auteurauteurassociationlexiqueouvragesassociationliensliens

Dans cette rubrique, des poèmes sont offerts à la lecture des internautes.


LÈI DOUEI GOURNAOUX

ou
MARTIN ET LOUIS,
A LA
FIERO DE SAN-LAZARE.

Comédie en Trois Actes
par J.H.D.
MARSEILLE
IMPRIMERIE ÉDOUARD BURET ET Cie,
RUE SAINT-FERRÉOL, 27.

DÉDICAÇO
Aqueoou pichooun oùvragi
Qu'à soun debut ma muso adreiss'eis Marsyes,
N'aura pas l'avantagi
De plaire en fouessomounde: et n'en sioou pas surpres.
Lou Dioou que regis lou Parnasso,
Sus seis enfants de puro raço
Aimo à leissa toumba sei rayouns precious,
Et din sa marcho perillouso Guido la barquo harmouniouso,
Que cerquo d'abourda sus lou coulet famous.
Mai ioou qu'ai ren en testo,
Priva de soun souffle divin,
A peno oou mitan de camin,
Mi senti plus dana, ai poou que la tempesto
Mi fasse mesura l'abyme senso fin.
PERSOUNAGI.
LOUIS, Arrousur public.
MARTIN espeço d’Idiot.
NOURADO mestresso de Louis.
SOURDAT de la Patrouyo.
CHARLOT, Garçoun d’Auberjo.
Un Viei Paysan.
La Mero Micheou.
Lou Pero Micheou.
La Sceno si passo à Marsyo, dessus la Canebiero.
LEI
DOUEI GOURNAOUX
ou
MARTIN ET LOUIS
à la fiero de San-Lazare
Comédie en trois actes.
ACTE PREMIER.
Scène 1re
LOUIS,
s’eveillant et se frottant les yeux.
Se mi sioou pas troumpa lou clouchie deis Acoulos.
Ven de souna, escouten.... Serie deja tres ouros ?
Despui que lou reveil de ma mouestro va pa
Jamai de bouen matin mi pouedi revia.
Anen despaschen si.... mai mountes ma casquetto?
Es inutilament quai sourti ma lunetto.
La trovi pas, grand Diou, coumo sioou malherous !
Lou mouyen que degun n’en fouguesse jalous !
Ero de peou de ga, et talamen brillavo
Queis alleyos en passant cadun mi la lourgnavo
Noun jamai casquetier lou dimenche matin
D’un article tant beou paro soun magasin.
Ah ! se poudioou sache quour’ es que me l’an presso,
Es diminche segur d’aou temps de la grand messo,
Diminche de matin que coumo un gros gournaou
A ma pouarto en sorten ooublideri la claou.
Coumo faire pourtant ? mi rendrai a la fiero
E m’ un capeou crassous, mai de quaro maniero !
Aco n’es pas lou cas, quand tout lou mounde es beou,
Vourie mai millo fes sorti senso capeou.
Sioou ben embarrassa, sabi pas coumo faire.
(A haute voix. )
Martin vene aou secous de toun paoure coumpaire,
Bessai que toutei dous trouvarian lou couquin
Que mes vengu voula diminche de matin,
Preparo toun bastoun, ioou vaou prendre ma paro
Et se lou destrooucan li foou fendre la caro.
(Plus bas.)
Despachen siveguen, es pas troou bouen matin,
Anen vite trouva lou coumpaire Martin.
Scène 2me.
LOUIS — NOURADO.
NOURADO.
(Elle entre précipitarnment et embrasse Louis)
Bouenjou mon paoure Louis, mai semblo qu’as la bilo,
LOUIS
Nourado leisso mi, mi faou descendre en villo.
NOURADO.
Mai li penses cher Louis de sorti tant matin?
Vachier es panca vengu durbi soun magasin.
Regardo coumo es nuech! regardo leis estellos
Que brilloun din lou ciel! ô Louis, coumo soun bellos,
Regardo eis en paou.
LOUIS
O perlo de moun couar!
Sies ben pu bello tu que l’estello doou souar,
Ello es a mei regards penden lou jour voilado
Et meis ueis nuech et jour vien ma bello Nourado.
(Il l’embrasse).
NOURADO
Eh ben pusque teis ueis mi vien eme plesi
Perque vouïe tan leoou mi laissa per sourti ?
Asseto ti moun Louis et siegues resounable.
Une fes, sabies ben per ioou ti rendre eimable,
Eres dous, m’en souven, dous coumo un tourdoureou.
LOUIS
Mai alors eri pas, bello, senso capeou,
Sabes pas qu’un voulur m’a raouba ma casquetto ? -
Se mi toumbo davant n’en foou uno brouchetto.
Laisso mi leoou sourti, si veiren estou souar.
NOURADO
Eh ben vai souerte, vai, ti suivrai de moun couar.
(A part.)
Coumo mi voou langui din aquesto journado!
Diou d’amour permettes que siegue leou passado!
Scène 3me.
LOUIS.
(Au milieu de la rue.)
Lou tron de l’air Marsyo em’ enca sei carrieros!
Aves bello marcha de toutei lei manieros,
Avant qu’agues changea soulament de quarties,
Sias segur de goousi tres pareous de souries.
Aquo n’es que mie maou quand la panso es ramplido
Et qu’un soupa jouious si coui à la bastido;
Mai malhur en aqueou que d’aou matin aou soir
Senso ren din lou ventre arpanto lei trottoir.
A Marsyo n’en a de toutei lei manieros
D’aquelei vagabouns arpanturs de carrieros:
Leis uns enveloupas din seis manteous crassous
Coumo d’espouvantaous pareissoun sus lou cous;
Leis aoutres, pu fringans, dessus la Canebiero
Proumenoun, lou bouquet passa à la boutouniero;
A lei veire para de sei pu beous habits,
Lei prendrias tout d’un coou per de joueinei marquis;
Mai se qu’aucun venie li dire eme franchiso:
“Messies, mounte lougeas li passo-ti la biso ?
“Mounte aves dejuna touta questei matins
“Li avie-ti de poulets, de pigeouns, de lapins ?
“Aves-ti fa souven vira lou tourno-brocho,
“Et leis éscus qu’aves, fan-ti lesà la pocho ?
Que respondrien alors aquelei bei moussus
Quant si veirien ensin tout d’un coou couneissus ?
Sioou segur que farien uno tristo grimaço
Et que eme lei douei mans si taparien la faço,
Moun païre me disie que per viooure countent,
Fourie ben travailla et gagna fouesso argent,
Senso aquo (cres-ti-va) lou Siecle de lumieros
Se changearié ben leoou en siecle de sournieros.
Travaien, travaien se vouren estre hurous
Et pousque proumena tranquiles su lou Cous
(Il aperçoit l’Eglise des Grand-Carmes)
Diou sei beni! vaqui l’Egliso dei Grands-Carmes
Coume aquesteis quarties soun exampts de vacarmes!
Eici tout es tranquile et d’oou repaou que la,
Lei dourmeire pourrien meme soousi rounca,
Mai lei pouertos serien enca toutei fermados!
Es quatre ouros pourtant dins aquestei countrados
Foou que lei negoucians siegoun ben paressous,
Es per aquo bessai que nia tant de gibous,
Dien que lou gros dourmi din la saisoun dei plueyos
Fa poussa l’oues bertrand coumo poussoun lei fueyos.
Chut, se mi troumpi pas, vioou pareisse à la fin
La pouerto de l’hotel doou coumpaire Martin,
Doublen lou pas, veguen.
Scène 4me.
LOUIS — LA PATROUILLO.
LA PATROUILLO.
Qui vive?
LOUIS
Es ioou pechaire !
Sioou pas eici ben segur, sioou pas eici per maou faire
Men vaou tranquilamen reveia bouen matin
Un de mei conneissents, lou coumpaire Martin:
Sian touei dous conneissus de longuo din Marsyo.
(Un soldat le prend par l’oreille.)
Ai ai ai paoure ioou, mi derrabas loouryo!
Leissa mi vous suivrai mounte voudres ana.
(à part.)
Ah! couquin se poudioou li faire empouisouna !
(à haute voix ?)
Sioou Louis, lou paoure Louis, arrousaire poublico,
Se vous va creses pas regardas ma boutiquo.
(Il lui tourne le dos pour lui montrer l’écriteau
d’arroseur public. Le sergent, lui donnant un coup de
pied, dit :)
Saisissons ce gredin et menons-le sur l’heure
En attendant qu’il ait désigné sa demeure.
(Un soldat de la troupe le saisissant par le bras.)
Allons marche gredin, marche sans dire mot,
Ou bien sans balancer je t’arrache la peau.
LOUIS.
Vous faches pas moussu, farai ce que foou faire,
Sioou un brave garçoun, mi tuegues pas pechaire.
(On arrive au corps de garde où Louis est consigné)
LE SERGENT A LOUIS.
Assis-toi là maraud en attendant le jour,
Tu n’en bougeras pas jusques à mon retour.
Scène 3.
( Louis assis au fond du corps-de-garde dit avec émotion.)
Qu m’oourie dit qu’eici lou jour de San-Lazare
Seriuou coumo un voulur mena per de Barbare
Et qu’aou lue d’amusa lei bravei prouvençaous
En preisoun mi fourie suppourta tant de maous!
Abouminable gué! ô mooudito patrouyo !
Ti viguessi creba coumo uno peou d’andouyo !
Mai que m’avançarie de mi tant chagrina
Pusqu’à toutei souffri sian esta coundana ?
L’homme a peno sourti d’oou ventre de sa mèro
Passo de maou en maou, de misero en misero
Per en paou de plesi que de-penos, grand Dioou
Vous qu’ave tant souffri agues pieta de ieou!
Inspira-mi.... chut, chut, mi ven uno pensado
Es doou ciele segu que mes esta mandado.
(Montrant du doigt un habit d’officier suspendu à la muraille.)
D’aquel habit d’aqui se mi poudieou masca,
Sieou segu que d’eici mi pourrieou escapa.
Couragi, paoure Louis, per calma teis entrayo,
Bueouras un det de vin, ou de roun ou d’andayo,
Foou fa ana lou marteou quouro lou ferre es caou
Din miechouro aou pu tard seras à toun oustaou.
(Il se passe l’habit.)
Couragi, encaro un coou, couragi Louis, couragi!
Qu mi counoueissirie dins aquel équipagi ?
Et puis se va fourie de dedin souo fourreou
Soourioou ben leou sourti ma lamo de couteou,
Aquo si qu’es esta toujou uuo fiero lamo!
Sieou segu que sa pouncho intrarie jusqu’à l’amo,
Se per malhur qu’aucun ooujavo m’attaqua,
Crési pas que deman anesse proumena.
‘Sembli un gros darnagas, à mi veire pechaire,
Sembli bouen tout oou mai a faire l’arrousaire,
Mai quand voueri moustra mei noblei qualitas
Lou premier bastounier m’espouvautarie pas.
Cepandant en passant davant lei sentinellos
N’en oourai pas besoun de pluga lei parpellos,
Se voueri alors respoundre eme facilila,
Avou Salut d’oufficier que mi sera douna.
Anen sourten d’eici, et dedin noueslo routo
Ooubliden pas surtout d’ana boiro la gouto.
Aco n’es pas de troou eme lou sang qu’ai fa
Mi senti pas troou ben... Sabi pas coumo va.
(Il entend du bruit.)
(C’est encore la patrouille, il cherchce à s’échapper dans l’obscurité;
mais un soldat l’atteint, il se débat avec lui et dans les mouvements
qu’il fait pour s’évader, son babit d’officier reste entre les mains du
soldat, tandis qu’il se sauve à la faveur de la nuit et arrive tout
essoufflé à la porte du grenier ou repose Martin. )
*
ACTE DEUXIÉME
Scène 1ro
LOUIS - CHARLOT.
CHARLOT.
Qu tron ven tant matin mi roumpre eici la testo ?
Duerbi pas ben segu, es uno houro suspecto. LOU
(hâletant).
Es ieou Charlot, es ieou durbe mi si vous plait,
En marchant dins un traou mi sioou vira lou pe,
Duerbe mi apprendras mies oou long moun affaire,
Quand la racountarai à Martin moun coumpaire.
(Charlot reconnaissant la voix de Louis ouvre la porte et le fait entrer.)
Scène 2
CHARLOT - LOUIS - MARTIN.
CHARLOT.
Es tu moun paoure Louis qu toourie cresu eici ?
Se t’avioou couneissu t’oouriou pu leoou durbi.
Sabes que de lout temps dins aquestei countrados
Liagu de mooufatans, de testos moou fourgeados.
Hier encaro an durbi em’uno faousso claou
La chambro de Madoun.
LOUIS .
- Ah ! regardas en paou!
CHARLOT.
Figuro-ti se ieou durburieou senso dire
Qu piquo tant matin ?.... aqueou mot ti fa rire ?
Eh ben n’en parlen plus, mai se mi troumpi pa
Sies pâle coumo un mouart qués esla destarra;
Que ti serié arriba dins aquesto nuechado ?
Aouries ti caregna la coumaire Nourado ?
Anen raconto-mi ce que t’es arriba
Ou ben dedin moun lie mi voou mai enfounça.
LOUIS.
Brave Charlot t’ai dit que soouries moun histoiro,
Mai avant de parla la gouto fourie boiro.
Vai revia Martin et chacun à soun tour
Avalen gayament un veire de liquour
Alors pourrai parla et de moun aventuro
Racounta lei détails eme pes et mesuro.
(Martin qui a reconnu la voix de Louis descend du grenier au moyen
d’une échelle, et tient une bouteille dans sa main.)
MARTIN.
Eh ben coumpaire Louis coumo li va la botto ?
Quand as piqua dourmiou tout coumo uno marmotto;
Mai que dies à Charlot qu’avant de racounta
Lei grands évenaments que ti soun arriba,
Vouries per ti calma lou dedin deis intrayo
Boiro un det de vin quech, d’aigarden ou d’andayo ?
Sabes que de tout temps la crotto de Martin
Es estado surtout renoumado en bouen vin.
Veici per ti prouva ce que veni de dire
Avanço-ti veguen et toco senso rire.
Avalo aqueou parfum, ti calme-ti lou couar ?
(Il lui montre la bouteille il lui verse un grand verre de vin il en
remplit un pour lui également.)
LOUIS
(se lèchant).
Serie fas, bouen Martin, per mi revioouda mouar,
L’anarioou encà en coou se ti fasie pas peno.
MARTIN.
A ieou peno ? que dies ! la crotto es enca pleno,
Quitto toun veire aqui, et per mies lou tasta
Aganto la boutillo et vague de trinqua.
(Louis prenant la bouteille la vide d’un seul trait.)
Noun n’en sioou plus estouna se noueste segound pèro
En buven d’aqueou jus s’endourme sus la terro,
Sioou jamai esta fouar per lou vin que fa maou,
Mai per aqueou daqui n’en bueouriou mai qu’un traou.
MARTIN.
Aro moun brave Louis qu’as escooufa la panso
Mi tardo de saché qualo es la circounstanco
Que ta fa tant matin changea toutei lei traits,
Coumenço, t’escoutan, coumblo nouestei souvaits.
LOUIS.
Bouen Martin pusque foou li counta moun affaire,
Saouras qu’aquesto nuech mi reviant pechaire,
Ma premiero pensado es estado per tu,
Eh ben encaro un paou mi visies jamai plu !
(Martin frissonne et Louis, continue. )
Tres houros avien souna, lou creidaire de villo
Avie daja passa, ioou mi fasioude billo,
Es ben tard mi disiou et de si despacha
A battre lou briquet per pousquet s’habilla,
Avioou quasi fini de faire ma toileto,
Car mi manquavo plu qu’à mettre ma casqueto,
Diou ! que de mari sang moun paoure couar s’es fa;
Quand durben lou placard ai vis que l’ero pa,
Saviou pousqu sache qus que mi l’avié presso,
Lioouriou pa fa sugur ni festo ni caresso.
Coumo faire pourtant ? fourié prendre un parti
Em’ un capeou crassous sioou fourça de sorti.
De tout home d’hounour la paraoulo es sacrado !
Et jamai Diou merci, jamais lai vioulado,
Et puis lou dous espoir de li veire ben leou
Ero encar o pu fouar quero lai moun capeou,
Senso plus balança d’une demarcho fiero
Passi lou Cuoou de buoou eme la Canebiero,
Puis traversi lou Cous eme lou pourtaou d’Ai.
Figuro li Martin quaou fougue moun esfrai
Quand mi viou tout d’un coou saisi per la patrouyo,
Moun paoure corps tramble jusquo dins sa mevouyo.
Ai bello proutesta que sioou brave garçoun,
Senso m’interrougea mi menoun en presoun.
loou la cremo dei gens, ioou la proubita puro,
Sioou fourça de subi la pu mortello injuro !
O Martin, mi sioou vis mena per de sourdats,
Coumo un chef de voulurs, un chef de scelerats.
Aou corps de gardo anfin coucha sus uno plancho
En esperan lou jour mi fourie roumpre l’hancho.
Dins aquelo afflitien, dins aqueou triste éta,
En bouen crestian à Diou mi sioou recoumanda,
L’ai prega, tout d’un coou m’es vengu uno pensado,
Es soun esprit segur qui mi l’aoura inspirado,
Un habit d’ouffcier beu pouri, ben pinça,
Si trouvavo pas luen de mounte eri coucha;
Quai fa, mi lou siou mes et souto’ aquello escorço,
Ai senti din moun couar descendre en paou de forço,
Ai pensa qu’en esten coumo aquo deguisa,
Pourriou de ma presoun m’escapa ben eisa;
Tant fa tant dit, qu’alors d’uno demarcho fiero,
Ai franchi senso poou la fatalo barriero,
Coumo un brave oufficier (nen siegues pas jalous.)
Senso poou din lou ventre ai traversa lou cous.
Lei Grands-Carmes daja mi venien ben en faço,
Mai a peno avioou me lou pe dessus la plaço
Qu’ai entendu marcha pas fouesso luen de ioou.
Mi siou vira, qu ai vis ? la patrouyo grand Dioou!
Coumo faire ? ai vougu mi sauva per la fuito;
Mai un sourdat ben leou ses mes à ma poursuito,
Coumo eri fouesso las ma vite agu saisi,
Et per estre pu court liai leissa moun habi.
MARTIN.
En verita bouen Louis, en verita pechaire,
Tes aquito arriba uno fachouso affaire;
Mai puesque te n’en sies anfin débarassa
Aquo n’es que mie maou, te li foou plus pensa,
Et per pu leou chassa d’aquito ta pensado
Approcho ti, veguen, buou aquelo rasado.
(Il verse un verre de vin à.Louis qui le boit et se
lèche après avoir bu.)
Et puis se sies toujou doou meme sentimen,
Dessu la Canebiero aou pu leoou si rendren.
Es sieis houros ben leoou, es la véritablo houro.
LOUIS.
Mai avant de parti fourie fa ana la gouro,
Un pareoou de marlus, un bouen estocofi
Mies qu’un coou de bastoun nous durbirie l’espri.
MARTIN.
Aquo es pas maou pensa, mai per la matinado
Nous voudrie fouesso mies uno boueno arencado.
Nen ai encaro cinq, douei mascles, tres fumeous,
Eh ben, per déjuna choousiren lei pu beou.
LOUIS.
As resoun, lou matin foou quaoucaren qu’éngage
Liajustaren se faou un mousseou de froumage,
Un paquet de rifouar, douei bouteillos de vin
Et puis pourren parti, que n’en penses Martin ?
MARTIN.
Sioou d’accord eme tu, vague de fa galado.
(A Charlot.)
Anen, Charlot, veguen, uno boueno brasado,
Coumo sabes l’harenc es fouesso pu leou cue.
Quand leis cendres soun caous et que la fouesso fue.
CHARLOT.
Aquo suffis messies, dins un pichoun quart d’houro
Pourres vous mettre à taouro et faire ana la gouro.
(Il sort.)
MARTIN.
Aqueou paoure Charlot es toujou bouen enfant
LOUIS.
Mai lou creirioou, Martin, un paou troou méfiant
Avant de mi durbi a fa tant de mysteri
Que sioou esta aoubligea de li dire qu eri.
MARTIN.
Qu’aco t’estoune pas, car viven dins un temps
Que lia fouesso, bouen Louis, fouesso marridei gens.
La paresso souven pourto l’homme a maou faire,
Et si leissa voula serie uno tristo affaire.
LOUIS.
Te dirai pas que noun, quand aves coumo tu
Lou tiradou rempli de mounedo et d’escu.
Mai cregne lei voulurs couro n’aves tant gaire,
Aquo n’es pas lou cas ioou mi semblo coumpaire,
Et lou paoure Charlot ses que mi troumpi pa
N’a pas mai aquest’ an que n’avie l’an passa.
MARTIN.
Aqueou qua que cinq soous coumo aqueou que n’a millo,
Din lou meme dangie si fa la mêmo bilo,
Ensin Louis crei-ti-va, car sioou pu viei que tu,
La prudenço toujou es esta uno vertu.
LOUIS.
Eh ben soit, mai parlen de ta coumaire Dido, Courmo si pouerto?
MARTIN.
Ben, es encaro endourmido
LOUIS.
Douarme ben bourentie ?
MARTIN.
Aquo teslouuo mai ?
LOUIS.
Se m’estouno, Martin, aquo n’es ben verai,
Quand lou gaou es leva, la poulo enca couchado !
Crèsi pas qu’arribesse à coumaire Nourado.
MARTIN.
Parei que sies ben noou din la fumelarie,
Se creses qu’uno bello aime pas resta aou lie.
Es aqui soun bouenhur es aqui sei délici
Et pér ignoura aquo faou estre ben nouvici.
LOUIS.
Sabi ben que lou lie es fouesso précious
Ei nouveous maridas, mai n’en sioou pas jalous;
S’ooujourd’hui fa beou temps deman poou fa chavano,
Et bessai qu’à la fin fourra faire tantano,
Lou mariagi, Martin, es un troou lourd fardeou.
MARTIN.
Et lou célibat, Louis, lou troves fouesso beou ?
LOUIS .
Aquo es segur, Martin, car lou célibatairo
Poou toujour à soun plaisi faire floutat la vero.
Es libre de soun corps et d’aou matin aou soir
Poou changea se li plait de capeou, de mouchoir.
Tout anfin l’es permes, mai din lou mariagi
La liberta souvent fa plaço à l’esclavagi.
Dioou préserve à jamai un nouveou marida
De quitta d’un moument sa troou chero mita !
Foou que siègue toujour prochi de soun espouso,
Aoutramen la rendrie maoucountento et jalouso;
Et se voou que la pax regne dins soun oustaou
Foou qu à sei voulountas mette un bouen cadenaou
MARTIN.
Mai que dirie, bouen Louis, la coumaire Nourado
Savie aousi, coumo ioou, ta famouso tirado
Contro lou sacrament, que tout parfait crestian
Deourie fa respeta din lou siecle que sian ?
Que farie diguo mi, aquello paouro fillo ?
LOUIS.
S’anarie se vourie retira dins uno ilo,
Ou beu s’eimavo mai din lou foun d’un couvent
Anarie prega dioou lou resto de soun temp.
Lou mariagi, Martin, jamai pourra mi plaire.
MARTIN.
T’en dedigues de ren, lei gous changeoun, coumpaire,
L’incounstanço es un maou coumun à touto gen:
Ce qu’adouravian hier aoujourd’hui vahissen.
Taou eimavo lou blanc que caresso lou rouge,
Lou couar din sei penchans es rare que noun bouge.
Moun paire me disie (eoou siegue en paradis).
“ O Martin ! moun enfant creses pas ce que dis
“ De soun bouenhur passa lou viei célibatairo,
“ L’homme deou pas resta soure su aquesto terro.
“ Qu lou soulagearie se toumbavo maraou ?
“ Lou bel hounour que fa de mouri à l’hespitaou !
“ Marido ti Martin, cerquo ti uno coumpagno,
“ N’en trouvaras en villo et même à la campagno.
“ Quand l’aouras attrouvado et que seres touei dous,
“ Vives en bouens chrestians et seres bouens espoux;
“ Regardo aoutour de tu, regardo toun bouen paire
“ Se si trovo pas ben aou cousta de ta maire.
Avie resoun bouen Louis quand eroun toutei dous,
Din lou mounde degun si sentie pus hurous.
LOUIS.
Aquo m’estouno pas, dins aqueou temps de graço,
Mai à l’houro que sian tout a changea de faço.
L’hommé en si maridant faou que toque d’argent,
Tout lou resto à seis ueis es fouar indifférent.
L’amour lou pu parfait, la fillo la pu bello
Li farie pas un moument anooussa la parpello,
Es un mousseou de boues din lei bras de l’hymen
S’aou bout de tout aquo vis pas lusi l’argent.
Aquello vérita din mouu couar l’ai gravado,
Es per aquo Martin qu’espousi pas Nourado.
Scène 3.
CHALOT - MARTIN- LOUIS.
CHARLOT
Aquo es tout les messies, se voures déjuna,
Poudes à la grand sallo ana vous asseta.
MARTIN.
Va ben Charlot, va ben, lianan ana de suito
Se liavi’ enca qu’aucun que sourte à la minuito,
Vouren estre soulets aquo es ben entendu.
Sabi qu’à l’ooucasien pouedi counta su tu:
Sies un brave garçoun, un servitour habile.
CHARLOT.
Aquo suffis, moussu, poudes estre tranquile,
Su la fe de Cbarlot poudes vous repoousa,
Degun vendra troubla vouste gai déjuna.
MARTIN.
Eh ben ! poues nous servi, l’appetit si desclaro,
CHARLOT
(à part).
Moun paoure dejuna parei qu’aoura su l’aro !
Va ben que su lei restos aviou gaire counta,
Aoutrament sioou segur que mi fourie juna:
Es egaou su ma fe regretti pas ma peno,
Pourvu qu’aou bout de tout Louis mi fasse l’estreno :
Es fouesso gienerous surtout quand n’en a troou,
Mai Martin ma souna, vaou veire ce que voou.
(Il entre dans la salle un plat à. la main.)
MARTIN.
Despachoti Charlot, car aven la fringalo,
(Charlot prend l’assiette de Louis pour l’essuyer.)
LOUIS
(lui retenant le bras)
Aquo li fa pas ren, vai l’assietto es pas salo:
A la sali de bouen mi senti dispousa,
Aoussi tarai honnour à nouste dejuna.
CHARLOT.
Longuo mai ! l’appetit es uno bello cavo,
Vene mi veire Louis se jamais te quittavo,
T’apprendrai un secret per la fa reveni.
LOUIS.
Ti remarcioou Charlot, mi va teni per di.
Jusqu’aro graci a Dioou sioou pa en aquelei peno
Et l’appeit s’en va que quand la panso es pleno
Mai s’un jour per hasard, lou degous mi prenie,
Ti vendrioou attrouva senso ceremounie;
Car li cacharai pas quai gaire counfianco
En aquelei bouissouns qu’ourdouno la scienço,
Sabi pas se faou ben, mai quouro siou maraou,
Aimi mai mi purgea de dabas que de daou.
Que n’en penses martin ?
MARTIN.
Que ti dirai coumpaire ?
Sus aqueou point d’aqui ioou mi l’entendi gaire,
Cependant pus que foou dire moun sentiment
Aimi mai mi purgea que prendre un lavament;
La purgeo a l’estouma levo la pourrituro,
Et degajo lou sang de sa matiero impuro;
Mai tei lavaments, Louis, qu’an per estre tant beous ?
LOUIS.
Mei lavaments, Martin, netejoun lei bouieous,
Tenoun lou corps ben fres et surtout lou visagi,
N’en series counvincu se n’en fasies usagi,
Despui que man saouva d’uno grande rnaladie,
Leis aimi, bouen Martin, leis aimi à la foulie;
Aoussi mi parloun pas dei founds de bouticari,
Bueourioou pu leou cent fes lou pessin d’un viei gari,
Car selon ioou serie fouesso men degoustous.
MARTIN.
Su la terro chacun n’a pas lou meme gous,
L’un aimo lou pain du, l’autre aimo lou pain tendre,
Et leis homes jamais si pourran, ben entendre,
Que n’en dies tu Chartot ? .
CHARLOT.
Dioou et mi troumpi pa
Que soun daou meme avis sus de cavos que la;
Et que se qu’auquei fes differoun de croyanco
Toumboun toujou d’accord quan foou rampli la panso.
MARTIN.
Aqueou gus de Charlot es toujou pu couquin
Qu voourie lou passa pourrie parti matin,
Sabi pas coumo fa, mai toujou din sa testo
Toujou quand li parlas la repartido es lesto.
LOUIS.
A resoun lou gaillard pouden pas dire noun,
Perque tant s’escooufa ? meritan la liçoun.
MARTIN.
Eh ben ! n’en parlen plus, leissen la medecino.
LOUIS.
Regardo en paou, Martin, regardo en paou qu’esquino
Qu’aquel hareng vous a, segur es un fumeou,
Leisso mi lou durbi, Charlot, vite uu couteou,
Es superbe, Martin, es roun coumo uno bocho,
Voou mai aquo segur qu’un viei gaou à la brocho,
Coumpaire tasto lou.
MARTIN.
Es un mousseou parfait
Que dedignarie pas la taouro d’un prefet.
(Il éternue,)
LOUIS.
Dioou t’ajude Martin.
MARTIN.
Ti remercioou coumpaire.
(Il éternue encore.)
LOUIS.
Dioou t’ajude ènca un coou, pusqu’aco ti poou plaire.
MARTIN.
Merci coumpaire Louis, mai ai panca fini.
(Il éternue pourla 3mefois.)
LOUIS.
Va ben qu’aou temps que sian aquo fa plus mouri,
Autramen sabi pas din que novo countrado
Auries fa bouen Martin ta prumiero couchado,
Moun paire quand vivie plusiers fes m’avie di
Qu’aco serie toujou per eoou un gros souci.
Avie resoun Martin, parlavo coumo un libre,
En ben reflechissen aqueou doute es terrible.
Tant que si pourtan ben cresen jamai mouri,
Mai quand lou maou nous prend aven poou de parti;
Es que qu’ouro s’agis de faire aqueou vouyagi,
Lou pu vaillant guerrier perde tout soun couragi,
Seri sus aqueou point lou perdriou à moun tour,
Car su tant que n’in va nia pas un de retour,
Que n’en dies tu Martin, diguo mi ta pensado.
MARTIN.
Ioou pensi que voou mai boiro aquello rasado.
(Il boit.)
Afin que per hazard se parti me fourie,
Aguessi aouparavant refresca lou gouzie.
A ta santa bouen Louis,
LOUIS.
A la tioouno coumpaire. (Ils boivent).
LOUIS.
Mai mi semblo Martin que niavie fouesso gaire;
Mette m’en enca en paou, lou trovi fouesso bouan,
Coumo serieou countent se n’avioou uno fouan.
(Martin lui en verse encore.)
Nia proun Martin, nia proun, foou estre resounable,
L’homme que s’enubrie es jamai excusable;
Car em’aqueou defaou la pus hounesto gent
Perde tout soun bouen sen,
CHARLOT.
Em’ enca soun argent.
MARTIN.
Aqueou Charlot toujou n’a qu’aoucuno de lesto,
Sero à Paris segur lou Rei li farie festo.
Es rampli de talents, eoou fa tout ce que voou
Et pechaire jamai din sei boussouns à un soou.
LOUIS.
Lou plagni alors Martin, car dins aquesto vido
Voou mai ave l’esprit que la pocho de vido.
La misero, grand dioou ! es un tant mari maou!
Vourie mai millo fes estre un gros animaou.
Lou riche a tout per eou, mai lou paoure, pechaire !
N’en saourie encaro mai que lou mettoun de caire.
Es triste aquo Martin, mai es la verita,
Din lou siecle que sian lou monnde es ensin fa.
MARTIN.
Que li faren aqui se lou mounde si gasto ?
Coumo sabes sian fa d’uno marrido pasto;
Es pa lou prumier coou que si sian courroumpus;
Nia fouessa d’appelas mai nia gaire d’élus.
LOUIS.
Chut ! mi semblo Martin que la pendulo souano (Elle sonne)
Sept houros! anarie ben ?
MARTIN.
Ti la douni per bouano.
Lia hue jours que Rougier l’es vengudo regla,
Et despuis coumo vies a panca boulega,
Es un mousseou parfait.
CHARLOT
(a voix basse).
L’aguillo es arrestado.
MARTIN.
Que dies Charlot ?
CHARLOT
(à haute voix).
Disioou qu’es toujou ben anado,
Et que foou que l’ouvrier qu’es vengu la mounta
Su la pounço doou det counouisse soun eta.
MARTIN.
As resouu, mai aco nes plus uno nouvello,
Tout marsyo counouei sei talents et soun zelo.
Rougier despui long-temps a la reputatien
Dave fouesso d’esprit.
CHARLOT.
Encaro mai d’engien.
MARTIN.
Qu’entendes per engien ?
CHARLOT.
Entendi la lumiero
Que li fa veire clar mounte lia la sourniero.
Aquo es fouesso coumun din lou temps que viven,
Qu soustendrie que noun serie uno boueno gen.
LOUIS
Es sept houros Martin, deouurian plega bagagi.
MARTIN.
Mai coupes pas un mouceou d’aqueou famous froumagi!
Es doou parfait bouen Louis, es doou pur Roquofouart,
Tasto lou,
LOUIS
Noun Martin lou trovien paou troou fouart.
MARTIN.
Es aquo sa bounta, te tasio lou, coumpaire.
LOUIS.
Eh ben ! lou tastarai, pusqu’aco ti poou plaire,
Pouedi ren refusa, mai douni de bouen couar
CHARLOT,
(à voix basse).
Toutaro va veiren.
LOUIS.
Charlot parlo pu fouar,
Repeto ce qu’as dit, car t’eimi fouesso entendre.
CHARLOT,
(à haute voix).
Dieou qu’aquelei rifouarts devoun estre ben tendre.
LOUIS.
Es verai...
CHARLOT.
Mai aoussi vaou toutei lei matins
Acheta coumo vies, la flous dei capoucins.
LOUIS.
Sies un charmant garçoun, mai aoussi per ta peno
Lou jour de l’an, Charlot, li farai boueno estreno.
CHARLOT,
(en sortant de la salle.)
Lou jour de l’an, Charlot ! merci couar gienerous
Mi vendras attrouva quand auras lou degous.
Scene 4.
MARTIN - LOUIS.
MARTIN
Eh ben Louis que faras dins aquesto journado ?
Que role jugaras, diguo mi ta pensado ?
Qu’es toun ideio, anen, digno coumpaire Louis,
Faras lou charlatan, lou maraou ou lou fouei ?
Vendras ti d’amadou, de briquets, d’allumetos
Ou ben de biscoutins qu’eimoun tant lei fillettos ?
Diguo mi toun proujet, ioou ti dirai lou mieou.
LOUIS.
Vendrai leis armanas d’oou coumpaire Mathieou,
De Pierre l’Arrivai aqueou fier adversari;
Despui long-temps, Martin, ven garni moun armari.
Car après tout voou mai de faire lei marchands
Que de faire amusa lei fillos, leis enfants:
pus que voues va sache vaqui moun entrepriso.
MARTIN.
Fasses pas aquo, bouen Louis faries uno bestiso.
Per vendre d’armanas choousis un aoutre tem;
Faries pas ben segur per ti croumpa de pain.
Aven daja passa lei tres quarts de l’annado
Quitto teis armanas, escouto ma pensado:
Sabes que coume tu lou coumpaire Martin,
Tout en fen lou gournaou es toujour pu couquin.
Quand canti su lou cous, quand dansi per carrieros,
Quand faou lou berigaou de toutei lei manieros,
Sabi que paou à paou mei dansos, mei cansouns
Mi ramplissoun lou ventre em’enca lei boussouns:
Vaqui moun soule but, yaqui perque coumpaire,
A la fiero aoujourd’hui vaou assaja de faire
Ce que beleou jamai a vis lou prouvençaou.
LOUIS.
Que vas faire Martin?
MARTIN.
Vaou faire lou maraou
Mi viooutari aousoou et per mi faire entendre
Em’ uno de mei mans mi rigerai lou ventre,
Lei maryes soun bouens diran que sioou pas ben
Et per mi soulagea faran lusi l’argen,
Et se mi troumpi pas avant la nuech toumbado
Pourren manja touei dous uno dindo lardado.
Que n’en penses boueu Louis nen ai li pas resoun
De dire que Martin es toujou pu luroun ?
LOUIS.
Ti dirai pas que noun, mai et se per countrari
Toumbes souto la man de quaouque coumissari,
Qu’afin de ti gari per toujour de toun maou
Ti fasse su lou coou counduire à l’hespitaou.
Adioou mei beis escus, adioou dindo lardado,
Ti sentras ben hurous d’ave de marlussado.
MARTIN.
N’agues pas poou bouen Louis, n’gues pas poou ti diou;
Lou pu fin deis espiens ves pas tant coumo ioou.
Lia trento ans que mi vien aou mitan de Marsyo,
Et toutei soun per ioou senso ueil et senso oouryo.
LOUIS.
Anen, pusqu’es ensin accoumplis toun proujet
Dioou ti fasse russi, vaqui tout moun souvait.
MARTIN.
Eh ben despachen si et sus la Canebiero
Chacun fara viro la rodo à sa maniero.
Scèno 5.
CHARLOT
(seul.)
Paoure garçoun d’hôtel ! malherous domestiquo
Vourie mai millo fes qu’aguesses la couliquo,
Que de fougue passa lou pu beou de toun tem
A servi et per que ? per un mousseou de pain.
As bello a ti leva coumo l’aoubo pouncejo,
Jamai pouedes passa la pu piçounco envejo;
Toujou sies espioouna la nuech coumo lou jour;
Malhur a tu savies qua’ouquo entriguo d’amour!
Malherous ti dirien sabes pas qu’aqueou vici
Ti jittarie ben leoou dins un grand precipici;
Un couar qu’es amourous n’es capable de ren;
Lou servici surtout s’en trovo gaireben.
Vaqui ce que nous dien. Sus aqueou son de clocho
Foou soungea de parti ou mettre amour en pocho
Mai s’ellei per hasard devenoun amouroux,
Eme na’outri ben leoou lei veiren fiera doux;
Et se saben surtout li prouva noueste zelo
En li anounçant toujou qua’ouquo hurouso nouvello,
Oh! alors sian segurs que soun de boueno humour
Et que déclamoun plus contro lou tendre amour.
Alors es d’un plaisi, Dioou fasse qu’aco dure !
Car un mestre amourous lia ren que soun endure;
Mai se l’amour, hélas ! courre dessus sa fin,
Ben leou réprendren mai noueste premier destin.
L’homme es ensin basti, soun couar es plen de vici
Per ave sei favours foou flatta sei caprici
Aoutramen sian perdus, mai perdus per toujou.
(On frappe à la porte.)
Qu piquo ?
*
Scène 6
NOURADO
Es ioou Charlot.
CHARLOT
(Ouvrant la porte).
Ha! Nourado bounjou,
Tu tant matin eici ! et ! que boueno nouvello ?
NOURADO.
Es l’amour, bouen Charlot, es l’amour que m’appello.
CHARLOT.
L’amour!... Nourado.... O Dioou! mai mi troumparies pa ?
NOURADO.
O l’amour, posque foou anfin si desclara.
CHARLOT.
Eh ben ma bello enfant, parlo mi de ta flammo.
NOURADO.
Escouto mi Charlot, ti vaou durbi moun amo;
(Mai avant juro mi de garda lou secret.)
CHARLOT.
Ti va proumeti, vai, ma paraoulo es un fait.
NOURADO
Eh ben Charlot despuis que la paouro Nourado
D’un amour vioulent a soun amo enflammado,
Soun tendre couar souspiro apres l’hurous instant
Que vendra per toujou la jougne à soun amant
Sabi ben que jamai looujet de ma tendresso
Que qu’arrive aoujarié vioula sa proumesso
Sus aqueou point d’aqui moun couar es rassura;
Mai lou mounde es méchant lo s’en deou méfia.
Lou pu leou es lou mies et touto hounesto fillo
Deou teni à soun hounour se ten à sa famillo.
CHARLOT
(à part.)
Per ma fe sabi pas mounte n’en voou veni .
NOURADO.
Escouto mi Cbarlot ai toutaro feni.
CHARLOT.
T’escouti, poues parla ma charmanto Nourado,
Digua mi leou, moun couar, diguo mi ta pensado.
NOURADO .
Ma pensado, Charlot, dins aquestou moument
Es de mettre aujourd’hui un terme à moun tourment.
Et d’oouteni de Louis l’irrévoucable gagi
De jougne à noueste amour lou nous doou mariagi.
Senso aquo, bouen Charlot, moun couar es pas countent.
CHARLOT.
Lia ren de pus eisa, Nourado, s’as d’argent.
NOURADO.
Coumo ? d’argent, Charlot, perque sujet tant rire ?
CHARLOT.
Eh ben? pus que va voues, ti va voou vite dire:
Aqueou Louis que toun couar aimo tant tendrament,
Regardo toun amour coumo un amusament;
Et jamai, noun jamai troou credulo Nourado,
Lou mariagi un moument intre din sa pensado.
Eoou même mi va dit,
NOURADO.
Quouro ?
CHARLOT.
Aquestou matin,
NOURADO.
Es poussible, Charlot, que siegue tant couquin !
Ah s’aquo ero verai lia ren que ma vengeance......
Mai en tu bouen Charlot ai fouesso counfianço
Parlo li, diguo li quaou es moun sentimen,
Rappello li se foou soun tendre engageament.
Va sentioou qu’aqueou maou mi coustarie la vido !
CHARLOT.
Nourado, per mouri sies fouesso troou pourido.
Poues roumpre toun serment pusqu’à roumpu lou sioou.
NOURADO
Mai se Louis m’eimo plus, qu m’eimara ? qu...
CHARLOT.
Ioou .
A ginous coumo vies ti n’en faou la proumesso
Nourado de moun couar tu seras la mestresso,
Et per ti rassura sus moun mouen sentiment
Fourmaren dre deman lou nous doou sacrament.
Dre deman s’uniren dei doux liens daou mariagi.
NOURADO
(à part).
Boueno me,o que faou ?....Sioou uno fillo d’iagi
Mai se Louis per hazard de ioou est toujou pres....
Eh ben n’en voou mai dous que de n’en ave ges.
CHARLOT.
Bello Nourado anfin que t’inspiro toun amo ?
NOURADO
S’aquo fa toun bouenhur, ioou recebi ta flammo.
Mai aoublides jamai qu’as pres l’engageament
De jougne à noueste amour lou nous doou sacrament.
CHARLOT.
Siegues tranquillo, vai, ma charmanto Nourado
Quand ai dit quaoucarren ma paraoulo es sacrado.
NOURADO
Eh ben, adioou Charlot, moun couar es rassura.
CHARLOT.
Mai nourado t’en vas ? leisso mi t’embrassa,
Ren qu’uu pichoun beisa sus aquello bouquetto.
NOURADO.
Nin faras cent se voues quand serai la fremetto.
En esperant per vous es un fruit défendu.
Bounjou moussu Charlot, aquo es ben entendu.
(Elle sort).
CHARLOT.
Adioou, Nourado, adioou, se n’eres pas tant bello
Series pas ben segur, series pas tant cruello !
ACTE TROISIEME.
Scène 1re
LOUIS
arrivé à la Canebière se met à crier de toutes ses forces,
(Armaha ouveau—armaha ouveau).
Croumpa mi d’armanas, un soou pas mai, un soou
Soun pas chiers coumo vias anen qus que nen voou ?
Em’un soou vias lou temps que fa touto l’annado
Lei fieros d’oou Guado (1) et d’aquestei countrado,
Lei clussi (2) que l’aura din lou couren de l’an,
Lei récoltos qu’aouren tant en paillo qu’en gran,
Se sera fouesso vin, fouesso fruits, fouesso oourivos:
Et se pasquo seran prumieros ou tardivos:
Tout aquo per un soou et pus encaro anfin
L’histoiro d’un paysan, voulur de grand camin.
Un soou, pas mai, un soou, un soou pas mai, couragi,
Lo poou pas si passa d’aqueou famous ouvragi.
Em’un soou l’aveni vous sera devoila,
Car Pierre l’Arrivai si poou jamai troumpa.
Eoou liege din lou ciel coumo dessu la terro,
Vis marcha lou soureou, vis fourma lou tounerro,
Soou coumo leis uyaous si formoun din leis airs,
Ce que si passo aou ciel, su la terro, eis infers.
Se per hasar quoouqu’un siva vourie pas creire
Per un soou su lou coou li voueri tout fa veire.
(à haute voix).
N’en ai plus gaire anen qu n’en voou, qu n’en voou,
Sooun pas chiers, coumo vias, lei vendi pas qu’un soou.
(Plus doucement)
Cresi que serie bouen den paou changea de plaço,
Semblo que su lou cous mai de mounde li passo,
Anen li su lou coou et vague de creida:
Uu soou leis armanas, lo sen poou pas passa.
- Veguen qu’an n’aivendu.. n’ai vendu tres douzenos.
Em’encaro un coou tant mei douei pochos soun plenos.
Daja trento siei soous, mi serioou pas troumpa!
Per nestre pu segur deouriou va recounta;
Tres fe des trento et siei fan tout jus trento siei.
Lou compte est juste, anen, se li foou plus fa viei.
(Arrivé sur le cour.)
Un soou léis armanas, pas mai, un soou, pas mai;
An toutei lou pourtrait de Pierre l’Arrivai.
Anen, Messies, veguen si foou faire la fiero.
N’ai vendu trento siei dessu la Canebiero;
Soun tant pouri tenes, soun tant ben imprima
Que degun aquest’an de reprochi ma fa.
(à part)
La vento va pas maou, ce qu’ai voou plus la peno
M’en resto tout au mai uno mieze douzeno.
Nen ai encare hue, plus que sept, plus que siei.
Chut, veissito un paysan que mi parei ben viei:
Eh ben ! grand pero, eh ben ! lei lettros soun ti nettos ?
*
Sceno 2.
LOUIS - LOU VIEI PAYSAN
Lou Viei Paysan.
Esperas un moument que souerti mei lunettos.
(Il lit a haute voix :)
“ Arnana nouveou de Pierreau l’Arrivé
De l’annéo millo vue cent quaranto..
(Ensuite il s’écrie :)
Oh! per ma fe de Dioou lou caractero es beou !
Vaqui dous soeus; tenes mi preni encaro aqueou.
N’en farai un present à la coumaire Lio.
LOUIS.
Prene n’en encaro un per vouesto bello fillo.
Pusqu’aves l’ooucasien la leisses pas escapa.
Sabes que d’armanas lo si poou pas passa,
Prene lou, crese mi , tre soous es paou de cavo.
LOU VIEI PAYSAN.
Qouro sioou arriba lou boussoun mi pesavo;
Eh ben un soou eici, dous soous eila; ben leou
Mi pourrai plus croumpa ni sourie ni capeou.
Mi fourra sioou segur intra din lou villagi,
Coumo n’en sioou sourti, din lou meme equipagi.
Que sera dit de ioou, quand dessus lou marqua
Lei joueinei gens d’Allaouch mi veiran arriba ?
Es per aquo diran que meste Carbounare
Ero tant alluma de veire San-Lazare!
Que n’en pensas vesin ? Sus tant de cavo beou
N’en a pas souramen ramplaça soun capeou!
Qu soou ce que pourrien ajusta lei coumaires?
Soun malinos sabes dedin nouestei tarraires,
Sian d’un siecle aoujourd’hui que lei fremos surtout,
A forço de parla venouu a bout de tout.
Sias jouine encaro vous, mai ioou cloou viei pecaire,
Pouedi plus m’amusa coumo vous pourrias faire;
Per marcha coumo vias ai besoun d’un bastoun,
Et quaouquei fes mi foou appuya su Louisoun.
Li a pas long-temps enca que de sus la cavallo
Toumberi et contre un baou m’espeieri l’espallo.
Et ben vous va creirias lei filletos d’Allaouch
Mi diien meste Jean, mounte vous sias fa maou?
Et vague d’esclata......avioou bello li dire
Que m’eri pas fa maou, coutinuavoun de rire,
Savie dura long-tempe serioou devengu fouei.
LOUIS.
Sioou segur meste Jean que lou gousie vous couei,
Sabi pas coumo fes per faire senso boiro
L’interessant recit d’aquello longuo histoire.
D’apres ce qu’ai aousi, creirioou leou meste Jean,
Que dei vieis d’aou pays vous sias iou pu galant.
Cresi pas mi troumpa, quand vias uno filletto,
Sias furiou coumo un gaou quand vis uno pouletto,
Aoussi sioou pas surpres que lei fillos d’Allaouch
Vous demandoun toujou mounte vous sias fa maou.
Cependant se jamais lou diable si revio
Vous douni per counseou de li coupa l’oourio.
Sias segur qu’aqueou maou vous tourmentara plu.
LE VIEUX PAYSAN.
Ti remerciou Jouven lou remedi es troou du,
Noun jamai ben segur Jean fermara boutiquo
Tant que soun foun pourra countenta la pratiquo,
Jusqu’aro graci a Dioou, me n’en pouedi flatta
Degun sus aqueou point de reprochi ma fa.
Ai toujou marcha dre din mei pichos affaires,
Aoussi sioou respecta dedin noustei terraires;
L’homme lou pu rusa, l’esprit lou pu couquin
Per mi troumpa pourrie si leva bouen matin
Sero pas tard pourioou vous dire àma maniero,
Lou lour que m’arribe la semano derniero.
Mai lou soureou bessai si va ben leou coucha.
LOUIS
Que li fa meste Jean, poudes mi va counta,
Se lia plus lou soureou liaura ben leou la luno;
Vous escouti digas, counta men encaro uno;
Commo vias ai vendu toutèi meis armanas;
Lia temps per tout, veguen, vous escouti, diguas.
LE VIEUX PAYSAN.
Eh ben, pasqu’aoujourd’hui aves fa vouesto affaire,
Vaou vous dire enca elsso, escouta mi compaire:
Sabes qu’aou mes d’avous, din lou temp deis eiroou;
La chavano souvent nous fa mouri de poou:
Lou des d’avous jamai pourra de ma memoiro
Passa lou souvenir d’aquello drolo histoiro,
Lou des d’avous, oui, lou des d’avous matin,
Apres ave begu ma bouteillo de vin,
Anen digueri Jean, foou foundre ta garbiero ;
Lou temps es beou enquei, lia de plaço su l’iero,
Tant fa taut dit que ioou mi metti su lou coou
A fa courre lou muoou aou mitan de l’eiroou.
Faie un caou aqueou jour à bagna la camiso,
Auriou begu la mar, faie pas un peou de biso.
Coumo eri ioou countent ! mi semblavo daja
Veire moun granier plen, plen jusqu’aou daou de bla.
Quand su lou soir poudie beleou estre cinq ouro,
Lou Ciele tout d’un coou ven negre coumo l’ouro:
La chavano ero aqui, coumo faire, grand diou!
Leissa peri moun bla ero pu fouart que ioou.
Avioou bello creida vesin en paou d’ajudo!
Degun venie bouen Louis, ero peno perdudo;
Sabioou plus enque san ioou mi recoumanda;
Seri pas esta tant viei cresi qu’aouriou ploura.
Aviou bello poussa l’eiroou vers la muraillo,
Lou gros vent que faïe m’empourtavo la paillo,
La paillo....es que mie maou, me diiou entre ioou;
Mai se perdi loou gran, coumo farai grand Diou ?
Vous qu’abandounas pas lou paoure su la terro,
Agues pieta de ioou, escoutas ma priero.
Din mon recueillament n’eri mes à ginous,
Et pregavi d’un couar sincerament pious,
A peno avioou feni que coumo uno miougrano,
Lou ciele si durbe et plus ges de chavano
Un pichoun vent souffle jusqua soureou tremoun,
Et venteri moun bla senso mai de resoun.
LOUIS.
Jusqu’aqui trovi ren que fasse fouesso rire:
LE VIEUX PAYSAN.
Ai pas encaro feni tout ce qu’ai a vous dire,
Quand vigueri moun bla fouero de tout dangie
Es temps digueri, es temps d’arrousa lou gaousie,
Et vague de tira lou ta de la boutillo,
Glou, glou, glou, n’en avioou jusquo dessus l’oourillo.
Tarament que ben leou mi fougueri endourmi;
Car lon bouen vin toujour d’oou repaou es ami.
Quand fougue miege nuech ( es toujou en aquello houro
Que lei marrias d’Allaouch van faire farandouro. )
Un d’aquelei grivouas tapa d’un viei lançoou,
Aou mitan de la nuech cresie mi faire paou,
Ioou faioou l’endourrni per miea veire la scèno.
De bouen matin, marrias, vras recebre l’aoubeno,
Me pensavi entre ioou, voueri veire toun plan.
Tout d’un coon vioou veni proche iou moun bregan,
Souerte un sac et ben leou si mette a soun aflaire;
Iou faou semblan de ren et li lessi tout faire,
Li lou leissi carga; mai coumo a fa douei pas,
Toumbi su moun grivois à grand coous de fourcas:
Chaque coou de bastoun qu’avie dessus l’esquino,
Li faie faire un cris et la pu drolo mino !
Anfin per coupa court reprengueri moun bla,
Et lou voulur de nuech n’en fougue per soun sa.
Se foussi un estourneou seri esta un imbecille,
Aouriou pas boulega, seriou resta tranquille;
Noun, noun jamai degun dira qne meste Jean,
Agu paou d’un sourcier ou ben d’un revenan.
LOUIS.
En verita lon tour es passablament farço,
Segur que devie faire une tristo grimaço .
Aqueou paoure douren quand lei coous de bastoun,
Dessus soun oues bertrand faien pounpata poun.
Mai aves pa’enca dit si couneisserias l’homme.
LE VIEUX PAYSANS.
Lon couneisseri ben, ero lou viei Jirome,
Aqueou viei scélérat, aqueou foutu capoun
Qua sourti l’an passa d’aou Bagno de Touloun.
Parei qua pas perdu soun ancieno coustumo,
Se jamai soun peca din soun couar si rallumo
N’en juri moun hounour de iooou sera counten,
Aquest’an ves esta, l’espéri l’an que ven.
(Apercevant l’individu qui traverse le cours).
Noun noun mi troumpi pas vaqui lou camarado
Que per dupa qu’aoucun va faire sa tournado,
Per mies si déguisa mette pas soun capeou,
Es en casquesto enqui, la voulado beleou.
(Louis apercevant l’individu reconnait sa casquette et volo sur lui pour
la lui arracher.)
Aou couquin, aou voulur que ma pres ma casquetto,
Rende mi la bregan ou te metti en brouchetto.
(Au peuple qui se rassemble.)
Oui Messies es la mieou, vaourai ben leou prouva
Pouerto moun noun tenes, vou poudes assura.
(Pendant qu’il montre la casquette aux personnes qui l’entourent; le
voleur disparait au milieu de la foule, et Louis au comble de la joie va
rejoindre Martin, qu’il trouve assit sur le seuil d’une boutique faisant
le malade. )
Scène 3.
LOUIS - MARTIN.
( Louis s’approchant de Martin, lui dit doucement à l’oreille ),
Te vaqui bouea Martin semblo que sies de festo.
Mi recounoueisses pas annaousso en paou la testo.
MARTIN,
reconnaissant Louis ,
Se dresse sans peine et le suit, chemin faisant il lui dit :
O Louis, quand me disies que diminche matin
Quaoucun tavie voula ta casquetto, couquin
Ero siou ben segur un conte à ta maniero
Per que d’uno aoutro ioou ti faguessi la fiero;
Mai se mi troumpi pas toun espouar s’es foundu,
Et Martin es esta pu fin enca que tu.
LOUIS.
Ti troumpes bouen Martin, es la vérita puro:
Nen preni per témoin lou dioou de la naturo !
Diminche de matin un viei couquin d’Allaouch,
(Lou veni de sesi) aougé din moun oustaou
S’introduire en secret senso bru ni troumpetto,
Et per tout dire anfin mi voule ma casquetto.
Lou veni de sesi, mai lou foutn capoun
Din la foulo ben leou ses escappa tou roun.
MARTIN.
Fourie lou signala en quaouque coumissari
Et lon faire enferma dedin lou soumbre armari.
LOUIS.
Ero ben moun proujet, mai ti dirai Martin
Que lou ventre daja faïe ben lou mutin,
Ero houro de soupa, ero houro cher coumpaire
De soungea que soupa nous counvenie de faire:
Se penses ben Martin, pensaras coumo ioou.
MARTIN.
Sabes que toun avis es toujou esta lou mioou.
As resoun, brave Louis, pusqu’aven fa journado
Es juste que passen uno gaio soirado,
Mai avant diguo mi se toun couar es countent,
As ti fouesso vendu ? as ti fa fouesso argent.
LOUIS.
Ai tout vendu Martin, ai tout vendu coumpaire,
Lei boussouns soun ramplis, vaqui touto l’affaire l’affaire
MARTIN.
Per ioou ai pas besoun de ti dire qu’aoussi
Lou coumerço qn’ai fa ma fouar ben réussi.
Regardo en paou, cher Louis, regardo aquello pocho;
Es roundo coumo vies roundo coumo uno bocho.
Pensi qu’aquestou souar pourren si regala
Et faire eme resouu faire cacaraca
Moun paire rui diie que lei joueinei pouletos
Eimoun à la foulie pita aquelei granetos,
Eh ben, coumpaire Louis, quand aouren ben soupa,
Aoutour doou poulaier s’anaren proumena.
LOUIS.
As ben resoun Martin, per accoumpli la festo,
Vioou fouesso eme plési qu’as fa jugua la testo.
Mai avant tout fourie coumanda lou soupa:
Aquo es lou pu pressant se n’en foou aoucupa,
Lou resto puis vendra, quand la penso es ramplido
L’o poou mies suppourla lei jues de la bastido.
MARTIN.
Eh ben, que voues manja Louis, diguo, aquestou souar
LOUIS.
Sabi pas se pourrian ltouva un fiere de pouar,
Es moun plat favouri, puis la dindo lardado,
Un pareou de poulets, uno boueno sarado
Aqueou soupa ti plai diguo mi cher Martin ?
MARTIN.
En vérita bouen Louis es en paou troou mesquin,
Tres rousti per soupa emeu paou de sarado !
Et lou dessert butor, et la soupo et l’intrado ?
Et lou vin, lou bouen vin qu’as pagua tant de fes;
Un jour coumo aoujourd hui n’en coumandaries ges,
Sioou pu savent que tu dins aqueleis affaire,
Escouto lou soupa qu’ai fourgea per ti plaire,
Puis veiras se Martin quand s’agis d’un repas
Es coumo lou creirias un bouen berigooudas,
En prumier luech liaoura per servi de poutagi
Un bouen pelaou de ris, uno soupo aou froumagi.
Lou bouilli sera fa d’un bouen oousse de bueou,
D’un buquet de moutoun entoura de rous d’uou ;
Puis liaoura de jamboun, de sooucissos, d’ancboios
Per faire marcha dré lei dens que seran goios,
Ensuito arrivara l’intrado de poulets,
Et lei pigeouns aou sang et leis asperjoulets.
Per rousti li veiren uno dindo lardado,
Un capoun de Lyoun, uno boueno poulardo.
Et per salado anfin un api ben frisa.
Coumo troves, bouen Louis, aqueou certain soupa ?
LOUIS.
Lou trovi dei mious, mai coumo si poou faire
Quas aoublida lou vin et lou dessert, coumpaire !
Anen diguo mi leou camarado Martin
Quan aoureu de desserts, de bouleillos de,vin ?
MARTIN.
Quan aouren. de desserts ? n’en aouren dés ou douze,
Aouren de nouga blanc, doou vert eme doou rouge;
D’amendos, de rasins, de nougas, de melouns,
De besquets deis amars et quaouquei pastissous,
Lou vin que si bueoura sera de vin de couclo:
Aqueou que fa tant leou veni la testo fouelo.
D’un flascou n’aouren proun per tout noueste soupa
Et per lou dessert, Louis, auren de vin musca.
LOUIS.
Si poou pas mies pensa, li cedi la victoiro.
Paguo enca lou repas, n’auras touto la gloiro.
MARTIN.
Paguarai moun escot, tu paguaras lou tioou,
Toun boussoun aoujourd’hui es plen coumo lou mioou.
Anen vite se voues garni nouestei bedenos,
Et se nous resto enca quaouquei vieillei dardenos,
Anaren coumo as dit aperaqui dernier
Veire se liaourie pas de poulo aou poulaier.
Despuis que n’as parla aquo mi resto en testo,
Es deminche aoujourd’hui foou accoumpli la festo.
LOUIS .
As resoun cher Martin, senso mai de retard
Anen vile soupa, coumenço à si fa tard.
Scene 6.
LOUIS - MARTIN - LA MERO MICHEOU
MARTIN
Eh ben la mero, eh ben la soupo es p'anca lesto.
LA MERO MICHEOU
Ha! vous vaqui messies, semblo que sias de festo
Parei que sias touei dous estou soir decida
A faire un bouen accueil en aquestou soupa.
Tant mies car l’appetit es uno belle cavo,
Es tout ce qu’aujourd’hui la rnero desiravo,
Afin que lou soupa qu’anavo vous servi,
Pousquesse à toutei dous sous faire ben plaisi.
LOUIS.
Eh ben sian dispousas, poudes servi la soupo.
MARTIN
Ooublides pas surtout lou doux jus de la souquo.
LA MERO MICHEOU
Siegues tranquille, vai, sabi qu’un fin soupa,
A Marsyo jamais de bouen vin a manqua.
(Elle apporte le potage.)
MARTIN.
Eh ben coumpaire Louis pouden prendre couragi
Veici la soupo, te serve ti de froumagi,
Aquo li va pas maou surtout quand es ben fres.
LOUIS.
Ti remerciou Martin jamai n’en metti ges.
MARTIN.
Alors ti pressi pas, mais dien qu’eme la soupo,
Foou toujou boiro un det doou doux jus de la souquo.
LOUIS.
Aqui dirai pas noun, siegue tard ou matin
Jamais poou faire maou de boiro un det de vin;
MARTIN.
As resoun, trinquo ben pus qu’aco ti poou plaire,
Pren ti de sooucisso… mais t’en prenes ben gaire ?
Lou lrouvaries pas bouen, diguo, coumpaire Louis.
LOUIS.
Lou creiriou pas troou fres, car lou goousie mi couei,
Tasto lou en paou Martin, mi diras se mi troumpi;
Cresi pas, car souvent per dejuna n’en croumpi.
MARTIN.
(Faisant la grimace.)
Holà la mero, holà, coumo va tout eisso ?
Despais couro aves pres aquestou sooucisso ?
Lia aoumen tres mes segur que l’aves din l’armari,
Es plus boueu tout aou mai que per fa manja ei garri
LA MERO MICHEOU
Vou va creses oo noun, lai pres lou mes passa,
Mai su degun enquei lo si poou plu fisa.
Aves bello changea, din toutei lei boufiguos.
Lei marchands cerquoun plus qu’à croumpa lei pratiquos.
(Elle enlève le saucisson qu’elle donne au chat.)
LOUIS.
(Echauffé par le vin.)
Vivo leis armanas:
MARTIN.
Vivo leis Marsyes!
Lia ge de pople, noun; lia ges de pople, ges,
Que siegue tant humain coumo aqueou de Marsyo,
Vivo leis Marsyes !
LOUIS.
M’as enlourdi l’oouryo,
Se mi cresies, Martin, creidaries pas tant fouar.
MARTIN.
Mes tout permes eici, tout per aquestou souar.
Perque mi genariou, en pagan siou lou mestre,
Vivo leis Marsyes ! mi faou gloiro de v’estre.
LOUIS
Tu Marsyes ! anen moun coumpaire Martin
Coumenças de senti l’effet d’aquestou vin.
(Martin en colère menace Louis d’un coup de batoon, cclui-ci se
dresse pour se jeter sur Louis l’aubergiste accourt et retablit le calme. )
Scène 5,
LOU PERO MICHEOU, MARTlN, LOUIS.
LOU PERO MICHEOU.
Ques aco ? ques aquo ? vite eici lei dardenos,
Parei qu’aves daja garni vouestei bedenos,
Vingt francs pas men, vingt francs va creses pas troou chier,
N’aurias pas men pagua se foussias vengu hier,
Ane, despachen si s’aquo poou vous coumplaire,
Et fenissen ben leou de regla aquello affaire.
MARTIN, LOUIS ensemble.
Vingt francs vous dounaren, mai lesisa nous fini,
LOU PERO MICHEOU.
Vous diou de mi pagua et de ben leou sourti,
Ou bon vaou d’aqueou pas cerqua lei coumissaris
Et vous faire enferma coumo un pareou de garris.
(Au mot de commissaire, nos deux camarades envoient la main à la
poche et paient chacun leur écot, aprés avoir payé il ne leur reste plus
que quelques sous.)
MARTIN
(sortant de l’auberge.)
Eh ben coumpaire Louis mounte soun lei granetos,
Que devien estou soir attira lei pouletos ?
LOUIS
(le suivant).
Nous vaoou, per vougue faire un troou bouen soupa;
D’oou pu grand plesis si sian touei dous priva.
FIN.
(1) du Languedoc . (2) Les Éclipses .
J.H.D de Marseille. 1844.

:: LES POÈMES ::

A Ounour à la Fino e à Cesar. (Pierre Dominique Testa lou 12 de nouvembre 2007.)
A Fine Gabriel, appelé Fine César … (Pierre dominique Testa, le 12.11.1989)
A vous ma Fine César (Pierre DominiqueTesta, le 17.6.1991.)
A BAGATOUNI ! : LOU BAL (Valèri Bernard)
A Dominique mon épouse bien-aimée. (Pierre Dominique Testa, le 27.12.1988.)
À douze ans - À douge an (Pierre (Pèire) VIRION - mai 2009)
À Flassans (Pierre VIRION (janvier 2009))
A Grégoire VII. (Pierre DominiqueTesta, le 4 mai 1985 .)
A la bello Bouscarlo, Christine Le Merò d’Alau (Pierre DominiqueTesta lou 4.5.1986 .)
a l'ostau de la vielha (Joan Glaudi Puech)
A Madame Elise Achard, née Reynaud en 1899, à Aspremont, qui vécut à St Pierre d'Argençon où toute sa vie, elle garda ses moutons. (Pierre Dominique Testa, le 18.4.1986.)
A Marie Castelin, née à Allauch en 1892, l'amie et voisine de Marie Ferraud de la rue Lisette . (Pierre Dominique Testa, le 18.1.1986)
A Marie-Jeanne Limousin, née Michel en Mai 1910 à Allauch, dit " la Fiòli ". (Pierre Dominique Testa, le 15.2.1986 .)
A mon neveu Christophe Dupaigne (Pierre DominiqueTesta, le 15.6.1986.)
A Segne Gàrdy, nouest' amable proufessour de literaturo. (Pierre Dominique Testa emé Rita Mazaudier e Lilian Olivier de Rouërgue.)
A Segne GARDY, proufessour d'Occitan à la facurta de letro Paul Valery de Mountpelié. (Pierre Dominique Testa, le 16 12 2005 à Mountpelié, entàntou lou cous de literaturo óucitano de Moussu Segne Gardy, sus l'obro d'Augié Gaillard de Rabastèns au tèms de la refouarmo, que Lilian Olivier de Roudes en Rouergue mi pourgè soun vièi libre pèr )
a toi ma mère (Patrick coquillat)
A touèi leis ensignaire oucitan de Mountpelié (Pierre Dominique Testa, lou 8 de setèmbre de 2003 .)
Aà Mon grand-père, Francis Eymery, né en 1907. (Pierre DominiqueTesta, le 29 11 1986 )
Acènt dóu Miejour (Pierre Dominique Testa, lou 13 de jun 2013.)
Adelimen. (Pierre Dominique Testa lou 6 9 2005 8H.)
AGRIOTAS E POUMETAS (Jousè TELLIER)
Alino Bernardac. (Pierre Dominique Testa, lou 17 febrié 2010, en gramacimen dei vut de Carèmo d’Alino Bernadac.)
Amelié (Pierre Dominique Testa lou 3 de Febrié 2008. )
Amitié ? (Pierre Dominique Testa. Ce Soir 11.11 2007, pour Pauline et Cathy de St Victor. )
Amour emmène-moi ... (Pierre Dominique Testa le 19.9.1985)
Angoisse d'un soir . (Pierre DominiqueTesta le 28 mars 1985 .)
Anniversaire de ma mère. (Pierre Dominique Testa, le 9 juillet 2010 pour les 80 de ma mère, née en 1930. )
Anniversàri dei trent'an de Lilian Olivier de La Bastide en Rouërgue. (Pierre Dominique Testa, lou 4.7.2008)
Anniversàri...d'Oulivié... (Pierre Dominique Testa, lou 16 de nouvèmbre 2017…Tres an deja !)
au cafè de Carmen (puech jean claude)
Au vielh castèu (Joan Glaudi Puech de Ménerbes.)
Aubèta (joan claudi Puech)
aucèu dins lou cèu. (Pierre Dominique Testa le 16 12 2006 à Barbaraou . )
Aurélie Soldaïni, bon anniversaire pour tes 30 ans. (Pierre Dominique Testa, pour les 30 ans de ma nièce Aurélie Soldaïni, le 19 décembre 2010.)
Aurelìo G. dou Plan de Cuco. (Pierre Dominique Testa le 10.11.2007 )
Avé Maria (Pierre Dominique Testa, le 11.9.1989.)
Avé Maria, Avé Maria .... (Pierre Dominique Testa le 31 Juillet 2006 .)
Bèla amiga (Joan Glaudi Puech)
Bèu tems. (Pierre Dominique Testa, lou 1 4 2015.)
Bonjour en touti ( La pastresso espeiandrado ) (Frédéric Mistral, le 2 janvier 1851. ( avant la mise en place de la graphie « mistralienne » ))
Boueno annado 2011. (Pierre Dominique Testa lou 1.1.2011.)
Bouen' annado 2009. (Pierre Dominique Testa, lou 31.12.2008. )
Bouen' annado 2012, Maryse Garcian d'Allauch. (Pierre dominique Testa, lou 10 de janvié 2012. )
Bouen' annado 2014. (Pierre Dominique Testa, lou 1 janvier 2014.)
Boues dins Garlaban. (Pierre Dominique Testa, lou 11.10.2008.)
Bourroulo de Curat ! (Pierre Dominique Testa, lou 2.1.2012.)
Brago... (Pierre Dominique Testa, lou 23 de setèmbre 2015)
Brise d'Amour. (Pierre Dominique Testa le 7.7.2010. Brise d’amour. )
Camille. (Pierre Dominique Testa, Lundi 19 1 2004, 11 heures .)
Candelouso à St Vitour. (Pierre Dominique Testa, lou 12 1 2008.)
Canta.... (Pierre Dominique Testa, lou 3 de janvié 2017.)
Cap d'an 2014... (Pierre Dominique Testa, lou 30.12.2014.)
Carce. (Pierre Dominique Testa, le 27.1.2009. )
Carriera Arnaud Danièu. (Joan-Glaudi Puech de Menerbes. )
CHICHOIS .... N° 1 ..... (G. Benedit ... 1855 ... )
Chichois ( en entier ) vers en provençal marseillais.1879. (Bénédit Gustave. )
Chino 12...assai.... (Pierre Dominique Testa, lou 19 de nouvèmbre 2017…)
Cigalo. (Pierre Dominique Testa, lou 30 de jun 2010. )
Cigalo... (Pierre Dominique Testa, lou 3 aout 2015.)
Climatico ! (Pierre Dominique Testa, lou 5 de janvié 2015. )
Comte d'à rebous. (Pierre Dominique Testa, lou 13 d’avoust 2008.)
Còrsou. (Pierre Dominique Testa, le 9.4.2008.)
Couers e couar... (Pierre Dominique Testa, lou 9.9.2017)
Coulòqui Max Rouquette d'abriéu à Mountpelié. (Pierre Dominique Testa., lou 4.4.2008.)
Coumboscuro deis Arneodo. (Pierre Dominique Testa lou 31.1.1993 .)
Coumo la fum (Martine Gonfalone, 5/12/2007.)
Couralo Sant Sebastian d'Alau. (Pierre Dominique Testa, lou 3.1.2009. )
Crimis Propre Ficcion ... ( p 83 ) (Florian Vernet, Crimis Propre Ficcion, IEO 2001. )
Dai... (Pierre Dominique Testa, lou 22 de mai 2015.)
Dangié dangié ... (Pierre Dominique Testa, lou 18.10.2009. )
Daréire l'ourisount (Péire Roux de Santo Lucìo de Coumboscuro, dins vau Grana, valado prouvençalo d'Itàli. ( Aquesto pouesié fuguè facho pèr un escoulan de la pichoto escolo de mountagno pèr un drole dóu vilajoun entre leis annado 2000 e 2004, recampa dins uno antoulougio es)
Darrié jour... (Pierre Dominique Testa, lou 28.10.2017)
Darrièro nuech. (Pierre Dominique Testa, lou 14 de mai 0h10. )
De Lorraine à Provence (Pierre VIRION (janvier 2009))
Dèco d'amour. (Pierre Dominique Testa, lou 22 9 2009.)
Dedicàci de « Fino e Cesar », A Dono Rousèto Bileras, (Pierre Dominique Testa, 25.3.2012. )
Degai. (Pierre Dominique Testa, lou 25.1.2009.)
Délire d'un soir, à Valérie, de St Pierre d'Argençon (Pierre Dominique Testa, le 29.7.1988.)
Demòni... (Pierre Dominique Testa, lou jour de Pasco 31.3.2013. « Diabolicus…. »)
Départ de Marie-louise Michel, née à Allauch en 1920. (Pierre Dominique Testa, le 10.8.2008.)
Depremido. (Pierre Dominique Testa, lou 25.10.2010.)
Dernier voyage de Thibault et d'Eliot. (Pierre Dominique Testa. Le 8.11.2009. A mes cousins, les jumeaux Thibault et Eliot Guimbergue-Bagard de Clermont-Ferrand, partis trop tôt pour le Ciel le 4 juillet 2009.)
Désiré SUOU de Villecroso dins Var. (Pierre Dominique Testa, lou 13.10.2009.)
Despartènço de ma grand à 110 an. (Pierre Dominique Testa, lou 28 aout 2017.)
Despartido d’Óulivié Billet. (Pierre Dominique Testa, lou 8 de desembre 2014.)
Diéu. (texte de Frère Danick Labinal, franciscain à Brives, traduit par Pierre Dominique Testa, le 29 mars 2012. )
Dins quàuquei jour... (Pierre Dominique Testa, lou 13 d’avoust 2008.)
Divino Pouesié. (Pierre Dominique Testa, lou 22.10.2010. A Jean Claude Foret, autour oucitan e proufessour de literaturo à la facurta Paul Valery de Mountpelié. )
Dono Gorlié de Castèu-goumbert. (Pierre Dominique Testa, lou 6 novembre 2013. A Dono Gorlier, lachièro à Castèu-goumbert.)
Dos ivers. (Poésie envoyée par : mo@, le 6.12.2007. )
Dùbi... (Pierre Dominique Testa, lou 28 d'abriéu 2015 .)
Eiguiero : à n'uno chatouno d'Eiguiero en guierdoun de soun retra (Baroun Guillibert, lou chapòli di poutoun, dins la revisto " escolo de lar " du 21 décembre 1902)
Ela (Joan-Glaudi Puech, pouèto de Menerbes.)
En Chino 1 (Pierre Dominique Testa, lou 12 de setèmbre 2013.)
En Chino 10 ... (Pierre Dominique Testa, lou 15 juillet 2017.)
En Chino 11. (Pierre Dominique Testa, lou 11.11.2017. )
En Chino 2 (Pierre Dominique Testa, lou 14 11 2015)
En Chino 3.... (Pierre Dominique Testa, lou 20.12.2015.)
En Chino 4. (Pierre Dominique Testa)
En Chino 5. (Pierre Dominique Testa; lou 8 de jun 2016.)
En Chino 6 (Pierre Dominique Testa, lou 20 d’Outobre 2016.)
En Chino 7. (Pierre Dominique Testa, lou 7 de janvié 2017)
En Chino 8. (Pierre Dominique Testa, lou 4 de febrié 2017.)
En Chino 9 (Pierre Dominique Testa, lou 9 abriéu 2017)
Enchâtrat. (Pierre Dominique Testa lou Dimènche 27 d'Avoust 2006)
Esperanço de Printems. (Pierre Dominique Testa, lou 5.4.2008.)
Espèro de printèms. (Pierre Dominique Testa, lou 17 de mai 2010. )
Espèro d’amour. (Pierre Dominique Testa, lou 13.3.2010.)
F.rançois de Montsabert : départ (Pierre DominiqueTesta, le 22.11.1990.)
Fabienne Girard de St Pierre d'Argençon. (Pierre Dominique Testa, le 27.12.2007 )
Fai de nèu (Joan Glaudi Puech)
Felibre faus (Pierre Dominique Testa, lou 9.2.2008)
Fèsto de la Musico 2010 pèr la Glèiso d'Alau. (Pierre Dominique Testa, lou 8 de mai 2010. )
Fête des mères (Pierre DominiqueTesta le 3 Juin 1993.)
Fifi et Belé, Rose et Antoinette Mouren, nées en 1893 et 1888, à Marseille sur la Corniche. (Pierre Dominique Testa le 24.12.1987.)
Fin de mai 2011. (Pierre Dominique Testa, lou 30 mai 2011.)
Finimound à ma Fiholo Louise Longeon d'Eyguières. (Pierre Dominique Testa, le 23.12.2007.)
Fragileta (Martine Gonfalone)
Franciscan. (Pierre Dominique Testa, lou 20.9.2008)
Freduro (Pierre Dominique Testa lou 21 de febrié 2015.)
Frumo.... (Pierre Dominique Testa, lou 1 de setèmbre 2012. )
Garlaban... (Pierre Dominique Testa, lou 26 d’abriéu 2015.)
Gast ! (Pierre Dominique Testa, lou 16 de Julié 2014. )
Gèu dins Garlaban. (Pierre Dominique Testa, lou 19 desembre 2009, que defouero faguè -7° dins Garlaban. )
Gramaci à l'istourian Reinié Merle. (Pierre Dominique Testa, lou 9.2.2010 A l’istourian Segne Reinié Merle que mi mandè sèis astruch pèr lou trabai de ma tèsi de lengo d’O, que soustenguèri lou 11 desèmbre 2009 à la facurta Paul Valery de Mountpelié sus Désiré Suou de Villecroze dins Var.)
Groussié, groussié ..... (Pierre Dominique Testa, lou 29 mai 2013.)
Homélie en vers du P.Mauvaisin. ( Marseille St Valentin 2011 ) (Père Rémy de Mauvaisin+)
Hommage à René Roig, un ami disparu en avril 2003. (Yves La Macchia)
Hugues Madesclaire : Adiéu . (Pierre Dominique Testa, lou 24.4.2010. En memòri de Hugues Madesclaire trouba lou 21.4.2010 escoutela au siéu dins la clastro de Santo Margarido, parròqui de Marsiho. )
Hymne d'Amour (Pierre Dominique Testa le 5.3.1996 retour de St Véran. )
I a pron (Auban BERTERO)
Incèns... (Pierre Dominique Testa, lou 16 de mai 2015.)
Istòri marsihès ( CIEL d'Oc ) (autour descounoueissu)
Iver 2010. (Pierre Dominique Testa, lou 20.3.2010. )
Jacky Ilouze. (Pierre Dominique Testa, le 15.11.1987)
Jaque Figon (Pierre Dominique Testa le 7.8.1984)
Jaque Miranne E Nanci (Pierre Dominique Testa, le 15.12.1985)
Jas (Pierre Dominique Testa, lou 31.1.2008.)
Jauffre (Puech Joan Glaudi)
Jauffre (Joan-Glaudi Puech de Menerbes. )
Je t'aime. (Pierre Dominique Testa, pour mon amour le 6.10.2009.)
Jeanne Négrel d'Allauch : ' iaià ". (Pierre Dominique Testa, le 9 Mai 2008.)
Jubilé de Monsieur Louis Ardisonne. (Pierre DominiqueTesta, le 4.5.1991.)
Julié matinié... (PierreDominique Testa, lou 6 juillet 2010. )
J'étais un vieux célibataire (Pierre VIRION (décembre 2008))
KTO d'Allauch ! (Pierre Dominique Testa, lou 13.12.2010. A mèis ami KTO qu’an fougna la Messo de Miejo-nue.)
La band' à Sant Ro. (Pierre Dominique Testa, lou 30.10.2010. A Antoine.)
LA BORGARIÁ (Henri VALEZ)
LA BOURGARIE (Henri VALEZ)
La Cabano. (Pierre Dominique Testa, lou 23.8.2014. )
La Cigalo e la Fournigo. ( archiéu CIEL d'Oc. ) (Marius Bourrelly, à Marseille 1872 chez Gueidon. )
La coumunioun di Sant (Frédéric Mistral, Arles Abriéu 1858 )
La daoio. (Pierre Dominique Testa, lou 20 de setèmbre 2009.)
La dicha de la figuiera. ( N°20 ) (Philippe Gardy, 2002 Trabucaire. )
la fac de letro de Mountpelié (Pierre Dominique Testa lou 20 d'Avoust 2005)
LA FOURNIGO ET LOU GRIET (Marius Decard. )
La fre 2012. (Pierre Dominique Testa, lou 13 de febrié 2012. Uno fre de loup -10 !)
la lèbre d'argent (joan claudi puech)
La Mère Sartòri, dit Magali. (Pierre Dominique Testa, le 4.7.1989,)
La Mort de Tante Augusta. (Pierre Dominique Testa, le 17.1.1987)
La nuèch ( pouesié deis escoulan deis escolo de Coumboscuro ... ) (Liliano Menardo de l'escolo de Coumboscuro en Itàli prouvençalo de la val Grana.)
La pèira d'asard (Jean-Claude Forêt 1990. )
La regènto de moun cor (Massilia Sound System)
La Rèino Sabo. rouman. ( Archiéu CIEL d'Oc ) (Jóusè BOURRILLY)
LA REVOUIRO DE LA JUSTICI (MARIUS DECARD 1875 ( lengo d'O de Marsiho, grafìo founetico. ))
La SCIATIQUE (Henri VALEZ )
La source de l'Amitié (25.01.2008) ; en réponse, par courriel, à l'éloge d'un ami sur l'hospitalité de votre humble rimeur... (Yves La Macchia)
La Terra deis autres (Claude Barsotti. )
La Vièio… (Pierre Dominique Testa, lou 20.1.2011. )
Languitudo de la fac de Mountpelié (Pierre Dominique Testa, lou 4 de julié 2010. A touei leis estudaire de la fac de Mountpelié qu’an chausi la lengo d’Oc pèr sèis estùdi en 2010. )
Le berger. (Pierre Dominique Testa, pour Pierre B le 3 1 2005 )
Le dernier Poilu (Pierre VIRION)
Le jour de la communion d'Aurélie, ma nièce. (Pierre Dominique Testa, le 22.9.1990,)
Le Matin (Henri VALEZ)
LE PEINTRE (Henri Valez )
Le Temps du Bonheur (Yves La Macchia)
Le vieux Massot. de St Pierre d'Argençon en 05, né en 1889. (Pierre DominiqueTesta, le 12.7.1987.)
Légende de Saint Christophe. (Pierre Dominique Testa de St Victor, le 1.3.2008, sous la statue de St Christophe dans l’église de la Palud à Marseille.)
Lei 4 Sant de glaço de Prouvenço. (Pierre Dominique Testa lou 21.1.2011.)
Lei beatitudo segound Sant Matiéu Cap 8. (Pierre Dominique Testa, lou 8 aout 2016 à la demande du Vicaire Général le révérend Père Pierre Brunet.)
Lei bourdiho. (Pierre Dominique Testa, lou 30.10.2017. )
Lei Capelan. (Pierre Dominique Testa, lou 11.2.2010. En oumenàgi à touei lei Capelan que m’an abari.)
LÈI DOUEI GOURNAOUX (J.H.D de Marseille. 1844.)
Lei faus bourgès. (Pierre Dominique Testa, lou 27 desembre 2013.)
Lei Garcin de St pierre d'Argençoun (Pierre Dominique Testa , lou 22.112007)
Lei mot groussié !!! (Pierre Dominique Testa, lou 30.5.2013.)
Lei mouart. (Pierre Dominique Testa, lou 2 de nouvèmbre 2014.)
Lei Pèro de Timon-David. (Pierre Dominique Testa, lou 16.3.2010. )
lei pichots conius gris (joan glaudi puech)
LEI PLAINTO DE MISE MARIO ( archiéu CIEL d'Oc ) (BACIGALUPO J. A. Marseille – 1855 Typographie et Lithographie Arnaud et )
Lei " Pelerin d'Oc " de Mountpelié (Pierre DominiqueTesta lou Dissate 30 12 2006, adematin 7H30 à Barbaraou, que Jerèmio Bucchièri e Matiéu touei dous de Mountpelié, escoulaire à "Paul Valery", mi venguèron vèire pèr vesita Marsiho . )
Leis oousseous sount de besti !… ( archiéu CIEL D'Oc ) (ALFRED CHAILAN. ( lengo d'O maritimo de Marsiho ))
leis uelhs verds (joan glaudi puech)
Lengo e tripaio (Pierre Dominique Testa, lou 22.9.2008.)
Léonie Monge, née en 1881 à Allauch , qui me parlait patois. Pour Rosette Monge, sa belle-fille.. (Pierre Dominique Testa le 9 Mai 1986,)
LES GARRABIERS EN FLORS ( archiéu CIEL D'Oc ) (Laurent RUFFIE)
Lettre de Martine Gonfalone à « lexiqueprovencal.com » (Martine Gonfalone de Barjols en 83 et Patrick Simon de Montréal. )
Li Saladello. ( archiéu CIEL d'Oc ) (Mèste Eisseto ( né en 1831 à Manduel ). )
Lilian Olivié bouen anniversàri. (Pierre Dominique Testa, lou 13 juillet 2008. En recouard di douei jour de l’anniversàri de Lilian Olivier de Teulière en Rouërgue, amèu de la Bastido pròchi Vilofranco.)
Lingo de Barrouiho ( pèço de tiatre ) (Pila Louis, Marseille 1911. )
LO PENHEIRE (Henri Valez)
Lo lume (Joan-Glaudi Puech. )
Lo slam dau Mossur de Morela (joan claudi Puech)
Lou Calen, Touloun 1908. ( lengo d'O vareso ) (Pèire FONTAN)
Lou darrié pelous (Pèire VIRION)
Lou paisan au tiatre. (Fortuné CHAILAN ( Lengo d'O de Marsiho ))
Lou Pastre. (Pierre Dominique Testa lou 24 de decèmbre 2004 , pour Pierre B .)
Lou Rabayaire de Martegalado ( Occitan maritime de Marseille ) (Marius FERAUD )
Lou Sermou dal curat de Cucugna ( archiéu CIEL d'OC ) (ACHILLE MIR ( Lengo d'O de Carcassouno ) )
Loueiso Lonjon... (Pierre Dominique Testa, lou 9 juillet 2016. Pèr ma fiholo, Loueiso Lonjon d’Eyguières, Priéuresso de nouesto Rèino d’Arle.)
Louis Ardisonne. (Pierre Dominique Testa le 22 avril 1994 .)
Louise Lonjon d'Eyguières. (Pierre Dominique Testa, lou 4 de janvié 2009. A ma fiholo Louise Lonjon d’Eyguières. )
Louise Michel de Tite-tite. (Pierre Dominique Testa, St Rock lou 26 de Setèmbre de 2003 )
Lous Cants de l'Aubo (ARNAVIELLE Albert - )
Lune triste. (Pierre Dominique Testa, le 13.9 .2008.)
Luno. (Pierre Dominique Testa, lou 30 d’avoust 2016.)
L'Abat Marcel Petit de Rafèlo lès-Arles. (Pierre Dominique Testa lou 4 d'Avoust 2005 )
L'amandier . (Pierre Dominique Testa, le 26.2.1992.)
L'ami. (Pierre Dominique Testa, lou 28.4.2009.)
L'ATLANTIDO DE MOSSEN JACINTO VERDAGUER ( REVIRADO EN PROUVENÇAU PER JAN MONNE Majourau dóu Felibrige, Chivalié de l’Ordre Reiau de la Courouno-de-Roumanìo 1888) (Verdaguer. )
l'aucèu lou gaudre e leis estello. (Pierre Dominique Testa lou 11 de Setèmbre de 2003)
L'autbois (joan Glaudi Puech)
L'autbois (seguida) (joan Glaudi Puech)
l'enfant do païs (albert tosan)
L'èstre e l'avé ! (Pierre Dominique Testa, lou 30 janvier 2013, pour l’anniversaire de mon épouse.)
L'Issole en colère (L'Issolo en coulèro) (Pierre (Pèire) VIRION)
L'Or di Cevèno : Cant II Magalouno. (Leoun Teissier. )
L'usino. (Pierre Dominique Testa lou 13.5.2009, le beau jour de ND de Fatima. )
L’abet . (Prosper Estieu, recueil « Las Oras Cantairas », 1931 chez Privat-Didier, Ecrit en graphie classique, dite graphie normalisée, ou graphie occitane.)
L’ase Bortomieu (Joan-Glaudi Puech de Ménerbes.)
L’aveni dóu Moulin d'Auguste Chauvet de Comps sur Artuby (Josette Chauvet du Moulin de Comps sur Artuby. Draguignan pour la chandeleur )
L’estraç ( un troues dou libre ...) (Claudi Barsòtti, ( p 192 IEO 2002 ))
Ma grand. (Pierre Dominique Testa, lou 2 de nouvèmbre 2014.)
Madalèno de Sant Vitour. (Pierre Dominique Testa, lou 29 de nouvèmbre 2007.)
Mai Mounte vas ? (Pierre Dominique Testa lou 1.9.2008.)
Majourau. (Pierre Dominique Testa lou 18.2.2008.)
Mar. (Joan-Glaudi Puech de Ménerbes.)
Marcel Cazeau de Mouriés, lou baile pastre deis Aupiho. (Pierre Dominique Testa lou 26.3.2008. Pouèmo pèr Segne Marcel Cazeau de Mouriés, lou baile pastre deis Aupiho. )
Margarido 1861. (Marius TRUSSY Paris 1861: Hooumagé ei bravèi gèn de Sorgué, ma vilo natalo et sa lu ! Paris, 19 dé mars 1861.)
Marie-Jeanne Eymery a 99 ans. (Pierre Dominique Testa, le 13 juin 2010, pour les 99 ans de ma tante Marie-Jeanne Eymery, née Aillaud à Allauch en 1911, et qui a sauvé ses amis juifs, la famille Cohen, de la folie meurtrière nazie entre 1942 et 1945 en les cachant dans les combles de l’)
Marijano Fiòli d'Allauch ( 1910-2009 ) (Pierre Dominique Testa, lou 5.11.2009, lou jour de la mouart d’aquesto que m’abariguè emé tant d’amour, Marie-jeanne Limousin, nado Michel en mai 1910, que disian « Tata Fiòli ». )
Marseille (Saint Martin Clément)
Mas de la Bastido à Pichàuris (Pierre Dominique Testa, le 8 Juillet 1991.)
Mas dei Courbet, à Boulèno. (Pierre Dominique Testa, lou 29.3.2008.)
Masquèto. (Pierre Dominique Testa, lou 8.1.2011. )
Mastramale. (Joan-Glaudi Puech de Menerbes.)
Mau-couar. (Pierre Dominique Testa, le 3.9.2009.)
Mei cinquant 'an !!! (Pierre Dominique Testa lou dimar 22 de setèmbre, après la repeticien qu’avèn agu dins la Glèiso d’Alau. )
Mentino ........... Pouèmo prouvençau en douge cant, à Marsiho 1907 (Jan Monné )
Mès de Marìo, A Sebastien mon fils. (Pierre Dominique Testa, le 13.5.1987.)
Mes frères étoillés. (Pierre Dominique Testa le 14 3 2006.)
Messa en Lenga d’Òc 1972 ( grafia classica ) (L'Eglise)
Messe de Minuit 1985 à Allauch. (Pierre Dominique Testa, le 23.12.1985. )
Messo de Miejo-nuech 2008 à Allauch. (Pierre Dominique Testa, lou 23 de desembre 2008. )
Mèstre de la Naturo. (PierreDominique Testa, lou 6 juillet 2010. )
Migraire...d'Eritrio... (Pierre Dominique Testa, lou 14.6 2015.)
Migrant. (Pierre Dominique Testa, lou 4 de novembre 2016.)
Minoutòri.... (Pierre Dominique Testa, lou 4 de desembre 2015. )
Misèri (Pierre Dominique Testa, lou Dimenche 27.1.2008.)
MISSAU E RITUAU EN LENGO NOSTRO (L'Eglise)
Mon épouse bien-aimée. (Pierre Dominique Testa, le 27.12.1988.)
Mouart dei pastre.... (Pierre Dominique Testa, lou 2 novembre 2017. )
Mouart. (Pierre Dominique Testa, lou 20 de janvié 2009.)
Mouié.... (Pierre Dominique Testa, lou 5 d’avoust 2015.)
Moun amigo la Mouart. (Pierre Dominique Testa, lou 11.9.2010. )
Moun fraire Jorgi... (Pierre Dominique Testa, lou 29 de desembre 2016 )
Mounastèri... (Pierre Dominique Testa, lou 13 de juin 2015.)
Muertre d'enfant eis Americo. (Pierre Dominique Testa, lou 16.12.2012, après lou fusihamen bestiassas de mai de 20 enfantoun e de sèis istitutour en Americo. )
ND du Castèu, d'Alau. (Pierre Dominique Testa, à moun frère George Testa, lou 7.9.2008)
Nèblo (Martino Gonfalone, lou 8 de decèmbre 2007)
Neissènço de moun fiéu. (Pierre Dominique Testa, lou 1 de Jun 2011, Neissènço de moun fiéu Sébastian lou 1.6.1982. )
Nèu à Allauch dins Garlaban. (Pierre Dominique Testa, lou 9.1.2009. A Sebastien mon fils. )
Nouesto Damo dou Castèu d'Alau. (Pierre Dominique Testa, lou 10.9.2010, Preguièro à Nouesto Damo dóu Castèu d’Alau. )
Nouesto Damo dóu Rousàri (Pierre Dominique Testa, lou 15 d’avoust 2010.)
Nouvè 2009 à Alau. (Pierre Dominique Testa, lou 26.12.2009. La pluèio de brefounié calè just pèr Descento e pèr la durado de la Messo de Miejo-nuech … ! )
Nouvé 2010 à Alau. (Pierre Dominique Testa, lou 24.12. 2010.)
Nouvé 2013. (Pierre Dominique Testa, lou 11 de desembre 2013.)
Nouvè 2016 dins Alau.... (Pierre Dominique Testa, lou 24 de désembre 2016.)
Nouvé Nouvé 2007. (Pierre Dominique Testa lou 21 décembre 2007.)
O Divin Creaire (inconnu)
Obro de Batiste ARTOU (Modeste Touar) archiéu dou CIEL d’Oc – Mai 2006 (BAtisto ARTOU ( Modeste TOUAR ) )
Obro Prouvençalo de Clouvis Hugues ( 1851-1907 ) (Clouvis Hugues )
Ode à Claire (Yves La Macchia)
Odieux odieux ! (Pierre Dominique Testa le 23.9.2008.)
Odo à Mirabèu ( archiéu CIEL d'Oc ) (F. Martelly : )
Ooo Tu... (Pierre Dominique Testa, lou 19 de juin 2017. )
Ounour à la Fino e à Cesar. (Pierre Dominique Testa lou 12 de nouvembre 2007.)
Ouro...l'Ouro que tugo... (Pierre Dominique Testa, lou 25 de julié 2015.)
Ourtanso. (Pierre Dominique Testa, lou 3 de mai 2015.)
Oustau d'Alau...à Marie-thérèse Guien. (Pierre Dominique Testa, lou 11 mars 2015.)
Pantai de Coulombino (Martine Gonfalone, 26 février 2008)
Pantai.... (Pierre Dominique Testa lou 6 de febrié 2015.)
Papo Clemènt V (Clovis Hugues. )
Paradis. (Pierre Dominique Testa lou 29.12.2007. Pèr lei parrouquian de la Trinita, carrièro de la Palud à Marseille, enciano abadié dei Trinitàri. )
Pas grand Chose. (Pierre Dominique Testa, matin du 15.9.2008)
Pasco 2017.... (Pierre Dominique Testa, lou 16 d’abriéu 2017, Sant jour de PASCO.)
Pasco... (Pierre Dominique Testa, lou 5 avril 2015.)
Pastre à Barbaraou... (Pierre Dominique Testa, lou 29 11 2012.)
Pastriho à Barbaraou... (Pierre Dominique Testa, lou 11 de janvié 2014.)
Paul Caire d'Eyguièro festèjo sèi 80 an. (Pierre Dominique Testa lou 3 de julié 2010. Pèr lei 80 de Paul Caire d’Eyguièro. )
Pecaire... (Pierre Dominique Testa lou 10 de janvié 2015.)
Peço d’artifìci (Martine Gonfalone)
Pèr Alìci Zachéo (Pierre Dominique Testa le 13.5.1985)
Pèr Pèire Raimoundo d’Allauch né en 1914, qu’a mantengu 80 an de tèms la Prouvenço drecho e fiero de sa culturo e de sa lengo. (Pierre Dominique Testa, lou 15 juillet 2008. )
Philippe Martel (Pierre Dominique Testa, lou 29 de setèmbre 2016.)
Pierre Bello, troubaire marsihès 1853. (Pierre Bellot, 1853.)
Pluèio dins Garlaban. (Pierre Dominique Testa, lou 8 d’outobre 2008.)
Pluèio novo... (Pierre Dominique Testa, lou 1 avril 2017.)
Pluèio... (Pierre Dominique Testa, lou 24 jun 2015. Pèr lou jour de Sant Jan.)
Poème pour Anne-Marie Conscience Berne de Plan de Cuques. (Pierre Dominique Testa le 6.4.1990.)
Pouesié de Jousé Diouloufet 1771-1840. (Diouloufet.)
Pour ma Mère. (Pierre DominiqueTesta, le 29.5.1987)
Pour Marie-Paule, Nicolas et Aurélie, ma sœur, neveu et nièce. (Pierre Dominique Testa, le 7.12.1991.)
Pour "la quarantaine" d'une Amie (Yves La Macchia)
Preguièro à Sant Jóusé, (Pierre Dominique Testa, lou 16 avril 2017.)
Prière à Marie. (Pierre Dominique Testa, le 16.7.1991.)
Prière du matin . (Pierre Dominique Testa, Montpellier le 20 1 2004,.)
Prière du soir. (Pierre Dominique Testa le 3.3.2005)
Prière Scout - Preguiero Escout. (Chantée par le groupe Scout d’Europe de l’Abbaye de Saint Victor le 11 Novembre à 9H )
Primo... (Pierre Dominique Testa, lou 1 4 2015.)
Printemps ... A ma maire . (Pierre DominiqueTesta, le 10.3.1985.)
Printèms 2008. (Pierre Dominique Testa, lou 30.3.2008.)
Printems à Alau. (Pierre Dominique Testa, lou 5.4.2008.)
Pròche la Bocariá ( Barcelona ) (Joan-Glaudi Puech de Ménerbes.)
Protopoèmes. (Alban Bertero.)
Prouvèrbi pèr Sebastien, moun fiéu. (Pierre DOminique Testa lou 14.2.1989)
que dire des jours (gef)
Rampau 2008. (Pierre Dominique Testa, lou 25.3.2008. )
Rassa Rasseje : Aurillac 1978. (Pierre Miremont d'Aurillac. )
Retour de ski. (Pierre Dominique Testa le 8.2.2011. Retour de Ski.)
Rêve triste pour Jacky (Pierre Dominique Testa le 5.5.1988.)
Rois Mages. (Pierre Dominique Testa, le 1 décembre 2007.)
Roussignóu... (Pierre Dominique Testa, lou 10 de mai 2015. )
Route vers ND de Fatima. (Pierre Dominique Testa le .5.1994)
Sa Voix. (Pierre Dominique Testa le 24.6.1986)
Sacha Barra, neissènço d'un cousin miéu à Barjòu. (Pierre Testa, lou 25.1.2010. Pèr Sacha Barra de Barjòu, un nouvèu pichoun cepoun pèr nouesto famiho.)
Salutation au jeune poète François-Xavier Rigaud. (Pierre Dominique Testa, le 27.1.2010. François-Xavier Rigaud d'Allauch m’a offert et dédicacé son premier recueil de poésies. )
Sant Jan à Allauch... (Pierre Dominique Testa, lou bèu jour de Sant Jan 2015, 24 de jun.)
Sant Medard...e... Sant Barnabèu ! (Pierre Dominique Testa, lou 8 de jun 2015.)
Sant Pastre en français de frédéric Mistral. (Pierre DominiqueTesta le 3 Juillet 2003, Texte de F. Mistral, traduit et arrangé.)
Santo Presènci. (Pierre Dominique Testa, lou 28.9.2009.)
Sant' Èuròpi...pregas pèr iéu ! (Pierre Dominique Testa lou 29.10.2017.)
Sapiènci (Martine Gonfalone, 27 février 2008)
Sasons (Joan-glaudi Puech de Ménerbes. )
Sebastian e Laurie. (Pierre Dominique Testa, lou 30.12.2010. A moun fiéu Sebastian neissu en 1982, à sa nouvièto Laurie, que soun eisila pèr soun trabai dins leis uba de la Chino desempuei doues annado.)
Secaresso de 2016. (Pierre Dominique Testa, lou 3 de julié 2016.)
Secarèsso de printèms. (Pierre Dominique Testa, lou 7 mai 2011. )
Secaresso... (Pierre Dominique Testa, lou 11 d’avoust 2015. )
Segne Martel e lei Felibre. (Pierre Dominique Testa, lou 26.8.2010. En gramacimen dóu mandadis de Philippe Martel, moun direitour de tèsi, que mi pourgè soun libras sus lei Felibre en aquesto fin d’avoust 2010.)
Sentido Santo. (Pierre Dominique Testa, lou 21 de nouvèmbre 2009.)
Sìes Tu, de ROUSARI DE PASSIOUN de Coumboscuro (Sergio Arneodo, de Sancto Lucio de Coumboscuro, Itàli Prouvençalo 2000. )
Silènci... (Pierre Dominique Testa, lou 14.3.2015.)
Sivan, mèstre d'estello. (Pierre Dominnique Testa le 22.12.2007.)
Solitude à Hyères. (Pierre Dominique Testa, le 2.5.2002)
Solitude. (Pierre Dominique Teste, à Allauch le 31.7.2010. )
Soulèso pèr Candelouso. (Pierre Dominique Testa, lou 2.2.2015 jour de Candelouso.)
Soun vouiàgi. (Pierre Dominique Testa à Barbaraou lou 16 12 2006 .)
Sounado... (Pierre Dominique Testa, lou 10 d’abriéu de 2015. )
Souvenirs d'enfance (Joëlle MAILHOT)
Souvet galoi pèr Nouve 2013. (Pierre Dominique Testa, lou 24 de desembre 2013.)
St Valentin 2011-1981. (Pierre Dominique Testa, le 14.2.2011. A mon amour d’épouse pour nos 30 ans de mariage. )
Subre la mòrt de Frederic Mistral. (Prosper Estieu 1914. Recueil « Las Oras cantairas », 1931 chez Privat-Didier.)
Tambourinaire. (Pierre Dominique Testa lou 24 de Decèmbre 2005 .)
Tanto Chailano, née à Allauch en 1889. (Pierre Dominique Testa lou 16.12.2007.)
Té tu Té iéu. ( archiéu C.I.E.L. D'Oc ) (Robèrt Lafont)
Terro maire. (Martine Gonfalone, le 14.11.2007. )
Toi... (Pierre Dominique Testa le 9.9.2010.)
Tota la sabla de la mar. ( p 11 ) (Max Rouquette, Montpellier)
Tour de Franço 2015....à Gap... (Pierre Dominique Testa, lou 21 de juilié 2015. )
Tren à Sant Carle. (Pierre Dominique Testa le 1.10.2009.)
Tres aucèu. (Pierre Dominique Testa le 16 12 2006 à Barbaraou . )
TRÒCES CAUSITS (LA FARA-ALÈS ( lengo d'O dei Cevèno ) )
Un Loupin... de A.L Granier 1855. (A.L.Granier. 1855. Marseille)
Un ventàs. (Joan-Glaudi Puech de Ménerbes.)
Unique. (Pierre Dominique Testa le 9.9.2010.)
Uno flour vèn d'espeli (Pierre Dominique Testa du 1.6.1982)
Varbau. (Pierre Dominique Testa, lou 13.11.2008 en remembre d’un varbau !)
VERITABLES SOOUCISSOTS D’ARLE (Baptistin ESTAY Marseille, le 16 janvier 1852.)
Viens dans ma belle Provence (LYS CLAIRE)
Vierge du Manteau. (Pierre Dominique Testa, Allauch le 24.12.2006 à 19h20.)
Visiteur. (Pierre Dominique Testa le 24 MAI 2005 )
Vóucan d'Islando. (Pierre Dominique Testa, lou 17 de mai 2010. )
Voues e Crous (Pierre Dominique Testa, lou 17.10.2008, )
Voues. (Pierre Dominique Testa, le 5.3.2007.)
Vounvre Sant. (Pierre Dominique Testa, lou 17.11.2011. Pèr Bernat e Angèlo Perronne dou Lougis Nòu à Allauch. )
VOYAGE DU PATRON SEOUCLET A PARIS ( 1861 ) (Edouard BOUGRAIN, de Barjols. Brignoles – 1861 Imprimerie de Perreymond-Dufort et Vian)
Voyage en train entre Aachen et Bruxelles . (Pierre Dominique Testa, le 11.9.1989.)
voyage en voilier à Porquerolles. (Pierre DominiqueTesta lou 15 Juillet 1987 )
Vut 2013. (Pierre Dominique Testa lou 1 janvié de 2013.)
Vut de bouen' annado 2017. (Pierre Dominique Testa, lou 1 de janvier 2017.)
Vut pèr 2015. (Pierre Dominique Testa, lou 1 de janvié 2015.)
" Mystère des Saints Innocents " (Pierre Dominique Testa le 11 1 2006 .)

Chaque visiteur peut nous envoyer un texte de sa composition, quelque soit le dialecte, quelle que soit la forme poétique, le registre, et la graphie. Il lui suffira de le saisir ci-dessous.

Nous nous réservons le droit de ne pas mettre en ligne tout texte trop long, ainsi que tout texte hors des limites de la décence ouverte au public.

titre
texte
auteur
e.mail
1 + 1 ?