auteurauteurassociationlexiqueouvragesassociationliensliens

Dans cette rubrique, des poèmes sont offerts à la lecture des internautes.


Lou Rabayaire de Martegalado ( Occitan maritime de Marseille )

Tome I Marseille 1859-1862
Mes lecteurs seront sans doute étonnés que, ex-observateur acharné des soi-disant règles
orthographiques de notre langue maternelle, je m'en sois écarté d'une manière radicale. Aux
observations qu'on pourrait m'adresser à ce sujet, j'ai deux réponses à faire; la première est, que
mon petit livre étant essentiellement destiné à la partie du public qui parle encore le provençal, il
fallait, pour être compris de ce public, écrire notre idiome tel qu'il est parlé actuellement et non
comme quelques rétrogrades prétendent qu'il devrait l’être.
La deuxième est que, par la position que j'ai eu de gérant-propriétaire du journal provençal lou
Cassaire, il m'a été permis de suivre les discussions plus ou moins savantes sur l'orthographe
provençale qui ont occupé les colonnes de ce journal pendant ses trois années de durée. Ces
discussions au lieu de me fixer, n'ayant apporté chez moi qu'obscurité et indécision, j’ai trouvé
plus rationnel de ne me servir que de signes représentant notre langue parlée, soit le système
purement phonétique; ou bien encore, et pour m'exprimer plus clairement, j'ai employé une
orthographe que je puis qualifier de miroir fidèle des sons et de la prononciation de l'idiome
provençal actuel, dialecte Marseillais.
Une seule mais indispensable observation:
Lorsque la voyelle finale d'un mot s'unit avec la voyelle initiale du mot suivant, de manière à
former une diphtongue, la première est imprimée en italique. C'est ainsi que “sèrvi à taoulo” se
prononcera “sèrvia taoulo”, “aprè avé“ aprèavé, etc.
Je ne prétends pas fonder une nouvelle école ni tâcher de prouver que j'ai raison; mais je
reconnaîtrai mon système comme le plus naturel, jusqu'à ce que Messieurs les grammairiens se
soient définitivement mis d'accord, et nous aient décrété les lois immuables qu'ils élaborent
depuis si longtemps, et auxquelles d'avance je promets de me soumettre.

EI MARTEGAOU DE VUEI.

La tradicièn nou di gue lei vièi Martegaou,
Èroun tan tôti, tan gournaou
Que leissàvoun luèn l'abè Làti;
Encaro cresè bèn que fouèsso vou lei flàti,
Car prenièn lou souleou pèr un pichoun fanaou,
La luno pèr uno cassoro,
Leis estelo pèr de vïoro
E lu sùcre blanc pèr de saou.
Lei cougourdeto pèr de paoumo,
Lei grapaou pèr de papagai,
Lei pastèco pèr d'uou de saoumo
De mount’ espelicièn leis ai.
Enfin avièn lu su pu du que v'es la rôco
Es doun dei Martegaou d'aquelo viêy' epoco
Que pèr vouèstei lesi gayamen ooucupa.
En estou libr’ai recampa
Lei fè que m’a counta moun rèire
Pregan lei Martegaou de vuèi de vougué crèire
Qu'es pa d'elei que voou parla
Alto! lectour, voou devala.
Mai avan, foou que vou dîgui' n paou ce qu'es lou Martegue, vo lei Martegue, pènsi de faire plesi
'n-aquelei que lou, vo que lei counoùissoun pa.
Les Martigues (Bouches-du-Rhône), ville de 8433 habitants, entre l'étang de Berre et les canaux
qui mènent à Bouc, à Bouc, d'altitude, chef-lieu de canton, arrondissement d'Aix (40 kil.), à 35
kil. de Marseille, correspondant avec Pas-des-Lanciers, station de Lyon, télégraphe électrique,
boîte aux lettres, cure, soeurs du Saint-nom-de-Jésus, justice de paix, école d'hydrographie,
pension primaire, brigade de gendarmerie à cheval, quartier maritime du sous arroudissement de
Marseille, commission de l'inscription maritime, syndicat, perception, enregistrement, inspection
et bureau de douanes, notaire, huissiers, consuls, de Suède, de Sardaigne, d'Espagne, des Deux-
Siciles, hospice, etc.
Coteaux calcaires, gypse, grès coquillier, alluvions, étangs, huile, vin; blé, — salines, pêcherie,
ateliers d'alésage, fonderie de fer, briques refractaires, — grand commerce de poisson salé et de
poutargue (preparation d’oeuf de poisson), port de construction récent et d’une superficie de 4
hectares. — Feu fixe. C. 4° ordre, sur la tour du fort. Altit., 38 mèt., portée 40 milles. — Foires,
22 avril, 28 octobre.
La ville bâtie sur de petils îlots, se divise en trois quartiers: Jonquières, l'Isle et Ferrières,
communiquant entre eux par des ponts en pierre et en bois, établis sur des canaux. — L'Hôtel-de-
Ville. — Tour de l'Horloge (1564).
Eglise de l'Isle, décorée d'une belle façade, belle promenade au quartier de Jonquières.
Le canton de Martigues comprend sept communes et 44, 744 habitants.
(Dictionnaires des Communes, par Adolphe Joanne, edition, 1864)
E pamen eme tou ce que vèni de dire d'un peïs que sèmblo que cadun si fariè gaou de n’èstre.
Si jamai en caouqu'un qu'es na din lou Martegue
Demandavià s'es Martegaou
Anà d'aise que vous empegue
Su lei brigo, caouque foutraou....
M. demandà: Pèrqué? — Si par fé sià 'n paou libre
V'aprendré'n lejissèn aquèstou pichoun libre.
L'EGLISO FACH’ AOU MARTEGUE.
Din lou tèn que lèi Martegaou èroun enca de.... Martegaou; un vouyajour s'estèn troumpa de
camin se troubé d'èstr' aou Martègue, son luègo d'èstr' à l'endré pèr mount'èro parti. Ah! nen
siègué v-un d’avenamèn pèr lei jèn doou peïs que de vèir' un estranjié; ome, fremo, enfan, toutei
quïa su sei pouarto rèdè coumo se l'avièn pass 'n aste, badàvoun coumo d'emboutaire, e pa
soulamen un que bouleguesse; erousamen pèr aquel estranjié, qu'estèn par asar arriba davan
l'égliso, e se lestèn arresta pèr l'arremarca, vigué s'avança vèr eou, aqueou que seis coupatriot'
avièn surnouma: Lou gros fin, e que li digué: Moussu, couaque siégui assegura que sià coumo
toutei lei jèn de vilo, que cade coou que vién caoucarrèn de bèn fa dièn qu'es esta fa’ Paris?
Eh! bèn iou v'assegùri;
E méme se foou vous va jùri,
Que l'égliso qu'alucà 'qui
Es estado fach' eici.
SAN JAN DIN LOU DESER.
Un dimench'aou matin aou prone, Moussu lou cura, aguèn racounta l'istouaro de San Jan din lou
desèr, e aguèn di qu'avié resta carant'an dariè'n aoubre sènso boulega, sei parrouassièn nen
siègueroun talamen espanta que décidéroun de fa fair' un tablèou que lou representesse; soulamen
voulièn que bouleguesse; justamen lou troun èro plèn de dardèno, lou pu zela devô parte pèr
Marsïo, si l'entrèvo doou mïou pintre, li l'ensîgnoun, li va, e li di.
Bounjou moussu lou pinturaire!
M'an di que doou mestiè erià lou pus espèr
E vèni pèr vou faire faire,
Un bèou San Jan din lou desèr:
Mai, vè! lou voulèn que boulegue
E digne doou peïs que li dièn lou Martegue.
Aou mo, Martegue, lou pintre coumprenèn en cu aviè faire proumete tou, si métoun d'acor doou
près e doou tèn que fouliè pèr faire lou tablèou, tout es entendu, lou Martegaou douno d'arro, e
s'entouarn' aou Martegue.
Lou jou d'acor carga de seis arbïo,
Nouèste fin martegaou mai retouarn'à Marsïo;
— Eh! bén moussu lou pintre, es lès nouèste tableou?
Viguen destapà-lou, que vîgui s'es bèn bèou.
Parlà de tablèou! ah! n'agué bèn un aoutre, pa pu lèou lou pintr’ agué destapa soun san, que su la
facho doou Martegaou, si li pinté, d'abor, l'estounamen, puèi lou mesprès, puèi la coulèro.
E se tourdèn coum’ uno touaro
Dis aou pintre: — Es ensin que sabè vouèst'istouaro
Lou san es davan l'aoubr' e lou fouliè darniè
Vouèste tablèou voou pa'n deniè.
Lou vouèli pa, m'anà rèndre meis àrro,
Vo bèn d'un coou de poun v'espooutîssi lei narro.
Lou pintr'a bèou li dire: Mai figurà-vou d'èstre de l'aoutre caire de l'aoubre, alor lou san sera
darniè; lou Martegaou voou rèn entèndre.
Enfin lou pintr’ embestia, pren soun pincèau, barbouy' un pè d'aoubre su lou san, e l’escafo, lou
tablèou represènto plu rèn qu'un bouès, mai lou Marlegeou as countèn finisse de paga, pren lou
tablèou e s'en vai.
Pa pu lèou arriba 'ou Martegue, que lou peïs en entiè courre vèire lou tablèou, mai pa pu lèou l'an
aluca, que toutei de brama.
— E lou san! e lou san! bèn, mai, mount'es lou san?
Alor lou gro finas dourbèn un pan de goulo;
Eme de mo choousi, recoumand' à la foulo
De pa faira taou chamatan.
Puèi si paousan coum' un ôme de maoubre
Di: Nouèste gran san Jan es darniè'queou gros aoubre
E v'assùri qu'ès frés, gras e pa rèn goouvi
Poudè va crèire car l'ai vi.
LA BANDIERO
Aprè l'esplicacièn dounad’aou chapitre d'avan; lei counouissur Martegaou troubéroun lou tablèou
tan bèn fa, que tou d'une vouas decidéroun de mai prega lou même meissajiè de retourna 'nca 'n
coou encô doou même pintre, pèr li coumanda 'no bèlo bandièro, mounte l'aguesse pinta dessu,
san Veran, tout entiè, e gran coum' un ôm' en vido, mai que pèr espragna lou cargarièn de pourta
la telo que fouliè; va bèn, lou pu devô de l'assemblado fa lou jenerous d'un trouè de viéyo velo,
lou meissajiè lou pren e parte.
Pa pu lèou arriba si rend' encô doou pintre, e aprè lei bounjou d'usàji, li di:
— Moussu, de bèn segu voudrià jamai vous crèire,
Coumo vouèste tablèou
Par nouèstei cousouissur es esta trouva bèou.
Ves esta talamen que vèni mai vous vèire
Pèr vou nen coumanda 'n nouvèou.
Can diou tablèou diou maou, vouèli dire: bandièro.
Fè-la qu'en jè d'endré si vigue sa parièro,
E que l'ague just'aou mitan
Nouèste bènerous san Veran.
Que siègue tout entiè doou bas finc' à la tèsto.
Qu'ague lei pè, lei man, e puèi… enfin lou rèsto,
E surtou que siègue bèn gran.
Mai, vè! pèr espragna v'aduou un trouè de telo
Qu'es un estras de vièyo velo
De la barco de patroun Jan,
La vaquî. — Vouèste linj'a pas mai de cin pan!
A doun mounte voulè que lei cambo descèndoun?
— Eh bèn! li lei farè que pèndoun.
LOU COR-SAN.
Aquel an, la pesco, èr' estado tan erouè, e lou pèi s'èro tan bèn vendu, lei Martegaou avièn
talamen fa lei generous, que lou troun de Diou, èro plen à baoudre, tambèn vouguéroun si
despassa à rèndre jalous touèi lei peïs deis enviroun, e si diguéroun: Partou an de san mu, eh! bèn
naoutre nen foou fa faire v-un que parle; lou proujé 's trouva béou, lou pu capable parte pèr
Marsïo, arriba, si fa'nsigna 'n escultour, li vai e li di:
Bounjou, moussu, sabè faire lei san?
Nen voudrian v-un, mai vé: voulen que parle.
E se lou fè coumo pensan,
Vou jùri fé de patroun Carle
Qu'avèn d'argèn à pleno man.
E que pagaren bèn, nou coustesse cèn fran.
Aou mo cèn fran, nouèst' escultour douarbe l'oourïo, proumet' un san como si n'es jamai vi, que
parlariè, e seriè lès din quiènze jou.
E l'escultour si cavo la çarvèlo,
Pèr li trouba caouco ruso nouvèlo,
E pa resta din lou caniè,
Car a proumé que lou san parlariè.
Enfin d'intre soun su n'in pouss' uno tan fouarto,
Que si di: — Par ma Fé pouèdi fèrma la pouarto.
La bourdo qu'espelissé, siègué que curariè la tèslo doou san, puèi que din lou vuèide, li metriè 'n
gro tavan, que par soun zounzoun j' imitariè lou bru de la paraoulo.
Tambèn, fa ni v-uno ni douès,
T'agant'un trouè de bouès;
E coum' es rèn maen qu'un manobro,
Din men de quiènze jou finisse soun chè-d'ôbro.
Lou san es lès, l'escultour vai a la campagno, l'agant’ un tavan, lou mete mount' à di, e nen tapo
lou traou em' un ta de boutïo; èro tèn, lou Martegaou arribo, vi lou san, n'es countèn, lou pago,
lou pren, lou mete su soun ai e parte.
Un san pariè poudiè pa faire sous intrado coum’ un aoutre, tambèn coumo si sabiè l'our' à la
qualo deviè 'rriba, tou lou peïs li va 'ou rescontr' en proucèssièn finc' à mai d’uno lègo luèn. Enfin
lou san arribo, la proucessièn s'arrèsto, lèvoun lou san de dessu l'ai, lou métoun su deicivièro, mai
avan que lei catre pourtaire se lou carguèssoun su leis espalo, toutei si metéroun à crida: — E
parl' aoumen? E toutei d'avança'n' oourïo pèr l'escouta, e toutei d'entèndre... Zoun-oun-oun, zounoun-
oun. E lou meissajiè de dire: Es enca tan jouèine que poou pa 'nca parla clar, mai à soun
jargounuji si coumpren que parlara lèou e que parlara bèn... E la proucessièn si met' en march'en
cantan sur l'èr de Malbrougt:
Lou san deja jargouno,
Mirountoun, mirountoun, mirountèno,
Lou san deja jargouno,
Din paou parlara bèn (ter).
En esperan que parle,
Mirountoun, mirountoun, mirountèno,
En esperan que parle.
Vai-ti fa fiche! sou moumen que la devoucièn generalo s'esprimo pèr aqueou bènerous chan, e
que lei pourtaire si bidaòussoun à la cadènço d'aquelo devoto musico, vaqui que lou san passo
sout’ un aoubre qu'avançavo sei branco su lou camin, un dei breu arrambo lou ta, lou derrabo, lou
traou si douarbe, e lou lavan souèrt' e s'envouèlo.
E la foulo de doulour fouèlo,
Crido: L'amo doou san! l'amo doou san s'envouèlo!
Es troou puro pèr lou peïs,
S'entouarno mai aou paradis!
Mai noun; ané pa tan luèn, car à pèn' enaoussa de caouquei mèstre que sa visto, vo pu lèou sa
sentido, lou feguéroun ana si paouva mounte lei tavan n'an l'abitudo, duvè senti ce que vouèli
dire.
Enfin su d'un qu'èr' encaro tou fres,
Un tan gro que n'aouriè fa tres;
Aoussito lou tavan de bouènur tremouèravo,
E soun nas tabaquiè finc'aou couèl' enfounçavo.
Mai la paouro bèsti aviè bèou vougué si regala, lou pu devô de la troupo, aprè avé trempa sei dé
din l’aigo benesido, vai l'aganta, e lou remete din sa prèisoùn.
Mai l'objé parfuma
Su eu l'amo doou san s'èr'anado paousa
Devèn uno santo relico
Qu' inspir'à cadun un cantico
E l'ardour de l'ana bèisa.
E vià la foulo que s'enrégo;
E va l'un darniè l'aoutr' apaouvo sei douès brego:
Mai tan su d'eou se paòusoun de musèou
Tan se n' empouarto de moucèou
E la tièro pa 'nca finisse,
E l'estroun toujou demunisse.
A la fin lou cura, di,: Santei jén de Diou!
Mai va manjé pa tou: que n' agu'un paou pèr iou.
LOU BOUEN DIOU VIOU
E
LOU BOUEN DIOU MOUAR.
San-Jan din lou desèr en tablèou,
San-Veran dessu sa bandièro,
Un Cor-San que parlariè lèou,
Doou Martogue rendièn la jèn' talamen fièro,
Que nen deveniè rababèou.
La fan vèn en manjan, l'ambicièn n' es de méme;
An dous pouli tablèou nen vouèloun un tresième,
Mai s'àboun pa ce que li fa pinta:
Pamen es pèr lou mèstr’ aouta.
N'a que vouèloun la Bouèno-Mèro,
N'a que vouèloun san pèir'e d'aoutre san Matiou;
Mai lou dimench'aprè Moussu lou cura’n chère.
Fa pencha lei devô pèr un pouli Bouen-Diou.
Mai aquéstou coou lou Martegue,
Voou caoucarrèn de tânti bèou;
Que jamai plu degun, din jé d'endrè l'empegue,
Lou renoum de gros estournèou.
Foou pa qu'aquèsto fe coum'ei dous aoutrei viàji,
Li màndoun soulamen un simple meissajiè;
Foou pèr representa dignamen lou vilàji,
Li manda pèr lou mèn, dous vo tres Marguïè,
E lei tres delega caminoun vér Marsïo,
Accoumpagna d'un ai que din sèis ensarrièn,
De pay' eme de fen è puèi d'aoutrei manjaïo,
Pèr lei catr' aviè prouvisièn.
Dre que de Marsïo soun d’intre,
Que s'encoùrroun encô doou pintre,
Que jus a de Bouèn Diou tou lès
De toutei lei grandour, et de toutei lei près.
Nen a de vièi, nen a da jouèine,
N'a que sèmbloun malaou, n'a que sèmbloun, de mouèine
— Enfin, coumo voulè que siè vouèste Bouèn Diou?
Voulé que siègue mouar, vo ben que siègue viou?
E dous dei Martegaou planta coumo dous tèrme,
Pèr respouèndr' en acô trôboun pa je de tèrme,
Can lou ehef dei tres en cu dièn: — Lou Cabri
Bramo: — Vouèi, doou Martegue, es iou qu'ai tou l'espri
Ami! pèr carcula v'escaoufé plu la bilo!
Prenguen-lou gras et frés coum' un gro capelan.
Puèi si lou vouèloun mouar es caouvo bèn facilo;
De l'esquicha la carrièro d'oou pan.
Lou proujè's adouta, mai pamen l'un dei catre,
Voou que lou poùartoun mouar e li voou rèn rabatre,
Mai soulè que poou fair' es en minourita,
E fourça de si rèndr'à la Majourita.
Fan encadra lou viou, li lou plégoun, lou pàgoun,
E puèi bèn empaya dessu l'ai vou l'amâgoun,
E pàrtoun chincherin senso fair' attencièn,
Que l'a no longo fènt' aou foun de l'ènsarrien.
Vai ten aou tron de l’er! lou Bouèn Diou, doou traou passo,
Sénso que lei gournaou nen vîgoun je de traço;
Puèi can soun aou peïs, oh! regrè tar vengu!
S'avîsoun mai troou tar que lou Bouèn Diou l'es plu.
Alor aqueou dei catre,
Que de l'aduèrre mouar nen vouliè rèn rabatre,
Di: — Coumo va vouliou se l'avian esclapa.
De segu qu'estèn mouar si seriè pa'scapa.
MOUSSU LOU MERO E MOUSSU L'AJOUIN
QUE PARLOUN EN FRANCES.
Ce qu'es que lei reviramen! Cu aouriè di qu'emé tan de benerènço, la bel' egliso doou Martegue,
deguesse counouisse la debaousso de sa prousperita? E pamen nen siegué coum' acô; coumo
v'anà vèire par soun trist' evenamen.
De ce que voou counta, m'en vèn la barbo griso,
Un dei càntoun d'aquelo bèl' egliso;
Un jou de pluèy aguèn toumba,
Fouliè lou faire radouta.
Mai, can avè croumpa, Tablèou, Cor-san, Bandièro,
Que din lei troun l'a plu ni crous, ni pièro
Qu'avé tou despensa ce qu'avià d’amaga.
Coumo faire faire pèr va paga?
Forço siègué 'i devô de suplica, moussu lou Mèro,e moussu l'ajouin, d'ana boustiga la jenerousita
doou signour, mai que pèr li parveni fouliè li parla 'n francès.
Ah! poudè li veni, messiès lei parisién
Pèr qu'à vouèste francès cadun sè li delegue
Tan chaputà lei mo que semblà de Prussièn
Vivo! lou franrès doou Martegue.
Moussu lou Mèro, e moussu l'ajouin aguèn counsenti, pèr si douna 'n poou de prèstenço si fan
accoumpagna de Jan-pèire, lou sounaire, pàrtoun pèr lou castèou, jus lou signour se li trobo, la
députacièn l'es presentado, à tou signour tout ounour, moussu lou Mèro, à la paraoulo.
Bien lou bonzour nostre signour;
Savons que v'avez un bon cur,
Venons v'apprendre un grand malhur.
Que votre âme n’en soit zémue!
Que votre sarité, monsignur, s'en remue!
Notre eglise s’est demorue. (Démolie).
De morue! que respouènde lou signour, de morue, mais c'est un très bon poisson!
Moussu l'ajouin, vesèn que lou signour aviè pas coumprè donn' un coou de pè, mounte
sabè, de moussou lou Mèro, en li dian: — Es ensin que parlà 'n francès, vous? Ah! garàvou
d'aqui e, ana veire.... Monsignour,
Cette nuit zil a fait zun temps si pluvieux
Qu’a fait cabusseler un mur qu'il était vieux.
Enfin pour le dire dessuite,
C'est l'eglise qu'il est détruite.
De truite! respouènde mai lou signour, de truite! mais c'est encore un très bon poisson!
Alor lou sounaire, sourtèn doou respè que si deou eis aoutourita dis aou Mèr’ e à soun ajouin:
Tenè, voulè que vous va digui? Sia dous couyoun ensèn. Iou vaou li parla 'ou signour en bouèn
prouvençaou e vèirè que me coumprendra.
Moun bouèn signour, fa 'no grosso bestiso.
Aquéou que parlo pa la lingo que bèn soou,
Iou vou dirai simplomen: Nouèst' egliso,
Mounsignour, s'es garcad' aou soou!
E lou Signour, qu'ensin va coumprengué,
Douné d'escu que Jan-Pèire prengué,
E si tan si paou nen bugué,
Doou rèsto lei maçoun pagué,
E lou cantoun plu boulegué.
UN PROUMIE SERMOUN.
Un Arleten qu'èro par asar vengu abita lou Martegue, se l'estèn marida, devengué pèro d'un
garçoun que vougué si faire capelan.
Pu tar,
Aou seminàri
Tan dintre soun latin aviè plantà lei dèn
Tan se l'èro fa gro savèn
Qu'en rèn lî changé l'ourdinàri
Dei jèn de soun peïs: Peïs, coumo dirai?
Aòuji pa dir' un peïs d'ai
De poou qu'un d'elei mi boulegue,
Mai dirai soun noum: Lou Martegue,
Bouco-doou-Rhône, arroundissemen d'Ai.
Mai coum' ai di din ma prefaço
D'aquelei Martegaou nen rèsto, jé de traço,
E vou prègui’ nca 'n coou de bèn fair’ atencièn,
Que pàrli que dei tèn ancièn.
Can nouèste jouèin' abé siègué àrriba 'l'àgi de reçubre leis ordre; à soun derniê 'xamen sei
proufessour lou troubéroun tan savèn, que siégué juja dîgne de sèrvî de doublur' à Moussu lou
cura doou Martegue; ce que fagué que soulicitéroun de Mounsignour l'archevesque de (contro la
coustumo) lou nouma segoundàri din soun peïs nataou.
Lou jou de sa premièro messo. Moussu lou segoundàri vouguèn debita soun premiè sérmoùn,
mount’ en chèro, e coumenç’ ensin.
Aou noun, doou Pèro, doou Fiou e doou Sant-Espri.
Meis très chèr frèro, e mei très chèrei sur!
Ah! avan de coumença, ai à vou demanda pardoun de v’ avé parla 'n latin, sènço pensa que devè
pas lou coumprendre, lou paou que vou n'ai di, voou dire: Lou Signour. a di aou Signour.... lou
Signour, a di à moun Signour... Moun Signour, a di....
Can n'es aqui, vàgue de si mouca,
De toussi, puèi de si tourca,
La memouaro de li manca,
E lou publi de peneca.
Lou Signour a di, à moun Signour.... Mounsignour a di... a di... a di... Nouèste Signour a di... di...
di.... a di... enfin.... a di....
Soun pèro, qu'èro asseta vis-à-vis de la chéro, si dréiss’ e li crido.
Nouèste Signour a di, qu’an milo coou resoun
Aquélei que nous dièn qu'un enfan doou Martegue
Que se siègue que fague, e que camin qu'enregue
Sera jamais qu'un gro c....
UN QUIAOU DE BOUTO.
Veniè de si precha ’no missièn, e pèr que lei bènerous que l'avièn seguido nen pèrdéssoun pa la
souvenènço, lei noutablé doou Martegue, imajinèroun de suspèndr' uno crous à la vouto de
l'egliso.
Pèr acô faire, e pèr espragna leis frès d'un echafaoudàji,
Aguèroun la finassariè,
Dirai miès: la couquinariè
De metre tan li que fouliè
L'uno su l'aoutro de bouto,
Pèr ana jusqu'à la vouto,
Enfin féroun un quïaou
Qu'ané prèsque finc 'aou d'aou.
Can aqueou que s'èro carga d'aqueou pïous travail, agué fini d'escala, en mountan d'uno bouto
sul'aoutro, en tenèn toujou soun precïous fai entre sei bras, si metté à crida:
— Li pouèdi pa 'ganta, mi manq' enca 'no bouto.
— Nen avèn plu li respouèndoun d'en bas.
— Eh (tira doou quïaou la proumièr' en dessouto
E fè-mi la passa. — Vaqui mei darnagas,
Que sàyo, sàyo mai, sàyo que sayaras.
Vai-ten aou tron de l'èr i de mei bouto la tourre,
En si foutèn aou soou mando pica de mourre
Nouèste gro pataras
Que s'embrigo. lei dèn, lou mentoun e lou nas.
L'OOURIGINO DE SAN BLAI.
Un an, qu'aviê poussa fouèss' èrbo din l'égliso, lei devô Martegaou diguéroun:
Foou la fair' escura
Par l'ai de moussu lou cura.
Pa pu lèou di, subran la man à l'obro. van prendre l'ase, li pàssoun uno couard' aou couèle, l'aduèn
jusqu’aou pourtaou de la parrouasso.
Mai l'ai testar coumo toutei leis ase.
Miès qu'aqueou doou vièi Balaan;
Sèmblo din soun balin-balan,
Dire: Que lou diable m'escrase
Aimariou miès mi rousti dins un fuè;
Que d'encamba la pouarto d'aqueou luè.
E talamen lou tiràvoun que la couardo que l'estranglavo, li fasiè sourti la lingo
Erousamen pèr l'ai qu'un inspira digué: Vià pa que, parço qu'estèn pa batejado, e poussedado
doou demoun; aquelo bésti sè ficho de nouést' égliso? Avè resoun respouèndoun toutei, lou foou
faire crestian. Es di, choousîssoun un peirin e uno meirino, van souèna moussu lou cura qu'es
aoutan Martegaou que sei parrouassièn, e.
L'ase coumo s'aviè coumpré
Reçubé l'aigo benesido
Qu'aourià di que soun am' à la tèrro ravido.
Aou ciècle mountavo tou dré.
Pa pu lèou moussu lou cura, agué fini d'administra lou proumier sacramen à l'ase, qu'aquelo bèsti
douço coum'un agnèou, intro din l'egliso, e sènso si fa prega la netejo talamen de soun èrbo, que
nen crèbo.
E cadun de crida.
L’as' es mouar en età de gràci
Pèr moun salu foou que l'embràssi
Que chanço! qu'aou Martegu' un san nou siègue na,
L'empegaren su l'armana!
— Que noun li meiren? San-Martegue?
Pèr que pèr naoutr' aou cièl prôchi de Diou vanegue
E nou fague toujou manda ce que nou plai
— Noun, foou lou nouma San-Bèl-Ai.
Mai lou tèn que tou nou trebouro
A desempuèi lon ten tou coum'en aquest'ouro,
En escarfan jus l'E qu'aou mo l'aviè de mai
Chanja san Bèl-Aï, en San-Blai
LEIS OOURIO D’AI
L’a caouquei cincant’ an e belèu mai qu’un archevesque d’Aix devèn ana douna la counfirmacïèn
aou Martegue, escrivé aou cura d’aquèou luè pèr l’avèrti doou jou de soun arribado, e
coum’aquèou prela pourtav’ aou pus aou degrè ce que toutei lei jèn d’egliso pouàrtoun à n-un
degrè mai vo men fouar (vouèli parla de l’amour de la boustifayo), sa lettro pourtav’en postscriptum:
Aquelei mo latin, si rapourtan ei bouèn moucèou. Pocus ced Bonus.
Mai lou cura qu’aou tèn de sa jouèinesso,
N’aviè jamai pouscu metre din sa cabesso
Lou lengàji de Cicèroun;
Aourriè trouva lou bou de caoucarrèn de roun,
Pu lèou que de trouva ce qu’acô vouliè dire;
Lou pocus ced bocus; l’empachavo de rire
A caouvo tan espinouè, coumo si tira d'afaire? va demanda? es faire saoupre qu'a 'oublida soun
latin, vo méme pu fouar que l'a jamai sachu, et cura vo noun l'amour propre, n'empacho toujou de
faire saoupre que sian d'ai. Pamen coumo faire? aquelei mo pouèdoun èstre caoucarrèn
d'impourtan… l’a de que si rouèiga lou fùji.
Lou segoundàri
Que coumo soun cura n'èro pa Martegaou,
E que de mo latin n'aviè de cèn quintaou,
Esquicha din soun su coumo d'intr'un armàri
D'un èr mîèlous li di: Bouèn moussu lou cura!
A vouèstre visàji tira.
Si vi que caoucarrèn vous pougn' e vou trebouro,
Pèr l'amour doou bouèn Diou, subran diguà-mi couzo,
Mi farè lou plési
De moun zèlo pèr vou de vougué v'en sesi?
E moussu lou cura, troumpa par l'er tartùfe de soun vicàri, surmouènto sa vèrgougno, li lièje la
letro de l'archevesque, e li fai par de soun embarras à l'égar de sei tres malurous mo latin. Lou
segoundàri, que coumo fouèsso de sei pariè, desempuéi lon-tèn proujèto de desbooussa soun cura
pèr prendre sa plaço, sesissèn aquel ooucasièn pèr li sèrvi d'un pla de soun mestiè, li di.
L'archevesque, aou luè de Pocus
Aouriè fouèsso miès fa d'escrioure, Multibus
Mai d'un prelat, de rèn foou rire
Adoun veici ce que, Mounsignour, voou vou dire
Qu'à-n-un gran dîna, rèn li plai,
Coum' un bouèn pla d'oourïo d'ai.
Rasclado, lavado, lisqueto,
Arranjad' à la vinaigreto;
Vaquito dei mos en questièn
La pu fidèlo traducièn.
E lou cura que saou que soun bouèn segoundàri,
Pèr lou latin aou seminàri
Passavo pèr un gro savèn,
Coum' un Martegaou qu'es va pren pèr bouèn arjèn.
S'estouno soulamen d'un pariè gous. D'aourïo d'ai, en vinaigreto! Mai d'un archevesque, rèn si
discuto, l'ooubéissèns' es la souleto caouvo que se li deou.
E Moussu lou cura d'un èr incounsoulable,
S'encamino vèr soun èstable,
Puèi can es pròchi de soun ai
Juro contro lou gous de l'archevesque d'Ais
En lou tratan d'abounimable.
Puèi dourbèn la goulo d'un pan
E de sèis uèi lagremejan,
Di: Moun paoure grisoun! Oh! tu que la vint an
Que mi sèrves e que mi pouartes
Tu! que pèr toun ami d'oou respè jamai souartès
Foou que te tuègui de mei man.
Mai, Mounsignour, mi va coumando.
De teis oourïo d'ai sa grandour es groumando.
E sèns' ajusta 'n mo de mai
D'un coou de coutelas li traouco lou gavai.
Lou jou de la counfirmacièn es arriba, e sa grandour Monsignour l'archevesqu' aoussi: la cousino
de la curo, sufise pa pèr lou couèinùji de tan de fricô toutei mïou leis un que leis aoutre.
Moussu lou cura, a vougu si surpassa.
Despuèi lon-tèn la taoul' es messo,
Tout es fini, counfirmacièn e messo,
Veici veni lou sant ôme de Diou,
Que di qu'es en manjan qu'un archevesque viou.
Cadun es afura de sa santo pèrsouno;
Cadun eme respè soun atencièn li douno,
Cu dessu soun fooutuèi li mete de couèissin
En cu bèn mouèlamen li l'assèto dedin.
L'un souto lou mentoun lï nouso sa sèrvièto,
L'aoutr' em' un linje fin li freto soun assièto,
Un de soun fron lusèn escarto caouquei peou,
Toutei par caoucarrèn vouèloun s'aoucupa d'eou.
Un souto de sei pè l'avanc' un precatòri
Crési ma fe de Diou que se bèn va vouliè,
Cadun d'elei li lipariè
Ce que sabè coum' à-n-un san d'ivòri.
Toutei soun asseta, van faire la santè
Can sa grandour entoun' un benedicitè.
Mànjoun coumo dirai? coumo d'ôme d'egliso,
Búvoun jusqu'à frisa de dire de bestiso;
Can à la fin de tou coumo rèi dei tricô,
Parèi la tèsto d'Ai. — Moun Diou! mai qu'es acô?
Demando sa grandour aou cura doou Martegue,
E Moussu lou cura sènso que va mastegue
Respouènde: — Mounsignour, acô 's lou bèou Pocus.
Que siou mai que segu que trouvarè, Bonus,
Sa grandour si souvèn de sa fraso latino
Qu'en mi parlan de la bouéno cousino
M'a di qu'aimariè bèn manja 'no tèsto d'ai
La vaqui, Mounsignour, fouéss' erous si vous plai.
Oh! Martegaou beni! di l'archevesque d'Ai.
Foou qu'aquelo la nôti
Oh! vouèi lei Martegaou soun bèn toutei de tôti,
Es delei bèn segu que Jèsu-Cris à di:
— Bènerous, lei paoure d'espri.
N'A QUE SOUN MATEGAOU
SENS' ESTRE DOOU MARTEGUE.
Entre San-Louis e l'îlo de Poumegue
Entre Jemenôs e Velaou
N’a fouésso que sèns' èstre abitan doou Martegue
Nen soun pa men de Martagaou.
Exèmple. Vèni de croumpa'n libre rare, tan rare que lou crési unique, tambèn mi couèsto fouèsso
chièr.
— Mai se lou réimprîmàvoun?
— Alor coumo seriè plu râre, trouvariou que voou rèn.
E vaquito lei plen de vèn
Que couaque Martegaou pàssoun pèr de savèn
Jèn
Qu'an pèr tou talèn
Rèn de mài que fouèss' arjèn.
LOU MALAOU.
Uno fremo
Tout' en lagremo,
Arrib' encô doou medecin
Soun vesin.
Bounjou moussu lou garissaire;
Ai moun ôme qu'es tan malaou,
Que crési que fa lèi badaou
E sàbi plu ce que li faire
Ai! paoure iou! Ai! paoure iou!
Se crèb'aquestou souar deman sera plu viou!!!
E Moussu lou medecin, que couaque Martegaou, vo bessai parço qu'èro Martegaou, aviè bouèn
couar, s'en va 'me la fremo vèire lou mouriboun.
Aprè l'avé chaspa lou pous, fa sourti la lingo,etc. Moussu lou medecin di à la frèmo.
Acô 's rèn, acô 's rèn,
E pèr que deman siègue bèn,
Avè qu'a l'estuba 'mun fai de farigoulo;
Puèi vèr souleou tremoun li douna plen' un oulo,
De la de poulo.
Mai pa pu lèou, lou medecin à prounounça 'aqueou darniè mo, la de poulo, que la fremo si
derrabo lei peou de desespouar. Ce que vian lou medecin li di:
Mai, vesino!
Vouèst' ome es pa'n malaou pèr èstre tan chagrino
Ni pèr de vouèiteis uèi nen faire dous vala!
— Vouèi, moussu, mai! pèr avè d'aqueou la?
(Ah! plagnè la paouro mesquino!)
Sabi pa mouse lei galino!!!
TRES CALAMBOUR DOOU COULEGO ROUBAOUD.
1
— Bounjou mèste Barna, mount' anà coum’ acô?
— Voou faire metr' à soun aise cocô.
Paouro bèsti foou bèn que fague,
— E diga-lou mo propre, en dian que foou que cague.
— Lou méni, parço que ièr à mourdu 'n bachin, -
— Eh! bèn sià louga 'me lou chin.
2.
Uno nuè d'iver, e par un frè à fèndre lei pèiro, douèi jouènei jèn que sourtièn doou cèrcle de
l'Athénée meridiounaou, viguéroun un ôme coucha su d'un ban de pèiro doou Cous à Marsio.
Esmoougu de coumpassièn, e din la pensado de li douna de que pagà soun coucha dins un
aoubèrjo; lou gassàyoun en li dian:
— Eh! l'ami sentè pa que jiel'à pèiro fèndre,
E que pèr v'escaoufa sià pa vengu v'estèndre
Su d'un liè'n plumo de rigaou.
Oou! digué lou dourmias, se lou ban es pas tèndre
Dooumen es pa jièla dabor qu'es un bancaou.
3
Un Martegaou que suèiviè l'entaramen d'un queirassen soun ami, rescountr' un aoutre de sei
coulègo, natiou de Sièifour, en cu di: Vène tu tamben. — Lou counouissiou pa, que respouènde
lou Sièifournen.
Un Sièifournen, un Martegeau,
Un abitan de la basso savoyo,
Pèr lou fouèsso d'espri sian talemen egaou,
Que dei tres sàbi pa cu gagnariè lei joyo.
Adoun puèisque sian frèro pèr la finassariè, lou devé d'un frèr' es d’accoumpagna soun frèro que
parte, lou Sièifournen si rendên en aquelo bèlo resoun, si mescl' à la seguido doou counvoua, et
marcho.
Arrîboun mounte van et fourtun' e misèri
Voulènt à dir’ aou samentêri.
Arriba 'ou bor doou traou, coumo d'usàji un parèn doou mouar fai destapa la caisso pèr que cadun
pouésque lou vèir' enca 'n coou. E nouèste Martegaou, lou moucadou su leis uèis, di:
— Mouri! mouri tan jouèine, acô 's un paou troou fouar!
Sièfournen guèiro-lou, — lou viou. — Noun! noun! Lou mouar
— Vouèi, vouèi, lou mouar, lou viou. — Bèn mai toun se s'escarto
Vo bèn lou traou badiè li fa pèrdre la carto,
Ti diou guèiro lou mouar, mi diès: lou viou, lou viou,
— Ti pàrle pa doou viou, ti diou: Lou mouar, lou viou.
L'ANGUIELO.
Lou cura doou Martegu’ aviè reçu dei Mièlo,
Dous gro pèi d'aigo douço, aguèn 'pèr noun: Anguièlo;
Pèr un cura grouman èr' un bèn flame lo;
Car cadun dei douèi pèi pesavo dès kilô.
De dès kilô n'a troou pèr nempli qu'uno panso,
Sièguesse lou ventras lou pu gro de la franço;
Sièguesse mem'aqueou d'un enorme cura,
Qu'un plen sa d'aloës aguesse fa cura.
Va pa pu lèou pensa que carcul' e mesuro,
Mount' es que poou plaça soun anguièl' em' usuro;
Car moussu lou cura plaço ce qu’a, de troou,
Que moùnte poou n'agué caoucarèn que va voou.
Soun proujè li plai tan que lou mentoun si brosso;
Leis anguièlo suspes'e choousis la men grosso,
E puèi bèn mouèlemen su d'un espés païè,
L'enviraout' à dedin d’un bèn pouli paniè.
Can es càsi tous lès souèno Mïoun sa nèco,
(Qu'en passan vou dirai qu'es uno bèlo pèço);
E li di: vai-ti-nen ma bèlo trouva Jan
E li diras qu'èici vengué vit' e subran.
Jan pèr courr' à susa, lou cura li di: — Bistre!
Coumo siès lèou vengu, foou que vagues à Istre,
Pèr li pourta 'n presèn à moussu lou cura,
Es un' anguièlo, viès que gaire pesara.
Voou ti fair’ uno letro, en esperan, dejuno,
Fai-ti veni lou vèntr' aoutan gro que la luno;
E de mai pourtaras à dessu doou paniè
De que lon doou camin t'escura lou goousiè.
Jan es deja parti, can es à mièjo routo,
E que de la susour cade peou tèn sa gouto;
Si di: Mai se buviès un pichoun dé de vin,
Acô t'ajudariè d'acaba toun camin.
Jus en aquel endré l’a 'n riou d’aigo bèn claro;
E Jan pèr s'escura va mando pa' tout aro
Puèi pa pu lèou qu'a l'oumbr' aou soou s'es empega
Quo, zou, vague de bouar' eme de mastega.
Can s'es bèn empifra, si di: Mai la paoureto!
L'anguièl'elo tambèn manjariè sa crousteto,
E meme que bessai nen a bèn de besoun,
Vène lèou ma mignoun' e gounflo loun ventroun.
Mai noun voou pa manjà, en saou, bessai voou bouaro?
Veici doou Martegaou la pu résènt' istouaro;
Lou tôti pren l'anguièl' e l'aprocho doou riou,
Lou pèi li lamp' à din coum' un coou de fusiou.
E nouèste gro gournaou can lou vis disparèisse,
Li di: Buèno salu! que lou Bouèn-Diou ti crèisse!
Mai can oouras fini de l’empli lou periè
Pènsi que vendras mai ti remetr' aou paniè.
E Jan espero, espero, esper' e mai espero,
Enfin espero tan qu'es bèn avan doou sero;
Bèn lèou su lu camin li fara negre nuè,
E Jan sènso l'anguièl' esquïo d'aqucou luè.
Es mai que fouèsso tar can Jan arrib' à Istre.
De poou sa fach' es blèm' e soun regar sinistre.
Aoujo pa'na, l'oustaou de moussu lou cura.
Cu saou ce que vai dire, e cu saou que fara?
A la fin si remet' e de pica si risco
Si pensan, oh! ma fé, si mai que fouèsso bisco!
Se mi di: Que gournaou! Que tôti! Que gros ai!
Prendrai lou coumplimen e puèi m'entournarai.
Intro! douno la letro, e lou cura la lièje,
E Jan qu'es aqui dre davan soun panié vièje
Di: — Moussu lou cura, v'aduou, v'aduou, v'aduou,
— Va sàbi, es un' anguialo. — Oh! mai santipabiou!
— Mai coumo v'a sabè? — Es dintre l'escrituro!
— Es dintre, coumo dià? — D'intr' aquelo lituro!
Oh! la bougro! di Jan, es d'intr' aqueou papiè,
Iou qu'ai tan espera que rintress' aou paniè.
A LA FIERO DE BOU.
Un an pèr la fièro de Bouc, pichoun vilàji pa luèn doou Martegue. Davan l'estalàji d'un marchan
de terrayo, l'aviè 'n pescadou Martegaou, que de tan si despoutentavo, que si derrabavo lei peou
de la tèsto.
E doou paoure doulèn que la foul' enviraouto,
Lei lagremo li fan douèi vala su lei gaouto;
E vague de brama: Oh! paoure, oh! paoure iou!
Es fini, siou pèrdu! siou pèrdu, bèou Bouèn-Diou!
E cadun l'am' estransinado
Sènse saoupre ce qu'es plagne la destinado
D'aqueou que pa degun counouisse par soun noun.
— Paour' ôme! sià malaou? vous an voula? — noun, noun
Ma pen'es d'un aoutro naturo.
Ma frem' estou matin m'a di: Vai-t-en à Bou
Pèr mi l'ana croumpa bèn gran un pissadou,
Ah! plagnè ma trist'aventuro,
Ai pa pensa de li prendre mesuro!
UNO BESTI FOUESSO VIEYO.
La caouvo s'es passad' A-z-ai, un souar à la vïado, uno doujano de jèn doou peïs, e de mai un
Martegaou, parlàvoun dei bèsti que vivièn lou mai de tèn, l'un disiè: Lou parrouqué, un aoutre,
lou groupatas, d'aoutre l'elefan, fouèsso la baleno. Can lou Martegaou si drèisso, e di: Li sià ni
leis un ni leis aoutre.
— Avèn din lou Martegu' uno enciano famïo
Que poucèd'un gro pèi que li dièn erocodïo.
Que de gran-pèr’à pèro, e de pèr' à-n-enfan,
L'an dintre soun oustaou desempuèi sièi mil’ an.
— Oh! crèsi que nous dià 'no grosso couyounado!
Es qu'uno bèsti poou vioure sièi mil' anado?
— Vou jùri qu'es verai, l'ai visto, es empayado.
E meme que moussu Laouren,
Qu'es un ôme que saou escrioure,
M'a di qu'en emplegan aqueou pichoun mouyèn,
L’ôme coumo la frem' enca bèn mai de tèn;
Se mourièn pa pourrièn vioure
LA POUMPO.
Un Martegaou si trouvan à Marsïo, vigué pèr asar caouqu'un que fasiè manuvra ’no poumpo; tè!
vé, que digué: Souarte d'aigo d'aquel
enjièn? va vià bèn que li respoundéroun, tène, assajà-lou, l'assajé, e n'en sourté.
— Oh! qu'es drol' acô, mounte nen vèndoun? lou mandéroun encô d'un fèrblantiè, l'ané, si
metéroun d'acor d'un, douné quinjè fran d’arro, pagué leis douès plaç' à la dilijènci, e partéroun,
pèr l'ana paousa.
Can sièguéroun arriba, lou ferblantiè digué aou Martegaou.
— Mounte v'es agréable
Qué placen vouèsto poumpo? — A davaou din l'estable,
Aqui m'anara bèn pèr abeoura moun ai,
— Va bèn menà-m' aou pous e vous la paousarai.
— Lou pous! mi dià lou pous? asso! mai camarado!
Es que mi dià ’no tarounado?
Vo mi prenè pèr un darbous?
Siou fouèsso bouèn enfan mai gar' à cu mi troumpo!
S'aviou agu lou mendre pous
Es qu'aourieu besoun d'uno poumpo?
L'UOU DE SAOUMO.
Un Martegaou que pèr un paou s'espassa, èro vengu vèire la fièro San-Lazare, à Marsïo; si
trouvan à passa su la plaço San-Martin, va li remarca 'n gro mouloun de pastèco.
Que troun es acô? que si penso, e pèr va sàoupre.
Drech à l'ôm' ei pastèc' à gran pas caminan,
Li di: Qu'es doun acô? bouèn moussu lou marchan,
Noun jamai din Ferrièro,
Ni din l’Ilo, ni din Jounquiéro,
N'ai vi d'ooubràji tan charman.
A la tourauro de soun demandaire, lou marchan de pastèco coumprenèn en cu à ’faire; em' un èr
de gran mistèri, li di:
Siou mai que de segu que crèsè qu'es de pàoumo;
Eh! bèn en secrè va vou diou.
E vous jùri ma fe de Diou,
Qu'es de gros uou de saoumo.
De mount' espelîssoun leis ai.
— Ce que mi dià seriè de crèire?
— Tèn qu'à vou de pousqué va vèire
Se nen voulè, vous nen vendrai.
— Can lei vendè? — Dès soou la pèço,
Mai vè! soun de la bèl' espeço,
Tenè vaqui lou pu pouli.
— Vouèi mai pèr lou fair' espeli
Saourai pa coumo mi nen prendre.
Eh! bèn tachà de mi coumprendre.
Avan tou sià pa de Paris?
— Nàni, moussu siou doou Martegue.
— Va bèn! en quint' ouro que siègue
Qu'arribarè din vouèste nis
Avan d'embrassa la coumaire
Veici ce que vou foudra faire.
Anare à vouèst' estable, e pèr que lon dessouto de l'uou siègue toujou caou, lou paousarè su de
fumiè, aprè farè toumba lei brayo, et tafanàri nus vous ajoncaré su l’uou.
Avan tou ooublidé pas de metr' à vouèsto pourtado de que manja e de que bouaro, parço que
foudra que resté vinto quair’ our’ à faire coumo lei couarèlo, qu'es à dire que foou que resté tout
aqueou tèn sènso boulega, ni parla, e fè bèn atencièn que se mancavia 'n-uno d'aquelei douès
cavo, vouèst' uou restariè clar.
Ensin, pa 'n mouvamen aoutre que pèr manjà e pèr bouaro, et surtou pa 'n soulé mo.
E gai coum' un booumian amata din sa baoumo,
Nouèstro gournaou pago soun uou de saoumo,
E puèi part' en cantan, car es assegura,
Qu’en fèn espeli d'ai, bèn lèou s'enrichira.
A plu ’nvejo de retourna bada 'la fièro, toutei lei minuito que pèrde soun de siècle pèrdu pèr sa
fourtuno, es pressa de coua.
Tambèn s'encourre prendre sa beasso, mai coumo la la pastèqu’ es fouèsso grosso, es à peno se
poou l'intra mita; enfin vague coumo vague lou vaqui parti,
E tou lou lon de soun camin
Vi rèn que d'uou de saoum'e dé saoumin.
Mai vai-t-en aou diable, lei pantai d'or de nouèste Martegaou sièguéroun caouso que fèn pa
'tencièn de mounte caminavo, vai s'embrounca 'n-uno pèiro, e lou ressaou nen siègué talamen
fouar, que la pastèeo qu'intravo qù'à mi~a din la beasso, n'en sm~r~b 'n plen eanb redoula'n bas
doou camin dins nn arroumias.
Le pastequ'en fasèn soun.... boun!
Va revïa dins un bouissoun
Un lapin que fasiè sa sièsto;
E lampo que lamparas,
E courre que courreras,
Pu fouar qu'un chin-lebriè que proun d'aren li rèsto.
E nouèste Martegaou courr' aprè lou lapin,
En li cridan: Saoumin! oh! moun paoure saoumin,
Ti troumpes de camin.
E lou lapin toujou s'encourre!
E nouèste Martegaou s’escarpino lou mourre
Braman toujou: — Jamai! jamai! noun, noun jamai.
Mi nen counsoularai.
Lou couyoun avié pre lou lapin pèr soun ai.
Enfin aprè mièch' ouro de bramùji, de grafinùji, et de derrabùji de peou, lou calm' et la reflecièn li
revènen, si di: Oh! puèi leis uou màncoun pa; lou marchand n'a 'nca ’n mouloun, sera qu'uno
cambo lasso de mai; tampis.
E nouèst' amourous de saoumin s'entouarno mai à Marsïo, l'arribo tar, es ooublija de li coucha,
mai lou lendeman de matin pa pu lèou l'aoubo; si lèv’ e vai mai encô doou marchan de pastèco.
Ben lou bounjou moussu, v'aduou
Uno bèn malurouè nouvèlo;
Qu' àgui pa pèrdu la çarvèlo,
Foou que n'àgui pieji qu'un buou.
Tan cresiou ma fourtuno routo.
V'en souvenè que ièr mi venderià 'n gros uou,
Eh! bèn l'ai roumpu su la routo.
E si m'et' à li recita,
Tou ce que vai déjà counta.
Lou marchan fa semblan de si va crèire, li vènd' un aoutro pastéco, e lou Martegaou reparte.
Aquèstou coou soun viàji s'acabo sénso malur;
Pa pu lèou arriba, fa ce que lou marcban la recoumanda, qu'es à dire, que si pren e met'à soun
caire ce que li foou pèr manja e pèr bouaro duran vinto catr’ouro, fa toumba sei brayo e si quïo su
l'uou, va bèn et motus.
Can la frem' arribo, coumprenèn par lei vioure que màncoun que soun ôm' es de retour, si met' à
lou cèrca et lou trobo.
— Oh! mai par exèmple, que tour!
Coumo! siès deja de retour,
De Marsïo lou gran vilàji?
A bèn gaire dura toun viàji
Ti seriè 'rriba caoucarrèn?
Bèn viguèn, pàrles? mi diès rèn?
Rèstes aqui planta coum' un vièi santibèli,
Vé! mi boùyoun lei varmichèli,
E se mi respouèndes pa lèou
Ti foùti'n tan pouli bendèou
Que vires coum' un cabudèou, ”
Mai lou tôti que toujou couàvo,
Sabiè que se d'un mo nen disiè lou miè quar,
Vai-t-en aou tron de l'èr l'uou d'aî restariè clar;
Tambèn pa lou pu pîchoun signe
— Oh! marriassas, tè siès pa digne,
De reçubre moun lavadèn;
Vai, ti voou fa dourbi lei dèn.
E ti lèou faire dire: Pero!
Ah! fas lou sour, eh bèn! espero.
E tout en fasèn soun cran, cran
La fremo s'esbigno subran.
E jamai Jaque boulegavo,
Ni jamai sa lingo parlavo,
Miè car d'ouro d'aprè la mouyè s'en revèn
Em' un gran delura jouvèn
E sènso si jena, gayamen s'embrasséroun
E doou mari tan paou s'embarasséroun;
Que devina ce que faguéroun.
Vous dirai soulamen qu'à la fin lou jooubar
Li pousquèn plu teni, cridè: Aou lar! aou lar!
E coum' aviè parla soun uou d'ai resté clar.
Clar! noun pas tout à fè, mai nen sourté 'no cavo,
Que mai que de segu Jaque noun s'esperavo
Car aou luègo d'un ai, nouèstr' uou,
Espelîssé d'un gro... couguou.
LOU CADRAN SOULARI.
Aprè longo discucièn, lou counseou municipaou doou Martègue, aguèn adoupta lou proujè de
plaça su la façado de la coumuno, un cadran soulàri. Moussu lou Mèro si drèiss'e di:
Si! si! faguen metr’ un cadran: M
Mai de poou que la pluèj' enrouïsse soun aste,
Coumo de poou que lou souleou lou gaste,
Li farèn metr’ un larj' envan.
LOU COUISSIN.
Un Martegaou qu'en dessu d'èstre Martegaou, èr' encar' un gros avare, vouguèn pa goouvi soun
couèissin de lié, imajiné de lou remplaça par un gro bournèouen en tèrro d’Ooubagno. Mai pa pu
lèou l’agué la tèsto dessu, que lou trouvan troou du, si levé, e
Vague de lou cafi de payo,
Ce que rendé lou couèissin de terrayo
Aoutan mouèle qu’un gro cayaou;
E vaqui nouèste gro gournaou
Que di: Aro si, sera mouèle
E m'embrigara plu lou couèle.
Aqueou si que sourtiè doou mouèle
De mounte fan lei Martegaou!
LA BIERRO
Douèi Marsïès, si trouvan aou Martègue, pèr tua lou tèn întroun din ce que dins aqueou peïs
passo pèr un cafè, e demàndoun uno canetto de bièrro.
Aou mo, caneto, parèi que lou cafetiè avié coumpré: carreto. E coumo la bièrro que si beou èro pa
'nca counouissudo din soun endré, lou Martegaou, respoundé:
Messiès assetà-vou, esperà 'no minuito,
Voou vous la fa veni dessuito;
E lei dous, Marsïès, espero, qu'esperaras. Mai coum' avièn lou tèn, e que l'a rèn de curiou à vèir'
aou Martegue, prenguéroun passienço, e esperéroun.
Enfin! avièn pèrdu l'espouar;
Can vièn arriba 'no saoumeto,
Que tirassav' uno carroto,
Cargado de caisso-de-mouar.
LA MOUSTARDO.
Douèi jouènei pescadou, Pièrre pataclé, e Jaque la solo, vènoun à Marsïo; aouh! que si dièn en
meme tèn; pèr lou proumiè coou que venèn à la vilo, foou que faguen vèire que lei Martegaou,
soun plu de... Martegaou; e deguesse nou nen cousta trente soou par tèsto, foou qu'anen dina,
mounte van dina lei moussu. S'entrèvoun de l'endré, e l'insîgnoun, à la carrièro Molièro, n. 7, lou
restaouran, Rodolfo Sèrro. Aqueou restaouratour qu'escriou sa cart' en vèrs prouvençaou de sa
coumpousicièn, que tou lou tèn que manjà, vou recito vo vou canto de vèrs en francès toujou de
sa coumpousicièn, e que can avè fini vous presènto sa nôt' en musico retoujou de sa
coumpousicièn, e puèi s'avè 'no facho que li preste vou fa vouèste pourtrè 'n cargo, enca mai de
sa coumpousicièn.
Tambèn de nouèstei Martegaou
Lei figuro,
Lei tournuro,
Li sèrvèroun d'oourijinaou.
Pèr douèi flamei carrîcaturo,
Que soun
Din soun saloun.
Mounte se voulè pa mi crèire,
Sià libre de leis ana vèire,
En l'anan dina pèr caranto soou miès qu'en jè d'aoutreis endré pèr catre fran.
Nouèstei dous Martegaou si trôboun just aou caire
De dous farlouquè moussurô
Qu'à tou moumen trempàvoun soun fricô
Din caoucarrèn de rous, mai nen prenièn tan gaire,
Que s'avièn manja que d'acô
Si serièn pa'mpli lou cocô.
Aou! Digué Pèire pataclè, à Jaque la solo, coum' acô deou èstre chièr, e s'es fouèsso chièr, deou
estre fouèsso bouèn; oh, ma fé: diguéroun ensèn, mouar d’arjèn es pa mouar d'ôme, avèn bèn
vendu nouèstei vioure; anen!
va! nen manjèn. Mai.
A sï li metre foou bèn l’èstre,
Eh! de l'oustaon! moussu lou mèstre,
Aduà-nou lèou pèr toutei dous,
Un gro poualoun d'acô tan rous.
E aqueou farçur de Rodolfo Sèrro, n'adugué 'n plen tian ème dous cuyiè à saouço que tenièn aou
men miè sivadié, e zou! avalo, mai!
Ai! ai! ai! ai! ai! ai! ai! ai!
Ai lou fuè dintre lou gavai.
Moou tron cur' aquelo cousino,
Ai! moun estouma si rabino!
Mi sèmblo li senti cèn milo coou de foui.
Ai! ai! boudiou! coumo mi coui!
A sei tan gro brama cadun leis arregardo,
Cèrcan à devina pèrqu' à nouèstei couïè
La gaougno tan fouar li couïé.
Es qu’avièn avala tou plen un gro cuïe
De moustardo.
BELO MA NIAISO.
L'a de fïo que soun bèn niaiso
Mai que soun bèlo coum' un soou,
E se dintre moun liè l'avié talo punaiso,
Espaoussariou pa lei lançoou.
L'aviè ' Marsïo, din la carrièro qu'en aquéou tèn li disièn carrièro dei Piousèlo, e qu'aro li dièn
carrièro Majènta, encô d'un marchan de
marlusso; uno doumestico qu'èro doou Martegue e que pèr soun espri fasiè pa dementi lou
renoum de soun peïs. Mai s'èro Martegaoudo recroumpavo sa martegaoudariè par sa poulidita.
Pèr elo l'ôme lou pu frè
Aouriè fa cèn coou l'aoubre drè.
Enfin, èro tan poulido que douné din l'uèi à-n-un jouèine reinar Marsïès, qu'aguèn pa pouscu
manja la poulo sènso pèrmissièn, siègué ooublija d'ana la demanda ' moussu lou mèr' et à moussu
lou cura.
Es à dire que la prengué 'n mariàji.
Lou lèndeman doou counjoungô, en manièro de counfidènci, lou nôvi, digué à la nôvi: As bèn fa
de pa mi crèire can ti disiôu qu' avan coum' aprè èro la memo caouvo, ti juri bèn que se m'aviès
acourda toun.... couar, à l'ouro qu'ès, seriès pa ma fremo, oh! li respoundé la bestïasso.
M'a bèn fouèsso cousta
Pèr à toun desir resista,
Mai se mî siou tan bèn gardado,
Es que dejà tres coou l'èri 'stad' agantado.
A talo naïveta
Si li poou bèn mettre lou ta.
LA LETRO.
Din lou tèn que lei letro pagàvoun selon lou peïs de mounte venièn, l'avié à Marsïo, un moussu
nouma moussu Lacosto, qu'avié pèr doumestico, un jouèine natiou doou Martegue.
Un jou que soun mèstr' espérav' uno letro par posto restanto, li doun' un bïé d'esplicacièn pèr l'ana
demanda e d'arjèn pèr la paga. Va bèn, lou doumestico parte.
Mièch' our' aprè revèn em' un èr à faire coumprendre qu'es counten d'eou: vis soun mèstre, e
Par aquèstei mo tout en rian vou l'acosto,
Bèn lou bounjou moussu Lacosto!
Vèni de couyouna l'emplega de la posto,
Que vouliè mi couyouna iou.
Iou! lu pu gro finas qu'ague fà lou Bouèn-Diou.
Voou vou counta l'affaire.
Adoun, coumo sabè, l'a mièch' ouro, que pàrti pèr la posto, l'arrîbi, me l’entrèvi de mounte foou
que vàgui, mi l'ensîgnoun, lî voou, li trôbi ’n jouèine coumis, li presènti moun bïé, si met' à lou
leji, mai avan qu'aguesse fini, arrib' uno lisquet’ e poulido dameiseleto, que li demando tambèn
uno letro, e lou coumis n'in douno v-uno talamen longo, larg' e espesso que pesav' ooumen uno
liouro, e li di: Deux sous.
La dameisèlo, la prèn, la pago, e la met' à dessu d'un pichoun panièiré qu'aviè de pass' aou bras.
E lei vaqui de si metr' à bavarda, bavarda, emai de bavarda.
E iou èri planta coum' un vièi santi-bèfi,
En esperan qu'aqueou moussu sarcèli,
Fouguesse fatiga.
D'à la fïeto
Tan poulideto
Li faire leis uei de ga.
A la fin, pàrli: Alor pèr si desbarrassa de iou, lou coumis mi doun' uno letro, mai tan pichonno!
tan pichouno! que pesavo pa mai qu'uno plumo de cardarino, e me di:
Voilà, c'est z-un franc.
E coumo vigué que coumpreniou pa, ajusté:
— Z-un franc, c'est vingt sou, z-imbécile!
E dòuni vin soou d'uno letro, qu'aou respè d'aquelo de dous soou, de la dameisèlo, valiè pa 'n
deniè.
Mai mè pènsi: Ah! bougre, m'as di zimbécile! voou ti va faire vèire!
E toujou eme sa dameiseleto, lou coumis, vague de jabouta, jabouta, e à iou,
De li pa ma, fair' atencièn,
Que s'aviou canta la passièn.
Mai iou, qu'aviou toujou su la gargamèlo, lou mo z-imbecilo, m'avànci de garapachoun e puèi,
adré coum' un Martegaou pàssi la man dintre lou panié, l'escamòti la grosso lettro, e à sa plaço li
leîssi la pichouno,
Aro, siou segu que, viadàse!
Mi diré plu: — Lou gro gournaou;
Qu'aou luègo de me dirè: Oh! gro jijè! gros ase!
Dirè: — Pèr èstre fin, l'a rèn ei Martegaou.
LOU MOUAR.
Un peisan qu'acanavo d’amendo toumbé de l'aoubre, si cresèn mouar, coumo taou degué plu
boulega.
Taou que s'avièn coupa la couard’ à n-un pendu
Soun cadabr' es aqui su la tèrr' estendu
Coum' uno pourrido carcasso
Vo, coum' un vièi paqué d'estrasso
Vo, miès, coumo un pouar à l'engrai
Vo coum' aou mes d'avous can fa bèn caou, un ai.
Lou mourr’ escourtega par caouqueis brou de tousco,
Cafi dè gro tavan, de mouissalo, e de mousco.
A l'ouro doou gousta lei aoutrei peisan vesèn que mancavo, s'avisèroun que l’èro pa.
Alor lou cèrquéroun de partou e lon troubéroun mount èro, coumo' ai di estendu sou soou.
— Eh! bèn que fas aqui Jan-Pièrre?
Touteis énsèn venèn ti quèrre.
Pèr veni 'me de pan manja caouqueî rèifouar.
— Oh! meis ami! lèissà-mi 'sta, siou mouar.
E leis ami qu'èroun aoussi de Martegaou, si metéroun à lou plagne, en dian:
Paoure Jan-Pièrre!!! pa men poudèn pa lou leissa 'ici, puèisqu'es mouar poou pa camina.
Si fabriquèn un eissivièro;
Puèi coumo s'anavian vèndr' un as' à la fièro,
Tou d'un aren;
A soun oustaou lou pourtarèn.
Tan lèou decida tan lèou la man à l'abro, fan un'eissivièr' eme de branco d'aoubre, li mètoun lou
mouar dessu, puèi, lou tou su lei espalo de catre, e pàrtoun, can à cèn pas d'aqui, lou camin si
partaj' en dous, e lei pourtaire de dire:
Ah! diable! de que caire prendre?
Alors lou mouar si dreissan su ce que leis aoutre s'assètoun, digué:
Din lou tèn qu'èri 'ncar' en vido;
Can revenîou de la bastido,
Preniou d'aqueou caire d’aqui:
Mai aro que siou mouar prenè qu'àgui rèn di.
E lei pourtaire prenguéroun la drecho, parço qu’èro lou pu lon, can sièguéroun arriba, la fremo
doou mouar li digué:
Lou vesin Brancai, m'a déjà 'du la marrido nouvèlo, mai l'ai pa cresudo.
E s adrèissan aou cadabre, li bramo din l'oourïo:
— Digo, es-ti bèn verai Jan-Pièrre, que siès mouar?
Qu'à ti revèire viou dévi pèrdre l'espouar?
— Oh! si qu'es bèn verai ma bouèno Margarido.
— Alors si siès bèn mouar as cessa d'èstr'en vido?
Aprè'n' assugurènço parièro, l'agué plu à nen douta, Jan-Pièrre èro mouart e bèn mouar. Sa fremo,
seis ami, passéroun tou lou rèsto doou jou et touto la nuè seguènt' en prièro, e lou lendeman
matin.
Lou lendeman matin (oh tèrrible mistèri)!
Tou lou Martegu' entiè dins un gran trebourèri
Suivi de moussu lou cura.
Lou pourtéroun aou çamentèri
E lou couyoun si leissé 'ntarra.
LOU MARTEGAOU
QU'ESCRIOU A-N-UN DE SEI DOUEI FIOU
PER SAOUPRE S'ES EOU
VO SOUN FRERO QU'ES MOUAR.
Un d'aquelei peïsan meinajiè que soun à soun aisè, mai qu'aviè la maladiè dei peïsan de toutei lei
peïs, qu'es de vougué faire de seis enfan caoucarrèn de mai qu'elei, mandé sei dous garçoun à
l'escole d'à-Z-ai.
Manda ' l'escol' un enfan doou Martegue
E vougué fa de pan blan 'me de segue.
A caouque tèn d'aqui, de pescadou, que toutei lei semano anàvoun vèndre soun pèi en aquelo
vilo, e que' par asar manjàvoun à la mem' ooubèrjo mounte lei dous frèro loujàvoun; venguéroun
dir' aou pèro qu'un de sei douèi fiou èro mouar, mai sachéroun pa li dire lou quaou.
E lou pèro qu'aviè 'nvejo de ploura si ravisé 'n dian:
Ploura vuèi, noun, acô poou panca 'na.
Car se plagniou lou jouèin' e puèi que mi troumpéssi,
Foudriè mai que recoumencéssi.
S'aqueou qu'es mouar èro l'eina.
E pèr pa 'str' ooublija do ploura dous coou, nouèste Martegaou s'en va prega la pu savènto
cabesso doou peïs de l’i fair' uno letro pèr soun fiou cadé, aquelo bèlo letro la vaqui din soun
ontiè.
Moun chièr flou, lou cadé.
Ai sachu qu'un deis dous de toun frèr' ou de tu
L'a caouquei jou qu'èro foutu.
Adoun pèr metre fin ei souci de toun pèro
Escriou-mi lèou s'es tu que siès mouar, vo toun frèro.
Vaqui la responso.
Moun bouèn pèro.
Saourè que de vouéstei dous flou
Lou mouar es jus' aqueou qu'a cessa d'èstre viou.
E qu' an aclapa din la tèrro.
De poon de v'atrista vou diou pa qu'ès moun frèro.
Vou diou soulamen qu'es pa iou.
UN PRESEN AOU SIGNOUR
PREMIERO JOURNADO.
Lou Signour doou Martegue, veniè d'arriba de Vèrsayo, mount 'èr ana pèr coumplimenta lou gran
réi Loui XIV, su sei vitouar' en Alemagno, e aoutrei luè.
A-n-un Signour que vèn de parla' ou rèi, si poou que l'ooufri 'n presèn digne d'eou, coumo digne
d'aquelei quo li lou presèntoun.
Pèr un acte tan memourable,
Que poudiè si dir' ur dei greou;
Lou peïs counvouqué toutei lei pu capable,
Pèr li demanda sei counseou.
En aqueou counseou se li rendéroun.
1° Toutei leis aoutourita municipalo, que counsistàvoun à moussu lou Mèro, sei dous ajouin e lou
gàrdi champèstre.
2° Leis aoutourita de la parrouasso, qu'es à dire, moussu lou Cura, lei Marguïè, e lou Sounaire, o
de mai caouquei gouàpou doou peïs, puèi, un deis abitan que soun ran inferiou escartavo de
l'ounour de faire partido d'aquelo bèl' assemblado, mai que soun talèn de bèou parlaire, li fagué
admetre. Vouèli dire.... lou Barbiè.
Jamai siègue lei pèr, siègue lei deputa
Tan savènmen an discuta.
Ni tan fouar si soun disputa,
Pèr à soun Signour rèndr' aoumàji
Cu voueliè li pourta 'n jamboun
Cu voueliè li pourta d'èrbàji
Cu voueliè pourla 'n-abiàji
Cu voueliè pourta de pèissoun
Partou, l'aviè de vouèi, de si, de mai, de noun.
Puèi venguéroun lei coou de poun.
Can l'agué pa maou de nas escagassa, de gaougno chavirado, e de marco de pouncho de gro
souliè à l'endré mounte l'on s'assèto; l'ôme de pas, moussu lou Cura fagué 'ntèndre aquelei mo.
Meis enfan pèr l'amour de Diou!
Escoutà doun ce que vou diou!
Es pa 'n vou basselan pièji que de manobro,
Que si vèn à bou de seis obro.
Jèsu din sa bounta rèn d'intre moun çarvèou,
De li fair' espeli caoucarrèn de nouvèou,
Que de segu trouvarè bèou.
L'a la vaco de, Madaleno,
Qu'à davan-z-ièr èr' enca pleno
E que ièr à fa soun vedèou.
Proupósi doun de metre tan cadun pèr croumpa 'queou vedèou e que devèngue lou presèn qu'avèn
à faire.
Lei mo, metre tan cadun, féroun faire la min' en fouèsso, e de mai moussu lou Mèro, qu'èro jalous
de la popularita de moussu lou cura, e pa facha de trouba 'n'ooucasièn de l'ana contro, coumbaté
tan que pousqué lou proujè doou vedèou, e anavo reùssî de lou faire esquïa, can, lou Barbiè, bèou
parlaire, fague'n tan bèou discour que noun sulamen radugué tout lou mound'aou prouje de
moussu lou Cura, mai que fagué deslia lei courreyoun dei bousso lei pu sarrado.
E moussu lou Mèro
Bouèn-gra,
Maougra,
Es ooublija
De faire coumo se rèn n'ero.
D'avala sa coulèro
E suivre la majourita.
Lou vèdeou es croumpa, paga, la presentacièn doou magnìfique presèn es decidado pèr lou
lendeman matin. E de mai que pèr l'ooufri aou Signour, moussu lou Mèro pourtariè la paraoul' en
parlan en francés.
Mai, ami lectour, coumo v'a sabè, can n'a que rièn, n'a que ploùroun, lou bouènur es toujou
mescla de caouco peno, e troou souven leis embiciou soun ooublija de paga de sa tranquilita leis
ouuour qu'an recèrca. Es ce qu'arrib' en aquestou moumen à moussu lou Mèro. Pèr coumprendre
soun gran amarun, escouten-lou si parla.
Lou diable siègue doou Cura;
Que d'intre sa cabess' es ana li cura
Tou jus ce qu'en francés sàbi pa coumo dire.
De iou, mousso lou Mèro: oh! l’aouriè de que rire
Si la lingo francés' anavi chavira.
Malur! car moun renoun nen seriè mascara.
Enfin, viguen, e sènso va démanda, tachen de devina coumo lou mo prouvençaou, Vedèou, si dis
en francés. Videau? Vedeau? Bédeau? Ah! li siou. A-n-un buou, se li di un Buf. Doun tou coum'
à-n' un pichoun ôme, si li dis un ômené, à-n-un pichoun enfan, un enfantouné. A-n-un pichoun
Buf, déou si li dire: un Bufé. Oui, poou n'èstre qu'ensin, un Bufé. E de satisfacièn en si caressan
lou me
Marius FERAUD

:: LES POÈMES ::

A Ounour à la Fino e à Cesar. (Pierre Dominique Testa lou 12 de nouvembre 2007.)
A Fine Gabriel, appelé Fine César … (Pierre dominique Testa, le 12.11.1989)
A vous ma Fine César (Pierre DominiqueTesta, le 17.6.1991.)
A BAGATOUNI ! : LOU BAL (Valèri Bernard)
A Dominique mon épouse bien-aimée. (Pierre Dominique Testa, le 27.12.1988.)
À douze ans - À douge an (Pierre (Pèire) VIRION - mai 2009)
À Flassans (Pierre VIRION (janvier 2009))
A Grégoire VII. (Pierre DominiqueTesta, le 4 mai 1985 .)
A la bello Bouscarlo, Christine Le Merò d’Alau (Pierre DominiqueTesta lou 4.5.1986 .)
a l'ostau de la vielha (Joan Glaudi Puech)
A Madame Elise Achard, née Reynaud en 1899, à Aspremont, qui vécut à St Pierre d'Argençon où toute sa vie, elle garda ses moutons. (Pierre Dominique Testa, le 18.4.1986.)
A Marie Castelin, née à Allauch en 1892, l'amie et voisine de Marie Ferraud de la rue Lisette . (Pierre Dominique Testa, le 18.1.1986)
A Marie-Jeanne Limousin, née Michel en Mai 1910 à Allauch, dit " la Fiòli ". (Pierre Dominique Testa, le 15.2.1986 .)
A mon neveu Christophe Dupaigne (Pierre DominiqueTesta, le 15.6.1986.)
A Segne Gàrdy, nouest' amable proufessour de literaturo. (Pierre Dominique Testa emé Rita Mazaudier e Lilian Olivier de Rouërgue.)
A Segne GARDY, proufessour d'Occitan à la facurta de letro Paul Valery de Mountpelié. (Pierre Dominique Testa, le 16 12 2005 à Mountpelié, entàntou lou cous de literaturo óucitano de Moussu Segne Gardy, sus l'obro d'Augié Gaillard de Rabastèns au tèms de la refouarmo, que Lilian Olivier de Roudes en Rouergue mi pourgè soun vièi libre pèr )
a toi ma mère (Patrick coquillat)
A touèi leis ensignaire oucitan de Mountpelié (Pierre Dominique Testa, lou 8 de setèmbre de 2003 .)
Aà Mon grand-père, Francis Eymery, né en 1907. (Pierre DominiqueTesta, le 29 11 1986 )
Acènt dóu Miejour (Pierre Dominique Testa, lou 13 de jun 2013.)
Adelimen. (Pierre Dominique Testa lou 6 9 2005 8H.)
AGRIOTAS E POUMETAS (Jousè TELLIER)
Alino Bernardac. (Pierre Dominique Testa, lou 17 febrié 2010, en gramacimen dei vut de Carèmo d’Alino Bernadac.)
Amelié (Pierre Dominique Testa lou 3 de Febrié 2008. )
Amitié ? (Pierre Dominique Testa. Ce Soir 11.11 2007, pour Pauline et Cathy de St Victor. )
Amour emmène-moi ... (Pierre Dominique Testa le 19.9.1985)
Angoisse d'un soir . (Pierre DominiqueTesta le 28 mars 1985 .)
Anniversaire de ma mère. (Pierre Dominique Testa, le 9 juillet 2010 pour les 80 de ma mère, née en 1930. )
Anniversàri dei trent'an de Lilian Olivier de La Bastide en Rouërgue. (Pierre Dominique Testa, lou 4.7.2008)
au cafè de Carmen (puech jean claude)
Au vielh castèu (Joan Glaudi Puech de Ménerbes.)
Aubèta (joan claudi Puech)
aucèu dins lou cèu. (Pierre Dominique Testa le 16 12 2006 à Barbaraou . )
Aurélie Soldaïni, bon anniversaire pour tes 30 ans. (Pierre Dominique Testa, pour les 30 ans de ma nièce Aurélie Soldaïni, le 19 décembre 2010.)
Aurelìo G. dou Plan de Cuco. (Pierre Dominique Testa le 10.11.2007 )
Avé Maria (Pierre Dominique Testa, le 11.9.1989.)
Avé Maria, Avé Maria .... (Pierre Dominique Testa le 31 Juillet 2006 .)
Bèla amiga (Joan Glaudi Puech)
Bèu tems. (Pierre Dominique Testa, lou 1 4 2015.)
Bonjour en touti ( La pastresso espeiandrado ) (Frédéric Mistral, le 2 janvier 1851. ( avant la mise en place de la graphie « mistralienne » ))
Boueno annado 2011. (Pierre Dominique Testa lou 1.1.2011.)
Bouen' annado 2009. (Pierre Dominique Testa, lou 31.12.2008. )
Bouen' annado 2012, Maryse Garcian d'Allauch. (Pierre dominique Testa, lou 10 de janvié 2012. )
Bouen' annado 2014. (Pierre Dominique Testa, lou 1 janvier 2014.)
Boues dins Garlaban. (Pierre Dominique Testa, lou 11.10.2008.)
Bourroulo de Curat ! (Pierre Dominique Testa, lou 2.1.2012.)
Brago... (Pierre Dominique Testa, lou 23 de setèmbre 2015)
Brise d'Amour. (Pierre Dominique Testa le 7.7.2010. Brise d’amour. )
Camille. (Pierre Dominique Testa, Lundi 19 1 2004, 11 heures .)
Candelouso à St Vitour. (Pierre Dominique Testa, lou 12 1 2008.)
Canta.... (Pierre Dominique Testa, lou 3 de janvié 2017.)
Cap d'an 2014... (Pierre Dominique Testa, lou 30.12.2014.)
Carce. (Pierre Dominique Testa, le 27.1.2009. )
Carriera Arnaud Danièu. (Joan-Glaudi Puech de Menerbes. )
CHICHOIS .... N° 1 ..... (G. Benedit ... 1855 ... )
Chichois ( en entier ) vers en provençal marseillais.1879. (Bénédit Gustave. )
Cigalo. (Pierre Dominique Testa, lou 30 de jun 2010. )
Cigalo... (Pierre Dominique Testa, lou 3 aout 2015.)
Climatico ! (Pierre Dominique Testa, lou 5 de janvié 2015. )
Comte d'à rebous. (Pierre Dominique Testa, lou 13 d’avoust 2008.)
Còrsou. (Pierre Dominique Testa, le 9.4.2008.)
Couers e couar... (Pierre Dominique Testa, lou 9.9.2017)
Coulòqui Max Rouquette d'abriéu à Mountpelié. (Pierre Dominique Testa., lou 4.4.2008.)
Coumboscuro deis Arneodo. (Pierre Dominique Testa lou 31.1.1993 .)
Coumo la fum (Martine Gonfalone, 5/12/2007.)
Couralo Sant Sebastian d'Alau. (Pierre Dominique Testa, lou 3.1.2009. )
Crimis Propre Ficcion ... ( p 83 ) (Florian Vernet, Crimis Propre Ficcion, IEO 2001. )
Dai... (Pierre Dominique Testa, lou 22 de mai 2015.)
Dangié dangié ... (Pierre Dominique Testa, lou 18.10.2009. )
Daréire l'ourisount (Péire Roux de Santo Lucìo de Coumboscuro, dins vau Grana, valado prouvençalo d'Itàli. ( Aquesto pouesié fuguè facho pèr un escoulan de la pichoto escolo de mountagno pèr un drole dóu vilajoun entre leis annado 2000 e 2004, recampa dins uno antoulougio es)
Darrièro nuech. (Pierre Dominique Testa, lou 14 de mai 0h10. )
De Lorraine à Provence (Pierre VIRION (janvier 2009))
Dèco d'amour. (Pierre Dominique Testa, lou 22 9 2009.)
Dedicàci de « Fino e Cesar », A Dono Rousèto Bileras, (Pierre Dominique Testa, 25.3.2012. )
Degai. (Pierre Dominique Testa, lou 25.1.2009.)
Délire d'un soir, à Valérie, de St Pierre d'Argençon (Pierre Dominique Testa, le 29.7.1988.)
Demòni... (Pierre Dominique Testa, lou jour de Pasco 31.3.2013. « Diabolicus…. »)
Départ de Marie-louise Michel, née à Allauch en 1920. (Pierre Dominique Testa, le 10.8.2008.)
Depremido. (Pierre Dominique Testa, lou 25.10.2010.)
Dernier voyage de Thibault et d'Eliot. (Pierre Dominique Testa. Le 8.11.2009. A mes cousins, les jumeaux Thibault et Eliot Guimbergue-Bagard de Clermont-Ferrand, partis trop tôt pour le Ciel le 4 juillet 2009.)
Désiré SUOU de Villecroso dins Var. (Pierre Dominique Testa, lou 13.10.2009.)
Despartido d’Óulivié Billet. (Pierre Dominique Testa, lou 8 de desembre 2014.)
Diéu. (texte de Frère Danick Labinal, franciscain à Brives, traduit par Pierre Dominique Testa, le 29 mars 2012. )
Dins quàuquei jour... (Pierre Dominique Testa, lou 13 d’avoust 2008.)
Divino Pouesié. (Pierre Dominique Testa, lou 22.10.2010. A Jean Claude Foret, autour oucitan e proufessour de literaturo à la facurta Paul Valery de Mountpelié. )
Dono Gorlié de Castèu-goumbert. (Pierre Dominique Testa, lou 6 novembre 2013. A Dono Gorlier, lachièro à Castèu-goumbert.)
Dos ivers. (Poésie envoyée par : mo@, le 6.12.2007. )
Dùbi... (Pierre Dominique Testa, lou 28 d'abriéu 2015 .)
Eiguiero : à n'uno chatouno d'Eiguiero en guierdoun de soun retra (Baroun Guillibert, lou chapòli di poutoun, dins la revisto " escolo de lar " du 21 décembre 1902)
Ela (Joan-Glaudi Puech, pouèto de Menerbes.)
En Chino 1 (Pierre Dominique Testa, lou 12 de setèmbre 2013.)
En Chino 10 ... (Pierre Dominique Testa, lou 15 juillet 2017.)
En Chino 2 (Pierre Dominique Testa, lou 14 11 2015)
En Chino 3.... (Pierre Dominique Testa, lou 20.12.2015.)
En Chino 4. (Pierre Dominique Testa)
En Chino 5. (Pierre Dominique Testa; lou 8 de jun 2016.)
En Chino 6 (Pierre Dominique Testa, lou 20 d’Outobre 2016.)
En Chino 7. (Pierre Dominique Testa, lou 7 de janvié 2017)
En Chino 8. (Pierre Dominique Testa, lou 4 de febrié 2017.)
En Chino 9 (Pierre Dominique Testa, lou 9 abriéu 2017)
Enchâtrat. (Pierre Dominique Testa lou Dimènche 27 d'Avoust 2006)
Esperanço de Printems. (Pierre Dominique Testa, lou 5.4.2008.)
Espèro de printèms. (Pierre Dominique Testa, lou 17 de mai 2010. )
Espèro d’amour. (Pierre Dominique Testa, lou 13.3.2010.)
F.rançois de Montsabert : départ (Pierre DominiqueTesta, le 22.11.1990.)
Fabienne Girard de St Pierre d'Argençon. (Pierre Dominique Testa, le 27.12.2007 )
Fai de nèu (Joan Glaudi Puech)
Felibre faus (Pierre Dominique Testa, lou 9.2.2008)
Fèsto de la Musico 2010 pèr la Glèiso d'Alau. (Pierre Dominique Testa, lou 8 de mai 2010. )
Fête des mères (Pierre DominiqueTesta le 3 Juin 1993.)
Fifi et Belé, Rose et Antoinette Mouren, nées en 1893 et 1888, à Marseille sur la Corniche. (Pierre Dominique Testa le 24.12.1987.)
Fin de mai 2011. (Pierre Dominique Testa, lou 30 mai 2011.)
Finimound à ma Fiholo Louise Longeon d'Eyguières. (Pierre Dominique Testa, le 23.12.2007.)
Fragileta (Martine Gonfalone)
Franciscan. (Pierre Dominique Testa, lou 20.9.2008)
Freduro (Pierre Dominique Testa lou 21 de febrié 2015.)
Frumo.... (Pierre Dominique Testa, lou 1 de setèmbre 2012. )
Garlaban... (Pierre Dominique Testa, lou 26 d’abriéu 2015.)
Gast ! (Pierre Dominique Testa, lou 16 de Julié 2014. )
Gèu dins Garlaban. (Pierre Dominique Testa, lou 19 desembre 2009, que defouero faguè -7° dins Garlaban. )
Gramaci à l'istourian Reinié Merle. (Pierre Dominique Testa, lou 9.2.2010 A l’istourian Segne Reinié Merle que mi mandè sèis astruch pèr lou trabai de ma tèsi de lengo d’O, que soustenguèri lou 11 desèmbre 2009 à la facurta Paul Valery de Mountpelié sus Désiré Suou de Villecroze dins Var.)
Groussié, groussié ..... (Pierre Dominique Testa, lou 29 mai 2013.)
Homélie en vers du P.Mauvaisin. ( Marseille St Valentin 2011 ) (Père Rémy de Mauvaisin+)
Hommage à René Roig, un ami disparu en avril 2003. (Yves La Macchia)
Hugues Madesclaire : Adiéu . (Pierre Dominique Testa, lou 24.4.2010. En memòri de Hugues Madesclaire trouba lou 21.4.2010 escoutela au siéu dins la clastro de Santo Margarido, parròqui de Marsiho. )
Hymne d'Amour (Pierre Dominique Testa le 5.3.1996 retour de St Véran. )
I a pron (Auban BERTERO)
Incèns... (Pierre Dominique Testa, lou 16 de mai 2015.)
Istòri marsihès ( CIEL d'Oc ) (autour descounoueissu)
Iver 2010. (Pierre Dominique Testa, lou 20.3.2010. )
Jacky Ilouze. (Pierre Dominique Testa, le 15.11.1987)
Jaque Figon (Pierre Dominique Testa le 7.8.1984)
Jaque Miranne E Nanci (Pierre Dominique Testa, le 15.12.1985)
Jas (Pierre Dominique Testa, lou 31.1.2008.)
Jauffre (Puech Joan Glaudi)
Jauffre (Joan-Glaudi Puech de Menerbes. )
Je t'aime. (Pierre Dominique Testa, pour mon amour le 6.10.2009.)
Jeanne Négrel d'Allauch : ' iaià ". (Pierre Dominique Testa, le 9 Mai 2008.)
Jubilé de Monsieur Louis Ardisonne. (Pierre DominiqueTesta, le 4.5.1991.)
Julié matinié... (PierreDominique Testa, lou 6 juillet 2010. )
J'étais un vieux célibataire (Pierre VIRION (décembre 2008))
KTO d'Allauch ! (Pierre Dominique Testa, lou 13.12.2010. A mèis ami KTO qu’an fougna la Messo de Miejo-nue.)
La band' à Sant Ro. (Pierre Dominique Testa, lou 30.10.2010. A Antoine.)
LA BORGARIÁ (Henri VALEZ)
LA BOURGARIE (Henri VALEZ)
La Cabano. (Pierre Dominique Testa, lou 23.8.2014. )
La Cigalo e la Fournigo. ( archiéu CIEL d'Oc. ) (Marius Bourrelly, à Marseille 1872 chez Gueidon. )
La coumunioun di Sant (Frédéric Mistral, Arles Abriéu 1858 )
La daoio. (Pierre Dominique Testa, lou 20 de setèmbre 2009.)
La dicha de la figuiera. ( N°20 ) (Philippe Gardy, 2002 Trabucaire. )
la fac de letro de Mountpelié (Pierre Dominique Testa lou 20 d'Avoust 2005)
LA FOURNIGO ET LOU GRIET (Marius Decard. )
La fre 2012. (Pierre Dominique Testa, lou 13 de febrié 2012. Uno fre de loup -10 !)
la lèbre d'argent (joan claudi puech)
La Mère Sartòri, dit Magali. (Pierre Dominique Testa, le 4.7.1989,)
La Mort de Tante Augusta. (Pierre Dominique Testa, le 17.1.1987)
La nuèch ( pouesié deis escoulan deis escolo de Coumboscuro ... ) (Liliano Menardo de l'escolo de Coumboscuro en Itàli prouvençalo de la val Grana.)
La pèira d'asard (Jean-Claude Forêt 1990. )
La regènto de moun cor (Massilia Sound System)
La Rèino Sabo. rouman. ( Archiéu CIEL d'Oc ) (Jóusè BOURRILLY)
LA REVOUIRO DE LA JUSTICI (MARIUS DECARD 1875 ( lengo d'O de Marsiho, grafìo founetico. ))
La SCIATIQUE (Henri VALEZ )
La source de l'Amitié (25.01.2008) ; en réponse, par courriel, à l'éloge d'un ami sur l'hospitalité de votre humble rimeur... (Yves La Macchia)
La Terra deis autres (Claude Barsotti. )
La Vièio… (Pierre Dominique Testa, lou 20.1.2011. )
Languitudo de la fac de Mountpelié (Pierre Dominique Testa, lou 4 de julié 2010. A touei leis estudaire de la fac de Mountpelié qu’an chausi la lengo d’Oc pèr sèis estùdi en 2010. )
Le berger. (Pierre Dominique Testa, pour Pierre B le 3 1 2005 )
Le dernier Poilu (Pierre VIRION)
Le jour de la communion d'Aurélie, ma nièce. (Pierre Dominique Testa, le 22.9.1990,)
Le Matin (Henri VALEZ)
LE PEINTRE (Henri Valez )
Le Temps du Bonheur (Yves La Macchia)
Le vieux Massot. de St Pierre d'Argençon en 05, né en 1889. (Pierre DominiqueTesta, le 12.7.1987.)
Légende de Saint Christophe. (Pierre Dominique Testa de St Victor, le 1.3.2008, sous la statue de St Christophe dans l’église de la Palud à Marseille.)
Lei 4 Sant de glaço de Prouvenço. (Pierre Dominique Testa lou 21.1.2011.)
Lei beatitudo segound Sant Matiéu Cap 8. (Pierre Dominique Testa, lou 8 aout 2016 à la demande du Vicaire Général le révérend Père Pierre Brunet.)
Lei Capelan. (Pierre Dominique Testa, lou 11.2.2010. En oumenàgi à touei lei Capelan que m’an abari.)
LÈI DOUEI GOURNAOUX (J.H.D de Marseille. 1844.)
Lei faus bourgès. (Pierre Dominique Testa, lou 27 desembre 2013.)
Lei Garcin de St pierre d'Argençoun (Pierre Dominique Testa , lou 22.112007)
Lei mot groussié !!! (Pierre Dominique Testa, lou 30.5.2013.)
Lei mouart. (Pierre Dominique Testa, lou 2 de nouvèmbre 2014.)
Lei Pèro de Timon-David. (Pierre Dominique Testa, lou 16.3.2010. )
lei pichots conius gris (joan glaudi puech)
LEI PLAINTO DE MISE MARIO ( archiéu CIEL d'Oc ) (BACIGALUPO J. A. Marseille – 1855 Typographie et Lithographie Arnaud et )
Lei " Pelerin d'Oc " de Mountpelié (Pierre DominiqueTesta lou Dissate 30 12 2006, adematin 7H30 à Barbaraou, que Jerèmio Bucchièri e Matiéu touei dous de Mountpelié, escoulaire à "Paul Valery", mi venguèron vèire pèr vesita Marsiho . )
Leis oousseous sount de besti !… ( archiéu CIEL D'Oc ) (ALFRED CHAILAN. ( lengo d'O maritimo de Marsiho ))
leis uelhs verds (joan glaudi puech)
Lengo e tripaio (Pierre Dominique Testa, lou 22.9.2008.)
Léonie Monge, née en 1881 à Allauch , qui me parlait patois. Pour Rosette Monge, sa belle-fille.. (Pierre Dominique Testa le 9 Mai 1986,)
LES GARRABIERS EN FLORS ( archiéu CIEL D'Oc ) (Laurent RUFFIE)
Lettre de Martine Gonfalone à « lexiqueprovencal.com » (Martine Gonfalone de Barjols en 83 et Patrick Simon de Montréal. )
Li Saladello. ( archiéu CIEL d'Oc ) (Mèste Eisseto ( né en 1831 à Manduel ). )
Lilian Olivié bouen anniversàri. (Pierre Dominique Testa, lou 13 juillet 2008. En recouard di douei jour de l’anniversàri de Lilian Olivier de Teulière en Rouërgue, amèu de la Bastido pròchi Vilofranco.)
Lingo de Barrouiho ( pèço de tiatre ) (Pila Louis, Marseille 1911. )
LO PENHEIRE (Henri Valez)
Lo lume (Joan-Glaudi Puech. )
Lo slam dau Mossur de Morela (joan claudi Puech)
Lou Calen, Touloun 1908. ( lengo d'O vareso ) (Pèire FONTAN)
Lou darrié pelous (Pèire VIRION)
Lou paisan au tiatre. (Fortuné CHAILAN ( Lengo d'O de Marsiho ))
Lou Pastre. (Pierre Dominique Testa lou 24 de decèmbre 2004 , pour Pierre B .)
Lou Rabayaire de Martegalado ( Occitan maritime de Marseille ) (Marius FERAUD )
Lou Sermou dal curat de Cucugna ( archiéu CIEL d'OC ) (ACHILLE MIR ( Lengo d'O de Carcassouno ) )
Loueiso Lonjon... (Pierre Dominique Testa, lou 9 juillet 2016. Pèr ma fiholo, Loueiso Lonjon d’Eyguières, Priéuresso de nouesto Rèino d’Arle.)
Louis Ardisonne. (Pierre Dominique Testa le 22 avril 1994 .)
Louise Lonjon d'Eyguières. (Pierre Dominique Testa, lou 4 de janvié 2009. A ma fiholo Louise Lonjon d’Eyguières. )
Louise Michel de Tite-tite. (Pierre Dominique Testa, St Rock lou 26 de Setèmbre de 2003 )
Lous Cants de l'Aubo (ARNAVIELLE Albert - )
Lune triste. (Pierre Dominique Testa, le 13.9 .2008.)
Luno. (Pierre Dominique Testa, lou 30 d’avoust 2016.)
L'Abat Marcel Petit de Rafèlo lès-Arles. (Pierre Dominique Testa lou 4 d'Avoust 2005 )
L'amandier . (Pierre Dominique Testa, le 26.2.1992.)
L'ami. (Pierre Dominique Testa, lou 28.4.2009.)
L'ATLANTIDO DE MOSSEN JACINTO VERDAGUER ( REVIRADO EN PROUVENÇAU PER JAN MONNE Majourau dóu Felibrige, Chivalié de l’Ordre Reiau de la Courouno-de-Roumanìo 1888) (Verdaguer. )
l'aucèu lou gaudre e leis estello. (Pierre Dominique Testa lou 11 de Setèmbre de 2003)
L'autbois (joan Glaudi Puech)
L'autbois (seguida) (joan Glaudi Puech)
l'enfant do païs (albert tosan)
L'èstre e l'avé ! (Pierre Dominique Testa, lou 30 janvier 2013, pour l’anniversaire de mon épouse.)
L'Issole en colère (L'Issolo en coulèro) (Pierre (Pèire) VIRION)
L'Or di Cevèno : Cant II Magalouno. (Leoun Teissier. )
L'usino. (Pierre Dominique Testa lou 13.5.2009, le beau jour de ND de Fatima. )
L’abet . (Prosper Estieu, recueil « Las Oras Cantairas », 1931 chez Privat-Didier, Ecrit en graphie classique, dite graphie normalisée, ou graphie occitane.)
L’ase Bortomieu (Joan-Glaudi Puech de Ménerbes.)
L’aveni dóu Moulin d'Auguste Chauvet de Comps sur Artuby (Josette Chauvet du Moulin de Comps sur Artuby. Draguignan pour la chandeleur )
L’estraç ( un troues dou libre ...) (Claudi Barsòtti, ( p 192 IEO 2002 ))
Ma grand. (Pierre Dominique Testa, lou 2 de nouvèmbre 2014.)
Madalèno de Sant Vitour. (Pierre Dominique Testa, lou 29 de nouvèmbre 2007.)
Mai Mounte vas ? (Pierre Dominique Testa lou 1.9.2008.)
Majourau. (Pierre Dominique Testa lou 18.2.2008.)
Mar. (Joan-Glaudi Puech de Ménerbes.)
Marcel Cazeau de Mouriés, lou baile pastre deis Aupiho. (Pierre Dominique Testa lou 26.3.2008. Pouèmo pèr Segne Marcel Cazeau de Mouriés, lou baile pastre deis Aupiho. )
Margarido 1861. (Marius TRUSSY Paris 1861: Hooumagé ei bravèi gèn de Sorgué, ma vilo natalo et sa lu ! Paris, 19 dé mars 1861.)
Marie-Jeanne Eymery a 99 ans. (Pierre Dominique Testa, le 13 juin 2010, pour les 99 ans de ma tante Marie-Jeanne Eymery, née Aillaud à Allauch en 1911, et qui a sauvé ses amis juifs, la famille Cohen, de la folie meurtrière nazie entre 1942 et 1945 en les cachant dans les combles de l’)
Marijano Fiòli d'Allauch ( 1910-2009 ) (Pierre Dominique Testa, lou 5.11.2009, lou jour de la mouart d’aquesto que m’abariguè emé tant d’amour, Marie-jeanne Limousin, nado Michel en mai 1910, que disian « Tata Fiòli ». )
Marseille (Saint Martin Clément)
Mas de la Bastido à Pichàuris (Pierre Dominique Testa, le 8 Juillet 1991.)
Mas dei Courbet, à Boulèno. (Pierre Dominique Testa, lou 29.3.2008.)
Masquèto. (Pierre Dominique Testa, lou 8.1.2011. )
Mastramale. (Joan-Glaudi Puech de Menerbes.)
Mau-couar. (Pierre Dominique Testa, le 3.9.2009.)
Mei cinquant 'an !!! (Pierre Dominique Testa lou dimar 22 de setèmbre, après la repeticien qu’avèn agu dins la Glèiso d’Alau. )
Mentino ........... Pouèmo prouvençau en douge cant, à Marsiho 1907 (Jan Monné )
Mès de Marìo, A Sebastien mon fils. (Pierre Dominique Testa, le 13.5.1987.)
Mes frères étoillés. (Pierre Dominique Testa le 14 3 2006.)
Messa en Lenga d’Òc 1972 ( grafia classica ) (L'Eglise)
Messe de Minuit 1985 à Allauch. (Pierre Dominique Testa, le 23.12.1985. )
Messo de Miejo-nuech 2008 à Allauch. (Pierre Dominique Testa, lou 23 de desembre 2008. )
Mèstre de la Naturo. (PierreDominique Testa, lou 6 juillet 2010. )
Migraire...d'Eritrio... (Pierre Dominique Testa, lou 14.6 2015.)
Migrant. (Pierre Dominique Testa, lou 4 de novembre 2016.)
Minoutòri.... (Pierre Dominique Testa, lou 4 de desembre 2015. )
Misèri (Pierre Dominique Testa, lou Dimenche 27.1.2008.)
MISSAU E RITUAU EN LENGO NOSTRO (L'Eglise)
Mon épouse bien-aimée. (Pierre Dominique Testa, le 27.12.1988.)
Mouart. (Pierre Dominique Testa, lou 20 de janvié 2009.)
Mouié.... (Pierre Dominique Testa, lou 5 d’avoust 2015.)
Moun amigo la Mouart. (Pierre Dominique Testa, lou 11.9.2010. )
Moun fraire Jorgi... (Pierre Dominique Testa, lou 29 de desembre 2016 )
Mounastèri... (Pierre Dominique Testa, lou 13 de juin 2015.)
Muertre d'enfant eis Americo. (Pierre Dominique Testa, lou 16.12.2012, après lou fusihamen bestiassas de mai de 20 enfantoun e de sèis istitutour en Americo. )
ND du Castèu, d'Alau. (Pierre Dominique Testa, à moun frère George Testa, lou 7.9.2008)
Nèblo (Martino Gonfalone, lou 8 de decèmbre 2007)
Neissènço de moun fiéu. (Pierre Dominique Testa, lou 1 de Jun 2011, Neissènço de moun fiéu Sébastian lou 1.6.1982. )
Nèu à Allauch dins Garlaban. (Pierre Dominique Testa, lou 9.1.2009. A Sebastien mon fils. )
Nouesto Damo dou Castèu d'Alau. (Pierre Dominique Testa, lou 10.9.2010, Preguièro à Nouesto Damo dóu Castèu d’Alau. )
Nouesto Damo dóu Rousàri (Pierre Dominique Testa, lou 15 d’avoust 2010.)
Nouvè 2009 à Alau. (Pierre Dominique Testa, lou 26.12.2009. La pluèio de brefounié calè just pèr Descento e pèr la durado de la Messo de Miejo-nuech … ! )
Nouvé 2010 à Alau. (Pierre Dominique Testa, lou 24.12. 2010.)
Nouvé 2013. (Pierre Dominique Testa, lou 11 de desembre 2013.)
Nouvè 2016 dins Alau.... (Pierre Dominique Testa, lou 24 de désembre 2016.)
Nouvé Nouvé 2007. (Pierre Dominique Testa lou 21 décembre 2007.)
O Divin Creaire (inconnu)
Obro de Batiste ARTOU (Modeste Touar) archiéu dou CIEL d’Oc – Mai 2006 (BAtisto ARTOU ( Modeste TOUAR ) )
Obro Prouvençalo de Clouvis Hugues ( 1851-1907 ) (Clouvis Hugues )
Ode à Claire (Yves La Macchia)
Odieux odieux ! (Pierre Dominique Testa le 23.9.2008.)
Odo à Mirabèu ( archiéu CIEL d'Oc ) (F. Martelly : )
Ooo Tu... (Pierre Dominique Testa, lou 19 de juin 2017. )
Ounour à la Fino e à Cesar. (Pierre Dominique Testa lou 12 de nouvembre 2007.)
Ouro...l'Ouro que tugo... (Pierre Dominique Testa, lou 25 de julié 2015.)
Ourtanso. (Pierre Dominique Testa, lou 3 de mai 2015.)
Oustau d'Alau...à Marie-thérèse Guien. (Pierre Dominique Testa, lou 11 mars 2015.)
Pantai de Coulombino (Martine Gonfalone, 26 février 2008)
Pantai.... (Pierre Dominique Testa lou 6 de febrié 2015.)
Papo Clemènt V (Clovis Hugues. )
Paradis. (Pierre Dominique Testa lou 29.12.2007. Pèr lei parrouquian de la Trinita, carrièro de la Palud à Marseille, enciano abadié dei Trinitàri. )
Pas grand Chose. (Pierre Dominique Testa, matin du 15.9.2008)
Pasco 2017.... (Pierre Dominique Testa, lou 16 d’abriéu 2017, Sant jour de PASCO.)
Pasco... (Pierre Dominique Testa, lou 5 avril 2015.)
Pastre à Barbaraou... (Pierre Dominique Testa, lou 29 11 2012.)
Pastriho à Barbaraou... (Pierre Dominique Testa, lou 11 de janvié 2014.)
Paul Caire d'Eyguièro festèjo sèi 80 an. (Pierre Dominique Testa lou 3 de julié 2010. Pèr lei 80 de Paul Caire d’Eyguièro. )
Pecaire... (Pierre Dominique Testa lou 10 de janvié 2015.)
Peço d’artifìci (Martine Gonfalone)
Pèr Alìci Zachéo (Pierre Dominique Testa le 13.5.1985)
Pèr Pèire Raimoundo d’Allauch né en 1914, qu’a mantengu 80 an de tèms la Prouvenço drecho e fiero de sa culturo e de sa lengo. (Pierre Dominique Testa, lou 15 juillet 2008. )
Philippe Martel (Pierre Dominique Testa, lou 29 de setèmbre 2016.)
Pierre Bello, troubaire marsihès 1853. (Pierre Bellot, 1853.)
Pluèio dins Garlaban. (Pierre Dominique Testa, lou 8 d’outobre 2008.)
Pluèio novo... (Pierre Dominique Testa, lou 1 avril 2017.)
Pluèio... (Pierre Dominique Testa, lou 24 jun 2015. Pèr lou jour de Sant Jan.)
Poème pour Anne-Marie Conscience Berne de Plan de Cuques. (Pierre Dominique Testa le 6.4.1990.)
Pouesié de Jousé Diouloufet 1771-1840. (Diouloufet.)
Pour ma Mère. (Pierre DominiqueTesta, le 29.5.1987)
Pour Marie-Paule, Nicolas et Aurélie, ma sœur, neveu et nièce. (Pierre Dominique Testa, le 7.12.1991.)
Pour "la quarantaine" d'une Amie (Yves La Macchia)
Preguièro à Sant Jóusé, (Pierre Dominique Testa, lou 16 avril 2017.)
Prière à Marie. (Pierre Dominique Testa, le 16.7.1991.)
Prière du matin . (Pierre Dominique Testa, Montpellier le 20 1 2004,.)
Prière du soir. (Pierre Dominique Testa le 3.3.2005)
Prière Scout - Preguiero Escout. (Chantée par le groupe Scout d’Europe de l’Abbaye de Saint Victor le 11 Novembre à 9H )
Primo... (Pierre Dominique Testa, lou 1 4 2015.)
Printemps ... A ma maire . (Pierre DominiqueTesta, le 10.3.1985.)
Printèms 2008. (Pierre Dominique Testa, lou 30.3.2008.)
Printems à Alau. (Pierre Dominique Testa, lou 5.4.2008.)
Pròche la Bocariá ( Barcelona ) (Joan-Glaudi Puech de Ménerbes.)
Protopoèmes. (Alban Bertero.)
Prouvèrbi pèr Sebastien, moun fiéu. (Pierre DOminique Testa lou 14.2.1989)
que dire des jours (gef)
Rampau 2008. (Pierre Dominique Testa, lou 25.3.2008. )
Rassa Rasseje : Aurillac 1978. (Pierre Miremont d'Aurillac. )
Retour de ski. (Pierre Dominique Testa le 8.2.2011. Retour de Ski.)
Rêve triste pour Jacky (Pierre Dominique Testa le 5.5.1988.)
Rois Mages. (Pierre Dominique Testa, le 1 décembre 2007.)
Roussignóu... (Pierre Dominique Testa, lou 10 de mai 2015. )
Route vers ND de Fatima. (Pierre Dominique Testa le .5.1994)
Sa Voix. (Pierre Dominique Testa le 24.6.1986)
Sacha Barra, neissènço d'un cousin miéu à Barjòu. (Pierre Testa, lou 25.1.2010. Pèr Sacha Barra de Barjòu, un nouvèu pichoun cepoun pèr nouesto famiho.)
Salutation au jeune poète François-Xavier Rigaud. (Pierre Dominique Testa, le 27.1.2010. François-Xavier Rigaud d'Allauch m’a offert et dédicacé son premier recueil de poésies. )
Sant Jan à Allauch... (Pierre Dominique Testa, lou bèu jour de Sant Jan 2015, 24 de jun.)
Sant Medard...e... Sant Barnabèu ! (Pierre Dominique Testa, lou 8 de jun 2015.)
Sant Pastre en français de frédéric Mistral. (Pierre DominiqueTesta le 3 Juillet 2003, Texte de F. Mistral, traduit et arrangé.)
Santo Presènci. (Pierre Dominique Testa, lou 28.9.2009.)
Sapiènci (Martine Gonfalone, 27 février 2008)
Sasons (Joan-glaudi Puech de Ménerbes. )
Sebastian e Laurie. (Pierre Dominique Testa, lou 30.12.2010. A moun fiéu Sebastian neissu en 1982, à sa nouvièto Laurie, que soun eisila pèr soun trabai dins leis uba de la Chino desempuei doues annado.)
Secaresso de 2016. (Pierre Dominique Testa, lou 3 de julié 2016.)
Secarèsso de printèms. (Pierre Dominique Testa, lou 7 mai 2011. )
Secaresso... (Pierre Dominique Testa, lou 11 d’avoust 2015. )
Segne Martel e lei Felibre. (Pierre Dominique Testa, lou 26.8.2010. En gramacimen dóu mandadis de Philippe Martel, moun direitour de tèsi, que mi pourgè soun libras sus lei Felibre en aquesto fin d’avoust 2010.)
Sentido Santo. (Pierre Dominique Testa, lou 21 de nouvèmbre 2009.)
Sìes Tu, de ROUSARI DE PASSIOUN de Coumboscuro (Sergio Arneodo, de Sancto Lucio de Coumboscuro, Itàli Prouvençalo 2000. )
Silènci... (Pierre Dominique Testa, lou 14.3.2015.)
Sivan, mèstre d'estello. (Pierre Dominnique Testa le 22.12.2007.)
Solitude à Hyères. (Pierre Dominique Testa, le 2.5.2002)
Solitude. (Pierre Dominique Teste, à Allauch le 31.7.2010. )
Soulèso pèr Candelouso. (Pierre Dominique Testa, lou 2.2.2015 jour de Candelouso.)
Soun vouiàgi. (Pierre Dominique Testa à Barbaraou lou 16 12 2006 .)
Sounado... (Pierre Dominique Testa, lou 10 d’abriéu de 2015. )
Souvenirs d'enfance (Joëlle MAILHOT)
Souvet galoi pèr Nouve 2013. (Pierre Dominique Testa, lou 24 de desembre 2013.)
St Valentin 2011-1981. (Pierre Dominique Testa, le 14.2.2011. A mon amour d’épouse pour nos 30 ans de mariage. )
Subre la mòrt de Frederic Mistral. (Prosper Estieu 1914. Recueil « Las Oras cantairas », 1931 chez Privat-Didier.)
Tambourinaire. (Pierre Dominique Testa lou 24 de Decèmbre 2005 .)
Tanto Chailano, née à Allauch en 1889. (Pierre Dominique Testa lou 16.12.2007.)
Té tu Té iéu. ( archiéu C.I.E.L. D'Oc ) (Robèrt Lafont)
Terro maire. (Martine Gonfalone, le 14.11.2007. )
Toi... (Pierre Dominique Testa le 9.9.2010.)
Tota la sabla de la mar. ( p 11 ) (Max Rouquette, Montpellier)
Tour de Franço 2015....à Gap... (Pierre Dominique Testa, lou 21 de juilié 2015. )
Tren à Sant Carle. (Pierre Dominique Testa le 1.10.2009.)
Tres aucèu. (Pierre Dominique Testa le 16 12 2006 à Barbaraou . )
TRÒCES CAUSITS (LA FARA-ALÈS ( lengo d'O dei Cevèno ) )
Un Loupin... de A.L Granier 1855. (A.L.Granier. 1855. Marseille)
Un ventàs. (Joan-Glaudi Puech de Ménerbes.)
Unique. (Pierre Dominique Testa le 9.9.2010.)
Uno flour vèn d'espeli (Pierre Dominique Testa du 1.6.1982)
Varbau. (Pierre Dominique Testa, lou 13.11.2008 en remembre d’un varbau !)
VERITABLES SOOUCISSOTS D’ARLE (Baptistin ESTAY Marseille, le 16 janvier 1852.)
Viens dans ma belle Provence (LYS CLAIRE)
Vierge du Manteau. (Pierre Dominique Testa, Allauch le 24.12.2006 à 19h20.)
Visiteur. (Pierre Dominique Testa le 24 MAI 2005 )
Vóucan d'Islando. (Pierre Dominique Testa, lou 17 de mai 2010. )
Voues e Crous (Pierre Dominique Testa, lou 17.10.2008, )
Voues. (Pierre Dominique Testa, le 5.3.2007.)
Vounvre Sant. (Pierre Dominique Testa, lou 17.11.2011. Pèr Bernat e Angèlo Perronne dou Lougis Nòu à Allauch. )
VOYAGE DU PATRON SEOUCLET A PARIS ( 1861 ) (Edouard BOUGRAIN, de Barjols. Brignoles – 1861 Imprimerie de Perreymond-Dufort et Vian)
Voyage en train entre Aachen et Bruxelles . (Pierre Dominique Testa, le 11.9.1989.)
voyage en voilier à Porquerolles. (Pierre DominiqueTesta lou 15 Juillet 1987 )
Vut 2013. (Pierre Dominique Testa lou 1 janvié de 2013.)
Vut de bouen' annado 2017. (Pierre Dominique Testa, lou 1 de janvier 2017.)
Vut pèr 2015. (Pierre Dominique Testa, lou 1 de janvié 2015.)
" Mystère des Saints Innocents " (Pierre Dominique Testa le 11 1 2006 .)

Chaque visiteur peut nous envoyer un texte de sa composition, quelque soit le dialecte, quelle que soit la forme poétique, le registre, et la graphie. Il lui suffira de le saisir ci-dessous.

Nous nous réservons le droit de ne pas mettre en ligne tout texte trop long, ainsi que tout texte hors des limites de la décence ouverte au public.

titre
texte
auteur
e.mail
1 + 1 ?