auteurauteurassociationlexiqueouvragesassociationliensliens

Dans cette rubrique, des poèmes sont offerts à la lecture des internautes.


Chichois ( en entier ) vers en provençal marseillais.1879.

CHICHOIS
VO
LOU NERVI DE MOUSSU LONG
G; BÉNÉDIT A BARTHÉLEMY.

Lou vinto-cinq doou mes darrier,
T’escriveri per lou courrier,
Et ti douneri à la filo
Leis agramens de nouestro villo,
Ti parléri d’abord doou Cous,
Fres en estiou, quoiqué pooussous,
Car despui qu’an fa plaço netto,
Touei lei rabeïroous doou cantoun,
Per espragna lou boues et lou carboun,
Oou souluou couignoun d’ooumeletto,
Prochi d’aquel oustaou à façado de gi,
Mounte vias: ICI L’ON CERCI!
T’aï parla de la fouen de la place Royalo
Aquelo puissanto rivalo
De Louei l’arrousaïre publi,
T’aï parfetamen establi
Lei parfums savourous qu’incessament exalo
La barriquo municipalo,
Et lei douis rangs de pissadous
Que soun lou long dei courradous.
Aï pa’ ooublida lou port à l’ooudour embaïmado
Que toumbo nuech et jour leï mousco’à la voulado
Et lou plaisi toujour pu noou
De proumena en bateou din la villo quand ploou.
Maï tout aco es pas ren, ami, car aï en testo
Encaro un inciden per accoumpli la festo:
L’enfant quand si va counfessa
Gardo toujour lou gros pecca
Per la fin; ensin iou; vas veire,
Que ti menti pas, va poues creïre,
Quant oou sujet que voou trata,
Duou piqua ta curiousita;
Car enfin va soouras, ooujourd’hui mi rèservi,
Barthelemy, de ti parla deï nervi,
Et surtout doou nervi Chichois,
Cita per seï noumbrous explois.
I.
Dounc; aquéou bédouin de Marsio,
Aou luego de vioure tout nus,
En sagouroupan d’un barnus,
Portavo uno vesto cassio,
Un capeou gris, round de dessu,
Eme douis flots darrié lou su,
En empruntant a soun lingagi
Leïs apparenço d’oou couragi,
Avié ni trevo ni répaoou
Que noun aguesse fa touto sorto de maou
Quan intravo lou souar, leï vesins tremouravoun,
Touti leï fios s’estremavoun,
Dei pus gros nervi doou quartié
Disien qu’éro lou capourié,
N’en counvenien senso misteri.
Despui hiué jour fasié l’emperi,
Avié sacregea tout lou Cous,
Foutu de chiquo an’un gibous,
Roumpu leïs bancs d’uno gargoto,
Estrassa lou capeou an’uno francioto
Que proumenavo émé sa sur,
Avié garça de datti an’un Tur,
Poussa de caramans din l’aïguo
Oou chantié de mestré Ramaïgo,
Pui avié coousigua un moussu,
Apré l’avè tuba dessu,
Mès trels gats deï Carmé en pooutio
Embregua un panié de boutio,
Quatre banasto eï pouarteris.
Cresi que jamai s’éro vis
Un mooufatan d’aquello espeço,
Lei bravos remplidos dé peço,
Si pavanegeavo oou souluou,
En moustran lei gaoutos doou cuou,
Su lou beou mitan deis Alléïo, En crésen de faïré merveïo,
Lou matin doou jour de San-Jan,
Emé un troué de brus à la man,
Aqueou troué de brus es l’emblemè
Aoussoulu, doou poude suprèmé
Qu’an leï nervi en aqueou jour,
Or, ooujord’hui coumo toujour
(Ren de parié en d’aquello ooudaço)
Si carroun ei prémierei plaço,
Vous poussoun à tor à traver,
En mandan de pooussiero en l’air;
Vous venoun busqueja la testo,
Emé uno branco de ginesto;
Cantoun, fan un sabbat de la mareditien.
Metoun tout en revoulutien.
Se li parla doou coumissari,
Si picoun su lou tafanari,
En vou cridan: Oh! lou bel aï!
Vo ben : FENI-AN; tant et maï!
Lou bouen Diou vendrié su la terro,
Qué li desclararien la guerro.
Per li faïre entendre résoun
La q’un moyen... Leï coous de poun.
Se qu’oouqu’un de vaoutreï n’en douto,
Din miech ouro en mi metten souto
Iou soulé mi cargui d’ou souin
De li mena trento temouin.
Martin, Bertrand, Déluy, Cikary,
Micheou, Bremoun, Boney lou noutari,
Rouazo, Casenovo, Scarra,
Blanc, Négrè, Roux, et cetera.
II.
Dounc, lou matin d’aquello fiero,
Uno charmanto courdouniero
La fio de misé Nicot,
Anavo croumpa un baricot,
En brassetto émé soun amigo,
En caminan, fasien la figuo
Eis aoutreï fios doou quartié,
Que crebavoun de jalousiè,
Nanetto ero fouesso poulido
E ben facho, quoiqué soulido
A para vingt coous de mistraou
Avié’un cuou coum’un apanaou,
E leï pousso requinquiado.
Graciouso, pipanto, assiounado,
Pu fresquo que lei roso eme leï jooussemin
Que rescountravo per camin,
Quand agué fa vingt tour d’aleïo
Emé soun amigo Reyneïo,
Nanetto Nicot s’arresté,
Per marcandegea un res d’aïé.
Maï aou moument que s’abeissavo,
En fen veïre seï gros bouteou,
Chichois de lun la relucavo,
Et n’en devenié rababeou!
En fen semblant de ren s’approcho
Emé uno man dedin la pocho,
Viro, torno, passo d’arrié
Pui aprés reven de coustié;
Avanço un paou, s’arresto, pousso!
Enfin fa tant, di tant, que l’aganto uno pousso...
Nanetto anavo per creida,
Maï avan qu’aguesse bada,
Lou nervi reçubé uno bouito
Que li fagué veni leï rouito.
Er’un leventi d’oou Panié
Que despui d’uno houro suivié
Touti lers pas de sa conqueto,
Lou carignaïré de Nanetto.
Quan si sigué desbaguegea,
Chichois si vougue revengea,
Anavo pica, maï pecaire!
Vigué leou émé qu’avié’à faïre,
Un bougré testar coum’un muou
D’un coou de poun oourié tua’un buou.
Chichois si vougué mettre à courré
L’aoutre lou fé piqua de mourré
Emé un coou de pèd dins leï ren.
Oou bru d’aquel avenamen,
Touti leïs hommés s’accampavoun
Et leï frumos si demandavoun:
L’a ben de mounde, qu’es aco?
— Dien qu’es la fio de Nico.
Qu’unto? la bruno? «— Noun, la rousso.
Un mooufatan la manegea lei pousso...
Ben maï l’a mes leï mans souto lou coutioun.
— Es-ti poussible! aqueou capoun!
Avé bello diré, à Marsio
Poudé pas laïssa ana leï fio
Touti souletos... L’an passa,
Mioun èro oou banc… un foussa
Que caminavo émé uno cano,
Ven eroumpa dous soous d’avelano.
Mioun lou servé... en s’en anan,
Viou que passo d’arrié lou ban.
Agueri l’uei, mi mesfiséri
Et feri ben, car entenderi
Que li disié: Si tu voulais,
Petito, zé t’ententiendrais?
Demain zé reviendrai z’ancoro.
Subrau, aganti la cassoro,
Que si me tenoun pas lou bras
Bessaï l’embregavi lou nas!
Quap pensi en d’aqueou bouenovoyo,
De treïs jour aï plus gés de voyo.
Aquéou mouestré! Si tu voulais,
Petito, zé t’ententiendrais!!
Oourié mies fa, coumo di Piarre,
D’entreteni sa paouro souarré.
III
— Es coumo iou, lou mes darrié,
En venen de la pescarié,
Intravi à la carriero Touarto,
Babè esperavo su la pouarto,
Mi souvent toujour que ploouvié.
Coumo mounti su l’escalié,
Ven un bregand qu’avié pissuigno.
Aguessia vis aquello migno
Semblavo a n’un escumengea
Senso si vouyé dérangea,
Oou luego d’ana à la muraïo
Vis-à-vis, si desfa lei brayo;
Pui après s’estre escambarla,
Pisso oou beou mitan doou vala!!
Babè quan vigué eisso, pécaïre,
Sarré leis ueis... aï! sé soun païre
Aguesse vi uno cavo ensin,
Arribavo qucouqu’assassin!
Féri qu’un saou din la carriero,
L’estrasseri la cavaliero,
Li feri toumba lou capeou;
Oouriou wugu li devessa la peou,
L’espooutissiou, l’escarpignavi;
Se mi lou levoun pas lou tuavi!
— Coumo li pissavo davan?
— Vouei, avié leï bravo à la man.
Prengueri uno talo coulero
Qué crésiou mouri de la méro.
— Et lelsseria ana aqueou gusas?
— Anéri querré Moussu Cas,
Perqué l’arrestessé dessuito,
Resteri pas quatre minuito,
Maï ero plus davan l’oustaou,
Avié lampa coumo un uiaou;
Un paou pus leou l’oourian fa riré.
— Que vous diraï..., es pas per diré,
Aco, es pu fouar que d’aïgarden.
— Et puis vou dien: siégue pruden,
Douna de bouis exemple eï fio.
Gracis à Diou din ma famio,
Jusqu’aro degun a manca
Et ma fio a jamaï brounca.
Tamben moun homme li pren peno,
Vé, boueno mise Madaleno,
Changearié pa’un coou de camié
Senso passa darrié lou lié.
Eïer Babè disié couietti,
A moun pichoun lou gros bouffeti,
Moun hommé li digué: Babeou!
Se parles maï ensin, ti garci un bendeou!
Vaguesse fa, l’ourié rendu servici.
Apré’aco, quan via de brutissi,
De mooufatans senso pudour,
Que vou venoun moustra en plen jour...
Voou mies que digui ren, car despui lors ma fio
Si sousten que per mérévio,
Mangeo ren, a toujour lou fuè,
Fa que soouta touto la nué!
— Se li fasia un paou de tisano
Deï quatre flour? — Misè Rournano
M’avié di de la fa soouna;
Deman matin duven ana
Prendré counseou de Moussu Trussi.
— Leï cirorgiens soun de destrussi.
An bello faïre leï saven
L’entendoun ren lou pas souven,
Escouté pa’ aqueleïs arleri,
De fés que l’a, un pichoun cristeri
Voou miés que touti seï saounié,
Seï tasseou et seï porcarié.
Vai pas vis per iou quan toumberi!
En quoouqueï semano prenguéri
Touto sorto de: poutitè;
Enfin un jour feri de thè
Eme d’aïguo de flour d’arangi,
Et graci en aqueou melangi,
Din quatré jour siguéri ben.
IV.
— Avé raisoun. — Mai revenen:
V’hui foou que vous n’en conti uno,
Que vous va faïre toumba oou soou.
Aves vis bessaï quaouque coou
Moussu Reynié de la coumuno?
Mi lévé per sa proutetien
Moun aïné de la couscritien.
Aï se lou counouissia, es tan bravé!
Travaïo aqui, émé Moussu cavé,
Coumo li dieu?... ajuda mi?
— Moussu Blanc? — Voueï, soun douis béni,
Pissa daou ciele, oounesté, aimablé,
Et surtout fouesso caritablè,
Quan reçuboun de paoureï gen,
Li dounoun toujour qu’oouqu’argen,
De pitoué: ensin, soun fouesso raré.
Moussu Reynié es tout san Lazaré,
A leï chuvus roux coumo l’or.
Mai aremarca un paou lou sor!
Lou darrié jour de la semano
Senso sachu ce que l’arribarié
Lou bénéroux, tranquilamen venié
De querre sa frumo à la Plano,
Descendié su lou boulevard,
Ver lei noouv’ houro mens un quart;
Fasié un tem souroumbrous (la luno
Aqueou jour avié resta n’uno),
Ero pa’ encaro eï Capouchin,
Qu’entendé creida à l’asassin!
Ero d’hommés que si picavoun,
Din lou vala si tirassavoun.
Moussu Reynié per carita
Courré per leï dessepara.
Maï oou moumen que s’avançavo
Per afin d’arrangea la cavo,
Ti li toumboun quatré dessu
En creldan zou! su lou Moussu!
Eou si débatié coumo un fouélé,
Maï l’arraperoun per lou couelé,
Per la peitrino, per leis bras,
Hurousamen aneroun pas pus bas,
Se l’agantessoun lei partido,
Sa paouro frumo ero poulido,
Li lou poudien despoudura.
Tou lou mounde en aousen creida,
S’acampé selon l’habitudo,
Et cadun venié douna ajudo
Contre aqueleï quatre piar.
Moussu Reynié es fouesso gaïar,
S’aguesse pa agu sa faquigno
Que lou genavo dé l’esquigno,
N’en poudié ensuqua daou va tres.
Maï es pas lou tout, aï aprés
Que din lou tem que si piquavo,
Sa paouro frumo tremoueravo!
Dien que prengué un jour à la mouar;
Fougué que buguesse lou souar
Douge escudellos d’arquémiso,
Per d’haou, per dabas fague criso,
Que se siguessian pas d’hiver,
Poudié vira lei cambo en l’air!
Moussu Reynié’es senso rancuno,
Maï vouguen douna uno liçoun
En d’aqueleï quatré capoun,
Lei mandé querre à la Coumuno.
Quand siguéroun din soun béreou,
Leïs oouria prè’ émé lou capeou,
A leï creirè éroun en riboto,
Venien touteï quatre deï Croto,
Si poussavoun per s’amusa.
Moussu Reynier leï fé teïsa;
Et si dreissan su sa cadiero
Per lei coundana’ à sa maniero,
Veicito ce qué li digué.
— «Vous teni en moun poudé,
Vous pourieou porta préjudici,
En m’anan plagne à la justici,
Sia de marias, sia de capoun,
Que merita d’ana en présoun.
Se voulè pas que douni suito
A vouestro affaïre, foou dessuito
Ana porta quatre-vingt franc
A l’égliso de moussu Franc;
M’avé oousi... se manqua de zelo,
Dilun, oouré de mei nouvello.»
V
A la fin d’aquéou jujamen,
Quoouqu’un que leï tenié damen,
Di qu’avien pa envegeo de rire,
Et va si feroun pas maï dire.
— «Osco! vaqui un brave moussu,
A ben fa, la boueno saru!»
— Doou tem que misé Jus parlavo,
A doui pas d’aqui si passavo
Uno estrangeo counversatien.
Veicito de que ero questien.
En retour de soun escapado,
Chichois reçubiè uno espooussado...
Esparooufi, amourouna,
A peno oougeavo boulega,
En lou fasen battre en retréto,
Lou carignaïre de Nanetto
A coou dé péd, à coou dé poun
L’avié devessa lou mentoun.
Oou mitan d’aquelo destresso,
Lou cuou fangous, leis ueis en péço,
Lou nervi si mette à ploura:
— «Ave pas crento d’insurta
Lou nebou d’un ancien prud’hommé,
De la carrièro deï Gassin?
Es ensin que piqua leïs hommé?
Leïs hommés si picoun pa’ ensin.
Se résounavia un paou leï cavo,
Veiria que siou vesin de moussu Chavo.
Aqui ce qu’es d’estre estrangiè,
Pa couneissu dins un quartié!
Se fé un pé, vo ben uno louffo,
Cadun vous ven garça de bouffo!
Bougré de capoun, de judiou!
Vénè, vénè un paou émé iou,
A la pareissado Sant’Anno,
Vous diran que siou de la Plano.
Qu’aï resta sept mès oou Ban long,
AÏ TRAVAÏA DEX ANS A MOUSSU LONG!!!!!
Oou magasin fasiou leï ballos,
Escoubavi, triavi de gallos...
— Teïsa-vous bougrè de gusas,
Vo ben vous embregui lou nas,
Véné desavia leï famio
En manegean lou cuou eï fio,
Et puis mi dia qu’es pas veraï,
Ana... fila... v’agantaraï,
Se jamaï vous viou per carriero,
Ségu vous espaoussi leï niero!
— Es égaou, avè tort, moun cher,
Mi proumenavi émé Imber,
Avian rescountra Domeniquo,
L’avie Gatou émé Musiquo,
Ensin, fasian pas ges de maou,
S’amusavian, si poussavian un paou,
Et mi fouté uno rousto abouminablo!
Duvi avé la facho impraticablo!
Ah! m’en avè garça de coous de poun,
Ana… sia pa’ un bravé garçoun!
LA COUNVERSIEN DE CHICHOIS
G. BÉNÉDIT A BARTHÉLÉMY.
Adavans’ier après dina,
Oou lué dé m’ana proumena
Su lou Port, coumo d’habitudo,
Resteri din ma soulitudo
Estendu su lou canapé,
Tout dé long de la testo eï pè,
Legiciou en fuman ma pipo
A meïs amis Loueï et Felipo,
En souciéta d’un estrangiè,
Leï vers que m’as escri d’Argié.
Un coou la lituro enregado
(Va ti diou selon ma pensado)
Tout lou moundé fougué d’accord
Que s’oou mitan doou desaccord,
Et deï discuciens sens’égalos
De nouestreï musos prouvençalos,
Fasiès emprima’ aqueleï ver,
Avant que passessé l’hiver,
Seriés prouclama din Marsio
Lou rey, vo puleou lou Messio
Que lou prouvençaou San-Janen
Espero despui tan de tem.
Senso mettre leï cavo’oou piré,
Es ben de tu que pourrien diré:
«As dorm lou tron-de-diou, per parla prouvençaou?
«Sooupiques cadè mot de pebré émé de saou;
«Quan grafines qu’oouqu’un, li derabès l’escorço.
«Mi crèsiou djusqu’eïci d’uno poulido forço,
«Maï despui qu’aï ledgi toun savent papafar
«Siou plus ren qu’un taroun, à parla senso far.
«Gros eou même, mi semblo un homme à foun de calo.
«Viven à nouest’epoquo, oourié tira l’escalo.
«Leis ooutours francios, leï Boilo, leï d’Giber
«Que per diré de maou an lou gaoubi d’oou ver,
«Et que citoun partout coumo gaïar d’esquino,
«Soun, oou respé de tu, d’ooutours de tanto pino.»
Vaqui ce qué dirien de tu!
Pui, cousterna, l’uei abattu,
Leï fricoutur en escrituro,
Ennemis dé touto censuro
Qu’aougeoun coumpara l’aïgo-saou
Oou bouïabaysso prouvençaou,
Et si crèsoun dé grand gènio,
Quan d’oou mitan de seï bordio
Tiroun un bouen vers per leï puou!
Serien taroun coumo de puou.
Dins l’espouar d’aquélo reformo
Qu’endiqui eïci per la formo,
Repréni ce que ti disiou.
Coumo va sabés, légiciou
Toun épitro. Arriba’oou passagi
Ounté mi diés en homme sagi:
«En vérita, coulégo, as lou perié ben du,
«Saviou fa ce qu’as fa, creïriou que siou perdu.
«Un nervi, paoure enfant, mette va ti en testo,
«Per foutré’uno espooussado a toudjour la man lesto.
«Vo dé nué vo de djour, leïs roumpus, leï fénas
«Ti garçaran ta bouit’en creidan: poussez pas!
«Martirisa dé coou, assassina de pattos,
«Semblaras un su-hommé’en sorten de seï pattos...
I.
Countinuavi toujour quan aousi tout d’un coou,
Eïes escaliers quoouqu’un qué si garçav’oou soou.
En fuman ma pipo de Servi,
Voou durbi la pouarto... er’un nervi
Qu’aparamen sabié pas l’us.
En mi visen, sigué counfus;
Oougeavo pa’intra; lou prengueri
Souto lou bras et li digueri:
Bouen jour, que bouen vent vous adué?
Eïci de jour coumo de nué
Sian touti à vouestré servici.
(Après l’avoir examiné.)
Avè lou caou plen de brutici,
Per hazard vous sia pas fa maou?
Venè mangeatun paou de pèlaou
Eme’uno patto de lingousto.
Dins lou vin sooussaré’uno crousto,
Vous soustendra jusqu’estou souar
Et vous assouerara lou couar,
Anen, viguen, agué pas crento,
Intra, pagaré gés de rento.
Voule fuma, vaqui de fué. Bessaï, buouria’un dét de vin cué?
Counfisa de touto maniero,
Asseta-vous, l’a de cadiero
Vo de fooutueï à vouestre choix;
— Fagué pa’atentien, siou Chichois.
—Chichois!!! — Voueï, Chichois; vous dérangi?
En mountan, de gruïos d’arangi...
M’an fa resquia... d’oou reboun...
Aï roudéla jusqu’oou segoun.
Lou bras mi couïé que mi lardo...
En descenden de la Reynardo,
V’hui, sus d’un mouroun de gipas
Aï toumba su lou mémé bras.
Per suito d’aquelo begudo,
Arémarqui qué d’habitudo
Quan avè maou en quoouqu’endré,
Vous l’embrounqua toujour tout dré.
—Foulié’arrapa la man couranto.
— Crési qu’avé raisoun... entanto
L’a’ un’houro qué foutimassiou
Et vaï pas dit perqué véniou.
— Et ben digua mi vo dessuito.
(Mystérieusement et à demi-voix.)
Coum’es questien... de ma conduito...
La de moundè... répassaraï
Deman matin va vaus diraï. — Perqué?
Leïs gens que vous escoutoun,
Moun cher, crésè vo, tant si foutoun
Que parlé coumo sé dia ren.
Coumo coumprendrien qu’ooucaren?
Despui d’eïer soun à Marsio,
Tant digan qn’agoun ges d’oourio
La’ un Prussien emé douis Danois.
Entendoun pa’un mot de patois;
Poudè parla senso ren creigné.
Téné, n’a v’un que mi fa signé...
Mi demando ce que mi dia.
— Quaou? aqueou qu’a l’air esglaria?
— Précisamen. — Alors coumenci.
II
Escusa mi se vous oouffenci...
M’avè bougramen empaouma
Din leï vers qu’avé fa imprima,
Maï, es ègaou, va récounouissi,
M’avè rendu’un famous servici
En mi forçan à durbi l’uei!
Ah! foou que n’en convengui v’hui,
Senso vous sériou enca nervi,
Cresé vo, tant ben vous counservi
Moun estim’et moun amitié;
Que vilen bougré de mestié
Aviou pré’aqui! Vè quoiqué crano,
Si passavo patuno semano
Que noun mi foutessoun de coou,
A mi garça l’esquin’oou soou.
Touti leï jour gagnavi un’ambo,
V’hui mi desfasien uno cambo,
Lou surlendéman er’un bras,
Lou souar, m’espooutissien lou nas,
Lou matin mi mordien l’aourio,
Mi metien leïs uei en pooutio.....
Ensin, moun cher, vous remerciou
De vous estre foutu de ïou;
Sens’aco, coumo m’a dit Barlhé,
Anavi fa’un tour à San-Carlé.
— Aco si! touca mi la man...
Et voulia repassa deman!
(En baissant la voix).
Maïs permettè que vous v’oousservi,
Coumo va qué véria fa nervi
Et coumo vous n’en sia tira?
— Quand va soouré, v’estounara,
Asseta-vous. et préné noto.
Un dilun qu’érian en riboto,
Buguérian oou Chivaou-Marin
Déso-sept boutios de vin,
Erian tres. D’abor l’avié Gatou,
Puï ïou, emé Mourou lou mâtou;
Quan sigué questien dé paga
Aguèrian bello boussegea,
Toui tres n’avian ni soou ni maïo.
Voulian fila vers la muraïo
Per sorti... L’agué pas mouyen,
Lou maistre noun tenie de men,
Aremarquavo nouestreis pocho...
Noun fasié d’ueis coumo de bocho!
Cependant quoiqu’embarrassa,
Fénissérian per s’adreïssa,
Prochi doou maistré m’avancéri
Oounestamen, et li diguéri:
«Vè, sian touti de braveïs gen,
Aven ooublida noustr’argen
Su la taoulo de la cousino.
Moussu Gaubert de la Marino
M’a counouissu; per précooutien
Demanda li d’informatien;
A la pareïssado Sant’Anno,
Vous diran que sieou de la Plano,
Aï resta sept mès oou Ban-Long,
Siou lou coumis de moussu Long,
Et lou vésin de moussu Chavo...»
— Moun cher, tout aco soun de cavo
Qu’an pas cours oou Chivaou-Marin.
Dèso-sept boutios de vin
A quatré soous, d’après moun coumpté,
Fan tres francs hiué. — Maï moussu Conté,
Voulè pa’entendre la résoun?
— Leï discours soun pas de saisoun,
Ensin mi roump`è plus la testo,
Foou paga, vo leïssa la vesto.
De sa phraso ero pa’enca oou bout
Que Gatou li garç’un atout!!!!
Li fé veïré touti leï lumé:
Un coou de marteou sus l’enclumé
Fa mens de bru... sus lou moumen
Aguessias vi’aqueou tramblamen!!!
Leï bancs, leï taoulos, leïs armari,
Lou boués, lou fugoun, leï canari
Deï gabi pendud’oou planchié,
Leï miégeos, lou tian, lou péchié,
Tout er’en l’air... nous ensaquavoun!...
Eroun maï de sept qué piquavoun...
Cadun creïdavo: escouta-mi...
Poussèz pas... sian touti d’ami!...
Mourou din aquelo bagarro,
Fougu’ensuqua d’un coou de barro.
Lou porteroun à l’espitaou
Su d’uno’escalo... ben malaou!
Uu paou rémés din la souarado,
Réchuté din la matinado.
A miegeou li pren maou dé couar
Li vaou a n’uno houro... ero mouar!...
Eisso d’eici... mi fagué peno...
Véniou de mangea de toouteno,
Mi restéroun su l’estouma.
De douis jour aviou pas fuma;
L’avié’un couleguo que plouravo,
Iou, tout aco m’estoumagavo.
Alor mi feri’uno raisoun
E mi penseri: qu’es bésoun
D’ana passa la vido duro?
Es uno leï de la naturo,
Déman, mi poou arriba à’ieou,
L’a pa’un quart d’houro qu’éro viou,
Aro’a déja la facho touarto,
Leï peds gièlas, leis ueis tarrous,
Eh! merdo! trent’un trento dous,
Que lou darriér sarré la pouarto!...
Alor va sacrégéri tout,
Meteri lou fué de prétout.
A l’oustaou nuech et jour bramavi...
Doou matin oou souar m’empégavi...
Un jour en passan su lou Cous,
Rescountreri’un pichoun gibous
Que mangeavo douis liars d’amouro;
Lou couchéri pendan miech-houro,
Un coou qué si sigué’arresta,
Toussié que poudié plus piouta;
Avié tant courru qu’ero poupré,
Lou basséléri coum’un poupré.
Pui lou garcéri dins lou port,
Tout lou moundè mi douné tort!!
(Une pause).
III.
Lou lendéman rècoumenceri,
Maï siei més après... rescountreri
Un bougré que piquavo du!
Mi tirassé dins un coundu,
Mi faguè de boff’à la testo,
N’en demandéri pas moun resto.
Ero lou beou jour dé San-Jan,
Aï maou eï rens en li soungean.
Per arrévengea sa counqueto,
Lou carignaïré de Nanetto
Mi travaïé lou casaquin!!
Qunteï coous de poun!!.. cré couquin!!!
Ana’aviou pa’envegeo de riré.
Lou lendéman, li féri diré
D’ana piqua émé sei parié;
Restéri treis seman’oou lié,
Qu soou l’argen qué despenderi!
Lou promié jour que mi lévéri,
Poudiou quasi plus camina,
Aviou lou cuou entaména...
Quan descenderi’à la carrièro
Souto lou bras de Loueï Figuiero
Emé les ueis coumo lou poun,
Leïs homme mi disien, capoun,
Leï frumos mi fasien la loubo,
Mi couchavoun à coou d’escoubo,
Si li poudié plus abari.
Enfin, las de m’abasordi
Mi vénien de laïssa’un paou libre,
Quan empriméria vouestré libre.
Despui d’alor, souar et matin,
Siou plu’esta bouen à douna’eï chin.
A la carriero Pescatori,
Vè, m’an roumpu leï génitori,
Mi récitoun leï vers per couar
En mi traitan dé gus, dé pouar;
Quan passi si foutoun à riré...
Embéta, vous sieou vengu diré,
Que dounavi ma démicien.
— Per counta’aquello bell’actien
Mi cargui de prendré la plumo...
( L’interrompant).
A prépaou, aï uno coustumo
Qué mi poou faire fouesso tor,
Sabè qué sieou franc coumo l’or,
Veici ce qu’és: din la jornado
Espéri su la proumenado
Touti leï moussus qu’an de gants,
Et li creïdi: voulurs!! brègands!!
Ténè, dimècré, mouss’Alari,
Sabè ben... lou gran coumissari,
Coumo viravo lau cantoun
Li creïderi: voulur!! capoun!!!
— Fourra quitt’aquel’habitudo!
— La quittaren… emé d’ajudo.
— Fourra plus teni de prépaou
Su degun... gés diré de maou.
— Dé maou! ana siégué tranquille,
Vouestre counséou es inutile.
De maou!! m’arribara jamaï,
Moun troun de diou sé n’en diou maï.
— Eh! ben, n’en vénè maï de dirè.
— Aquestou coou éro per riré,
Et va disiou sens’intencien,
Escusa, l’aï pas fa’attentien,
Maï es fini, vous va proumetti,
Dédins ma pocho foou qué metti
Quoouquaren per m’en rappela...
Et pui dré d’est’aprés dina
Voou oou chantié de moussu Regui...
— Et surtout, Chichois, vou n’en prégui,
Fagué plus,gès de maou eï Turs!
Aou luégo de troubla leïs churs,
Lou souar, en li livran bataïo,
Metté vous din leïs basseï-taïo,
Coumo Fèli, Paou et Mimiou.
Avé’uno vouas d’oou tron dé diou,
Va roumprès tout... eï proumenados
Su l’aigo, dins leï sérénados,
Vous applooudiran, et l’hiver
Pourrès veni canta oou councer;
Oourés l’habit. .. mettrés de botto,
Dé gants de tricot, de culotto
Que vous tésaran pas d’oou cuou.
Portaré’un capeou negr’à puou;
Lou mouchoir doou couelé de sédo,
La camiso fino, ben rédo
Et lou couelé ben empesa.
Pui quan vous sérès fa frisa
Fé vous mettre un paou de poumado
Eï favouris... din l’assemblado
L’a fouesso damos qu’an de mus,
Es perqué loou coou siégué jus.
Frés, assiouna, né coum’un vori,
De la carriero Pescatori,
Descendré touti leï dilun
Vers leis Alleyos… ses troou lun,
Din l’interès de vouest’afaïre;
Alor, veïci ce que foou faïre:
Foou dire’oou fréro de Gouton
Qué vous presté soun carretoun;
Mounta su d’aquel’équipagi
Oouré l’air d’un grand persounagi,
Vous réçubran emé respè
Et v’enbrutiré pas leï pè.
Qu’an ser’intra, su d’un’estrado
Garnido d’uno balustrado,
Oou beou mitan deis instrumen,
Vous plaçaran... tendré damen
Aquéou que batté la musuro...
Es un mistourin... à mesuro
Que vous dira: zou! partiré
Et veïci coumo cantaré:
«Les oisôs celebro l’auroro,
Lé berzé çanto lé printems,
L’amant la botè qu’il adoro,
Lé rétour d’Aristipo è l’obzé de nô çants.
A nô me’ bravo Calvinisto,
A nô les fio des papisto,
A nô ricesso z’é bon vin
Et BBButin
(bis)
Zé suis votre vié, capitaino,
A la vitoiro zé vous méno!
IV.
Se va dia’ensin v’apploudiran,
Et leïs papiés n’en parlaran.
Lou Messagié, que l’on devoro,
Lou Sud émè lou Sémaphoro
Et la Gazetto d’oou Miéjeour
Diran touti lou mémé jour:
La saison musicale ardemment désirée,
Par un concert brillant vient d’être inaugurée!
Le CERCLE pour ses choeurs s’enrichit de bons choix,
Nous avons remarqué le choriste Chichois,
Un jeune débutant qui nous vient de Marseille.
Si son maître, à propos, le guide et le conseille,
Chichois peut devenir l’effroi de ses rivaux,
Et l’énergique appui des opéras nouveaux!
Dans un morceau brillant, mélancolique ou tendre
C’est un charme inouï déjà que de l’entendre!
Sa voix, qui sans effort atteint toujours le but,
Du fa dièze aigu descend jusqu’au contre-ut.
Aussi de tous côtés, à chaque rang de loges,
On dit, après avoir épuisé les éloges,
Que ce Chichois guidé par un bon professeur,
Pourra seul remplacer notre grand Levasseur,
Que Rossini joyeux sortira de sa tente,
Pour cultiver Chichois, jeune basse-chantante,
Et que ce provençal, avec ses airs si francs,
Gagnera dans six mois au moins vingt mille francs.
V.
(Chichois au comble de la surprise).
— Vingt millo francs! es-ti poussible!
M’avé piqu’à l’endré sensible.
Vingt millo francs! ïou que toujour
Aï gagna que vingt soous per jour!
A moussu Long fasiou leï ballos,
Escoubavi, triavi de gallos,
De goumo, d’assafétida,
Et pui lou souar, coum’un fada,
Quan eri roumpu de fatigo,
Mi fasien garda la boutigo,
Despui sept houro jusqu’à noou
Et mi donnavoun que vingt soou!
Vingt millo francs!! maï de la vido,
Oourieou gagna talo partido!
L’a maï de proufit qu’oou piqué,
En li pensan aï lou chouqué.
S’aviou vingt millo francs! dessuito,
Senso tarda d’uno minuito
Anarian bouaro’eme Davin
Per trento millo francs de vin.
— Daïsé’aï parla que dè vingt millo.
— Es véraï, ma mèmoiro filo,
Maï va disiou sens’intencien,
Crèsé mi, l’aï pa fa’attencien.
Vingt millo francs!!! vè vous oousservi
Qu’à parti de v’hui, siou plus nervi...
S’un jour aviou vingt millo fran,
Quittariou lou travaï subran
Fariou plus ren... vo per mies diré
Alor si, l’oourié de qué riré!
Nuech et jour fariou de malhurs;
Empalariou touti leï Turs,
Mettriou touti lei ga’en pooutio,
Pussugariou touti leï fio,
Espiariou touti leï chin,
Estramassariou leï bachin,
Gooussigariou leï francioto,
Fariou resqula leï devoto,
Quan van à la béneditien;
Mettriou tout en révoulutien.
Eme’uno couardo ben tesado,
Anarian, dous, eï cantounado,
Per fa’estendre’à garapachoun
Leïs hommés qué fan seï besoun!
Lou souar anariou senso brayos,
Mettriou de tout su leï murayos,
Roumpriou leï marteou deïs oustaou.
Touti leï vitros deï fanaou,
Doou Cueou-de-Buou à la Pétacho.
Quan mi duvrien coupa la facho,
Chaplariou à coous dé couteou
Touti leï cablé deï bateou;
Oou mitan doou Cous... —Vous ooussérvi
Que m’avé dit qu’èria plus nervi,
V’avé!ooublida! — Mareditien!
Es véraï, l’aï pa fa attencien. —
Ténè, Chichois, mi voulé creïre,
Oou lué de creida, fè mi veïre
Qué su vaus mi siou pas troumpa,
Prouva mi que sabè canta.
—Eh! ben, qué voulè que vous canti?
— M’es égaou, quoiqué diletantti,
Mi countenti facilamen.
— Bon, alor, espéra’un moumen;
(Réfléchissant).
L’a tres ans que maistre Figuiero,
Lou chef doou chur dé la Pooussièro,
M’avié’aprés un pouli mouceou,
Lou cantavian emé Pousseou
Que fasian enveni la sallo!
Er’un solo de la Vestalo.
Aqui si, que foulié creïda!
(Après avoir réfléchi).
Aquo sé v’aviou ooublida...
Oouriou ben fa de mena Feli.
( Nouvelle pause).
Ah! crési qué mé n’en rappeli,
(Après avoir réfléchi).
Aro digua mi... din l’oustaou
Per hazard la gès de malaou?
Foou que canti dé la peitrino,
Doou nas, doou goousié, de l’esquino.
— Poudé canta d’ounté voudré.
(Sarrêtant tout-à-coup).
— M’asseti, vo mi tèni dré?
— Adreïssa vous per qué tout vibré,
En v’adreissan sèrès pus libré,
Et vouestro vouas sortira miés,
Metté vous la man su lou piés,
Et coumença vouestro partido.
Il commence à chanter sur un diapason excessivemeni haut.
Le fils des Dieux! le successeur d’Arcido!
(S’interrompant).
Crèsi qué vaï pré’un paou troou haou?
— Eh! ben moun cher la gès dè maou,
Recoumença. Senso musiquo
Es pa’eïsa d’avé la répliquo,
(Il chante sur un disque extrêment grave.)
Le fils des Dieux! (s’interrompant de nouveau) oh! capounas!
Aquestou coou vaï pres troou bas...
Et cependant, siou pa’en riboto?
(D’un air très-doux).
Se mi dounavia un paou la noto?
— Le fils des Dieux! (s’interrompant enc.) aro li siou.
Ah! sia’un hommé d’oou tron de diou!
Coumo pussuga la musuro!
Séri pu fouar su l’escrituro,
Vous mettriou din quaouque jornaou,
Aro’es ni troou bas ni troou haou.
(Il chante à gorge déployée).
Le fils des Dieux, lé successeur d’Arcido,
Théséo arme ozord’hui pour moi(bis).
Frère ennémi, frère ingrat z’é perfido,
Etéoclo frémit d’effroi (ter)
La vareur et la bôté mêmo
Se réunisso contro toi,
Oui contro toi,
Oui contro toi,
Cedo, cedo à la voua suprémo
Tremblo dévant ton roi...
(Applaudissemenls de l’assemblée, le Prussien et les deux Danois donnent des nnarque,
d’une admiration non équivoque).
VI.
— Parfètamen... Aquel’esprovo,
Chichois, mi ven douna la provo
Qué pourrès parti per Paris.
Quan sérès dins aqueou pays,
Fourra mettre la man à l’obro,
Et travaïa coum’un manobro.
Sé sia’aquéou qué foou, l’an que ven,
En travaïan, crèsé vo ben,
Chichois, vouestro vouas sera digno
De pareïsse en premièro ligno,
Et recularé pas d’un pas.
Alizard es un darnagas,
Et Dérivis es un arleri,
Aro fan enca’un paou l’empèri
Bessaï dins dous ans, qu va soou;
Leï gitaré toui dous oou soou,
Se va vous mettè ben en testo
(Il cherche dans ses vêtemrnts).
Qué cérqua? — Cerqui din ma vesto
S’aï quouqu’aren per vous douna.
— Ah! ça, crési que couyouna?
(Avec un reuret douloureux).
Aqui l’a lou couteou,... pecaïre
Que Mourou m’a’adu de Bèoucaïre.
(Coume frappé d’une idéé lumineuse).
Ah! mangearia pa’un paou d’oousin?
Nen voou souta déman matin...
Aïma bessaï miés de cloouvisso?
— Nani. — Voulè quoouqueï panisso?
Dins un vira d’uei siou eïci.
— Aï besoun de ren, gramaci.
Maï en revenge per mi plaïre
Chichois, veïci cé qué foou faïre:
Dabor fourra mies fréquanta.
Ana coumença per quitta
La coumpanié de Domeniquo,
Dé Gatou, surtout de Musiquo,
Renouncieres oou cabaré,
Touti leï souars v’assiounaré
Per ana oou cafè de la Logeo.
Se lou garçoun vous interrogeo,
Diré ren... v’anare’asseta
Dins un cantoun, per escouta
Su ler matiero politiquo,
Su lou thiatre, su la musiquo,
Leï discours qué faran souven
D’hommés que parloun fouesso ben!
Et n’en proufitarés; divendre,
A sept hour’eici, si foou rendre,
Vous faraï presen d’un caïer,
Que croumperi adavans hier
Oou magasin de moussu Lippi.
Adin la touti leï principi
De la voucale, leï veiren
Ensemble et leïs estudieren.
Apprendré lou ton, la mesuro,
Leï treïs claous, lou pouint, la quaruro,
La gam’en ut, la gam’en sol,
Leï diez’emé leï bémol,
La négro, la blanco, la roundo,
L’accord de tierço et de segoundo,
Pui per féni vouest’istrucien,
Prendren la voucalisacien.
Vous prestaraï uno méthodo
Qué duou estré su la coumodo;
Et quan seré, per meï counseou
En état de canta’un mouceou
Dé Mayerbeer vo de Rossini,
V’adreissaraï à Chérubini.
Es pa souven dé bouen’imour,
Maï enfin, choousiré lou jour.
De ma part lou fourra’ana veïre
Din soun buréou et poudè creïre,
Qué vous prendra séguramen.
Un coou din l’establisimen,
V’ané pa’amusa, en tarounado!
Cantaré touto la journado,
Et dèclamaré l’ooupéra,
Senso vous leïssa’emborbouina
Per leï fios. Soun fouesso fino,
Manel’et souplos de l’esquino.
An d’ueis coumo de serpantéous,
Fan toujour veïre seï bouteous
En caminan... Dien per escuso,
Que la dé fangno; es uno ruso
Per mettre leïs hommés dédin.
Tenè se couneïssé Booudin;
Demanda li n’en de nouvello?
Dounc, per qu’aqueleï dameïselo
Vous escarpignoun pas lou couar,
Fourra plus ren mangea de fouar.
Ges d’api, enca men de truffo...
Fé vo, pui se qu’oouqu’un si truffo,
Doou régimé que vaï prescrit,
Li diré qués ïou qué vaï dit.
Enfin prendré vouestrei mesuro...
Apprené la bell’escrituro
En espéran... vénè souven,
Appliqua vous... car l’an qué ven
A l’Ooupéra foou qué vous vigui.
(Après une longe pause en hochant la tête).
— Et pui voulè pas que vous digui
Que sia, un hommé doou tron de diou!
Sé mi téniou pas vous mordriou.
Coumo! mi metté dins un libre
Que deï nervi mi rende libre,
Mi douna tout plen de counseou,
Mi fè canta tout un mouceou
De l’ooupera de la Vestalo
Mi parla de la Capitalo,
De Rossini, de Mayerbeer,
Mi fè prèsen dé doui caïer,
Tout esca m’ave’ooufri de crousto,
Eme’uno patto de lingousto,
Dè pélaou, d’arrin, dé vin cué,
M’avé dit qué dé jour, dé nué,
Eria sans cesso à moun servici,
Quan mume l’oourie préjudici,
M’avè proumés qué din dous ans,
Pourioou gagna vingt millo francs;
Et per qué ren vagué dé caïré,
Leïssa touti vouestreis affaïré,
Et mi douna enca de liçoun,
Ana sia’un’hoounesté garçoun!
CHICHOIS
OOU COUNSERVATOIRO
CHICHOIS AG. BÉNÉDIT.
Resta treï més senso v’escriouré!
Adavanz’ier, vouliou plus viouré,
Quand troubéri’en intran lou souar,
Vouestro lettro su moun bougeoir.
Mi senteri fouesso coupable,
Mi trateri dé miserable,
Et despui, mi diou, que moougra
Tout moun respé, siou un ingra…
Un homme qué m’a rendu libré
En mi meten dedins un libré;
Qué ma douna tant dé counseous!
Que m’a fa canta dé mouceous
Deïs Heganaous, dé la Vestalo,
Qué ma manda à la capitalo,
M’a recoumanda’à Meyerbeer
Ma fa presen d’un beou cayer;
Qué l’an passa, m’ouffré de crousto
Emé uno pato de lingousto,
Et mi digué que din dous ans
Pourriou gagna vingt millo francs;
Un hommé, enfin, va récounouissi,
Que m’a rendu tant de servici!
En qu tant de coou aï proumés
D’escriouré oou men touti leï més,
Et qu’ooublidi! Vè vous v’oousservi
Meritariou vingt coous de nervi,
Car aquoto es pas travaïa!.....
Portant mi voou esparpaïa.
Et faïre trevo à ma coustumo,
En metten la man à la plumo.
Se vous escrivi pa’en francès
M’ané gès faïre dé proucès,
Pensa qué sé voueli’ un paou riré
En françés pouriou pas tout diré.
Es pa’ooumen qu’escrivi pu maou
Lou francès qué lou prouvençaou;
Se per cas va voulia pas creïré,
Tout’aro vous pourraY fa veïré,
Douis miegeos dougenos de vers,
Qu’an pas troou lou biaï de travers.
Maï touquen pa’enca lei matieros
Que duvun passa leï darrieros.
D’abord, avè de complimen
De cinquanto persouno’oou men.
Vouestreïs amis de la Gazetto
Mounte’escrivè, fan pa bouqueto
Souvent, per mi recoumanda,
De ben vouïé vous saluda.
Et pui tout lou Counservatoiro!
Aqui si, qu’an boueno mémoiro!
Dins tout l’oustaou, la vouestré noum
Escri su touti leï cantoun.
Leï proufessours de touto classo
De viouloun et de contro-basso
D’harmounié, dè coumpousitien,
De chant et dé declamatien,
Mi contoun souven leï fredenos,
Leï rusos, leï boueneïs ooubenos
Qué fasia naïssé’à tout moument.
Et coumo per enchantament...
Parlan dé vous emé Rubini,
Emé Aouber, emè Cherubini,
Qu’es un ben hoounesté moussu.
Vaï dit coumo m’avié reçu?
Et pourtant eri pa’à moun aïsé,
Lou promié jour intreri daïsé...
Coumo l’aperçuviou de lun
Mi sentiou véni lau tramblun,
En faço d’aqueou grand genio,
Se foou parla senso respè,
Oourié fougu qu’uno lentio
Per mi tapa ce qué sabé.
Maï ooublidi qu’ïer divendré
Oou moumen qu’anavi descendré
Per icanta moun grand air en MI,
Vengue moussu Barthélémy,
Per mi préga de vous remettré
Uno lettro, que pourriou mettré
Din la miouno, quand v’escriouriou;
L’aï ben proumés que va fariou.
Et via qu’aï tengu ma promesso.
La lettro mi sigué rémésso
Duberto; alor mi siou pensa
Que la poudiou liégi. — Vaï fa.
Et ben qué mi siegué un paou rudo,
La veïci coumo l’aï reçudo:
LETTRO A L’OOUTOUR DE CHICHOIS.
L’a très vo quatre més à la fin de l’estiou,
Su toun promier Chichois sabes ce que disiou:
Es un travaï de mestré, uno obro de génio
Esento fin qu’aou bout de la mendro sénio.
Sentés que sian pa’eïcito ooumen per galeja,
Ti répétaraï doun ce que t’aï dit déja,
Et ce qu’aï mémé escrit per ti rendre justici,
Su tout un grand fuïé d’oou journaou de Fabrici:
Toun Chichois a rendu doueï servici per un,
Et Marsio ti duou ramarcia per cadun.
L’avié bessaï qué tu per mettre enfin la brido
Eïs gourins que ténien la villo esparoufido;
Car despuei que l’as fa dansa lou rigooudoun,
Lou nervi souarté plus, vo Souarté d’escoundoun.
L’avié ni maï qué tu per soouva doou nooufragi
Leïs respectablo leïs de nouesté vieï lengagi,
Toun libré es devengu nouesté codo, es foutu,
Foou plus dorbi leïs dens, vo parla coumo tu.
Aqueou beou prouvençaou, plen de vido et de forço,
Souto l’encien règimè oou tem de Roux de Corso,
Aoujord’hui maou pasta per certens escrivans,
Coumo’un aïè manqua s’esfouiravo en seïs mans,
Avien bello’à veja l’ori de soun espragno,
Toujour de maï en maï, si tournavo en cagagno;
Venguérés per bounhur et ren si dégaïé,
Ta plumo es lou trissoun qu’a remounta l’aïé!!!!
Vaqui cé qué disiou, vaqui cé qué pensavi
Quand parlavi dé tu, vo qué mi répassavi
Tout l’esprit, tout lou sen qué counten tout dé long
L’histoiro de Chichois, nervi dé moussu Long!
Crésiou pas qué dégun, mémé l’ooutour d’oou libré,
Pouguessé fabrica soun parié dé calibré,
Eh ben! as pas tarda dé mi fa démenti,
Mi ratrati davan toun Chichois counverti!
Sè mi foulié jugeat entr’ aqueleïs dous ouvragi
Sériou fouesso empédi per douna moun suffragi;
Lou radier oou promier es égaou selon iou,
D’aoutré décidaran deï dous qu’es lou miou.
Lou fet és qu’as mounta su la promièro plaço
D’aquéou famous coulé qué li dien lou Parnasso!
Vouïé ti débooussa, sérié d’un coou de poun
Sarqua de mettré en frun leïs barri de Toulon.
Toun triounfé es coumplet, toun darrié coou de tanquo
A leïssa teïs rivaou émé la gaougno blanquo,
Qué rénoun contro tu coumo de pouar maraou,
Qué ti fa? lou pieloun a pas poou doou mistraou!
Lou souluou crégné pas l’insurto deïs soouvagi!
Oou païré de Chichois Marsio rendé’ hooumagi,
Et sé l’ooutourita se réviavo’ un paou,
Sé la coumuno’ avié de bouis municipaou,
Voutarien oou counscou de mettré à la grand sallo,
Toun estatuo en gi dé grandou coulousalo,
Et cadun virariè leïs uis dé toun cousta
Coumo’ oou grand escalié remarquoun Libarta.
Sabi proun que lou siéclé es plen de rigoumigou,
Qué la den de l’envéjo’ a jamaï l’entérigou,
Qué leïs gasto mestiè, leis poveto palos
Qué parloun provençaou coumo de moussulos,
Crénioun contro tu, dien qué toun persounagi
A dé mots qué soun pas d’un ounesté lengagi,
Qué touto frumo et fio, à men d’estré un dragoun,
Sé ti liégé, deven rougeo coumo’ un pébroun,
Qu’as pas crento et qué mémé’ as l’air de fa parado
Dé ti garça deïs réglo en tout tem oousservado;
Qué per faïré toun vers, trobés ren de doutous,
Qué su leïs iatus siés gaïré escrapulous,
Et qué teïs plurié, gasta per ta massimo,
Emé teïs singulié s’aparien à la rimo.
Vaqui, moun paouré enfant, un deï millo prépaou
Qué ténoun countro tu per troubla toun repaou;
Leïs poveto souven prenoun d’estoumagado;
As troou de sen per faïré aquello talounado;
Souven-ti qué lou mondé’ es pupla de rampeou,
De gens que troubarien d’espino dins un leou.
Sérian ben malurous sé n’en prénian de lagno.
As ben vis en mountan la carrièro d’Ooubagno,
Une facho de vieï quiado su la fouen;
Aqueou vieï es Hooumero, un ooutour et deïs bouen,
Talamen qué dégun li ven à la cavio;
Leïs Grégou qué despuei bastisseroun Marsio,
L’oourien per soun génio, hissa su d’un oouta,
Eh ben! qué ta pas dit que per leïs countresta,
Un roumpu doou pays, que li disien Zoïlo,
Gitavo contro d’eou l’escupigno et la bilo!
Es lou sort doou talent, foou prendre sooun parti,
Moun bouen! foou sudura ce qu’Hooumero a pati.
D’aïur, oou bout doou conté, an bello à dire et faïre,
Sies sousta doou publi, que si soucito gaïré,
Sé fas diré à Chichois qu’aoouquè mot de travers,
Vo se qu’aouque iatus si mesclo din teï vers,
Vo sè teïs singulier, en brusquan la counsino,
Rescountroun de plurié oou beou bou de la lino.
Qué serquo lou publi? Serquo à passa lou tem,
Maï qué rigué en passant, qué s’amusé’es counten,
Démando émé résoun, à la littératuro
Dè portrès, dè tabléous pinta d’après naturo;
Tout aco va’ooutengu dins teïs vers prouvençaou,
Et bartounegeo pas per diré à teïs rivaous:
Messies leis escrivans tant dalicats d’oourio,
Qué fes puaï de Chichois et dé sa pouésio,
Dé tout ce qu’emprima fés un paou troou de ven,
Vouesté lengagi es beou, maï li coumpreni ren,
Vouesteï vers marsiés sentoun la ginouflado,
L’oouroro, lei noou surs… un tas dé couyounado
Que repépias de longuo et qu’an pas gès de naz.
Eh! mette’en francio vouesteï vers doucinas;
Quan parla prouvençaou mi fés suza leïs dati,
Teïsa vous, teïsa vous, sias que de pinto pati.
Maï cé qué teï jaloux dou men countestoun pas
Es qué, bouens vo marris, teïs librè soun croumpas.
Moougra qué siègui lun, t’aramarqui d’eicito:
Ti chalés, scélérat, en visen ta russito!
Car, si parlo déjà de trésiémo èditien;
Dien que davan Camoin es uno proucessien,
Qué la classo bourjoiso et la foulo artisano,
Tout voou Chichois, tout paguo... et qu’agantés la grano.
La grano es un ooujè qu’a sooun prés ooujourd’hui;
Mai l’oounour es cent fés pus précious à teis ui,
D’accord, et doublament cresi qu’as fa ta ballo.
Mi figuri lou jour qu’a la plaço Rouyalo,
Chichois, niméro dous, si viguè placarda;
Si fagué fouesso bru, va foou pas demanda.
Jugariou qu’aqueou jour, ooublidant leis affairé,
Tout Casati vengué caligna toun libraïré,
Qué toun noum, dé Marsio, a cent fés fa lou tour,
Qué mémé oou cous Bouffé, qué mémé oou Bouen Pastour,
Tout counouissé Chichois, à men deï besti brutos.
Duou s’en estré parla jusqu’oou quartier deï mutos!
Oh! que mi voueli maou d’estré pas lou témouin,
Dé toun libré enleva per mouloun de Camouin!
Qué sigueri taloun, quan per la capitalo,
Fagueri mels adious à la villo natalo,
A moun paoure chambroun, mounté chasqué matin,
En charan touteï dous, garissiés moun morbin!
Dooumen pensés à iou, m’en as douna la provo.
La sémano passado, eri din moun arcovo,
Mi sentiou tout lou corps giéra coum’un bancaou,
La testo mi pétavo, aviou pré frés et caou.
Sugu qu’oouriou pas ri mumé émé de coutigo;
Ti fasiou de badaous à m’estrassa leï briguo;
Quan ma vieio chambriero, espeço de Fanchoun,
Entré meïs douis rideous ven de garapachoun,
Mi remetté un paquet!... Es Chichois! ô qué festo!
Lou liégi, lou reliégi, aï pus de maou de testo,
Pus gè de fébrè, aï prés uno facho de reï,
Et saouti de moun lié frés et gaï coumo un peï.
Diguas puei qu’un poveto es ren qu’un sooutembarquo;
Senso teïs vers fariou pas liguetto à la parquo.
Gramaci! maï, moun bravé, es pas tout, as proumés
(Et tendras ta paraoulo, espéri, din lou mès);
As proumés que Chichois, atour toujou pu drolè,
Vendriè nous régala dins un trésième rolé;
Coumo, sies pas couaten! as fa sa counversien,
Et voués d’aquéou gusas faïré un gran musicien!
L’entrepresso es ben fouarto; aï per tu la pétoucho,
Sè n’en vénés à bout fas maï que mesté Moucho.
Conti su tu, pas men, et coumo sieou curiou,
De veïre oou darié pouint leïs prougrès dé toun fiou,
De juja sé despui qué s’enmasquo en artisto,
A pus l’air ni lou jés deïs Booudin et deïs Tisto;
Tout beou jus, lou veiraï senso quitta maun traou
Senso ana din Marsio affrounta lou mistraou,
Et per estré témoin dé sa pas bello gloiro,
Li douni rendé-vous dins lou Counservatoiro.
BARTHÉLEMY.
Oou Counservatoiro, li siou
Despui la fin d’aquest’ estiou,
Va sabès, va vous escriveri.
Crési mumè qué vous dounéri
Quoouqueï pichouis rensinamen
Touquant nouest’ establissamen.
Leï proufessours soun fouesso aïmablé,
Leï couléguo’ assez agreablé,
Per leïs frumos, foou coupa cour,
Et diré qu’aco es pui la flour!
M’avia dit qu’eroun fouesso fino,
Manélo et souplo de l’esquino;
Crési què vous: sia pas troumpa.
Diou crési, car va sabi pa...
Bessaï... pus tard... sériè poussiblé...
Diou pas noun... car sieou pa’insensiblé
Quand viou uno bello santa!...
Et l’Escolo, d’aqueou cousta,
Fournissé quoouqueï troués de fio
Qu’incendiarien tout Marsio...
Quant oou régimé dé l’oustaou,
Soourés qué sian ni ben ni maou,
Soulamen si levan troou d’houro.
Nous révioun, dévina couro?
Avant jour touti leï matin.
S’entendia lou charavarin
Qué nous fan émé la campano!
La déqué vous dorbi lou crano...
Alor si levan, descenden
Et travaïan doues houro’ oou men.
Fielan de souen, mountan de gammo,
Fen dé pouints d’orgué’ a rendré l’amo!
Sus d’un piano tout desmounta
Que diria qué l’an esquinta,
Darrieramen leï sieïs ooutavos
Eroun tant remplido d’entravos
Avien tant besoun doou fatour
Qu’escriveri oou diretour:
«Monsieur le Directeur, le piano de ma classe est poussif; chaque jour une corde qui
casse vient aggraver l’état d’un clavier tout perclus, dont les ressorts blasés ne
fonctionnent plus. La note qui devrait résonner est très-souvent muette, et l’ivoire
n’accouche que de sons cathareux, sourds, discords, éreintés, devant qui les chanteurs
fuyent épouvantés. Le bruit même, le bruit! et les effets rapides ne dissimulent plus les
lacunes perfides qui naissent sous nos doigts. Or, l’accompagnement pourrait-il ne pas
choir en cet événement? Exemple: l’autre jour avec ses notes claires, Valentin travaillait
un air des Mousquetaires; lorsque dans un moment où la voix au repos attend un si
bémol pour partir à propos, notre pianiste eut beau s’escrimer, se morfondre, ce gueux
de si bémol ne voulut pas répondre, et privé tout-à-coup de l’appui de ce son, le ténor
fut contraint d’arrêter sa leçon. Il est temps d’obvier à cet état de choses. Les chanteurs
ont promis de rester bouche close, et l’accompagnateur les mains dans son pourpoint,
éloigné du clavier, tant qu’ils n’ouïront point l’harmonieux écho de notre vaste salle
vibrer et tressaillir à la voix triomphale du piano réparé par les soins du facteur. Je suis
en attendant votre humble serviteur.»
Lou travaï suspendu miech’houro
Descenden per pita l’amouro
Pui après avé dèjuna,
Coumençan maï jusqu’oou dina. Et quntou dina! va foou veïré
Dé seïs propreïs ueis, per va creïré!
La cinq cent millo gusarié,
Van déleougea la pescarié
Toueï leï jour, et noun fan pas faouto
Dé ventré, dé testo, dé gaouto,
Dé troués dé marlusso qu’an més:
A rémia despui siei mes.
D’oureou qué sentoun la bécasso,
Qué diria qu’an prés à la casso,
Et puis dé manché dé béqué,
Vo ben qu’oouqué marri souqué.
Lou dimingé’ aven de galino
Qu’an débana dé la peitrino,
Dé gaous mouar de pérémounié
Su la barro d’un galinié;
(Diga, saï résoun, vous n’en prègui,
Vous qué va sabés?) Dé pessègui
Qué sé vous n’en foutien un coou
Vous garçarien la testo’ oou soou;
Dé salado dé bortoulaïgo,
Dé supi frégido’ émé d’aïgo,
Qué duvoun avè, émé résoun,
Ni gous, ni saousso, ni saboun;
D’espinar oou seou dé candèlo,
Couyna émé dé bouts dé ficèlo,
Dé cataplamus per fassun,
Dé lingno qué sentoun oou fun,
Dè fugi sèc coumo d’estoupo;
Enca vous diou ren de la soupo
Qués uno’ espèço de lagas
Per nen féni, nouestré gusas
Dé fricoutur, courouno l’obro,
Sé foou creïré’ un pichoun manobro
Qué l’a dessouta’ eïer matin,
En metten d’aïgo din lou vin...
Es aco cé qué nous désouelo.
D’aoutro part, cé qué nous counsouelo,
Es qu’après avé maou mangea,
S’anan un paou espassegea.
Dé dous en dous, de quatré en quatré,
S’encaminan per ana’ oou thiatré.
V’hui anaren veiré Robert,
Déman un ooupéra d’Aouber,
Eï quatriémos din nouestro logeo.
Quoiqué’ en poou haou, dégun dérogeo,
Sé n’en foou jugea per leï noum
Qué poudè légi din lou foun.
Leï professours leis pus utilés,
Leï cantaïré leïs pus habilés,
Touti an passa paou à paou,
Despui vingt ans per aqueou traou.
Lou dijoou, vo ben lou dissato,
Fourrié n’avé ni pè ni pato
Per manqua lou thiatré’Italien...
Aquel endré voou un milien!
Tamben n’en préni la coustumo:
Figura-vous qué la douis frumo
Qué cantoun doux coumo dé meou,
L’a uno basso coumo un borneou,
Uno tayo qués uno lamo!
Sé l’entendia faïré leï gamo!
Pa, pa, pa, pa, pa, pa, pa, pan...
L’a dé qué toumba su lou ban,
Et si li poou ren diré contro.
Maï lou pu fouar, es l’haouto contro!
Vo lou ténor... Aqueou surtout,
Per exemplé, va roumpé tout,
Senso qu’agué besoun d’ajudo.
Qunto carrèlo ben vouignudo!
Diria qué pren jamaï l’alen.
A la vouas, lou gous, lou talen,
Ah! foou qué li rendi justici,
Canto coumo’un fué d’artifici...
Aven pui quatré coou per més
Nouestro plaço oou thiatré Francés,
Per estudia la coumédio,
Lou dramé émé la tragédio.
Li vaou assez souven. Dilun,
Cependant, eri fouesso lun
De pensa qu’anariou oou thiatré.
Véniou dé canta coumo quatrè,
Eri las, et mi fasiou fouar
Dé mi eoucha d’houro lou souar,
Quand viguèri din la carrièro,
Prochi d’oou passagi Bergièro,
Afficha su lou courradou:
ANGELO, TYRAN DE PADOU!
Despui maï dé trés més, sans cesso.
Oousiou parla d’aquélo peço
Qu’avié fouesso réputatien.
Proufitéri de l’ooucasien,
M’alisqueri dei pè à la testo
Coumo s’anavi à n’uno festo,
M’aguessias vis aviou bouen air,
Mangeri un mouceou en l’air.
Prengueri l’oounibus qu’ero din la carriero,
En arribant croumperi un biet de preıniero
Dins un fooutuoi oou secound ban,
Et mounteri jouious et fier eoumo Artaban.
CHICHOIS
OOU THIATRE FRANÇAIS
CHICHOIS A G. BÉNÉDIT.
I
En intran ëi Françès trouberi sallo pleno
Leïs atour eroun déjà en scèno.
Quoiqu’aco mi placeri leou
Per entendré lou grand mouceou.
Qu’à péno’ alor acoumençavo.
L’avié’ un’ atriço qué parlavo!...
Bagasso! n’avié sept et cin....
Jamaï dégun a parla ensin.
Parfétamen ben assiounado,
Ero vivo, aimablo, assurado,
Un vieï tyran n’èro jalous;
Et tout en creignen seïs espous,
Li demandavo fouesso cavo...
D’abord s’èro ben eou qu’aïmavo?
Pui en qu vénié db parla? L’atriço senso s’encala
Li repliquavo: vous assuri,
Qué parli pas de vous, va juri.
Preniou quoouquei rensinamen.
Veïci su qué: tant soulamen
Moun historo’ es un paou encieno.
II.
Siou qu’uno paouro coumédieno,
Vengudo eïci per v’amusa.
Un jugué, qué pourré’ escrasa
Senso raisoun, senso justici
Deman selon vouestré caprici.
Maï talo qué siou, mounsinour,
Esten jouino, aï agu l’amour
D’uno mèro qu’èro ben bravo.
S’aguessias vis coumo m’aïmavo,
La santo frumo doou bouen Diou!
Oourie douna soun sang per iou.
L’hiver dins seï mans mi cooufavo.
La nué dins soun lié mi tapavo,
Si reviavo à tout moumen
En sursaou, per teni d’amen
S’aviou lou souen doux et tranquilè.
Crési qué sérié difficilé
De rescountra ren de miou.
Vous qué sia desgousta de tou,
Se sabias cé qu’és uno mèro!...
Aquito la ni sur, ni frero,
Que la pousquoun faïre ooublida,
Quan lou ciel vous la ven leva...
Es un bouenhur senso mélangi,
De pensa qu’émé vous l’a’ un angi,
Que camino quan camina,
Que s’arresto quan v’arresta,
Que ben rejouinado et ben caoudo,
Vous pren, vous bresso su sa faoudo,
Vous canto per vous endormi,
Vous di moun sang, moun bouen, mami,
Qué vous ri quan avé dé lagno,
En vous tintouregeant. Qu’espragno
Su’ tout, per vous accountenta,
Quan per fés véné’ a souhaita
Qoouqu’amusamen. Que vous douno
Soun lat, d’abord, quan sia pichouno,
Quan sia pu grando toui leï jour
Soun pain, e sa vido toujour!!...
Que vous parlo senso coulero,
Que vous di moun enfan, et que li dia ma mèro,
Eme’un air tant doux tant catiou
Qué réjouissé lou bouen Diou,
Et vous douno dex ans de vido!!...
Et ben, creaturo accoumplido,
La méro qu’aviou er’ensin.
Sus cent, n’en troubaria pas cin,
Qu’aïmaissoun ooutant ben sa fio.
Iou souleto eri sa famio;
Tamben si privavo de tout
Per iou. La suiviou de partout
A l’égliso, eï quey, per carriero.
Passavi leï soirado’entiero
Hiver, estiou, a soun cousta,
Car ma mèro’ anavo canta,
De cansoun, lou souar, su la plaço;
Quan intravian ero ben lasso
La paouro frumo, et ben souven
Moun Diou, gagnavo quasi ren...
Maï l’éro’égaou, si counsoulavo
D’estré émé’iou. Mi regardavo,
Et pui mi regardavo maï,
Et pui mi disié, qué jamaï,
Tout l’or, tout: l’argent de la terro,
Remplaçarien per uno méro,
Lou bouénhur dé veïré un moumen
L’enfan en qu voou tant de ben!!...
Un souar qué ma mèro cantavo,
Et qué lou poplé l’escoutavo,
Digué uno certaino cansoun
Qué fagué riré. La raisoun?
L’avié bessaï quoouquo soutiso,
Su la sinourié dé Veniso:
Ma méro li comprenié ren...
Lou fait es, qué sus lou moumen
Passé’un hommè dé la pouliço,
Mi semblo l’entendré — Anen, isso
Leva-vous, leissa-mi passa...
Un coou qué si fougué’avança
Prochi de lou et de ma mèro,
Jité’un coou d’uei plen de coulero
Su d’ello; et la mounstran doou dé
Eï gens soumés à soun poudé:
«A LA POUTENCI’ AQUÈLO FRUMO!
Eïci va sabé’ es la coustumo
Que quand vous prénoun sia perdu;
Et ma mèro qu’avié’ entendu
Ce que li disien, la paouro’armo!
M’embrassé’émé uno grosso larmo,
Qu’en toumbant mi brulé lou front.
Rbésignado’en aquel affront,
Mi fagué signé de la suivré,
Prengué soun crucifi de cuivré
Et digué: quand sia malhurous
Foou tout mettré eï pé de la crous!!!!
Iou din aqueou tem, quand li songi,
Mi semblavo estrè dins un songi!...
Crésiou qu’ero pas per de bouen
Qu’agicien ensin, et moun souen
Duravo toujour... Estounado
De veïré ma mèro tratado
Senso respè, ni senso esgard,
Eri’enterdicho... maï pu tard,
Quand viguéri qué l’estacavoun,
Et que senso iou la menavoun,
Oh! alors se m’aguessias vis,
Eri fouelo... feri de cris
Affrous... Davant iou émé ragi,
Subran, mi dorberi’ un passagi,
En revessant deï dous cousta
Tout cé qué mi voulié’ arresta...
Ni lou poplé ni leis gendarmos,
Ni la pouliço émé seis armos,
Degun mi semblavo proun fouar;
Car mi sentiou oou foun doou couar,
Uno noblo e santo coulero!...
Per arriba jusqu’à ma mèro,
Mounsinour, redoutavi ren,
Et cresi qu’oouriau mes en fren,
Din seï dimensiens couloussalo,
Leïs pouartos dé la cathédralo,
Sé mi l’avien sara dedin!...
Résistéri tant qu’à la fin.
Prochi dé ma mèro arribéri...
Tout en plour alor mi jitteri
A soun couélé, per l’embrassa,
Mi vougueroun proun repoussa
Maï ni seï gès, ni seï ménaço,
Mi féroun bouléga de placo.
Tout lou sénat sérié vengu,
Qu’oouriè jamaï ren ooutengu.
L’aoubré viou pas senso l’escorço!!…
Coumo via, l’avié qué la forço,
Que pousquessé’agi contro’iou
Et l’empluguéroun. Oh! moun Diou
Me nen souven coumo s’èro’aro,
En li pensan tremoueri’ encaro,
Se siou pas mouarto de l’esfrai
Aqueou jour, oh! moueri jamaï...
Dous hommé su iou si jiteroun
En memé tem e m’arraperoun
Senso pudou, senso pieta,<
Bénédit Gustave.

:: LES POÈMES ::

A Ounour à la Fino e à Cesar. (Pierre Dominique Testa lou 12 de nouvembre 2007.)
A Fine Gabriel, appelé Fine César … (Pierre dominique Testa, le 12.11.1989)
A vous ma Fine César (Pierre DominiqueTesta, le 17.6.1991.)
A BAGATOUNI ! : LOU BAL (Valèri Bernard)
A Dominique mon épouse bien-aimée. (Pierre Dominique Testa, le 27.12.1988.)
À douze ans - À douge an (Pierre (Pèire) VIRION - mai 2009)
À Flassans (Pierre VIRION (janvier 2009))
A Grégoire VII. (Pierre DominiqueTesta, le 4 mai 1985 .)
A la bello Bouscarlo, Christine Le Merò d’Alau (Pierre DominiqueTesta lou 4.5.1986 .)
a l'ostau de la vielha (Joan Glaudi Puech)
A Madame Elise Achard, née Reynaud en 1899, à Aspremont, qui vécut à St Pierre d'Argençon où toute sa vie, elle garda ses moutons. (Pierre Dominique Testa, le 18.4.1986.)
A Marie Castelin, née à Allauch en 1892, l'amie et voisine de Marie Ferraud de la rue Lisette . (Pierre Dominique Testa, le 18.1.1986)
A Marie-Jeanne Limousin, née Michel en Mai 1910 à Allauch, dit " la Fiòli ". (Pierre Dominique Testa, le 15.2.1986 .)
A mon neveu Christophe Dupaigne (Pierre DominiqueTesta, le 15.6.1986.)
A Segne Gàrdy, nouest' amable proufessour de literaturo. (Pierre Dominique Testa emé Rita Mazaudier e Lilian Olivier de Rouërgue.)
A Segne GARDY, proufessour d'Occitan à la facurta de letro Paul Valery de Mountpelié. (Pierre Dominique Testa, le 16 12 2005 à Mountpelié, entàntou lou cous de literaturo óucitano de Moussu Segne Gardy, sus l'obro d'Augié Gaillard de Rabastèns au tèms de la refouarmo, que Lilian Olivier de Roudes en Rouergue mi pourgè soun vièi libre pèr )
a toi ma mère (Patrick coquillat)
A touèi leis ensignaire oucitan de Mountpelié (Pierre Dominique Testa, lou 8 de setèmbre de 2003 .)
Aà Mon grand-père, Francis Eymery, né en 1907. (Pierre DominiqueTesta, le 29 11 1986 )
Acènt dóu Miejour (Pierre Dominique Testa, lou 13 de jun 2013.)
Adelimen. (Pierre Dominique Testa lou 6 9 2005 8H.)
AGRIOTAS E POUMETAS (Jousè TELLIER)
Alino Bernardac. (Pierre Dominique Testa, lou 17 febrié 2010, en gramacimen dei vut de Carèmo d’Alino Bernadac.)
Amelié (Pierre Dominique Testa lou 3 de Febrié 2008. )
Amitié ? (Pierre Dominique Testa. Ce Soir 11.11 2007, pour Pauline et Cathy de St Victor. )
Amour emmène-moi ... (Pierre Dominique Testa le 19.9.1985)
Angoisse d'un soir . (Pierre DominiqueTesta le 28 mars 1985 .)
Anniversaire de ma mère. (Pierre Dominique Testa, le 9 juillet 2010 pour les 80 de ma mère, née en 1930. )
Anniversàri dei trent'an de Lilian Olivier de La Bastide en Rouërgue. (Pierre Dominique Testa, lou 4.7.2008)
au cafè de Carmen (puech jean claude)
Au vielh castèu (Joan Glaudi Puech de Ménerbes.)
Aubèta (joan claudi Puech)
aucèu dins lou cèu. (Pierre Dominique Testa le 16 12 2006 à Barbaraou . )
Aurélie Soldaïni, bon anniversaire pour tes 30 ans. (Pierre Dominique Testa, pour les 30 ans de ma nièce Aurélie Soldaïni, le 19 décembre 2010.)
Aurelìo G. dou Plan de Cuco. (Pierre Dominique Testa le 10.11.2007 )
Avé Maria (Pierre Dominique Testa, le 11.9.1989.)
Avé Maria, Avé Maria .... (Pierre Dominique Testa le 31 Juillet 2006 .)
Bèla amiga (Joan Glaudi Puech)
Bèu tems. (Pierre Dominique Testa, lou 1 4 2015.)
Bonjour en touti ( La pastresso espeiandrado ) (Frédéric Mistral, le 2 janvier 1851. ( avant la mise en place de la graphie « mistralienne » ))
Boueno annado 2011. (Pierre Dominique Testa lou 1.1.2011.)
Bouen' annado 2009. (Pierre Dominique Testa, lou 31.12.2008. )
Bouen' annado 2012, Maryse Garcian d'Allauch. (Pierre dominique Testa, lou 10 de janvié 2012. )
Bouen' annado 2014. (Pierre Dominique Testa, lou 1 janvier 2014.)
Boues dins Garlaban. (Pierre Dominique Testa, lou 11.10.2008.)
Bourroulo de Curat ! (Pierre Dominique Testa, lou 2.1.2012.)
Brago... (Pierre Dominique Testa, lou 23 de setèmbre 2015)
Brise d'Amour. (Pierre Dominique Testa le 7.7.2010. Brise d’amour. )
Camille. (Pierre Dominique Testa, Lundi 19 1 2004, 11 heures .)
Candelouso à St Vitour. (Pierre Dominique Testa, lou 12 1 2008.)
Canta.... (Pierre Dominique Testa, lou 3 de janvié 2017.)
Cap d'an 2014... (Pierre Dominique Testa, lou 30.12.2014.)
Carce. (Pierre Dominique Testa, le 27.1.2009. )
Carriera Arnaud Danièu. (Joan-Glaudi Puech de Menerbes. )
CHICHOIS .... N° 1 ..... (G. Benedit ... 1855 ... )
Chichois ( en entier ) vers en provençal marseillais.1879. (Bénédit Gustave. )
Cigalo. (Pierre Dominique Testa, lou 30 de jun 2010. )
Cigalo... (Pierre Dominique Testa, lou 3 aout 2015.)
Climatico ! (Pierre Dominique Testa, lou 5 de janvié 2015. )
Comte d'à rebous. (Pierre Dominique Testa, lou 13 d’avoust 2008.)
Còrsou. (Pierre Dominique Testa, le 9.4.2008.)
Coulòqui Max Rouquette d'abriéu à Mountpelié. (Pierre Dominique Testa., lou 4.4.2008.)
Coumboscuro deis Arneodo. (Pierre Dominique Testa lou 31.1.1993 .)
Coumo la fum (Martine Gonfalone, 5/12/2007.)
Couralo Sant Sebastian d'Alau. (Pierre Dominique Testa, lou 3.1.2009. )
Crimis Propre Ficcion ... ( p 83 ) (Florian Vernet, Crimis Propre Ficcion, IEO 2001. )
Dai... (Pierre Dominique Testa, lou 22 de mai 2015.)
Dangié dangié ... (Pierre Dominique Testa, lou 18.10.2009. )
Daréire l'ourisount (Péire Roux de Santo Lucìo de Coumboscuro, dins vau Grana, valado prouvençalo d'Itàli. ( Aquesto pouesié fuguè facho pèr un escoulan de la pichoto escolo de mountagno pèr un drole dóu vilajoun entre leis annado 2000 e 2004, recampa dins uno antoulougio es)
Darrièro nuech. (Pierre Dominique Testa, lou 14 de mai 0h10. )
De Lorraine à Provence (Pierre VIRION (janvier 2009))
Dèco d'amour. (Pierre Dominique Testa, lou 22 9 2009.)
Dedicàci de « Fino e Cesar », A Dono Rousèto Bileras, (Pierre Dominique Testa, 25.3.2012. )
Degai. (Pierre Dominique Testa, lou 25.1.2009.)
Délire d'un soir, à Valérie, de St Pierre d'Argençon (Pierre Dominique Testa, le 29.7.1988.)
Demòni... (Pierre Dominique Testa, lou jour de Pasco 31.3.2013. « Diabolicus…. »)
Départ de Marie-louise Michel, née à Allauch en 1920. (Pierre Dominique Testa, le 10.8.2008.)
Depremido. (Pierre Dominique Testa, lou 25.10.2010.)
Dernier voyage de Thibault et d'Eliot. (Pierre Dominique Testa. Le 8.11.2009. A mes cousins, les jumeaux Thibault et Eliot Guimbergue-Bagard de Clermont-Ferrand, partis trop tôt pour le Ciel le 4 juillet 2009.)
Désiré SUOU de Villecroso dins Var. (Pierre Dominique Testa, lou 13.10.2009.)
Despartido d’Óulivié Billet. (Pierre Dominique Testa, lou 8 de desembre 2014.)
Diéu. (texte de Frère Danick Labinal, franciscain à Brives, traduit par Pierre Dominique Testa, le 29 mars 2012. )
Dins quàuquei jour... (Pierre Dominique Testa, lou 13 d’avoust 2008.)
Divino Pouesié. (Pierre Dominique Testa, lou 22.10.2010. A Jean Claude Foret, autour oucitan e proufessour de literaturo à la facurta Paul Valery de Mountpelié. )
Dono Gorlié de Castèu-goumbert. (Pierre Dominique Testa, lou 6 novembre 2013. A Dono Gorlier, lachièro à Castèu-goumbert.)
Dos ivers. (Poésie envoyée par : mo@, le 6.12.2007. )
Dùbi... (Pierre Dominique Testa, lou 28 d'abriéu 2015 .)
Eiguiero : à n'uno chatouno d'Eiguiero en guierdoun de soun retra (Baroun Guillibert, lou chapòli di poutoun, dins la revisto " escolo de lar " du 21 décembre 1902)
Ela (Joan-Glaudi Puech, pouèto de Menerbes.)
En Chino 1 (Pierre Dominique Testa, lou 12 de setèmbre 2013.)
En Chino 10 ... (Pierre Dominique Testa, lou 15 juillet 2017.)
En Chino 2 (Pierre Dominique Testa, lou 14 11 2015)
En Chino 3.... (Pierre Dominique Testa, lou 20.12.2015.)
En Chino 4. (Pierre Dominique Testa)
En Chino 5. (Pierre Dominique Testa; lou 8 de jun 2016.)
En Chino 6 (Pierre Dominique Testa, lou 20 d’Outobre 2016.)
En Chino 7. (Pierre Dominique Testa, lou 7 de janvié 2017)
En Chino 8. (Pierre Dominique Testa, lou 4 de febrié 2017.)
En Chino 9 (Pierre Dominique Testa, lou 9 abriéu 2017)
Enchâtrat. (Pierre Dominique Testa lou Dimènche 27 d'Avoust 2006)
Esperanço de Printems. (Pierre Dominique Testa, lou 5.4.2008.)
Espèro de printèms. (Pierre Dominique Testa, lou 17 de mai 2010. )
Espèro d’amour. (Pierre Dominique Testa, lou 13.3.2010.)
F.rançois de Montsabert : départ (Pierre DominiqueTesta, le 22.11.1990.)
Fabienne Girard de St Pierre d'Argençon. (Pierre Dominique Testa, le 27.12.2007 )
Fai de nèu (Joan Glaudi Puech)
Felibre faus (Pierre Dominique Testa, lou 9.2.2008)
Fèsto de la Musico 2010 pèr la Glèiso d'Alau. (Pierre Dominique Testa, lou 8 de mai 2010. )
Fête des mères (Pierre DominiqueTesta le 3 Juin 1993.)
Fifi et Belé, Rose et Antoinette Mouren, nées en 1893 et 1888, à Marseille sur la Corniche. (Pierre Dominique Testa le 24.12.1987.)
Fin de mai 2011. (Pierre Dominique Testa, lou 30 mai 2011.)
Finimound à ma Fiholo Louise Longeon d'Eyguières. (Pierre Dominique Testa, le 23.12.2007.)
Fragileta (Martine Gonfalone)
Franciscan. (Pierre Dominique Testa, lou 20.9.2008)
Freduro (Pierre Dominique Testa lou 21 de febrié 2015.)
Frumo.... (Pierre Dominique Testa, lou 1 de setèmbre 2012. )
Garlaban... (Pierre Dominique Testa, lou 26 d’abriéu 2015.)
Gast ! (Pierre Dominique Testa, lou 16 de Julié 2014. )
Gèu dins Garlaban. (Pierre Dominique Testa, lou 19 desembre 2009, que defouero faguè -7° dins Garlaban. )
Gramaci à l'istourian Reinié Merle. (Pierre Dominique Testa, lou 9.2.2010 A l’istourian Segne Reinié Merle que mi mandè sèis astruch pèr lou trabai de ma tèsi de lengo d’O, que soustenguèri lou 11 desèmbre 2009 à la facurta Paul Valery de Mountpelié sus Désiré Suou de Villecroze dins Var.)
Groussié, groussié ..... (Pierre Dominique Testa, lou 29 mai 2013.)
Homélie en vers du P.Mauvaisin. ( Marseille St Valentin 2011 ) (Père Rémy de Mauvaisin+)
Hommage à René Roig, un ami disparu en avril 2003. (Yves La Macchia)
Hugues Madesclaire : Adiéu . (Pierre Dominique Testa, lou 24.4.2010. En memòri de Hugues Madesclaire trouba lou 21.4.2010 escoutela au siéu dins la clastro de Santo Margarido, parròqui de Marsiho. )
Hymne d'Amour (Pierre Dominique Testa le 5.3.1996 retour de St Véran. )
I a pron (Auban BERTERO)
Incèns... (Pierre Dominique Testa, lou 16 de mai 2015.)
Istòri marsihès ( CIEL d'Oc ) (autour descounoueissu)
Iver 2010. (Pierre Dominique Testa, lou 20.3.2010. )
Jacky Ilouze. (Pierre Dominique Testa, le 15.11.1987)
Jaque Figon (Pierre Dominique Testa le 7.8.1984)
Jaque Miranne E Nanci (Pierre Dominique Testa, le 15.12.1985)
Jas (Pierre Dominique Testa, lou 31.1.2008.)
Jauffre (Joan-Glaudi Puech de Menerbes. )
Jauffre (Puech Joan Glaudi)
Je t'aime. (Pierre Dominique Testa, pour mon amour le 6.10.2009.)
Jeanne Négrel d'Allauch : ' iaià ". (Pierre Dominique Testa, le 9 Mai 2008.)
Jubilé de Monsieur Louis Ardisonne. (Pierre DominiqueTesta, le 4.5.1991.)
Julié matinié... (PierreDominique Testa, lou 6 juillet 2010. )
J'étais un vieux célibataire (Pierre VIRION (décembre 2008))
KTO d'Allauch ! (Pierre Dominique Testa, lou 13.12.2010. A mèis ami KTO qu’an fougna la Messo de Miejo-nue.)
La band' à Sant Ro. (Pierre Dominique Testa, lou 30.10.2010. A Antoine.)
LA BORGARIÁ (Henri VALEZ)
LA BOURGARIE (Henri VALEZ)
La Cabano. (Pierre Dominique Testa, lou 23.8.2014. )
La Cigalo e la Fournigo. ( archiéu CIEL d'Oc. ) (Marius Bourrelly, à Marseille 1872 chez Gueidon. )
La coumunioun di Sant (Frédéric Mistral, Arles Abriéu 1858 )
La daoio. (Pierre Dominique Testa, lou 20 de setèmbre 2009.)
La dicha de la figuiera. ( N°20 ) (Philippe Gardy, 2002 Trabucaire. )
la fac de letro de Mountpelié (Pierre Dominique Testa lou 20 d'Avoust 2005)
LA FOURNIGO ET LOU GRIET (Marius Decard. )
La fre 2012. (Pierre Dominique Testa, lou 13 de febrié 2012. Uno fre de loup -10 !)
la lèbre d'argent (joan claudi puech)
La Mère Sartòri, dit Magali. (Pierre Dominique Testa, le 4.7.1989,)
La Mort de Tante Augusta. (Pierre Dominique Testa, le 17.1.1987)
La nuèch ( pouesié deis escoulan deis escolo de Coumboscuro ... ) (Liliano Menardo de l'escolo de Coumboscuro en Itàli prouvençalo de la val Grana.)
La pèira d'asard (Jean-Claude Forêt 1990. )
La regènto de moun cor (Massilia Sound System)
La Rèino Sabo. rouman. ( Archiéu CIEL d'Oc ) (Jóusè BOURRILLY)
LA REVOUIRO DE LA JUSTICI (MARIUS DECARD 1875 ( lengo d'O de Marsiho, grafìo founetico. ))
La SCIATIQUE (Henri VALEZ )
La source de l'Amitié (25.01.2008) ; en réponse, par courriel, à l'éloge d'un ami sur l'hospitalité de votre humble rimeur... (Yves La Macchia)
La Terra deis autres (Claude Barsotti. )
La Vièio… (Pierre Dominique Testa, lou 20.1.2011. )
Languitudo de la fac de Mountpelié (Pierre Dominique Testa, lou 4 de julié 2010. A touei leis estudaire de la fac de Mountpelié qu’an chausi la lengo d’Oc pèr sèis estùdi en 2010. )
Le berger. (Pierre Dominique Testa, pour Pierre B le 3 1 2005 )
Le dernier Poilu (Pierre VIRION)
Le jour de la communion d'Aurélie, ma nièce. (Pierre Dominique Testa, le 22.9.1990,)
Le Matin (Henri VALEZ)
LE PEINTRE (Henri Valez )
Le Temps du Bonheur (Yves La Macchia)
Le vieux Massot. de St Pierre d'Argençon en 05, né en 1889. (Pierre DominiqueTesta, le 12.7.1987.)
Légende de Saint Christophe. (Pierre Dominique Testa de St Victor, le 1.3.2008, sous la statue de St Christophe dans l’église de la Palud à Marseille.)
Lei 4 Sant de glaço de Prouvenço. (Pierre Dominique Testa lou 21.1.2011.)
Lei beatitudo segound Sant Matiéu Cap 8. (Pierre Dominique Testa, lou 8 aout 2016 à la demande du Vicaire Général le révérend Père Pierre Brunet.)
Lei Capelan. (Pierre Dominique Testa, lou 11.2.2010. En oumenàgi à touei lei Capelan que m’an abari.)
LÈI DOUEI GOURNAOUX (J.H.D de Marseille. 1844.)
Lei faus bourgès. (Pierre Dominique Testa, lou 27 desembre 2013.)
Lei Garcin de St pierre d'Argençoun (Pierre Dominique Testa , lou 22.112007)
Lei mot groussié !!! (Pierre Dominique Testa, lou 30.5.2013.)
Lei mouart. (Pierre Dominique Testa, lou 2 de nouvèmbre 2014.)
Lei Pèro de Timon-David. (Pierre Dominique Testa, lou 16.3.2010. )
lei pichots conius gris (joan glaudi puech)
LEI PLAINTO DE MISE MARIO ( archiéu CIEL d'Oc ) (BACIGALUPO J. A. Marseille – 1855 Typographie et Lithographie Arnaud et )
Lei " Pelerin d'Oc " de Mountpelié (Pierre DominiqueTesta lou Dissate 30 12 2006, adematin 7H30 à Barbaraou, que Jerèmio Bucchièri e Matiéu touei dous de Mountpelié, escoulaire à "Paul Valery", mi venguèron vèire pèr vesita Marsiho . )
Leis oousseous sount de besti !… ( archiéu CIEL D'Oc ) (ALFRED CHAILAN. ( lengo d'O maritimo de Marsiho ))
leis uelhs verds (joan glaudi puech)
Lengo e tripaio (Pierre Dominique Testa, lou 22.9.2008.)
Léonie Monge, née en 1881 à Allauch , qui me parlait patois. Pour Rosette Monge, sa belle-fille.. (Pierre Dominique Testa le 9 Mai 1986,)
LES GARRABIERS EN FLORS ( archiéu CIEL D'Oc ) (Laurent RUFFIE)
Lettre de Martine Gonfalone à « lexiqueprovencal.com » (Martine Gonfalone de Barjols en 83 et Patrick Simon de Montréal. )
Li Saladello. ( archiéu CIEL d'Oc ) (Mèste Eisseto ( né en 1831 à Manduel ). )
Lilian Olivié bouen anniversàri. (Pierre Dominique Testa, lou 13 juillet 2008. En recouard di douei jour de l’anniversàri de Lilian Olivier de Teulière en Rouërgue, amèu de la Bastido pròchi Vilofranco.)
Lingo de Barrouiho ( pèço de tiatre ) (Pila Louis, Marseille 1911. )
LO PENHEIRE (Henri Valez)
Lo lume (Joan-Glaudi Puech. )
Lo slam dau Mossur de Morela (joan claudi Puech)
Lou Calen, Touloun 1908. ( lengo d'O vareso ) (Pèire FONTAN)
Lou darrié pelous (Pèire VIRION)
Lou paisan au tiatre. (Fortuné CHAILAN ( Lengo d'O de Marsiho ))
Lou Pastre. (Pierre Dominique Testa lou 24 de decèmbre 2004 , pour Pierre B .)
Lou Rabayaire de Martegalado ( Occitan maritime de Marseille ) (Marius FERAUD )
Lou Sermou dal curat de Cucugna ( archiéu CIEL d'OC ) (ACHILLE MIR ( Lengo d'O de Carcassouno ) )
Loueiso Lonjon... (Pierre Dominique Testa, lou 9 juillet 2016. Pèr ma fiholo, Loueiso Lonjon d’Eyguières, Priéuresso de nouesto Rèino d’Arle.)
Louis Ardisonne. (Pierre Dominique Testa le 22 avril 1994 .)
Louise Lonjon d'Eyguières. (Pierre Dominique Testa, lou 4 de janvié 2009. A ma fiholo Louise Lonjon d’Eyguières. )
Louise Michel de Tite-tite. (Pierre Dominique Testa, St Rock lou 26 de Setèmbre de 2003 )
Lous Cants de l'Aubo (ARNAVIELLE Albert - )
Lune triste. (Pierre Dominique Testa, le 13.9 .2008.)
Luno. (Pierre Dominique Testa, lou 30 d’avoust 2016.)
L'Abat Marcel Petit de Rafèlo lès-Arles. (Pierre Dominique Testa lou 4 d'Avoust 2005 )
L'amandier . (Pierre Dominique Testa, le 26.2.1992.)
L'ami. (Pierre Dominique Testa, lou 28.4.2009.)
L'ATLANTIDO DE MOSSEN JACINTO VERDAGUER ( REVIRADO EN PROUVENÇAU PER JAN MONNE Majourau dóu Felibrige, Chivalié de l’Ordre Reiau de la Courouno-de-Roumanìo 1888) (Verdaguer. )
l'aucèu lou gaudre e leis estello. (Pierre Dominique Testa lou 11 de Setèmbre de 2003)
L'autbois (joan Glaudi Puech)
L'autbois (seguida) (joan Glaudi Puech)
l'enfant do païs (albert tosan)
L'èstre e l'avé ! (Pierre Dominique Testa, lou 30 janvier 2013, pour l’anniversaire de mon épouse.)
L'Issole en colère (L'Issolo en coulèro) (Pierre (Pèire) VIRION)
L'Or di Cevèno : Cant II Magalouno. (Leoun Teissier. )
L'usino. (Pierre Dominique Testa lou 13.5.2009, le beau jour de ND de Fatima. )
L’abet . (Prosper Estieu, recueil « Las Oras Cantairas », 1931 chez Privat-Didier, Ecrit en graphie classique, dite graphie normalisée, ou graphie occitane.)
L’ase Bortomieu (Joan-Glaudi Puech de Ménerbes.)
L’aveni dóu Moulin d'Auguste Chauvet de Comps sur Artuby (Josette Chauvet du Moulin de Comps sur Artuby. Draguignan pour la chandeleur )
L’estraç ( un troues dou libre ...) (Claudi Barsòtti, ( p 192 IEO 2002 ))
Ma grand. (Pierre Dominique Testa, lou 2 de nouvèmbre 2014.)
Madalèno de Sant Vitour. (Pierre Dominique Testa, lou 29 de nouvèmbre 2007.)
Mai Mounte vas ? (Pierre Dominique Testa lou 1.9.2008.)
Majourau. (Pierre Dominique Testa lou 18.2.2008.)
Mar. (Joan-Glaudi Puech de Ménerbes.)
Marcel Cazeau de Mouriés, lou baile pastre deis Aupiho. (Pierre Dominique Testa lou 26.3.2008. Pouèmo pèr Segne Marcel Cazeau de Mouriés, lou baile pastre deis Aupiho. )
Margarido 1861. (Marius TRUSSY Paris 1861: Hooumagé ei bravèi gèn de Sorgué, ma vilo natalo et sa lu ! Paris, 19 dé mars 1861.)
Marie-Jeanne Eymery a 99 ans. (Pierre Dominique Testa, le 13 juin 2010, pour les 99 ans de ma tante Marie-Jeanne Eymery, née Aillaud à Allauch en 1911, et qui a sauvé ses amis juifs, la famille Cohen, de la folie meurtrière nazie entre 1942 et 1945 en les cachant dans les combles de l’)
Marijano Fiòli d'Allauch ( 1910-2009 ) (Pierre Dominique Testa, lou 5.11.2009, lou jour de la mouart d’aquesto que m’abariguè emé tant d’amour, Marie-jeanne Limousin, nado Michel en mai 1910, que disian « Tata Fiòli ». )
Marseille (Saint Martin Clément)
Mas de la Bastido à Pichàuris (Pierre Dominique Testa, le 8 Juillet 1991.)
Mas dei Courbet, à Boulèno. (Pierre Dominique Testa, lou 29.3.2008.)
Masquèto. (Pierre Dominique Testa, lou 8.1.2011. )
Mastramale. (Joan-Glaudi Puech de Menerbes.)
Mau-couar. (Pierre Dominique Testa, le 3.9.2009.)
Mei cinquant 'an !!! (Pierre Dominique Testa lou dimar 22 de setèmbre, après la repeticien qu’avèn agu dins la Glèiso d’Alau. )
Mentino ........... Pouèmo prouvençau en douge cant, à Marsiho 1907 (Jan Monné )
Mès de Marìo, A Sebastien mon fils. (Pierre Dominique Testa, le 13.5.1987.)
Mes frères étoillés. (Pierre Dominique Testa le 14 3 2006.)
Messa en Lenga d’Òc 1972 ( grafia classica ) (L'Eglise)
Messe de Minuit 1985 à Allauch. (Pierre Dominique Testa, le 23.12.1985. )
Messo de Miejo-nuech 2008 à Allauch. (Pierre Dominique Testa, lou 23 de desembre 2008. )
Mèstre de la Naturo. (PierreDominique Testa, lou 6 juillet 2010. )
Migraire...d'Eritrio... (Pierre Dominique Testa, lou 14.6 2015.)
Migrant. (Pierre Dominique Testa, lou 4 de novembre 2016.)
Minoutòri.... (Pierre Dominique Testa, lou 4 de desembre 2015. )
Misèri (Pierre Dominique Testa, lou Dimenche 27.1.2008.)
MISSAU E RITUAU EN LENGO NOSTRO (L'Eglise)
Mon épouse bien-aimée. (Pierre Dominique Testa, le 27.12.1988.)
Mouart. (Pierre Dominique Testa, lou 20 de janvié 2009.)
Mouié.... (Pierre Dominique Testa, lou 5 d’avoust 2015.)
Moun amigo la Mouart. (Pierre Dominique Testa, lou 11.9.2010. )
Moun fraire Jorgi... (Pierre Dominique Testa, lou 29 de desembre 2016 )
Mounastèri... (Pierre Dominique Testa, lou 13 de juin 2015.)
Muertre d'enfant eis Americo. (Pierre Dominique Testa, lou 16.12.2012, après lou fusihamen bestiassas de mai de 20 enfantoun e de sèis istitutour en Americo. )
ND du Castèu, d'Alau. (Pierre Dominique Testa, à moun frère George Testa, lou 7.9.2008)
Nèblo (Martino Gonfalone, lou 8 de decèmbre 2007)
Neissènço de moun fiéu. (Pierre Dominique Testa, lou 1 de Jun 2011, Neissènço de moun fiéu Sébastian lou 1.6.1982. )
Nèu à Allauch dins Garlaban. (Pierre Dominique Testa, lou 9.1.2009. A Sebastien mon fils. )
Nouesto Damo dou Castèu d'Alau. (Pierre Dominique Testa, lou 10.9.2010, Preguièro à Nouesto Damo dóu Castèu d’Alau. )
Nouesto Damo dóu Rousàri (Pierre Dominique Testa, lou 15 d’avoust 2010.)
Nouvè 2009 à Alau. (Pierre Dominique Testa, lou 26.12.2009. La pluèio de brefounié calè just pèr Descento e pèr la durado de la Messo de Miejo-nuech … ! )
Nouvé 2010 à Alau. (Pierre Dominique Testa, lou 24.12. 2010.)
Nouvé 2013. (Pierre Dominique Testa, lou 11 de desembre 2013.)
Nouvè 2016 dins Alau.... (Pierre Dominique Testa, lou 24 de désembre 2016.)
Nouvé Nouvé 2007. (Pierre Dominique Testa lou 21 décembre 2007.)
O Divin Creaire (inconnu)
Obro de Batiste ARTOU (Modeste Touar) archiéu dou CIEL d’Oc – Mai 2006 (BAtisto ARTOU ( Modeste TOUAR ) )
Obro Prouvençalo de Clouvis Hugues ( 1851-1907 ) (Clouvis Hugues )
Ode à Claire (Yves La Macchia)
Odieux odieux ! (Pierre Dominique Testa le 23.9.2008.)
Odo à Mirabèu ( archiéu CIEL d'Oc ) (F. Martelly : )
Ooo Tu... (Pierre Dominique Testa, lou 19 de juin 2017. )
Ounour à la Fino e à Cesar. (Pierre Dominique Testa lou 12 de nouvembre 2007.)
Ouro...l'Ouro que tugo... (Pierre Dominique Testa, lou 25 de julié 2015.)
Ourtanso. (Pierre Dominique Testa, lou 3 de mai 2015.)
Oustau d'Alau...à Marie-thérèse Guien. (Pierre Dominique Testa, lou 11 mars 2015.)
Pantai de Coulombino (Martine Gonfalone, 26 février 2008)
Pantai.... (Pierre Dominique Testa lou 6 de febrié 2015.)
Papo Clemènt V (Clovis Hugues. )
Paradis. (Pierre Dominique Testa lou 29.12.2007. Pèr lei parrouquian de la Trinita, carrièro de la Palud à Marseille, enciano abadié dei Trinitàri. )
Pas grand Chose. (Pierre Dominique Testa, matin du 15.9.2008)
Pasco 2017.... (Pierre Dominique Testa, lou 16 d’abriéu 2017, Sant jour de PASCO.)
Pasco... (Pierre Dominique Testa, lou 5 avril 2015.)
Pastre à Barbaraou... (Pierre Dominique Testa, lou 29 11 2012.)
Pastriho à Barbaraou... (Pierre Dominique Testa, lou 11 de janvié 2014.)
Paul Caire d'Eyguièro festèjo sèi 80 an. (Pierre Dominique Testa lou 3 de julié 2010. Pèr lei 80 de Paul Caire d’Eyguièro. )
Pecaire... (Pierre Dominique Testa lou 10 de janvié 2015.)
Peço d’artifìci (Martine Gonfalone)
Pèr Alìci Zachéo (Pierre Dominique Testa le 13.5.1985)
Pèr Pèire Raimoundo d’Allauch né en 1914, qu’a mantengu 80 an de tèms la Prouvenço drecho e fiero de sa culturo e de sa lengo. (Pierre Dominique Testa, lou 15 juillet 2008. )
Philippe Martel (Pierre Dominique Testa, lou 29 de setèmbre 2016.)
Pierre Bello, troubaire marsihès 1853. (Pierre Bellot, 1853.)
Pluèio dins Garlaban. (Pierre Dominique Testa, lou 8 d’outobre 2008.)
Pluèio novo... (Pierre Dominique Testa, lou 1 avril 2017.)
Pluèio... (Pierre Dominique Testa, lou 24 jun 2015. Pèr lou jour de Sant Jan.)
Poème pour Anne-Marie Conscience Berne de Plan de Cuques. (Pierre Dominique Testa le 6.4.1990.)
Pouesié de Jousé Diouloufet 1771-1840. (Diouloufet.)
Pour ma Mère. (Pierre DominiqueTesta, le 29.5.1987)
Pour Marie-Paule, Nicolas et Aurélie, ma sœur, neveu et nièce. (Pierre Dominique Testa, le 7.12.1991.)
Pour "la quarantaine" d'une Amie (Yves La Macchia)
Preguièro à Sant Jóusé, (Pierre Dominique Testa, lou 16 avril 2017.)
Prière à Marie. (Pierre Dominique Testa, le 16.7.1991.)
Prière du matin . (Pierre Dominique Testa, Montpellier le 20 1 2004,.)
Prière du soir. (Pierre Dominique Testa le 3.3.2005)
Prière Scout - Preguiero Escout. (Chantée par le groupe Scout d’Europe de l’Abbaye de Saint Victor le 11 Novembre à 9H )
Primo... (Pierre Dominique Testa, lou 1 4 2015.)
Printemps ... A ma maire . (Pierre DominiqueTesta, le 10.3.1985.)
Printèms 2008. (Pierre Dominique Testa, lou 30.3.2008.)
Printems à Alau. (Pierre Dominique Testa, lou 5.4.2008.)
Pròche la Bocariá ( Barcelona ) (Joan-Glaudi Puech de Ménerbes.)
Protopoèmes. (Alban Bertero.)
Prouvèrbi pèr Sebastien, moun fiéu. (Pierre DOminique Testa lou 14.2.1989)
que dire des jours (gef)
Rampau 2008. (Pierre Dominique Testa, lou 25.3.2008. )
Rassa Rasseje : Aurillac 1978. (Pierre Miremont d'Aurillac. )
Retour de ski. (Pierre Dominique Testa le 8.2.2011. Retour de Ski.)
Rêve triste pour Jacky (Pierre Dominique Testa le 5.5.1988.)
Rois Mages. (Pierre Dominique Testa, le 1 décembre 2007.)
Roussignóu... (Pierre Dominique Testa, lou 10 de mai 2015. )
Route vers ND de Fatima. (Pierre Dominique Testa le .5.1994)
Sa Voix. (Pierre Dominique Testa le 24.6.1986)
Sacha Barra, neissènço d'un cousin miéu à Barjòu. (Pierre Testa, lou 25.1.2010. Pèr Sacha Barra de Barjòu, un nouvèu pichoun cepoun pèr nouesto famiho.)
Salutation au jeune poète François-Xavier Rigaud. (Pierre Dominique Testa, le 27.1.2010. François-Xavier Rigaud d'Allauch m’a offert et dédicacé son premier recueil de poésies. )
Sant Jan à Allauch... (Pierre Dominique Testa, lou bèu jour de Sant Jan 2015, 24 de jun.)
Sant Medard...e... Sant Barnabèu ! (Pierre Dominique Testa, lou 8 de jun 2015.)
Sant Pastre en français de frédéric Mistral. (Pierre DominiqueTesta le 3 Juillet 2003, Texte de F. Mistral, traduit et arrangé.)
Santo Presènci. (Pierre Dominique Testa, lou 28.9.2009.)
Sapiènci (Martine Gonfalone, 27 février 2008)
Sasons (Joan-glaudi Puech de Ménerbes. )
Sebastian e Laurie. (Pierre Dominique Testa, lou 30.12.2010. A moun fiéu Sebastian neissu en 1982, à sa nouvièto Laurie, que soun eisila pèr soun trabai dins leis uba de la Chino desempuei doues annado.)
Secaresso de 2016. (Pierre Dominique Testa, lou 3 de julié 2016.)
Secarèsso de printèms. (Pierre Dominique Testa, lou 7 mai 2011. )
Secaresso... (Pierre Dominique Testa, lou 11 d’avoust 2015. )
Segne Martel e lei Felibre. (Pierre Dominique Testa, lou 26.8.2010. En gramacimen dóu mandadis de Philippe Martel, moun direitour de tèsi, que mi pourgè soun libras sus lei Felibre en aquesto fin d’avoust 2010.)
Sentido Santo. (Pierre Dominique Testa, lou 21 de nouvèmbre 2009.)
Sìes Tu, de ROUSARI DE PASSIOUN de Coumboscuro (Sergio Arneodo, de Sancto Lucio de Coumboscuro, Itàli Prouvençalo 2000. )
Silènci... (Pierre Dominique Testa, lou 14.3.2015.)
Sivan, mèstre d'estello. (Pierre Dominnique Testa le 22.12.2007.)
Solitude à Hyères. (Pierre Dominique Testa, le 2.5.2002)
Solitude. (Pierre Dominique Teste, à Allauch le 31.7.2010. )
Soulèso pèr Candelouso. (Pierre Dominique Testa, lou 2.2.2015 jour de Candelouso.)
Soun vouiàgi. (Pierre Dominique Testa à Barbaraou lou 16 12 2006 .)
Sounado... (Pierre Dominique Testa, lou 10 d’abriéu de 2015. )
Souvenirs d'enfance (Joëlle MAILHOT)
Souvet galoi pèr Nouve 2013. (Pierre Dominique Testa, lou 24 de desembre 2013.)
St Valentin 2011-1981. (Pierre Dominique Testa, le 14.2.2011. A mon amour d’épouse pour nos 30 ans de mariage. )
Subre la mòrt de Frederic Mistral. (Prosper Estieu 1914. Recueil « Las Oras cantairas », 1931 chez Privat-Didier.)
Tambourinaire. (Pierre Dominique Testa lou 24 de Decèmbre 2005 .)
Tanto Chailano, née à Allauch en 1889. (Pierre Dominique Testa lou 16.12.2007.)
Té tu Té iéu. ( archiéu C.I.E.L. D'Oc ) (Robèrt Lafont)
Terro maire. (Martine Gonfalone, le 14.11.2007. )
Toi... (Pierre Dominique Testa le 9.9.2010.)
Tota la sabla de la mar. ( p 11 ) (Max Rouquette, Montpellier)
Tour de Franço 2015....à Gap... (Pierre Dominique Testa, lou 21 de juilié 2015. )
Tren à Sant Carle. (Pierre Dominique Testa le 1.10.2009.)
Tres aucèu. (Pierre Dominique Testa le 16 12 2006 à Barbaraou . )
TRÒCES CAUSITS (LA FARA-ALÈS ( lengo d'O dei Cevèno ) )
Un Loupin... de A.L Granier 1855. (A.L.Granier. 1855. Marseille)
Un ventàs. (Joan-Glaudi Puech de Ménerbes.)
Unique. (Pierre Dominique Testa le 9.9.2010.)
Uno flour vèn d'espeli (Pierre Dominique Testa du 1.6.1982)
Varbau. (Pierre Dominique Testa, lou 13.11.2008 en remembre d’un varbau !)
VERITABLES SOOUCISSOTS D’ARLE (Baptistin ESTAY Marseille, le 16 janvier 1852.)
Viens dans ma belle Provence (LYS CLAIRE)
Vierge du Manteau. (Pierre Dominique Testa, Allauch le 24.12.2006 à 19h20.)
Visiteur. (Pierre Dominique Testa le 24 MAI 2005 )
Vóucan d'Islando. (Pierre Dominique Testa, lou 17 de mai 2010. )
Voues e Crous (Pierre Dominique Testa, lou 17.10.2008, )
Voues. (Pierre Dominique Testa, le 5.3.2007.)
Vounvre Sant. (Pierre Dominique Testa, lou 17.11.2011. Pèr Bernat e Angèlo Perronne dou Lougis Nòu à Allauch. )
VOYAGE DU PATRON SEOUCLET A PARIS ( 1861 ) (Edouard BOUGRAIN, de Barjols. Brignoles – 1861 Imprimerie de Perreymond-Dufort et Vian)
Voyage en train entre Aachen et Bruxelles . (Pierre Dominique Testa, le 11.9.1989.)
voyage en voilier à Porquerolles. (Pierre DominiqueTesta lou 15 Juillet 1987 )
Vut 2013. (Pierre Dominique Testa lou 1 janvié de 2013.)
Vut de bouen' annado 2017. (Pierre Dominique Testa, lou 1 de janvier 2017.)
Vut pèr 2015. (Pierre Dominique Testa, lou 1 de janvié 2015.)
" Mystère des Saints Innocents " (Pierre Dominique Testa le 11 1 2006 .)

Chaque visiteur peut nous envoyer un texte de sa composition, quelque soit le dialecte, quelle que soit la forme poétique, le registre, et la graphie. Il lui suffira de le saisir ci-dessous.

Nous nous réservons le droit de ne pas mettre en ligne tout texte trop long, ainsi que tout texte hors des limites de la décence ouverte au public.

titre
texte
auteur
e.mail
1 + 1 ?