just pèr Descento e pèr la durado de la Messo de Miejo-nuech … ! )
Nouvé 2010 à Alau. (Pierre Dominique Testa, lou 24.12. 2010.)
Nouvé 2013. (Pierre Dominique Testa, lou 11 de desembre 2013.)
Nouvè 2016 dins Alau.... (Pierre Dominique Testa, lou 24 de désembre 2016.)
Nouvé Nouvé 2007. (Pierre Dominique Testa lou 21 décembre 2007.)
O Divin Creaire (inconnu)
Obro de Batiste ARTOU (Modeste Touar) archiéu dou CIEL d’Oc – Mai 2006 (BAtisto ARTOU ( Modeste TOUAR ) )
Obro Prouvençalo de Clouvis Hugues ( 1851-1907 ) (Clouvis Hugues )
Ode à Claire (Yves La Macchia)
Odieux odieux ! (Pierre Dominique Testa le 23.9.2008.)
Odo à Mirabèu ( archiéu CIEL d'Oc ) (F. Martelly : )
Ooo Tu... (Pierre Dominique Testa, lou 19 de juin 2017. )
Ounour à la Fino e à Cesar. (Pierre Dominique Testa lou 12 de nouvembre 2007.)
Ouro...l'Ouro que tugo... (Pierre Dominique Testa, lou 25 de julié 2015.)
Ourtanso. (Pierre Dominique Testa, lou 3 de mai 2015.)
Oustau d'Alau...à Marie-thérèse Guien. (Pierre Dominique Testa, lou 11 mars 2015.)
Pantai de Coulombino (Martine Gonfalone, 26 février 2008)
Pantai.... (Pierre Dominique Testa lou 6 de febrié 2015.)
Papo Clemènt V (Clovis Hugues. )
Paradis. (Pierre Dominique Testa lou 29.12.2007. Pèr lei parrouquian de la Trinita, carrièro de la Palud à Marseille, enciano abadié dei Trinitàri. )
Pas grand Chose. (Pierre Dominique Testa, matin du 15.9.2008)
Pasco 2017.... (Pierre Dominique Testa, lou 16 d’abriéu 2017, Sant jour de PASCO.)
Pasco... (Pierre Dominique Testa, lou 5 avril 2015.)
Pastre à Barbaraou... (Pierre Dominique Testa, lou 29 11 2012.)
Pastriho à Barbaraou... (Pierre Dominique Testa, lou 11 de janvié 2014.)
Paul Caire d'Eyguièro festèjo sèi 80 an. (Pierre Dominique Testa lou 3 de julié 2010. Pèr lei 80 de Paul Caire d’Eyguièro. )
Pecaire... (Pierre Dominique Testa lou 10 de janvié 2015.)
Peço d’artifìci (Martine Gonfalone)
Pèr Alìci Zachéo (Pierre Dominique Testa le 13.5.1985)
Pèr Pèire Raimoundo d’Allauch né en 1914, qu’a mantengu 80 an de tèms la Prouvenço drecho e fiero de sa culturo e de sa lengo. (Pierre Dominique Testa, lou 15 juillet 2008. )
Philippe Martel (Pierre Dominique Testa, lou 29 de setèmbre 2016.)
Pierre Bello, troubaire marsihès 1853. (Pierre Bellot, 1853.)
Pluèio dins Garlaban. (Pierre Dominique Testa, lou 8 d’outobre 2008.)
Pluèio novo... (Pierre Dominique Testa, lou 1 avril 2017.)
Pluèio... (Pierre Dominique Testa, lou 24 jun 2015. Pèr lou jour de Sant Jan.)
Poème pour Anne-Marie Conscience Berne de Plan de Cuques. (Pierre Dominique Testa le 6.4.1990.)
Pouesié de Jousé Diouloufet 1771-1840. (Diouloufet.)
Pour ma Mère. (Pierre DominiqueTesta, le 29.5.1987)
Pour Marie-Paule, Nicolas et Aurélie, ma sœur, neveu et nièce. (Pierre Dominique Testa, le 7.12.1991.)
Pour "la quarantaine" d'une Amie (Yves La Macchia)
Preguièro à Sant Jóusé, (Pierre Dominique Testa, lou 16 avril 2017.)
Prière à Marie. (Pierre Dominique Testa, le 16.7.1991.)
Prière du matin . (Pierre Dominique Testa, Montpellier le 20 1 2004,.)
Prière du soir. (Pierre Dominique Testa le 3.3.2005)
Prière Scout - Preguiero Escout. (Chantée par le groupe Scout d’Europe de l’Abbaye de Saint Victor le 11 Novembre à 9H )
Primo... (Pierre Dominique Testa, lou 1 4 2015.)
Printemps ... A ma maire . (Pierre DominiqueTesta, le 10.3.1985.)
Printèms 2008. (Pierre Dominique Testa, lou 30.3.2008.)
Printems à Alau. (Pierre Dominique Testa, lou 5.4.2008.)
Pròche la Bocariá ( Barcelona ) (Joan-Glaudi Puech de Ménerbes.)
Protopoèmes. (Alban Bertero.)
Prouvèrbi pèr Sebastien, moun fiéu. (Pierre DOminique Testa lou 14.2.1989)
que dire des jours (gef)
Rampau 2008. (Pierre Dominique Testa, lou 25.3.2008. )
Rassa Rasseje : Aurillac 1978. (Pierre Miremont d'Aurillac. )
Retour de ski. (Pierre Dominique Testa le 8.2.2011. Retour de Ski.)
Rêve triste pour Jacky (Pierre Dominique Testa le 5.5.1988.)
Rois Mages. (Pierre Dominique Testa, le 1 décembre 2007.)
Roussignóu... (Pierre Dominique Testa, lou 10 de mai 2015. )
Route vers ND de Fatima. (Pierre Dominique Testa le .5.1994)
Sa Voix. (Pierre Dominique Testa le 24.6.1986)
Sacha Barra, neissènço d'un cousin miéu à Barjòu. (Pierre Testa, lou 25.1.2010. Pèr Sacha Barra de Barjòu, un nouvèu pichoun cepoun pèr nouesto famiho.)
Salutation au jeune poète François-Xavier Rigaud. (Pierre Dominique Testa, le 27.1.2010. François-Xavier Rigaud d'Allauch m’a offert et dédicacé son premier recueil de poésies. )
Sant Jan à Allauch... (Pierre Dominique Testa, lou bèu jour de Sant Jan 2015, 24 de jun.)
Sant Medard...e... Sant Barnabèu ! (Pierre Dominique Testa, lou 8 de jun 2015.)
Sant Pastre en français de frédéric Mistral. (Pierre DominiqueTesta le 3 Juillet 2003, Texte de F. Mistral, traduit et arrangé.)
Santo Presènci. (Pierre Dominique Testa, lou 28.9.2009.)
Sant' Èuròpi...pregas pèr iéu ! (Pierre Dominique Testa lou 29.10.2017.)
Sapiènci (Martine Gonfalone, 27 février 2008)
Sasons (Joan-glaudi Puech de Ménerbes. )
Sebastian e Laurie. (Pierre Dominique Testa, lou 30.12.2010. A moun fiéu Sebastian neissu en 1982, à sa nouvièto Laurie, que soun eisila pèr soun trabai dins leis uba de la Chino desempuei doues annado.)
Secaresso de 2016. (Pierre Dominique Testa, lou 3 de julié 2016.)
Secarèsso de printèms. (Pierre Dominique Testa, lou 7 mai 2011. )
Secaresso... (Pierre Dominique Testa, lou 11 d’avoust 2015. )
Segne Martel e lei Felibre. (Pierre Dominique Testa, lou 26.8.2010. En gramacimen dóu mandadis de Philippe Martel, moun direitour de tèsi, que mi pourgè soun libras sus lei Felibre en aquesto fin d’avoust 2010.)
Sentido Santo. (Pierre Dominique Testa, lou 21 de nouvèmbre 2009.)
Sìes Tu, de ROUSARI DE PASSIOUN de Coumboscuro (Sergio Arneodo, de Sancto Lucio de Coumboscuro, Itàli Prouvençalo 2000. )
Silènci... (Pierre Dominique Testa, lou 14.3.2015.)
Sivan, mèstre d'estello. (Pierre Dominnique Testa le 22.12.2007.)
Solitude à Hyères. (Pierre Dominique Testa, le 2.5.2002)
Solitude. (Pierre Dominique Teste, à Allauch le 31.7.2010. )
Soulèso pèr Candelouso. (Pierre Dominique Testa, lou 2.2.2015 jour de Candelouso.)
Soun vouiàgi. (Pierre Dominique Testa à Barbaraou lou 16 12 2006 .)
Sounado... (Pierre Dominique Testa, lou 10 d’abriéu de 2015. )
Souvenirs d'enfance (Joëlle MAILHOT)
Souvet galoi pèr Nouve 2013. (Pierre Dominique Testa, lou 24 de desembre 2013.)
St Valentin 2011-1981. (Pierre Dominique Testa, le 14.2.2011. A mon amour d’épouse pour nos 30 ans de mariage. )
Subre la mòrt de Frederic Mistral. (Prosper Estieu 1914. Recueil « Las Oras cantairas », 1931 chez Privat-Didier.)
Tambourinaire. (Pierre Dominique Testa lou 24 de Decèmbre 2005 .)
Tanto Chailano, née à Allauch en 1889. (Pierre Dominique Testa lou 16.12.2007.)
Té tu Té iéu. ( archiéu C.I.E.L. D'Oc ) (Robèrt Lafont)
Terro maire. (Martine Gonfalone, le 14.11.2007. )
Toi... (Pierre Dominique Testa le 9.9.2010.)
Tota la sabla de la mar. ( p 11 ) (Max Rouquette, Montpellier)
Tour de Franço 2015....à Gap... (Pierre Dominique Testa, lou 21 de juilié 2015. )
Tren à Sant Carle. (Pierre Dominique Testa le 1.10.2009.)
Tres aucèu. (Pierre Dominique Testa le 16 12 2006 à Barbaraou . )
TRÒCES CAUSITS (LA FARA-ALÈS ( lengo d'O dei Cevèno ) )
Un Loupin... de A.L Granier 1855. (A.L.Granier. 1855. Marseille)
Un ventàs. (Joan-Glaudi Puech de Ménerbes.)
Unique. (Pierre Dominique Testa le 9.9.2010.)
Uno flour vèn d'espeli (Pierre Dominique Testa du 1.6.1982)
Varbau. (Pierre Dominique Testa, lou 13.11.2008 en remembre d’un varbau !)
VERITABLES SOOUCISSOTS D’ARLE (Baptistin ESTAY Marseille, le 16 janvier 1852.)
Viens dans ma belle Provence (LYS CLAIRE)
Vierge du Manteau. (Pierre Dominique Testa, Allauch le 24.12.2006 à 19h20.)
Visiteur. (Pierre Dominique Testa le 24 MAI 2005 )
Vóucan d'Islando. (Pierre Dominique Testa, lou 17 de mai 2010. )
Voues e Crous (Pierre Dominique Testa, lou 17.10.2008, )
Voues. (Pierre Dominique Testa, le 5.3.2007.)
Vounvre Sant. (Pierre Dominique Testa, lou 17.11.2011. Pèr Bernat e Angèlo Perronne dou Lougis Nòu à Allauch. )
VOYAGE DU PATRON SEOUCLET A PARIS ( 1861 ) (Edouard BOUGRAIN, de Barjols. Brignoles – 1861 Imprimerie de Perreymond-Dufort et Vian)
Voyage en train entre Aachen et Bruxelles . (Pierre Dominique Testa, le 11.9.1989.)
voyage en voilier à Porquerolles. (Pierre DominiqueTesta lou 15 Juillet 1987 )
Vut 2013. (Pierre Dominique Testa lou 1 janvié de 2013.)
Vut de bouen' annado 2017. (Pierre Dominique Testa, lou 1 de janvier 2017.)
Vut pèr 2015. (Pierre Dominique Testa, lou 1 de janvié 2015.)
" Mystère des Saints Innocents " (Pierre Dominique Testa le 11 1 2006 .)

Chaque visiteur peut nous envoyer un texte de sa composition, quelque soit le dialecte, quelle que soit la forme poétique, le registre, et la graphie. Il lui suffira de le saisir ci-dessous.

Nous nous réservons le droit de ne pas mettre en ligne tout texte trop long, ainsi que tout texte hors des limites de la décence ouverte au public.

titre
texte
auteur
e.mail
1 + 1 ?